Scène Lécythe avec la rançon d'Hector

Scène Lécythe avec la rançon d'Hector


Hector

Dans la mythologie grecque et la mythologie romaine, Hector ( / h ɛ k t r / Ἕκτωρ , Hektōr, prononcé [héktɔːr] ) était un prince troyen et le plus grand guerrier de Troie pendant la guerre de Troie. Il a agi en tant que chef des Troyens et de leurs alliés dans la défense de Troie, « tuant 31 000 combattants grecs ». [ citation requise ] Il a finalement été tué par Achille.


Tolède 1972.54 (Vase)

H. 68,6 cm., D. du bord 34,0 cm., D. du corps 45,0 cm., D. du pied 25,7 cm., L. des anses 7,0 cm.

Glaçure noire parfois cuite de rouge marbré.

Description de la décoration :

Face A : La rançon d'Hector. Achille (deuxième en partant de la droite), auréolé et imberbe, est allongé sur son canapé. Son himation est drapé de manière lâche autour de ses jambes et de sa taille, et il tient une phiale dans sa main droite étendue. Priam, au centre de la scène, porte un chiton et un himation et se dirige vers Achille, les bras étendus implorant. Le cadavre nu d'Hektor repose sur le sol devant le canapé d'Achille et la table de service chargée de nourriture. À gauche de Priam se trouve un jeune qui porte les biens de la rançon : un trépied et trois phialai empilés. Il porte un chiton court et saisit une jambe du trépied avec chaque main et la porte avec le chaudron au-dessus de sa tête. Le phialai repose dans le creux de son bras droit. Les deux supérieurs sont incisés de boucles (comme celui d'Achille), le plus bas de simples traits courbes. Hermès, vêtu d'un pilos ailé, d'une chlamyde et de bottes, se tient à l'extrême gauche, tenant le kerykeion dans sa main droite. À l'extrême droite se tient une servante portant un chiton et un himation et tenant une hydrie. Elle se déplace à gauche vers le centre, l'hydrie est une autre partie de la rançon. Le cadavre d'Hektor repose sur le dos, les jambes pliées au niveau des genoux. Sa main gauche est dessinée comme si c'était une main droite (tout comme la main gauche d'Achille). Son bras droit est représenté reposant sur son corps et sa cuisse. Les jambes de Priam sont tirées devant le corps d'Hektor, mais sa main gauche est de l'autre côté de l'épaule droite d'Achille. Sur le mur derrière Achille est suspendu un casque corinthien à haute crête, une épée dans son fourreau et un bouclier rond. Une paire de lances s'appuie contre le mur à droite du bouclier. Achille est allongé sur un matelas épais, avec un oreiller dans le dos. Pour l'inscription sur le terrain, cf. CVA, États-Unis 17, Tolède 1, p. 3, fig. 1 . Ajout de rouge : filet d'Hermès, poils du front, barbe, points sur sa chlamyde et de courts traits le long de son bord inférieur, et les rabats de ses bottes les cheveux du front du jeune, ceinture et points sur son chiton les bords supérieur et inférieur de l'himation de Priam et des points dessus la couronne d'Achille, le bord supérieur de son himation et des points dessus le filet d'Hektor, la barbe et les taches de sang sur sa poitrine les bords pointillés du ruban de cheveux de la servante, les bords de son himation et les points dessus les attaches pour les anneaux du trépied, l'œil du casque, des coups sur le fourreau et des rayures sur l'oreiller. Du blanc en plus : les cheveux, les sourcils et la barbe de Priam, la chair de la servante, la bordure du casque, les décorations sur le pied du canapé et un trait (accidentel ?) au-dessus de la nourriture à droite de la table.

Face B : départ des guerriers. Un aurige, à l'extrême gauche, monte dans un char. Il tient les rênes à deux mains et dans sa main gauche un aiguillon également. Il porte une longue robe et un nébris, et un bouclier béotien pend dans son dos. Un guerrier, le deuxième en partant de la gauche, se tient de l'autre côté du char et fait face à l'aurige. Il porte un casque corinthien à crête basse et des jambières, et porte un bouclier rond (l'appareil sur lequel se trouve un protome de lion) et une lance. A côté du guerrier se trouve un vieil homme qui porte un chiton et un himation. Il regarde anxieusement vers un autre guerrier qui se tient derrière les chevaux et se déplace vers la droite, mais regarde vers la gauche le vieil homme. Il porte un casque corinthien à crête basse, un chiton court, des jambières et porte un bouclier béotien et une paire de lances. À l'extrême droite se tient un troisième guerrier tourné vers la gauche. Lui aussi porte un casque corinthien à crête basse, un chiton court, des jambières et porte un bouclier béotien. Derrière ce troisième guerrier (et en grande partie caché par lui) se tient un archer. Des parties de sa casquette, de son nœud, de son carquois et de ses jambes de pantalon sont visibles. Pour les inscriptions sur le terrain, cf. CVA, États-Unis 17, Tolède 1, p. 4, fig. 2 . Ajout de rouge : les brides du bouclier béotien du conducteur de char en haut et en bas la bordure du (deuxième à partir de la gauche) le bouclier du guerrier points sur l'himation du vieil homme le protège-nez et une bande sur le casque du (quatrième à partir de la gauche ) guerrier. La bordure du bouclier du guerrier à l'extrême droite du char la queue, la crinière et le plastron du proche cheval traceur le plastron du proche cheval d'attelage la crinière du cheval d'attelage le joug. Ajout de blanc : Le baudrier du conducteur de char et les patchs sur sa nébris le bouclier et deux rangées de points sur le casque-crête du (deuxième à partir de la gauche) guerrier Les cheveux et la barbe de Priam le casque-crête du (quatrième à partir de la gauche) guerrier la bordure du casque-crête du guerrier à l'extrême droite.

Les panneaux sont bordés en haut d'une chaîne palmette-lotus et en bas d'une simple ligne de fond sur une étroite bande réservée. Les côtés des anses sont décorés d'une double rangée de feuilles de lierre. Une bande de rouge ajouté apparaît au-dessus de la bordure palmette-lotus, deux bandes de rouge ajouté sous les panneaux et une autre au-dessus des rayons à la base. Le filet de base est également recouvert de glaçure rouge sur noir. L'extérieur des bords de la poignée a également ajouté du rouge. La surface supérieure plate du bord est réservée, la bouche est vitrée sur une profondeur de 4,6 cm, mais l'intérieur du col est réservé.

Attribué par Dietrich von Bothmer. Pour un calice-cratère de ce peintre, également dans la collection de Tolède et inclus dans cette exposition, voir Toledo 1963.26 . Pour les autres œuvres du peintre, voir ABV, 335 sqq. et par., 148-149.

Le peintre Rycroft, ainsi appelé d'après une amphore de type A (comme l'amphore de Toledo) autrefois dans la collection Rycroft, la collection Spencer-Churchill et maintenant au Ashmolean Museum, Oxford 1965.118 , est un membre de la vieille garde, choisissant la tradition des figures noires sur la technique nouvellement développée des figures rouges. Cependant, son travail n'est pas épargné par ses contemporains à figures rouges, comme on le voit, par exemple, dans le contour incisé de ses figures. Beazley relie le Peintre Rycroft au Peintre Priam (voir Moon 1979, n° 66 , Toledo 1961.23 , dans la même collection) et à Psiax ( ABV, 292-294 ).

Le panneau principal (face A) illustre une scène bien connue de l'Iliade d'Homère ( Hom. Il. 11.468-670 ) dans laquelle le vieux Priam, roi de Troie, se rend au camp ennemi pour plaider avec le héros grec, Achille, pour la corps d'Hector, fils de Priam, qu'Achille avait tué au combat. Parmi les vases grecs représentant la rançon d'Hector, l'amphore de Tolède est remarquable par l'intense émotion exprimée dans la figure plaintive de Priam et par l'attention portée sur la figure pitoyable de ce roi endeuillé. Pour le traitement du sujet en général, voir E. Kunze, Archaische Schildbünder, Olympische Forschungen II (Berlin 1950) 145-148 R. Lullies, "Eine Amphora aus dem Kreis des Exekias," AntK 7 (1964) 82 ff. K. Friis-Johansen, L'Iliade dans l'art grec ancien (Copenhague 1967) 127 sqq. et 267-268 Münzen, 75-76, no. 149 et Brommer 1973, 464 sqq.

Le travail du peintre Rycroft présente deux bizarreries distinctives que l'on peut voir sur l'amphore de Tolède : le rendu des mains gauches comme des droites ( supra , Face A, Achilles and Hektor's cadavree voir aussi M. Robertson, JHS 74 [1954] 229-230) et le rendu des oreilles à l'envers comme on le voit ici sur les figures d'Achille sur la face A et le guerrier casqué (deuxième à partir de la gauche) sur la face B. Lune 1979, no. 65, p. 114-115

CVA, USA 17, Toledo 1, pp. 2-4, fig. 1 et 2, svp. 4 et 5 "Trésors de Tolède", Toledo Museum News 19 (1976) 47 .


Contenu

Etant donné la tendance d'Eschyle à écrire des trilogies enchaînées, trois pièces attestées dans le catalogue de son œuvre sont censées constituer le Achilleis: Myrmidons, Néréides et Phrygiens (intitulé alternativement La rançon d'Hector). Malgré la rareté des textes survivants, le Myrmidons a atteint une certaine renommée, à cause de la satire d'Aristophane à Grenouilles 911-13 dans lequel Euripide se moque de la mise en scène d'Eschyle :

Cette pièce, ainsi que celle également perdue Niobé, sont deux exemples célèbres cités dans l'antiquité du thème souvent discuté du "silence eschyléen".

Myrmidons Éditer

Myrmidons (frr. 131–42 Radt 211–35 Mette) concernait le refus d'Achille de se battre pour les Grecs, ce qui conduit tragiquement au meurtre de son compagnon Patrocle par le héros troyen, Hector cette mort persuade Achille de rejoindre le combat.

Néréides Éditer

Dans Néréides (frr. 150-54 Radt 236-41 Mette), Thétis et un chœur de nymphes de la mer apportent à Achille sa nouvelle armure. Le reste de l'action aurait probablement concerné son meurtre par vengeance des funérailles d'Hector et de Patrocle.

Phrygiens Éditer

L'action de Phrygiens (frr. 263–72 Radt 242–59 Mette) correspondait presque certainement au livre 24 de la Iliade: La souillure d'Achille du cadavre d'Hector et son acceptation finale de racheter le corps au père en deuil, Priam. [dix]

Un petit nombre de vers de ces trois œuvres perdues d'Eschyle ont été sauvés : cinquante-quatre de Myrmidons, sept de Néréides et vingt et un de Phrygiens. Une idée du rythme auquel les ajouts à ce corpus sont faits peut être glanée du fait qu'un fragment de papyrus contenant sept lettres sur trois lignes qui pourrait être ajusté sur une citation de deux lignes du dialogue de Justin Martyr Tryphon, pour montrer que le devis date en fait de l'ouverture de Myrmidons valait la peine d'être publié dans une note de Philologie classique, 1971. [11]

Les Achilleis et les circonstances de sa transmission ont été plus largement connues du grand public en 2003 lorsque ThoC, le théâtre national de Chypre, a annoncé qu'il organiserait une adaptation (par voie de reconstruction créative) de la trilogie d'Elias Malandris. [12] Malandris Achilleis, sur lequel il avait travaillé pendant plus d'une décennie, [12] s'est appuyé sur le travail du classiciste Bruno Snell sur les fragments et a complété leur contenu avec du matériel adapté du Iliade et d'autres références anciennes à Achille. [13] Sur le processus de mise en scène d'une œuvre de tragédie ancienne en grande partie perdue, Andy Bargilly, alors directeur du Théâtre, a déclaré: "Nous pensons que c'est une adaptation fidèle dans une large mesure, mais personne ne peut dire 100 pour cent." [12] La trilogie reconstruite a été créée le 7 juillet 2004, avec Mario Frangoulis dans le rôle d'Achille. [14]


Grec ancien, Faïence hellénistique Lekythos grec ancien - Achille Hector - 18×8.5×8.5 ​​cm - (1)

Grec ancien - lekythus en bon, légèrement
état restauré Peinture noire
Scène de l'Iliade vers 400 av.
Bataille pour Troie et Hellena.
Images très intéressantes - représentation :
Groupe de personnages à quatre chiffres.
Achille poursuit Hector.
Achille en tenue de combat complète courant à la poursuite d'Hector en fuite, à l'arrière-plan une autre personne et à gauche d'Hector probablement
Priamos debout. Une représentation très réussie.
Le lécythe est décoré sur l'épaule de vrilles et de raisins.
Hauteur : 18cm
Largeur : 8,5 cm
Légère restauration sur le manche (photos) faces légèrement floues.
Le lécythe provient d'une ancienne collection.
Acquis par G.P. dans les années 60.
Succession au fils : M.P.
Acquis par moi en 2019.
Le vendeur garantit qu'il est autorisé à vendre et à exporter ce lot.
Ce lot ne nécessite pas de permis d'exportation.

Le vendeur peut prouver que le lot a été obtenu légalement, déclaration de provenance vue par Catawiki.
Une information important. Le vendeur garantit qu'il est en droit d'expédier ce lot.
Le vendeur veillera à ce que tous les permis nécessaires soient arrangés.
Le vendeur informera l'acheteur si cela prend plus de quelques jours.


Licence Modifier

Ce fichier est disponible sous le Creative Commons CC0 1.0 Universal Public Domain Dedication.
La personne qui a associé une œuvre à cet acte a dédié l'œuvre au domaine public en renonçant à tous ses droits sur l'œuvre dans le monde entier en vertu de la loi sur le droit d'auteur, y compris tous les droits connexes et voisins, dans la mesure permise par la loi. Vous pouvez copier, modifier, distribuer et exécuter le travail, même à des fins commerciales, le tout sans demander l'autorisation.

http://creativecommons.org/publicdomain/zero/1.0/deed.en CC0 Creative Commons Zero, Public Domain Dedication false false


Edimbourg, Athènes et Troie : l'œuvre d'un peintre antique

Monstres et meurtres, dieux et héroïnes… La galerie Artistic Legacies du National Museum of Scotland abrite certains des objets les plus intéressants du monde grec antique.

La Grèce antique n'était pas une culture ou un peuple, mais un véritable creuset de plus d'un millier de villes-états indépendantes, de Sparte à Athènes et bien d'autres entre les deux. Ici, aux National Museums Scotland, nous avons une fantastique collection de poteries hautement décorées provenant des ateliers d'Athènes ainsi que de nombreux autres endroits du monde grec, comme le sud de l'Italie.

Les peintres de la Grèce antique utilisaient deux techniques principales pour décorer la poterie : à figures noires et à figures rouges. La plus ancienne des deux, à figures noires, a commencé dans les ateliers de Corinthe avant de se répandre à Athènes, et était populaire de la fin du VIIe siècle au milieu du Ve siècle av. La méthode était simple : les personnages et les objets étaient peints sur un vase fini en barbotine (un mélange d'argile pigmentée aqueuse) qui devenait noir pendant le processus de cuisson. Tous les détails tels que les traits du visage et les vêtements seraient ensuite ajoutés en inscrivant à travers la feuille noire sur la faïence rougeâtre du vase en dessous. La technique des figures rouges plus tard était l'inverse. La faïence a fourni le terrain pour les figures et les formes, avec des caractéristiques et des détails peints en engobe noir.

Amphore cou (pot de stockage) dans la technique de la figure noire, montrant le détail du vêtement inscrit. D'autres couleurs telles que le blanc crème et le violet ont été utilisées pour sélectionner des caractéristiques telles que la peau des femmes ou les détails des vêtements. Un kylix (tasse à boire) en technique à figures rouges, avec un hoplite grec tuant un guerrier persan. Peindre les détails plutôt que les inscrire a permis une flexibilité accrue et des représentations plus convaincantes de détails tels que les vêtements. Détail de la technique des figures rouges sur la face inférieure du kylix.

Ici, au Musée national, nous avons une grande collection de poteries peintes selon la technique des figures noires, dont deux vases associés à un artiste peignant dans le style athénien, maintenant connu sous le nom de Peintre d'Édimbourg. Cela peut sembler un peu étrange – pourquoi Edimbourg ? Certains visiteurs dans les galeries ont naturellement supposé qu'il était soit né à Édimbourg, soit qu'il peignait des scènes de la ville. En fait, il n'y avait probablement rien dans la ligne d'horizon d'Édimbourg au VIe siècle avant JC qui aurait inspiré un peintre à faire une visite depuis Athènes !

La plupart des poteries grecques classiques sont peintes de manière anonyme, vous pourriez trouver le nom occasionnel d'un potier ou d'un peintre sur un produit fini, mais c'est rare. Malgré cela, chaque peintre a des marques et des fioritures de signature, tout comme aujourd'hui vous pourriez reconnaître quelqu'un par son écriture. Le « Vase Nom » du peintre d'Édimbourg (le morceau de poterie par lequel ils ont été identifiés pour la première fois) fait partie de ce qui est maintenant la collection des musées nationaux depuis 1872. Ce peintre mystérieux est donc devenu connu sous le nom de « le peintre d'Édimbourg ». D'autres comme le Peintre de Berlin et le Peintre de Munich tirent leurs noms d'objets de leurs collections muséales respectives.

Lécythe en faïence à figures noires (récipient utilisé pour verser les libations), montrant Athéna montant son char en compagnie d'Hermès, d'Apollon et d'une autre figure d'Athéna. Vase nom du peintre d'Édimbourg. Grenier, ch. 500 avant JC.

Le peintre d'Édimbourg appartient à un groupe plus large de peintres qui ont privilégié les scènes représentant le héros Héraclès ainsi que la guerre de Troie, et en particulier les événements d'Homère. Iliade. Le contexte dans lequel travaillait le peintre d'Édimbourg était chargé. À la fin du VIe siècle, Athènes a vu d'énormes programmes de travaux publics et un commerce florissant. Les vieux mythes et histoires ont été rajeunis et cela est devenu évident dans les peintures sur vase de l'époque. En 500 avant JC, la ville était l'un des plus grands centres de production de poterie décorée dans l'ensemble du monde grec antique, avec de nombreux ateliers partageant et adaptant des idées.

Lécythe à figures noires sur fond blanc représentant une scène de l'Iliade. Peintre d'Édimbourg. Grenier, fin VIe/début Ve siècle av. Illustré sous deux angles.

Les images ci-dessus montrent une scène emblématique de la Iliade, tel que décrit par le peintre d'Édimbourg. Le poème épique d'Homère raconte la guerre de Troie, une histoire de demi-dieux, d'amour et de la chute d'une civilisation de l'âge du bronze. Même près de trois mille ans plus tard, on se souvient encore des principaux acteurs : Achille, Hélène de Troie et le roi Priam, pour n'en citer que quelques-uns. La scène représentée ci-dessus est l'une des plus connues. Il montre les conséquences de la bataille entre le héros de Troie, le prince Hector, et le héros de l'armée grecque d'invasion, Achille. Après avoir tué son ennemi, Achille traîne le corps sans vie d'Hector à plat ventre derrière son char, le faisant défiler à la vue de tous. Le roi de Troie, Priam, se faufile plus tard dans le camp grec et supplie plaintivement de récupérer le cadavre de son fils.

Détail de lécythe montrant le roi Priam suppliant Achille de rendre le corps de son fils.

Le peintre d'Édimbourg montre Achille se détendant sur un canapé, avec une femme derrière lui, et le corps d'Hector sur le sol. Leur choc en voyant le roi de Troie est rendu évident par leurs bras levés. Dans le Iliade Le cadavre d'Hector n'est pas conservé dans la tente d'Achille, mais le peintre d'Édimbourg a utilisé une certaine licence artistique puisque le corps est au centre de toute la scène. Priam entre les deux bras tendus dans un geste de supplication, suivi d'un préposé portant des offrandes. L'arrière-plan de la tente d'Achille n'est représenté que par une épée accrochée au mur.C'est la grande simplicité des peintres à figures noires, les personnages et l'histoire occupent le devant de la scène sans avoir besoin de décoration ou de fonctionnalités supplémentaires.

Le peintre d'Édimbourg n'a pas seulement peint des scènes de la Iliade. Son travail était remarquablement varié, mais malgré son style audacieux, son travail a marqué la fin des grands peintres à figures noires, le point culminant artistique le précédant peut-être d'une génération ou deux. Nous ne savons rien de sa vie et ne pouvons que supposer qu'il était un homme, comme d'autres peintres nommés dans les ateliers de poterie athéniens. Il est cependant connu pour certaines innovations de la fin de la période des figures noires. Il fut le premier artiste à peindre sur de grands cylindres lécythe et a également été l'un des premiers à utiliser le blanc comme couleur de fond, la plupart de ses contemporains s'appuyant simplement sur la couleur naturelle de la faïence. C'était une innovation vers 500 avant JC et deviendrait particulièrement associée aux vases funéraires.

Bien que son style artistique se soit éteint il y a deux mille cinq cents ans, les histoires qu'il peint ont duré et aujourd'hui, vous pouvez voir des histoires de dieux et de déesses olympiens, de héros et d'héroïnes, et de mythes grecs légendaires au Musée national d'Écosse. . Vous pouvez en savoir plus sur notre collection classique ici.


Scène Lécythe avec la rançon d'Hector - Histoire

Notez certaines caractéristiques de cette édition du Iliade:

· Introduction par Sheila Murnaghan (commencer à lire xvii-xxix [saut xx] et xlii-lviii)
· Cartes de la Grèce homérique et de Troie (avant la "Préface du traducteur")
· Liste des personnages principaux (493-501)
· Catalogue des morts au combat et index des discours (502-513). Les Iliade est divisé en 24 chapitres ou « livres », dont nous lirons un peu plus de la moitié. La plupart du matériel facultatif consiste en un récit de bataille et dans une grande partie de cela, les Achéens (Grecs) s'en sortent mal. La numérotation des lignes en haut des pages fait référence au texte grec original, tandis que les numéros sur le côté droit de la page font référence aux numéros de ligne de la traduction anglaise. Je me réfère toujours aux numéros de ligne anglais.

Avant de commencer à lire, considérez ces Questions de prélecture:

1. Pour quoi pensez-vous qu'il vaudrait la peine de se battre, de mourir pour quoi ?
2. Connaissez-vous quelqu'un qui suit un code d'honneur dans certaines situations ? (Voir "Le monde héroïque" pour une discussion sur le système grec d'honneur / gloire.)
3. Avez-vous déjà connu quelqu'un qui a estimé que sa vie avait été d'une manière ou d'une autre influencée ou guidée par des forces divines ?


Livre 1. Lis tout. [Commencez à lire Introduction xvii-xxix (saut xx) et xlii-lviii]

Notes et questions, tome 1

(1) Chryses est le prêtre d'Apollon. Sa fille, nommée Chryséis, a été prise comme prise de guerre par Agamemnon, chef des forces grecques. Le père et la fille sont originaires d'une ville nommée Chryse.
(11) Achille, en larmes Il était normal que de vrais hommes pleurent dans la Grèce archaïque. (Mais voir p. 305.) Thétis, la maman d'Achille, sort de la mer car c'est une nymphe de la mer (déesse mineure).
Peinture de vase : Agamemnon prenant Briseis (notez le héraut sur la droite & comment cette scène diffère de celle décrite dans le Iliade?)

1. D'après les 8 premières lignes, de quoi parlera ce poème ?

2. À votre avis, sur quoi porte la querelle entre Agamemnon et Achille ? Comparez/contraste avec la « querelle » qui a déclenché la guerre. Est-ce que les dieux ou les hommes ou les deux causent la querelle ?

3. Que pensez-vous de la réponse meurtrière d'Apollon (2-3) à la prière de Chryses ? Que pensez-vous de la réponse de Zeus (16-17) à la demande de Thétis ?

4. Quelles accusations se portent Achille et Agamemnon ? Pensez-vous que ces accusations sont justes?

5. À votre avis, qui a raison dans cette querelle ? Selon les Achéens, qui a raison ? Pourquoi? Pourquoi pensez-vous qu'Achille et Agamemnon ne suivent pas les conseils de Nestor ?

6. À votre avis, quel genre de personnes sont Agamemnon et Achille ?

7. Comment pensez-vous qu'Achille « décide » de s'abstenir de tuer Agamemnon (7-8) ? Pourquoi Achille abandonne-t-il Briseis (8-10) ? Que pensez-vous du refus de combattre d'Achille ?

8. En quels sens Agamemnon est-il plus puissant qu'Achille ?

9. Comment les hommes font-ils pour que les dieux fassent ce que les hommes veulent ?

10. Nommez quelques similitudes entre Zeus et Achille (et Zeus et Agamemnon).

11. Comment réagissez-vous à la façon dont les femmes (mortelles et immortelles) sont décrites dans le livre 1 ?

12. Que pensez-vous des héros de la Iliade se battent pour ? Les héros semblent-ils Comme combat? (Voir pp. 6, 22, 31, 72, 110, 145, et la question # 8 sous "Livre 9.") De quoi les dieux semblent-ils se soucier ? En quoi leurs préoccupations ressemblent-elles ou diffèrent-elles de la préoccupation des héros pour l'honneur et la gloire ? (71-72).

13. Comment savoir qui a le plus d'honneur ? Pourquoi pensez-vous que Zeus honore la demande de Thétis (16-17) ? Que pensez-vous de la réponse de Zeus à son égard (lignes 549-559) ?

14. En quoi pensez-vous que les querelles des hommes et des dieux sont similaires/différentes ? Pourquoi pensez-vous que ces querelles ont des résultats différents?


Livre 2. Lisez les pages 20-34. Facultatif : pp. 35-49, le Catalogue des Navires et des Hommes. Les troupes sont décrites ici, d'abord celles des Danaans (c'est-à-dire les Grecs). Il y a 29 " pelotons ". Homère raconte leurs affiliations régionales et, de manière variable, quelque chose sur la géographie, la culture, l'histoire, le nombre de navires, leur style d'armes ou de vêtements, et les noms du ou des capitaines (chefs de guerre). Notez qu'Agamemnon a le plus grand peloton Telamonian Ajax a le plus petit. Les pelotons de Troie et leurs alliés sont décrits en dernier - seulement 13 d'entre eux et des descriptions beaucoup plus brèves.

Notes et questions, livres 2-4

(27) Thersite = "en gras." le plus moche = aischist = "le plus laid, le plus honteux."
(29) On dirait que c'était hier. . . à Aulis: en fait, c'était neuf ans auparavant.
(33) égide = une sorte de châle qu'Athéna (et d'autres dieux) portent et utilisent comme un bouclier pour se protéger et semer la terreur dans le cœur de leurs ennemis. Il est à nouveau mentionné à la page 105.
(78) Arès. . . soeur Éris = "Conflit."

1. Que pensez-vous qu'Homère entend montrer au lecteur (sur le personnage d'Agamemnon, sur le moral des Achéens, sur Ulysse) dans les scènes détaillant le plan d'Agamemnon pour « tester » (22-26) ses troupes et son résultat ?

2. Pourquoi pensez-vous qu'Homère a inclus l'épisode de l'abus d'Agamemnon par Thesites et son châtiment par Ulysse (27-28) ? Pourquoi est-il acceptable qu'Achille abuse d'Agamemnon mais pas que Thersite lui manque de respect ? Pourquoi pensez-vous que les troupes rient ?

3. Que pensez-vous que le sceptre/le bâton pourraient symboliser ? (Voir p. 8, 23, 26-28.)

4. Que pensez-vous de la réponse de Paris à Hector (52) ? Pourquoi pensez-vous que les habitants de Troie ne se sont pas simplement débarrassés de Paris et/ou d'Hélène ? (Voir aussi p. 54-55 138-139.)

5. Pourquoi pensez-vous que Ménélas accepte la trêve et le combat singulier ?

6. Selon vous, quel est le point de vue d'Hélène sur sa situation ? Qui blâme-t-elle pour sa situation difficile ? Qui blâmeriez-vous ? (Voir p. 54-55, 62-63 122.)

7. Maintenant, une question étrange : d'où pensez-vous que les émotions d'Helen viennent ?

8. Que pensez-vous qu'il arriverait à Hélène si Aphrodite la « lâchait » (63 ans) ?

9. Pourquoi Aphrodite sauve-t-elle Paris ? Pourquoi pensez-vous qu'Hélène cède à Paris (63-64) ? Peinture sur vase : Hélène rencontre Paris pour la première fois (Persée).

10. Pourquoi pensez-vous qu'Homère a organisé le livre 3 de la manière suivante ?

12. Pourquoi pensez-vous que rompre la trêve apporte la « gloire » à Pandarus (68, 71) ?

Livres 5 - 7. Lis tout. [Continuez à lire Introduction xvii-xxix (saut xx) et xlii-lviii.]

Livre 8. Livre entier en option, pp. 143-159. Zeus rassemble les dieux et leur ordonne de ne plus s'immiscer dans la guerre. Athéna demande si elle et Hera peuvent au moins être des conseillers de guerre, et Zeus, après avoir donné une réponse indéfinie, s'assied sur une crête de l'Olympe pour regarder la bataille, confiant que les Troyens auront une journée gagnante. Il lance des éclairs pour effrayer les Achéens et aider Hector. Athéna et Héra tentent de se faufiler hors de l'Olympe avec un équipement de combat et des chars pour aider les Achéens, mais Zeus les repère et envoie Iris pour les avertir. (Il menace de briser leurs chars.) Ils obéissent mais sont en colère. Zeus leur dit de sa volonté - comme promis à Thétis - qu'Hector ne sera victorieux que jusqu'à ce que Patrocle soit tué et qu'Achille revienne dans la bataille (lignes 482-490). Cette nuit-là, Hector ordonne aux Troyens de camper dans les plaines avec des feux allumés afin que les Grecs ne puissent pas s'échapper et que les Troyens soient prêts à se battre à l'aube. Remarquez la merveilleuse description des armées campées la nuit [p. 159 lignes 563-577]).


Notes et questions, livres 5-8

(103) son père . . . pour l'instant = Zeus.
(105) Le Gorgone est un monstre féminin aux cheveux de serpent, aux yeux exorbités et aux défenses menaçantes. La tête d'une Gorgone était un dessin courant sur les boucliers grecs & notez la description du bouclier d'Agamemnon en 11.32-36.
(116) les générations sont comme des feuilles —certaines des lignes les plus célèbres du Iliade introduire une digression assez longue sur le héros Bellérophon.
Andromaque = "se battre avec les hommes."

1. Que pensez-vous du comportement des dieux dans le livre 5 ? Les dieux peuvent-ils être héroïques ? Pourquoi ou pourquoi pas? (Pour en savoir plus sur les dieux, lisez l'introduction de Murnaghan xxv-xxix.) Pourquoi pensez-vous que le livre 5 se concentre autant sur les exploits héroïques de Diomède ?

2. Pourquoi pensez-vous que Diomède et Glaucus échangent leur armure aux pp. 118-119 ? Leur pacte d'amitié a-t-il un sens pour vous ?

3. Comparez / contrastez les trois scènes du livre 6 : a) l'attitude d'Agamemenon (113-14), b) Glaucus et Diomède (115-119), et c) Hector à Troie (119-127).

4. Pourquoi est-il important que Ménélas ne soit pas tué ? (Voir p. 69-70, 100, 129-30.)

5. Pourquoi ne laisseront-ils pas Ménélas combattre Hector dans le tome 7 ? Pensez-vous que Pandarus gagne la gloire en blessant Ménélas, comme Agamemnon le dit (71) ?

6. Paris dit-il toute la vérité à son frère en haut de la p. 122 ? Que pensez-vous du discours d'Helen sur la même page ?

7. L'un des événements du tome 6 a-t-il modifié votre vision de ce pour quoi les héros se battent ? Si oui, quels événements et pourquoi ?

8. Pourquoi les chevaux de Troie se battent-ils ? À votre avis, pourquoi se bat-il pour Hector ?

9. Si Hector sait que « le saint Ilion périra » (6.471), alors pourquoi pensez-vous qu'il continue à se battre et veut que son fils soit comme lui ? En quoi pensez-vous qu'Hector est comme / contrairement à Achille ? (égoïste?)

10. Comparez / contrastez l'attitude d'Andromaque envers la guerre avec celle d'Hélène. Que pensez-vous des conseils d'Andromaque à Hector ? Peinture sur vase : Hélène et Paris, Andromaque et Hector (Persée) Hélène et Paris (détail) Andromaque défend Astynax et La Mort d'Astynax (pendant le sac de Troie).

11. À votre avis, pourquoi Homer a-t-il mis en scène l'enfant qui a peur ? Pensez-vous qu'Homère aimerait perpétuer le système honneur / gloire comme le fait Hector ?

12. Pourquoi pensez-vous qu'Hector décide de défier le meilleur des Achéens ? (Qu'est-ce que ce défi pourrait accomplir militairement ?) Que pensez-vous de l'issue du duel (137) ? Peinture sur vase : Ajax contre Hector (notez Athéna à gauche, Apollon à droite).

13. Encore une fois, l'un des chevaux de Troie, Antenor, suggère qu'ils rendent simplement Helen (138-139). Mais ils ne le font pas. En quoi les raisons de leurs actions sont-elles similaires et différentes de la scène des pages 54-55 ?


Livre 9. Lis tout. [Lire l'introduction xxix-xxxvii, "Achille" et "Hector."]
Questions, tome 9

(163) j'étais fou = "J'étais sous l'emprise de la cécité ou de la folie envoyée par les dieux." Le mot traduit par "fou" ici est le grec Atê (voir Atê remarque 377).
(169) la même récompense —Le mot récompense traduit le mot grec pour "honneur"—tempsé.
(175) sa femme Cléopâtre —pas le célèbre, mais le nom est apparemment une inversion délibérée de Patrocle. Pour des éclaircissements sur l'exemple de Phoenix, voir introduction, p. xxxii.

1. Après avoir étudié attentivement la longue réponse d'Achille aux ambassadeurs (168-171), énumérez quelques raisons pour lesquelles Achille rejette l'offre généreuse de trêve d'Agamemnon. (Qui est « l'homme qui dit une chose et en pense une autre » [ligne 318] ?) Pensez-vous que ses raisons sont bonnes ? Pourquoi ou pourquoi pas? Quelles émotions et pensées vous semblent les plus importantes dans ce discours et pourquoi ?

2. Pensez-vous qu'Achille remet en question ou redéfinit l'honneur et la gloire à 9.320-343 et 9.415-422 ? Pourquoi ou pourquoi pas? À votre avis, que veut-il dire lorsqu'il dit : « mon honneur vient de Zeus » (176) ? (Voir l'introduction de Murnaghan, pp. xxx-xxxiii.)

3. Si Achille n'accepte pas tout ce que propose Agamemnon, alors quoi aurait il faut lui payer « en totalité » pour « tout [son] chagrin » (Iliade 9.400) ? Comparez / opposez les dons d'Agamemnon aux échanges de dons entre Glaucus et Diomède (115-119) et Hector et Ajax (137).

4. Pourquoi pensez-vous qu'aucun des arguments d'Ulysse, de Phoenix et d'Ajax ne peut persuader Achille de ravaler sa rage et de rentrer dans la guerre ? Peinture sur vase : Phoenix et Briseis (Persée).

5. Quels arguments trouvez-vous les plus convaincants et pourquoi ?

6. Pensez-vous qu'Achille doit quelque fidélité à ses camarades ? (Voir pp. 167 et 177.) (Pourquoi pensez-vous qu'il n'aidera pas ses camarades ?) Pourquoi pensez-vous qu'il reste en colère ?

7. Quelles qualités rendent Achille divin ? L'aimes-tu? Pourquoi ou pourquoi pas?

8. Pouvez-vous dire à partir de ses descriptions et comparaisons de batailles, de meurtres et de blessures ce qu'Homère pense de la guerre et de la gloire héroïque ? (Voir pp. 70-71, 79-88, 100-01, 113-114, 201-202, 278-280, 317, 405-406.) Quels types d'images et de comparaisons Homère emploie-t-il pour décrire la mort de guerriers ? Selon vous, quelle est l'attitude d'Homère envers les morts ? Pense-t-il que la gloire vaut toute cette mort ? Pourquoi pensez-vous qu'Homère passe autant de temps à décrire les blessures, les fanfaronnades et les familles des héros ?

Une note sur la position des navires et du mur. Dans le livre 9, Achille dit :

Que peut signifier cette déclaration ? Les Achéens ont construit un mur de terre devant les navires (141) derrière la mer. Au début du livre 11, nous apprenons que le navire d'Ulysse est au milieu, tandis que les grands navires d'Ajax sont à l'extrême gauche et les « navires Myrmidon » d'Achille sont en aval, à l'extrême droite (198). La ville de Troie est en amont et à l'intérieur des terres. Quand Hector perce le mur, il le fait au centre-droit, mais pas trop près des navires d'Achille. Le navire qu'il met le feu est celui de Protésilas, le premier héros grec tué à la guerre. (Voir 2.808-812, 13.713-18, 15.743-790.) Ce navire est quelque part entre ceux de Ménesthée et d'Achille, mais plus en avant vers le mur. L'alignement des navires grecs ressemble à ceci :
Extrême gauche Centre Extrême droite
Grand Ajax, Idomeneus, Agamemnon, Nestor, Ulysse, Diomède, petit Ajax, Ménesthée, Achille

Le petit discours d'Achille peut signifier qu'il va réintégrer les combats et arrêter Hector seulement après Hector passe tous des navires grecs et descend finalement vers les navires des Myrmidons et d'Achille en bout de ligne. Qu'est-ce que tu penses?

Livre 10. Livre entier en option, pp. 180-197. Agamemnon, ayant une nuit blanche, fait appel à Nestor, qui lui recommande une assemblée de capitaines. Nestor demande des volontaires pour espionner les chevaux de Troie afin d'obtenir des informations sur leur stratégie pour le matin. Diomède et Ulysse s'en vont : ils capturent Dolon, qui leur raconte suffisamment de détails pour leur permettre de tuer de nombreux alliés troyens et de voler leurs chevaux.

Livre 11. Lisez les pages 198-202 et 221-223. [Pages 203-220 facultatif.] Agamemnon combat héroïquement jusqu'à ce qu'il soit blessé. Hector se bat héroïquement. Paris blesse Diomède au pied d'une flèche (209), et blesse Machaon et Eurypylos. Ulysse est blessé. L'Ajax est contraint de battre en retraite. Achille regarde la bataille depuis la poupe de son navire et suppose que bientôt les Achéens viendront lui demander de l'aide (lignes 646-649). Il envoie Patrocle à la tente de Nestor pour savoir qui est blessé. Patrocle refuse de s'asseoir, voulant revenir rapidement pour ne pas irriter Achille (lignes 690-697), mais Nestor le retient avec une longue histoire d'une de ses propres aventures héroïques de jeunesse et lui rappelle enfin les instructions que le père de Patrocle avait donné Patrocle, pour donner un conseil raisonnable à Achille. Nestor demande à Patrocle de se battre à la place d'Achille.

Livre 12. Lisez les pages 224-226. [Pages 227-238 facultatif.] Les deux Ajax et Teucer, l'archer, défendent les digues contre l'attaque troyenne. Sarpedon explique à Glaucus pourquoi les héros sont honorés de viandes de choix et de bonnes terres, car ils doivent risquer leur vie pour les autres (lignes 320-342), l'encourageant ainsi à se battre plus fort. Hector franchit les portes et les Grecs courent vers leurs navires. (Notez la description d'Hector p. 237-238.)

Livre 13. Livre entier en option, pp. 239-264. Pendant que Zeus quitte Troie des yeux pour regarder autre chose, Poséidon vient déguisé pour aider les Grecs, qui repoussent les Troyens et en tuent beaucoup. Polydamas, le voyant, avertit Hector de reculer et de consolider la position des Troyens (p. 261, lignes 768-789). Hector est d'accord avec lui, mais ensuite, en voyant Paris, se retrouve à nouveau pris dans la bataille.

Livre 15. Lisez les pages 281-283 et le plan de Zeus. Le reste (p. 284-304) est facultatif. Zeus se réveille très en colère et menace Hera, lui disant à nouveau que ses plans ne seront pas modifiés. Il envoie Iris ordonner à Poséidon de se retirer de la bataille. Poséidon acquiesce à contrecœur. Zeus envoie Apollo pour aider Hector à se remettre de sa blessure et à prendre d'assaut les navires. Ensemble, ils abattent une partie de la digue. Patrocle laisse Eurypyle blessé pour tenter de persuader Achille de se battre à nouveau (p. 293). Hector continue d'affronter l'Ajax et exhorte les chevaux de Troie à tirer sur les navires. L'Ajax parvient à blesser tout cheval de Troie qui s'approche et éloigne ses torches.


Livre 16. Lis tout.
Questions, Livres 10-16

1. Pensez-vous que Zeus est un dieu sans cœur et sans pitié ? (Voir 8.481-489 11.78-83 20.21-33.)

2. Pourquoi les dieux briseront-ils la digue après la guerre ? (Voir p. 141-142, 224-225.)

3. Que pensez-vous du comportement d'Héra dans le livre 14 ? Comment pensez-vous que le public grec a réagi aux lignes de séduction de Zeus (14 318-33) ?

4. Pouvez-vous expliquer l'herbe fraîche à 14,353 ?

5. Pensez-vous que Zeus est responsable du destin ? (Voir 15.49-78 [Le plan de Zeus pour la guerre] et 16.469-496 [Le destin de Sarpédon].) Lien image : Sommeil et mort Transport du corps de Sarpédon en Lycie.

6. Le livre 16 est souvent appelé le « petit Iliade« - quels thèmes du grand livre sont développés à plus petite échelle ici ?

7.Pourquoi pensez-vous qu'Achille compare Patrocle à une « petite fille » (305) ? A votre avis, que ressent Achille ici ? Quel(s) point(s) Homer pourrait-il soulever ici ?

8. Pourquoi pensez-vous qu'Achille laisse Patrocle aller se battre pour lui ? (Voir pp. 306-08, 310-12.) Décrivez l'état d'esprit d'Achille dans cette scène, en vous concentrant sur son utilisation du mot "honneur" (lignes 84-101). Que pensez-vous du vœu d'Achille en haut de la p. 308 ?

9. Pensez-vous qu'Achille soit responsable de la mort de Patrocle ? Patrocle est-il partiellement responsable ?

10. Pourquoi pensez-vous que la mort de Patrocle est si différente des autres morts ? Nommez ses assassins (357). (Voir 18.490, 19.442-3.) Pourquoi pensez-vous qu'il y en a autant ? Pourquoi pensez-vous qu'Homère appelle Patrocle "vous" après la p. 325 ?

11. Est-il acceptable de se vanter et de bavarder ou non ? (Voir p. 323, 327, 330.)

12. Que pensez-vous que l'armure (ancienne) d'Achille pourrait symboliser ? Remarquez ce qui arrive à quiconque essaie de porter cette armure.


Livre 17. Livre entier en option, pp. 332-354. Ménélas garde le corps de Patrocle. Apollon appelle Hector pour combattre Ménélas. Hector dépouille le corps de son armure (d'Achille). Ménélas appelle l'Ajax à l'aide. Hector met l'armure et Zeus le plaint car il va bientôt mourir. Achille se demande pourquoi Patrocle ne revient pas, alors que les deux camps se battent pendant des heures pour le corps et que les chevaux divins d'Achille pleurent Patrocle (pp. 344-345, lignes 438-454). (Notez la réponse de Zeus à ces pleurs aux lignes 455-461). Enée et Hector tentent de prendre les chevaux d'Achille mais échouent. Zeus envoie des éclairs et du tonnerre, qui aident à déclencher une fuite paniquée des Grecs. Ajax prie au moins Zeus de le laisser mourir au soleil et Zeus disperse les nuages ​​(page 351 lignes 660-665). Ménélas envoie Antiloque informer Achille de la mort de Patrocle et lui demander d'aider à sauver le corps.

Livres 18 et 19. Lis tout.

Livre 20. Livre entier en option, pp. 387-402. Zeus rassemble les dieux et leur dit qu'ils peuvent désormais prendre la part de leur choix dans la guerre, peut-être parce qu'Achille est si redoutable qu'il menace de "dépasser son destin" et de détruire les murs de Troie (lignes 30-33 - voir aussi pp 328 et 418). Apollon inspire Enée à faire face à Achille, mais avant que le danger ne puisse venir à l'un d'eux, Poséidon sauve Enée afin que la lignée Dardanienne ne périsse pas complètement : le destin d'Enée, car il est « innocent » et fait toujours des cadeaux agréables aux dieux (lignes 298 -314), est d'établir une nouvelle ligne de chevaux de Troie. (Gardez cela à l'esprit pour la fin du semestre lorsque nous lisons le Énéide.) Hector se prépare à affronter Achille, mais Apollon le met en garde. Cependant, lorsque son plus jeune frère Polydore est tué, Hector se tourne à nouveau vers Achille. Ni l'un ni l'autre n'est blessé car Athéna défend Achille et Apollo aide Hector. Achille tue alors de nombreux autres chevaux de Troie.

Livres 21 et 22. Lis tout.

Livre 23. Lisez les pages 440-448. [Pages 448-466, les Jeux Funéraires de Patrocle, sont facultatifs.] Achille fixe les prix et agit comme juge. Les jeux comprennent une course de chars, un match de boxe, un match de lutte, une course à pied, un combat à l'épée, un lancer de fer, un concours de tir à l'arc et un lancer de javelot. Les parallèles avec le « jeu de guerre » sont intéressants dans cette section : les participants prient et reçoivent l'aide des dieux s'inquiètent de leur honneur (gagner) et sont extrêmement compétitifs pour les prix, qui sont principalement du butin de guerre, des armures, des métaux fonctionnels tels que batterie de cuisine (trépieds) et esclaves. De plus, tous les événements sportifs sont ceux qui servent bien un guerrier. (Rappelez-vous ceci lorsque nous lisons à propos des jeux dans le Odyssée.) Tout au long des jeux, Achille est un hôte aimable. (Remarquez comment il attribue à Agamemnon "un chaudron non cuit, valant un bœuf, en relief / Avec des fleurs" sans se soucier de le faire concourir pour cela [lignes 910-920].)

Livre 24. Lis tout. [Lire l'introduction xxxvii-xlii, « Le cœur durable. »]

Iliade Notes et questions, livres 17-24

(372) la chanson des Linos = un chant funèbre ou une complainte ancienne, parallèle aux lamentations pour les dieux de la fertilité mourants et naissants comme Adonis.
(377) Atê = "tentation divine ou engouement" (Dodds 2). Aussi traduit par "folie" (9.519) et "passion" (24.511), à&circ. est une sorte de « folie partielle et temporaire et comme toute folie [chez les Grecs], elle est attribuée, non à des causes physiologiques ou psychologiques, mais à une instance externe, « démoniaque » » (Dodds 5). Dodds soutient qu'Agamemnon n'offre pas ici un alibi bon marché, mais explique véritablement ce qui s'est passé (voir 1.429-431, 9.388 et 19.288-93). Qu'est-ce que tu penses?

1. Pourquoi pensez-vous qu'il est important pour chaque camp d'avoir possession du corps de Patrocle ? Pourquoi pensez-vous que les corps sont si importants? (Cf. Hector, p. 430, 434-5, 467-69, 482-92.)

2. Remarquez comment Achille réagit à la mort de Patrocle, surtout ce qu'il advient de sa colère et de ses notions d'honneur et de gloire (356-58, 365, 378, 429, 435) Pensez-vous qu'il révise ses idées d'honneur et de gloire ? Comment décririez-vous leur relation ?

3. Pensez-vous qu'Achille lâche enfin sa colère ? (Voir pp. 442-46 et 484-85.) Selon vous, quel est le point de vue d'Homère sur cette colère ? (justifié, héroïque, tragique ?)

4. Pourquoi pensez-vous qu'Homère passe autant de temps à décrire la nouvelle armure d'Achille, en particulier son bouclier (369-373) ? Comparez / contrastez la façon dont Achille et les hommes réagissent à la nouvelle armure lorsqu'elle est livrée (374-375).

5. Que pensez-vous que les scènes sur le bouclier pourraient symboliser ? Pourquoi une arme de guerre aurait-elle autant de scènes pacifiques ? Comparez et contrastez ces scènes avec des événements de la Iliade.

6. Que pensez-vous des excuses d'Agamemnon (376-78) ? Achille n'accusait-il pas aussi Zeus (382) ? Pourquoi pensez-vous qu'Achille refuse de manger (380, 383) ?

7. Comparez et opposez le traitement d'Achille de Lycaon et son discours sur la mort (405-406) avec son discours dans le monde souterrain dans le Odyssée, Livre 11 (265-266).

8. Pourquoi pensez-vous qu'Homère a inclus l'épisode d'Achille combattant la rivière ? Comparer / contraster avec l'idée de "dépasser" son destin (16.819 20.30-33 21.529-31).

9. Selon vous, qu'est-ce qui pousse Hector à finalement affronter et combattre Achille ?

10. Le traitement par Achille du corps d'Hector est-il justifié (en termes grecs) ? Peinture sur vase : Achille traînant le corps d'Hector tandis que Priam et Hécube regardent (Persée).

11. En quoi Hector et Patrocle sont-ils similaires ? Voyez-vous des similitudes dans le comportement d'Achille et de Priam ? (Décrivez les états d'esprit d'Achille dans la scène avec Priam.)

12. À votre avis, quel est le message de la fable d'Achille des jarres de Zeus (483-484) ? Pourquoi pensez-vous qu'Homère a mis des conseils judicieux sur le chagrin (484-86) dans la bouche d'Achille ? Peinture Vae : Un guerrier quittant la maison (Persée).

13. De quelles manières pouvez-vous relier les notions modifiées d'honneur et de gloire d'Achille aux changements que nous voyons dans sa colère et son chagrin dans le livre 24 ? (Lisez attentivement les pages 483-486.) Remarquez quand les chagrins d'Achille et de Priam coïncident et quand ils sont en désaccord. Peinture sur vase : La rançon du corps d'Hector (Persée). Comparez avec une version différente de la même scène.

14. À votre avis, pourquoi Homère termine-t-il le poème comme il le fait ? Quel est son point de finir de cette façon? Pourquoi Homère n'a-t-il pas terminé le poème avec la mort d'Achille ou la capture de Troie ? (En d'autres termes, pourquoi pensez-vous qu'Homère veuille souligner la réconciliation et la fin de la colère d'Achille dans le livre 24 ?) Peinture sur vase : La mort de Priam (Persée).

15. Pourquoi pensez-vous que ce poème ne s'appelle pas le Achillead?

16. Quel héros préférez-vous, Achille, Hector ou un autre ? Pourquoi? Qu'est-ce qui (le cas échéant) fait d'Achille un héros ?

17. Quelles sont certaines des significations du destin dans l'épopée ? (Voir la question 7 ci-dessus.)

18. Pensez-vous que les femmes sont représentées avec sympathie dans l'épopée ? (Andromaque, livres 6 et 24, Hélène, livres 3 et 6, Briseis, pp. 382-383.) Compte tenu des émotions dans les scènes finales de l'épopée, quelle est selon vous l'opinion d'Homère sur la guerre contre Troie ?

19. Pensez-vous qu'Achille est un héros tragique ? Voir « Tragédie : les bases » (paquet 63). Recherchez des exemples de orgueil de son côté (12 garçons 365, 404, 441, 445 Lycaon 405-06 combattant le traitement fluvial d'Hector 433, 468-9). Nommez quelques aspects de l'histoire et du personnage d'Achille qui pourraient être considérés comme « tragiques ». Si vous ne pensez pas qu'Achille est tragique, justifiez votre point de vue. Y a-t-il d'autres personnes ou événements « tragiques » dans le Iliade? Peinture de vase : Vase géométrique montrant les funérailles d'un guerrier mort (ch. 750 avant J.-C., à propos de quand le Iliade a été écrit)

  • Dodds, E.R. Les Grecs et l'Irrationnel. Berkeley : U de Californie P, 1951.
  • Hésiode. Travaux et jours et Théogonie. Trans. Stanley Lombardo. Indianapolis : Hackett, 1993.
  • Homère. L'Iliade. Trans. Stanley Lombardo. Présentation Sheila Murnaghan. Indianapolis : Hacket, 1997.
  • Guide de lecture du Iliade
  • Le monde héroïque
  • Iliade, Livres 1 et 24 comparés
  • Aperçu de la Iliade
  • "Images du mythe de la guerre de Troie" de Robin Mitchell-Boyask. (Liens vers Persée images)
  • Vase géométrique montrant les funérailles d'un guerrier mort (vers 750 av. Iliade a été écrit)
  • Casque de Crète (vers 650 av. J.-C., juste après la Iliade a été écrit)

Mh=nin a)/eide qea) Phlhia/rosée ) A)xilh=oj
Menin aeide, Théa, Peleiadeo Achilleos
Rage : Chante, Déesse, la rage d'Achille,

ou)lome/nhn, h( muri/ )Axaioi=j a)/lge ) e)/qhke
oulomenen, e muri' Achaiois alge' etheké,
Noir et meurtrier, ça a coûté aux Grecs

pollaj d ' i)fqi/mouj yuxaj) Aidi proi)=ayen
pollas d'iphthimous psuchas Haidi proiapsen
Douleur incalculable, dressé d'innombrables âmes

h(rwwn, au)touj de e(lw/ria teu=xe ku/nessin
héroon, autous de heloria teuche kunessin
Des héros dans l'obscurité d'Hadès

oi)wnoi=si te pa=si, Dioj d' e)telei)eto boulh/,
oionoisi te pasi, Dios d'eteleieto Boulé,
Et ont laissé leurs corps pourrir comme des festins
Pour les chiens et les oiseaux, selon la volonté de Zeus.

ec ou= dh ta prw=ta diasth/thn e)pi)sante )
ex ou dé ta prota diasteten episante
Commencez par l'affrontement entre Agamemnon—

' Atreidhj te a)/nac a)ndrw=n kai di=oj ) /Axilleu/j.
Atreides te wanax andron kai dios Achilleus.
Le seigneur de guerre grec et le divin Achille.

Quelques Noms Importants, Grecs (aussi appelé Achéens, Argiens, ou Danaans):

Calchas—Prêtre d'Apollon
Achille—meilleur combattant grec signifie peut-être « chagrin [akhos] des combattants [Laos]".
Agamemnon—Roi de Mycènes, fils d'Atrée, chef de file.
MénélasFrère d'Agamemnon, époux d'Hélène.
Ulysse—astucieux roi d'Ithaque, héros de L'Odyssée.
Ajax—Telemonian, le plus grand (orthographe grecque : Aias).
Ajax—le moindre, fils d'Oileus.
Diomède—jeune guerrier, fils de Tydeus, seigneur d'Argos.
Nestor—vieux et sage guerrier de Pylos.
Patrocle—signifie "gloire des ancêtres". Meilleur ami d'Achille
HélèneL'épouse de Ménélas, volée par Paris, "cause" nominale de la guerre.

Noms importants, chevaux de Troie (aussi appelé Dardaniens):

Troie—ville assiégée par les Grecs (appelée aussi Ilion, Ilion, ou Ilios).
Priam—Roi de Troie, époux d'Hécube.
Hector—signifie "titulaire" ou "protecteur". Meilleur guerrier troyen, fils de Priam.
Andromaque—La femme d'Hector.
Paris—prince de Troie, a volé Helen. Aussi appelé Alexandre.
Énée—fils d'Anchise, plus tard héros de l'épopée romaine Énéide.
Pandare—brise la trêve. Aussi: Sarpédon, Glaucus


Une rançon

Quelqu'un d'autre a mentionné David Malouf&aposs "Ransom" dans une discussion liée. Je recommande fortement le livre aux autres une fois qu'ils ont lu "Homer". Ce que M. Malouf fait de la relation entre Priam et Achille parvient - je pense - à s'accrocher au classique mais en même temps à situer le travail d'Homer&aposs dans un contexte contemporain (2009 est nu Si vous aimez ce genre de choses, vous pouvez lire l'intégralité revoir.

Les dieux sont infantiles et infiniment sages : « Ransom » de David Malouf

Quelqu'un d'autre a mentionné la « rançon » de David Malouf dans une discussion liée. Je recommande fortement le livre à d'autres une fois qu'ils ont lu "Homer". Ce que M. Malouf fait de la relation entre Priam et Achille parvient - je pense - à s'accrocher au classique mais à la fois situer l'œuvre d'Homère dans un contexte contemporain (2009 n'est pas hier au regard des époques que nous envisageons ici). Ce que M. Malouf fait avec Somax à la fin est très intelligent, très satisfaisant à mon penchant moderne.
. Suite

5★
Comment pourrais-je donner moins à une interprétation aussi inventive d'un vieux conte dans un livre si magnifiquement écrit ?

J'ignorais l'histoire du siège de Troie (enfin, j'en avais entendu parler, mais je ne savais pas grand-chose d'autre), et je n'ai jamais lu L'Iliade (pour la honte !). Grecs contre Troyens. Cette histoire.

Peu importe. Si vous êtes aussi ignorant que moi, vous apprécierez toujours un récit de cette partie de l'un des meilleurs auteurs australiens, David Malouf. C'est une histoire avec des rêves et des dieux, mais avec des espoirs et des désirs très humains. 5★
Comment pourrais-je donner moins à une interprétation aussi inventive d'un vieux conte dans un livre si magnifiquement écrit ?

J'ignorais l'histoire du siège de Troie (enfin, j'en avais entendu parler, mais je ne savais pas grand-chose d'autre), et je n'ai jamais lu L'Iliade (pour la honte !). Grecs contre Troyens. Cette histoire.

Peu importe. Si vous êtes aussi ignorant que moi, vous apprécierez toujours un récit de cette partie de l'un des meilleurs auteurs australiens, David Malouf. C'est une histoire avec des rêves et des dieux, mais avec des espoirs et des désirs très humains.

En bref, il s'agit du roi de Troie, Priam, qui souhaite récupérer le corps de son fils, Hector, tué au combat par le héros grec Achille.

C'est une guerre de longue haleine, et l'attente entre les batailles est : "mort à l'esprit guerrier", pense Achille. « La guerre doit être pratiquée rapidement, de manière décisive. Trente jours au maximum, dans les semaines entre la nouvelle pousse printanière et la récolte, lorsque le maïs est sec et mûr pour la marque de l'envahisseur, puis retour au rythme du bétail de la vie du fermier.

Achille a perdu son proche compagnon, Patrocle, qui a été tué par Hector. Mais il est prédit qu'Achille mourra s'il tue Hector. La rage et la vengeance prennent le dessus sur lui, alors non seulement il tue Hector, mais il oblige tous ses soldats à poignarder le corps, puis le traîne pendant des jours.

Priam a déjà perdu de nombreux fils (de diverses épouses), mais Hector était spécial, et le fils de sa première épouse préférée, Hecuba (qui en a perdu 7 !). Priam a un rêve qu'il peut racheter le corps souillé de leur fils, et c'est l'histoire de ce voyage. Il sait qu'il vieillit et qu'en tant qu'homme, pas en tant que dieu, il accepte que son destin soit assuré.

« Nous seuls, humains, pouvons savoir, doués que nous sommes de mortalité, mais aussi de conscience, ce que c'est que d'être conscient chaque jour de la décoloration en nous de la fraîcheur et de la jeunesse, de la chute, alors que les muscles se relâchent dans nos bras, le la cuisse se creuse et la vue s'obscurcit, quelle que soit la vigueur virile dont nous étions autrefois dotés.

La langue et les descriptions sont parfaites. Une scène où ses soldats mangent et jouent à des jeux tandis qu'Achille est en détresse sans appétit :

« Plus de vin est transporté. Achille remarque à peine tout cela. C'est juste le bruit que font les hommes adultes lorsqu'ils sont en compagnie et ont peur de l'endroit où le silence pourrait les mener. Les arbres d'un coup font un tel vacarme. Les pierres aussi quand elles se jettent ensemble.

Les scènes avec Priam et Achille, deux pères pleurant leurs pertes, sont touchantes.

il s'agit d'un récit/élaboration/extrapolation des livres 22-24 de l'Iliade d'Homère. au début, je pensais que c'était si difficile à lire. l'écriture était éloquente au point que les mots semblaient nager sur la page et que je ne pouvais pas en comprendre le sens. mais finalement, je me suis habitué à l'écriture et j'ai commencé à apprécier à quel point le malouf transmet la notion exacte qu'il veut transmettre. il est un écrivain talentueux, même si je pense qu'il pourrait être plus succinct dans de nombreux endroits.

il s'agit d'un récit/élaboration/extrapolation des livres 22-24 de l'Iliade d'Homère. au début, je pensais que c'était si difficile à lire. l'écriture était éloquente au point que les mots semblaient nager sur la page et je n'arrivais à rien comprendre. mais finalement, je me suis habitué à l'écriture et j'ai commencé à apprécier à quel point le malouf transmet la notion exacte qu'il veut transmettre. c'est un écrivain talentueux, même si je pense qu'il pourrait être plus succinct dans de nombreux endroits.

la façon dont il humanise et caractérise les personnages et les relations dans ce livre est assez remarquable. Achille, en particulier, a été si bien développé, pensai-je. Achille et Patrocle sont évidemment un tel OTP. Comme. comment pouvez-vous lire ce livre et ne pas ressentir la romance. c'est tout à fait là.

le livre est divisé en 5 parties. Je pense que la partie 4 est la meilleure partie. Je pense que la partie 3 ou la partie 1 est la plus faible. le rythme aurait pu être plus rapide et comme je l'ai dit, j'aurais aimé que Malouf puisse pratiquer plus de brièveté, mais je veux dire. le livre était p bien. il y avait tellement de passages magnifiques. (il y avait aussi tellement de passages que j'ai dû relire encore et encore jusqu'à ce que je les comprenne car les 1000 premières fois, mon cerveau a refusé de prêter attention.) . Suite

C'est l'une des meilleures œuvres de fiction que j'ai lues depuis longtemps. Exceptionnel.
Malouf a centré son histoire sur le voyage de Priam de Troie assiégée à la tente d'Achille pour racheter son fils mort Hector après onze jours insupportables à regarder Achille traîner le cadavre d'Hector et apos derrière son char. Mutilé chaque jour, le cadavre est remis en état du jour au lendemain par les dieux, poussant Achille dans encore plus de rage et d'indignation.
Alors que l'Iliade est une histoire d'actes et d'actions, c'est une histoire de troubles intérieurs, c'est l'une des meilleures œuvres de fiction que j'ai lues depuis longtemps. Exceptionnel.
Malouf a centré son histoire sur le voyage de Priam de Troie assiégée à la tente d'Achille pour racheter son fils mort Hector après onze jours insupportables à regarder Achille traîner le cadavre d'Hector derrière son char. Mutilé chaque jour, le cadavre est remis en état du jour au lendemain par les dieux, poussant Achille dans davantage de rage et d'indignation.
Alors que l'Iliade est une histoire d'actes et d'actions, c'est une histoire d'agitation intérieure, de doute et de résolution, de rôles joués par des guerriers, des gens ordinaires, un roi et sa famille.
Priam, le roi, pleure son fils comme un roi pleure. Sa vie a presque toute été vécue comme un roi (depuis l'enfance, nous comprenons) et il pense et agit dans le rôle d'un roi, jusqu'à ce qu'il commence à briser le moule de sa vie en prenant une grande chance, en faisant quelque chose qu'aucun roi n'a fait. fait avant de s'habiller simplement et de voyager dans un chariot muletier rempli de trésors jusqu'au camp grec dans une dernière tentative de racheter le corps d'Hector.
Somax, le charretier, présente Priamr aux expériences des gens ordinaires - traînant ses pieds dans un ruisseau courant une profonde tristesse à la perte de ses fils bien-aimés, craignant la mort d'un petit-enfant adoré. Priam commence à réaliser à quel point il a vécu dans le rôle d'un roi et à considérer les différentes réactions qu'il pourrait avoir s'il laissait tomber ce manteau, comme il l'a fait pour ce voyage.
Les rôles et les relations des pères et des fils sont des motifs récurrents tout au long. Les dieux interviennent bien sûr à des moments cruciaux pour influencer les événements mais Malouf fait considérer à Priam que le hasard peut être un facteur - tout n'est pas déterminé par les dieux et les destins. Hécube recule devant cette idée comme une hérésie profonde, perturbant profondément la vision du monde existante. Plus rien ne sera plus pareil.
La prose de Malouf est magistrale et se lit souvent comme un poème en prose.
J'ai pris la traduction de l'Iliade de Latimore pour la relire.

David Malouf&aposs Ransom est un récit intense et souvent profondément poétique des livres 22-24 de l'Iliade qui, dans le poème épique, racontent le voyage du roi Priam&aposs au camp militaire grec pour racheter le corps d'Hector&aposs à Achille.

Je me souviens clairement avoir lu cet épisode du poème d'Homer&aposs à l'école et en avoir été complètement ému et la réimagination de Malouf&aposs n'a pas réussi à provoquer en moi le même sentiment de profonde tristesse à la rencontre de deux hommes également abasourdis par un chagrin profond et inexprimable.

It&aposs very easy to David Malouf's Ransom est un récit intense et souvent profondément poétique des livres 22-24 de l'Iliade qui, dans le poème épique, racontent le voyage du roi Priam au camp militaire grec pour racheter le corps d'Hector à Achille.

Je me souviens clairement avoir lu cet épisode du poème d'Homère à l'école et en avoir été complètement ému et la ré-imagination de Malouf n'a pas manqué de provoquer en moi le même sentiment de profonde tristesse à la rencontre de deux hommes également abasourdis par un chagrin profond et inexprimable. .

Il est très facile de voir dans la prose magnifiquement fluide du roman le talent de poète de Malouf - les lignes sont souvent caractérisées par une profonde musicalité et sont brisées et rythmées.

Le livre est structuré autour de cinq chapitres de longueurs variables se concentrant alternativement sur Achille et Priam. Ma préférence absolue irait au chapitre I - où nous observons le chagrin d'Achille se transformer en sa haine sauvage pour le corps d'Hector - et au chapitre IV dans lequel la rencontre fatidique a lieu et les deux hommes, divisés par la guerre et tous deux douloureusement conscients de leur approche morts, parviennent à partager un moment d'humanité paisible. Le paragraphe à la fin du chapitre IV m'a donné des frissons pour sa simplicité et son immobilité :

« Appelle-moi, Priam », dit-il d'un ton léger, « quand les murs de Troie s'effondreront autour de toi, et je viendrai à ton secours. »
C'est leur moment de séparation.
Priam marque une pause, et la cruauté de la réponse qui lui vient aux lèvres le surprend.
— Et si, quand je t'appelle, tu es déjà dans les ombres ?
Achille sent un frisson le parcourir. Il fait froid ici.
— Alors, hélas pour toi, Priam, je ne viendrai pas.
C'est, Achille le sait, une plaisanterie du genre de celles qui plaisent aux dieux, qui plaisantent sombrement. Souriant à l'avance de ce qu'ils ont déjà vu, tous les deux, il lève la main, et sur un mot du chauffeur, la charrette sort du camp en trombe.

Je recommande ce roman pour s'attarder un moment dans sa prose magnifiquement tricotée et si vous voulez revivre l'un des épisodes les plus déchirants de la littérature ancienne.

Supplication d'Achille de Priam par un artiste français non identifié du XIXe siècle (Boston, Musée des Beaux-Arts) . Suite

« Nous sommes des mortels, pas des dieux. Nous mourons. La mort est dans notre nature. Sans ces frais payés d'avance, le monde ne vient pas à nous » (p.184).
David Malouf dans Une rançon (2009) raconte l'histoire d'Homère de la rançon de Priam du corps de son fils Hector d'Achille. Alors que le monde classique se concentrait sur le rôle du destin dans la vie des rois et des héros, Malouf écrit sur le double rôle du destin et du hasard. Le récit s'adresse donc à nous, qui avons peut-être oublié à la fois le rôle du destin et celui du hasard, alors « Nous sommes des mortels, pas des dieux. Nous mourons. La mort est dans notre nature. Sans ces frais payés d'avance, le monde ne vient pas à nous » (p.184).
David Malouf dans Une rançon (2009) raconte l'histoire d'Homère de la rançon de Priam du corps de son fils Hector d'Achille. Alors que le monde classique se concentrait sur le rôle du destin dans la vie des rois et des héros, Malouf écrit sur le double rôle du destin et du hasard. Le récit s'adresse ainsi à nous, qui avons peut-être oublié à la fois le rôle du destin et celui du hasard, tant nous sommes convaincus que nous sommes maîtres de notre propre destin.
Une rançon est trompeusement petit. C'est un roman court (219 petites pages avec une police agréablement grande). Il a, cependant, la densité, la profondeur et la légèreté du meilleur de la poésie. Ce n'est pas surprenant. Malouf est l'un des plus grands poètes et romanciers australiens. La structure poétique de Une rançon, s'inspire de celui d'Homère Iliade, qui, bien que vieux de 27 siècles, est étonnamment nouveau dans ses structures de narration avec le passé et le futur entrelacés avec le présent, permettant à une résonance de sens de se construire à chaque point. L'habileté poétique de Malouf aussi, comme celle d'Homère, intensifie le sens. Voici Malouf décrivant la transe de Priam : « Une vieille passivité onirique en lui à laquelle il n'a plus besoin de résister va dissoudre la frontière entre ce qui est solide et tangible dans le monde qui l'entoure – les feuilles de mûrier flottent sur leurs ombres… » (p. 41-2). Et voici le récit de Malouf de la rage d'Achille contre Hector, et contre lui-même, pour la mort de son ami Patrocle. Il déshonore le corps d'Hector, grand héros de Troie, après l'avoir tué au combat : défiant délibérément les dieux, traînant le cadavre d'Hector autour du tumulus tenant la dépouille de Patrocle, cherchant une réponse à la hauteur de sa douleur : « D'un coup de rêne, il tire les chevaux vers la gauche, et avec un grand cri les fait galoper une fois, deux fois, trois fois autour de la brouette, le corps d'Hector, comme il culbute derrière, soulevant un nuage de poussière qui tourbillonne et s'épaissit comme si à cet endroit de la plaine un orage s'était formé et pendant de longues minutes a fait rage et tordu tandis que tout autour le monde restait immobile. L'histoire aussi grandit à Malouf depuis près de 70 ans, laissant le temps aux idées complexes de mûrir et de s'éclaircir, rendant ainsi la facilité consommée avec laquelle elles s'expriment. La conjonction de l'histoire d'Homère et de sa propre expérience de la guerre et de la mort a commencé quand il avait neuf ans. Dans un après à Une rançon Malouf écrit un poème Épisode d'une guerre antérieure rassemblant la guerre dans laquelle il a été pris (les troupes américaines à Brisbane, les soldats revenant de la guerre, les récits de la guerre (le navire des enfants évacués d'Angleterre et cherchant refuge au Canada torpillé avec 77 enfants morts) avec le histoire de Troie, et avec sa vie ordinaire concernée par les sports, les intimidateurs et les chatons noyés : http://www.poetrylibrary.edu.au/poets. #
… La nuit, le brouillard au milieu de l'Atlantique
mon sommeil encore était étouffé
avec des corps, des chatons aveugles
dans la baignoire où Mme Allen a fait notre lavage
toujours à bout de bras, jetant leur vie dans un sac.

C'est peut-être cette conjonction d'événements et de sentiments puissamment vécus par Malouf enfant (comme une image onirique surdéterminée) qui lui a permis de Une rançon d'explorer si puissamment le mélange du destin et du hasard.
Une rançon est l'histoire de deux hommes, Achille, le jeune guerrier grec, et Priam, le vieux roi de Troie, centré sur l'acte de la rançon de Priam pour le retour du corps de son fils Hector. Les deux histoires sont construites autour des concepts de destin et de hasard mis en place lorsque les hommes étaient enfants. Pour Achille, c'est l'arrivée fortuite de Patrocle, qui après avoir tué accidentellement un camarade de jeu, devient un paria envoyé à la cour du père d'Achille et qui devient alors celui d'Achille. « âme sœur et compagnon ». À partir de ce moment, une partie centrale du destin d'Achille est définie. C'est l'amour de Patrocle pour les myrmidons (hommes d'Achille) qui l'amène à prendre les armes lorsqu'Achille a refusé, qui le conduit à être tué sur le champ de bataille vêtu de l'armure d'Achille, qui conduit à la rage impuissante d'Achille pour ses amis ' la mort et, plus, pour sa part, cela conduit à son meurtre Hector et au déshonneur de son corps. À ce stade, le destin de Priam croise celui d'Achille. Car, comme pour Achille, le destin de Priam a été décidé par hasard. Comme l'enfant Pordaces, il se cacha, sale, parmi les enfants des parias alors que Troie était saccagée et brûlée par Hercule. Il est sauvé par la « fantaisie » de sa sœur, qui demande son retour comme cadeau à lui faire car elle est prise comme prix de guerre, et par le « choix » d'Hercule d'offrir et d'accepter. Hercule le rebaptise « Priam » (« le prix payé ») pour qu'il sache toujours que la vie d'un esclave et celle d'un roi étaient également possibles, séparées seulement par le hasard de sa rançon. C'est cette connaissance qui permet à Priam, face à la chute inévitable de Troie, sa propre mort, et le viol, la destruction, l'incendie et l'esclavage de ses citoyens de prendre la dangereuse possibilité de « chance » suggérée par la déesse Iris qui lui rend visite. Elle souligne qu'il peut faire quelque chose car ce n'est pas entièrement le destin qui régit la façon dont les choses sont : « Pas comme ils doivent être, mais comme ils se sont avérés. Dans un monde qui est aussi soumis au hasard ».
C'est ce mouvement du hasard qui conduit Priam à présenter « quelque chose de nouveau » à Achille : lui-même comme un homme ordinaire, un père. C'est la soudaineté et le caractère inattendu de cette rançon qui permet à Achille de sortir de sa douleur folle et de devenir « un ordre parfait de corps, de cœur, d'occasion,… le vrai Achille, celui qu'il a fait tout ce chemin pour trouver ». (p.190). Priam trouve aussi « un état de bien-être exultant » (p. 211). Les deux hommes ont réussi à sortir d'un moule incroyablement serré, pour ouvrir une nouvelle possibilité.
Nous ne pouvons cependant pas nous reposer sur une ‘fin heureuse’. Nous savons que les deux hommes vont bientôt mourir. Nous savons aussi que même avec des histoires avec des fins heureuses, vivre ce qui s'est réellement passé et vivre avec ce qui s'est passé comme cela devient notre destin est une toute autre affaire (comme Priam nous le rappelle) … ce qui, sur une note personnelle, nous ramène à Malouf et à son destin. Si les rencontres fortuites de l'histoire de Troie avec la guerre et la mort et la vulnérabilité de l'enfant de neuf ans étaient vécues comme mon sommeil immobile était étouffé/avec des corps on peut voir qu'il s'est joué comme son destin de tourner autour de ces thèmes, de ces vulnérabilités et même des images (les nuits de Priam sont remplies de "les rêves éveillés nuit après nuit troublent son repos, une coquille brûlée, dont les citoyens... sont les cadavres parmi lesquels il se déplace" (p. 40)).
Malouf, dans sa postface, dit Une rançon est de raconter des histoires sur l'importance de raconter des histoires. Dans une interview sur le programme australien ABC Le salon du livre (http://www.abc.net.au/radionational/p. ) Malouf dit de la narration : « Cela nous agrandit d'une certaine manière, mais cela nous libère aussi d'une certaine manière. J'ai été très intéressée en lisant récemment une interview d'Umberto Eco où il dit que nous sommes des créatures narratives, nous sommes des créatures pour lesquelles la narration est essentielle à notre façon d'appréhender le monde et de comprendre le monde, alors que raconter des histoires est absolument fondamental pour nous, et que ce que nous obtenons de la narration est quelque chose dont nous ne pouvons pas nous passer ».
Comme le dit Hécube (la femme de Priam) Les mots sont puissants. Eux aussi peuvent être les agents de ce qui est nouveau, de ce qui est concevable et peut être pensé et déchaîné sur le monde ». Les idées de Malouf pourraient bien être dangereuses. Peut-être que nous, comme Hecuba, souhaitons avoir mal entendu. Car Malouf ne nous propose pas un concept de « chance » dévêtu, tel que Priam le voyait. Il nous rappelle que toute vie est à la fois une question de hasard et de destin : une toute autre façon de regarder le monde. Et bien que les Grecs aient reçu le sort de leurs dieux, nous aimons les Grecs dans Une rançon, sont donnés les nôtres par le prix que nous "payé à l'avance" - la connaissance de notre destin – notre mort et aussi par ces conjonctions fortuites qui résonnent comme destin à travers nos vies.
Ce livre est une lecture incontournable pour tous ceux qui aiment la poésie, la philosophie et les bonnes histoires à raconter.

J'ai jamais aimé Achille mais plus je lis L'Iliade et du matériel connexe, plus j'en suis venu à apprécier les difficultés qu'il a rencontrées. Est-ce que tu acte dans le monde et risquer l'échec ou la trahison de tout ce que vous tenez pour vrai ? Ou est-ce que vous – en effet – gardez la tête baissée et espérez que les dieux ne vous remarquent pas ? (Je ne peux pas adhérer à l'éthique guerrière de l'âge du bronze d'Homère ni à son équivalent moderne, mais je peux comprendre cette peur d'agir, et en ce sens, j'ai une profonde sympathie pour Achille.) Même moi, je n'ai jamais aimé Achille mais plus fois je lis L'Iliade et du matériel connexe, plus j'en suis venu à apprécier les difficultés qu'il a rencontrées. Est-ce que tu acte dans le monde et risquer l'échec ou la trahison de tout ce que vous tenez pour vrai ? Ou est-ce que vous – en effet – gardez la tête baissée et espérez que les dieux ne vous remarquent pas ? (Je ne peux pas adhérer à l'éthique guerrière de l'âge du bronze d'Homère ni à son équivalent moderne, mais je peux comprendre cette peur d'agir, et en ce sens, j'ai une profonde sympathie pour Achille.) Même à un niveau personnel simple (hah!) , jouer le rôle est une chose terrifiante : est-ce que je quitte mon travail sans issue et ennuyeux ? Est-ce que je demande à cette personne de sortir ? Jusqu'où dois-je aller pour garder mes chats vieillissants en bonne santé ? En faisant quelque chose - n'importe quoi - vous laisse ouvert à ses conséquences. Et c'est cette idée qui a fait L'Iliade et maintenant Une rançon des lectures aussi intéressantes pour moi en tant que lecteur mature.

Dans le 24e livre de L'Iliade, Zeus, troublé par le chagrin excessif d'Achille à propos de la mort de Patrocle et de ses tentatives de souiller le corps d'Hector, envoie Thétis dire à son fils qu'il doit rendre le corps, et Iris à Priam pour lui dire qu'il doit prendre une rançon pour le sécuriser . Cela met en place l'un des épisodes les plus poignants de l'épopée, lorsque Priam s'approche d'Achille et implore le cadavre de son fils (le texte est tiré de cette édition de la traduction de Stephen Mitchell) :

Dans Une rançon, David Malouf a profité de ce trop bref moment de compassion au milieu d'une guerre épouvantable et l'a développé pour créer un roman moderne qui explore les possibilités d'ignorer le destin.

Le roman commence avec Achille ruminant sur la plage, réfléchissant à sa vie et à son destin. L'Achille de Malouf rage non pas contre l'insulte d'Agamemnon (bien que ce soit le catalyseur) mais contre son destin : « Mais dans une autre partie de lui-même, le jeune homme qu'il est résiste, et c'est la rage enfouie de cette résistance qui le chasse piétiner le rivage » (p. 10). Pour ajouter à sa misère, il se sent désormais coupable que Patrocle soit mort à sa place et en dehors de lui, et il se sent piégé : « Il attend la rupture. Pour que quelque chose apparaisse qui brisera le charme qui est sur lui, la rage auto-consumante qui le pousse et gaspille son esprit dans le désespoir » (p. 35).

Cette « rupture » apparaît bientôt sous les traits de Priam, qui conçoit un plan audacieux pour récupérer le corps de son fils. Audacieux parce qu'il l'invite à agir en homme simple et non en roi qu'il a été presque toute sa vie.

Le Priam de Malouf, comme ses enfants Cassandra et Helenus, est sujet aux inspirations des dieux, et une nuit il reçoit la visite d'Iris - déesse de l'arc-en-ciel et messagère de Zeus - qui lui murmure à l'oreille l'idée blasphématoire que la façon dont les choses sommes ce n'est pas comme ça qu'ils doit être dans un monde « soumis aussi au hasard » et lui donne la vision d'un voyage nocturne, accompagné d'un seul compagnon, jusqu'au camp achéen.

Depuis le jour de sa naissance, à l'exception d'un bref moment traumatisant, Priam a été entouré de rituels, de traditions et d'attentes fondées sur son rôle sacré de roi. C'est une vie stérile, coupée de tout contact réel avec les autres humains – même dans ce qui devrait être la plus intime des relations : mari/femme, père/enfants. Mais il sent la possibilité dans l'acte d'aborder Achille comme un homme simple, un père. La possibilité de confondre ce que le destin et les dieux ont en réserve pour Troie, ne serait-ce que pour un instant [la trêve de 12 jours]. De même, quand Achille voit Priam dans sa tente, il se rend compte des possibilités que l'apparence du vieil homme ouvre - bien qu'aucun des deux n'ait finalement la force de les saisir. Ce qui, pour moi, est la vraie tragédie de L'Iliade et de ce roman : Nous voyons l'homme qu'Achille aurait pu devenir. Un guerrier lié à l'honneur - oui une machine à tuer semblable à un dieu - oui mais aussi un homme capable d'empathie et de compassion (une notion que je ne pense pas entièrement étrangère à l'original d'Homère).

Il y a un troisième personnage - Somax - l'humble charretier dont la charrette et les mules sont louées pour le voyage vers le camp achéen, et qui - pour cette nuit - prend le personnage d'Idaeus, le héraut du roi. Somax est la porte d'entrée de Priam dans le monde de l'humanité et leur voyage est l'introduction de Priam à ce qu'il a perdu en étant roi. Il y a des scènes presque lyriques où le vieux roi s'émerveille de se rafraîchir les pieds dans une rivière ou d'apprendre à faire des gâteaux à la plancha (réalisant pour la première fois qu'une vraie personne les fait).

La scène culminante reprend – bien sûr – l'épisode de L'Iliade cité ci-dessus, mais avec des différences subtiles qui approfondissent le caractère poignant de la description d'Homère :

« Père », répète-t-il [Achille], à haute voix cette fois, envahi de tendresse pour ce vieillard et sa fragilité tremblante. « Pelée ! Père!"

Le grand Achille, les yeux embués, pleure. Avec un cri, il tombe sur un genou* et se penche pour serrer la robe de son père.Automédon et Alcimus, leurs épées maintenant dégainées et luisantes, bondissent à ses côtés.

Achille, surpris, regarde à nouveau….

« Je suis Priam, roi de Troie », dit-il simplement. «Je suis venu à toi, Achille, tel que tu me vois, tel que je suis, pour te demander, d'homme à homme, comme un père, le corps de mon fils. Pour le rançonner et le ramener à la maison. (p. 174-5)

La seule raison pour laquelle je ne donne pas cinq étoiles à ce livre est un désaccord personnel avec la façon dont Malouf gère les dieux. Au début, quand Iris rend visite à Priam dans sa chambre à coucher, il y a une ambiguïté sur ce que sont les dieux. Sont-ils réels ou sont-ils des produits d'esprits mortels ? Priam est seul. Il est sujet aux visions. Iris pourrait-il être son subconscient créant la seule chose qui pourrait l'éloigner de son rôle désigné, la cage qu'il a construite autour de lui – un dieu ? Cette ambiguïté est sacrifiée lorsque Somax et Priam rencontrent la figure bien réelle d'Hermès alors qu'ils traversent la plaine de Troie. Malheureusement, à mon avis. J'aurais aimé que l'auteur conserve ce sentiment d'ambiguïté.

Ceci mis à part, je recommande très fortement ce roman.

Et sur une note similaire : comme vous l'avez peut-être compris, l'une des principales raisons pour lesquelles j'ai vraiment apprécié la lecture (et la relecture pour cette critique) Une rançon est le thème de la négation de l'existence du Destin, et je me suis souvenu de deux contes que je recommanderais également : la nouvelle « Les loups jusqu'à ce que le monde s'effondre » de Greg Van Eekhout (dans Starlight 3) et Un Lun Dun de China Miéville. Le premier est une histoire subversive sur Ragnarök et briser les chaînes du destin. Ce dernier commence comme l'histoire habituelle d'un héros choisi qui vaincra le souverain maléfique, mais change rapidement de vitesse pour devenir l'histoire d'un héros entièrement différent qui ignore les maladresses du vieux destin pour créer son propre destin.


Achille et Hector dans l'Iliade

Mais ce qui est plus pathétique, c'est qu'Hector demande à Achille de respecter son corps après ce qu'il a fait à Patrocle. Achille nie la demande d'Hector et après l'avoir tué, il traite son corps de manière obscène. Achille peut être considéré comme un héros lorsqu'il bat Hector parce qu'il se bat techniquement au nom des Achéens et de son camarade mort Patrocle, mais cet aspect devient trivial après qu'il a percé la corde à travers les chevilles d'Hector et l'a attaché à l'arrière de son char et l'a traîné autour des murs de Troie. Il ramène plus tard le cadavre à son armée où il invite tous les hommes à le poignarder à tour de rôle. Cela montre à quel point Achille est vengeur, car tout ce qu'il fait à Hector est de rembourser la mort de Patrolcus.&hellip


Historique du fichier

Cliquez sur une date/heure pour afficher le fichier tel qu'il apparaissait à ce moment-là.

Date/HeureLa vignetteDimensionsUtilisateurCommenter
courant11:08, 22 décembre 20173 635 × 4 419 (6,92 Mo) Daderot (discussion | contributions) Page créée par l'utilisateur avec UploadWizard

Vous ne pouvez pas écraser ce fichier.


Voir la vidéo: Le Jour où tout a basculé - Ma fille est prête à tout pour largent - E23S1