Carmarthen Pals: Une histoire du 15e bataillon (de service) The Welsh Regiment, 1914-1919, Steven John

Carmarthen Pals: Une histoire du 15e bataillon (de service) The Welsh Regiment, 1914-1919, Steven John

Carmarthen Pals: Une histoire du 15e bataillon (de service) The Welsh Regiment, 1914-1919, Steven John

Carmarthen Pals: Une histoire du 15e bataillon (de service) The Welsh Regiment, 1914-1919, Steven John

Le 15e (bataillon des services), le régiment gallois, ou les Carmarthen Pals, était l'un des bataillons de la nouvelle armée levés en Grande-Bretagne une fois qu'il est devenu clair que la Première Guerre mondiale allait durer plus longtemps et nécessiter une armée beaucoup plus importante que presque tout le monde. prévu à l'été 1914. Ce livre retrace l'histoire de ce bataillon depuis sa formation initiale à la fin de 1914, en passant par certaines des batailles les plus célèbres de la guerre (dont la Somme, Passchendaele et l'offensive des cent jours de 1918) et se terminant lors de la dissolution du bataillon en 1919.

Peut-être que cette caractéristique des livres est que l'auteur a pris le temps de rechercher les histoires d'un grand nombre de morts, donc plutôt au lieu des totaux anonymes présentés dans de nombreux livres ici, nous avons souvent une biographie en pot d'au moins une partie de chaque jour. morte.

Ce livre fait comprendre à quel point les campagnes victorieuses finales de 1918 ont été coûteuses. Une seule action du 8 octobre 1918 a coûté 53 morts au bataillon, soit près de 10 % des 570 morts subis par le 15th Welsh pendant toute la guerre, et deux fois plus d'hommes sont morts en 1918 qu'en 1916, lorsque le bataillon était engagé dans la bataille. de la Somme !

Les annexes complètent bien le livre, y compris les listes complètes des morts du bataillon, des médaillés (avec des citations si possible) et des officiers (avec de brèves biographies).

Il s'agit d'une lecture impressionnante qui donne à réfléchir, qui se dresse comme un mémorial aux hommes du 15e gallois et aux sacrifices qu'ils ont consentis pendant la Grande Guerre.

Chapitres
Lever le bataillon
Front de l'Ouest : le secteur des pépinières
Somme : Bois de Mametz
Retrait de Mametz Wood et déplacement vers le Nord
Premier raid de tranchée à grande échelle
Passchendaele : la construction
Passchendaele : la crête de Pilckem
Passchendaele : Langemarck
Retour en Flandre française
Retour dans la Somme
La grande avancée : la bataille d'Albert
La grande avancée : la bataille de Bapaume
Avancer vers la victoire

Annexes
Victimes du 15e gallois
Tableau d'honneur
Récompenses au bataillon
Liste nominative des officiers
Honneurs de bataille
Ordre de bataille, 38e division (galloise)
Sommaire

Auteur : Steven John
Édition : Relié
Pages : 272
Editeur : Pen & Sword Military
Année : 2009



Les copains de Carmarthen

Le Carmarthenshire Battalion était l'une des premières unités levées en 1914 à la suite de l'expansion de l'armée régulière par Lord Kitchener de 500 000 hommes pendant la durée de la Grande Guerre. Lloyd George, alors chancelier de l'Échiquier, avait une vision d'un groupe d'armées gallois et des efforts massifs ont été déployés pour recruter et former des unités de combat gallois. Les 200 premières recrues des Carmarthen Pals venaient de Bolton, assez étrangement, mais plus tard, elles étaient tiré du comté et du Pays de Galles au sens large. La formation initiale a eu lieu à Rhyl. En avril 1915, le bataillon est devenu une partie de la 114e brigade, 38e division (galloise) et après avoir terminé sa formation et son équipement, il a traversé la France en décembre 1915. Du début de 1916 jusqu'à l'armistice, les Carmathen Pals se sont battus avec distinction. Initialement à Givency, il s'est déplacé dans la Somme en mai 1916 et a attaqué le bois de Mametz au début de la plus terrible offensive de juillet. Par la suite, le bataillon s'est déplacé vers le saillant d'Ypres et, en juillet 1917, a attaqué la crête de Pilckem. Se déplace vers le sud jusqu'au district d'Armentières, puis le secteur Albert a suivi. Au cours des derniers mois de la guerre, les Pals ont subi 40 officiers et 900 autres soldats tués et blessés alors qu'ils repoussaient les Allemands en capturant l'Ancre et en traversant le Canal du Nord et la Selle.

"synopsis" peut appartenir à une autre édition de ce titre.

En tant que membre dirigeant du gouvernement lors du déclenchement de la Grande Guerre, David Lloyd George tenait à ce que sa terre natale joue son rôle dans la lutte. Il a lancé une campagne de recrutement pour une force de combat spécifiquement galloise, dont les Carmarthen Pals faisaient partie. Entraînés à Rhyl sur la côte nord du Pays de Galles, les Pals rejoignirent en avril 1915 la 114e brigade de la 38e division (galloise) et traversèrent la France en décembre. Les Pals sont allés dans les tranchées à Givenchy, se déplaçant dans la Somme en mai 1916 en vue de la Grande Poussée. Le bataillon faisait partie de l'attaque galloise contre Mametz Wood lorsque la bataille de la Somme s'est ouverte en juillet, et s'est ensuite déplacé vers le saillant d'Ypres où, en juillet 1917, il a attaqué la crête de Pilckem dans le cadre de la bataille de Passchendaele. Plus tard dans la guerre, les Pals combattirent à Armentières et dans les secteurs Albert. Dans les derniers mois de la guerre, le bataillon a subi de graves pertes - perdant 40 officiers et 900 autres soldats alors qu'il participait à la contre-offensive victorieuse qui poussa les Allemands à traverser l'Ancre sur la Somme jusqu'au Canal du Nord.

L'histoire d'une unité galloise, initialement constituée à l'initiative de David Lloyd George en 1914. Les Carmarthen Pals combattirent à Givenchy, attaquèrent Mametz Wood sur la Somme, et la crête de Pilckem près de Passchendaele et terminèrent la guerre avec des pertes de 40 officiers et 900 hommes tué alors qu'il repoussait les Allemands vers le Canal du Nord. --Chris Buckland


Régiment gallois pendant la PREMIÈRE GUERRE MONDIALE

Depuis 1815, l'équilibre des pouvoirs en Europe avait été maintenu par une série de traités. En 1888, Guillaume II fut couronné « empereur allemand et roi de Prusse » et passa d'une politique de maintien du statu quo à une position plus agressive. Il n'a pas renouvelé de traité avec la Russie, a aligné l'Allemagne avec l'empire austro-hongrois en déclin et a commencé à construire une marine pour rivaliser avec celle de la Grande-Bretagne. Ces actions ont grandement concerné les voisins de l'Allemagne, qui ont rapidement forgé de nouveaux traités et alliances en cas de guerre. Le 28 juin 1914, Franz Ferdinand, héritier du trône austro-hongrois, est assassiné par le groupe nationaliste bosno-serbe Jeune Bosnie qui veut l'indépendance pan-serbe. Franz Joseph, l'empereur austro-hongrois (avec le soutien de l'Allemagne) a répondu de manière agressive, présentant à la Serbie un ultimatum intentionnellement inacceptable, pour provoquer la Serbie dans la guerre. La Serbie a accepté 8 des 10 termes et le 28 juillet 1914, l'Empire austro-hongrois a déclaré la guerre à la Serbie, produisant un effet de cascade à travers l'Europe. La Russie liée par traité à la Serbie a déclaré la guerre à l'Autriche-Hongrie, l'Allemagne a déclaré la guerre à la Russie et la France a déclaré la guerre à l'Allemagne. L'armée allemande a traversé la Belgique neutre pour atteindre Paris, forçant la Grande-Bretagne à déclarer la guerre à l'Allemagne (en raison du traité de Londres (1839) par lequel la Grande-Bretagne a accepté de défendre la Belgique en cas d'invasion). Le 4 août 1914, la Grande-Bretagne et une grande partie de l'Europe étaient entraînées dans une guerre qui allait durer 1 566 jours, coûter 8 528 831 vies et 28 938 073 victimes ou disparus des deux côtés.

Le régiment a levé 36 bataillons et a reçu 71 honneurs de bataille et 3 croix de Victoria, perdant 8 360 hommes au cours de la guerre.

1er bataillon
04.08.1914 Stationné à Chakrata, Inde.
20.11.1914 Retourne en Angleterre depuis Karachi et arrive à Plymouth puis s'installe à Hursley Park pour rejoindre la 84e brigade de la 28e division.
18.01.1915 Mobilisé pour la guerre et débarqué au Havre et engagé dans diverses actions sur le front occidental dont
1915
La deuxième bataille d'Ypres, la bataille de Loos.
24.11.1915 Embarque pour Salonique depuis Marseille via l'Egypte et s'engage dans diverses actions contre l'armée bulgare dont
1916
L'occupation de Mazirko, La capture de Barakli Jum'a.
1917
La capture des tranchées Ferdie et Essex (près de Barakli Jum'a), La capture de Barakli et Kumli.
1918
La bataille de Doiran, la poursuite de la vallée de la Strumica.
30.09.1918 Fin de la guerre au nord du lac Doiran, Macédoine.

2e bataillon
04.08.1914 Stationné à Bordon dans le cadre de la 3e Brigade de la 1re Division.
13.08.1914 Mobilisé pour la guerre et débarqué au Havre et engagé dans diverses actions sur le front occidental dont
1914
La bataille de Mons et la retraite qui s'ensuit, la bataille de la Marne, la bataille de l'Aisne, la première bataille d'Ypres.
1915
Opérations d'hiver 1914-15, La bataille d'Aubers, La bataille de Loos.
1916
La bataille d'Albert, la bataille de Bazentin, la bataille de Pozières, la bataille de Flers-Courcelette, la bataille de Morval.
1917
La retraite allemande vers la ligne Hindenburg, la deuxième bataille de Passchendaele.
1918
La Bataille d'Estaires, La Bataille d'Hazebrouck, La Bataille de Béthune, La Bataille de Drocourt-Queant, La Bataille d'Epehy, La Bataille du Canal St Quentin, La Bataille de Beaurevoir, La Bataille de la Selle, La Bataille de la Sambre.
11.11.1918 Fin de la guerre à Fresnoy le Grand S.W. de Bohain, France.

3e bataillon (de réserve)
04.08.1914 Stationné à Cardiff.
Juin 1916 Déménagement à Barry puis à Kinmel.
Mai 1917 Déménagé à Redcar où il est resté.

1/6e (Glamorgan) Bataillon Force Territoriale
04.08.1914 Stationné à Swansea dans le cadre de la South Wales Brigade.
29.10.1914 Mobilisé pour la guerre et débarqué au Havre pour défendre les Lignes de Communication.
05.07.1915 Transféré à la 84e brigade de la 28e division.
23.10.1915 Transféré à la 3e brigade de la 1re division
15.05.1916 Devient un bataillon de pionniers de la 1ère division qui s'est engagé dans diverses actions sur le front occidental, notamment
1916
La bataille d'Albert, la bataille de Bazentin, la bataille de Pozières, la bataille de Flers-Courcelette, la bataille de Morval.
1917
La retraite allemande vers la ligne Hindenburg, la deuxième bataille de Passchendaele.
1918
La Bataille d'Estaires, La Bataille d'Hazebrouck, La Bataille de Bethune, La Bataille de Drocourt-Queant, La Bataille d'Epehy, La Bataille du Canal St Quentin, La Bataille de Beaurevoir, La Bataille de la Selle, La Bataille du Sambre.
11.11.1918 Fin de la guerre à La Vallée Mulâtre N.E. de Bohain, France.

1/7ème (Cycliste) Bataillon de la Force Territoriale
04.08.1914 Stationné à Cardiff puis déplacé en Écosse stationné à Berwick et Montrose.
1915 Déménagement à Saltburn.
1917 Déménagé à Seaton Crew puis à Middlesbrough où il est resté.

2/4e Bataillon de la Force Territoriale
Oct 1914 Formé à Carmarthen.
Novembre 1915 Déménagé à Bedford et absorbé par le 2/4th of the Kings Shropshire Light Infantry.

2/5e Bataillon de la Force Territoriale
Novembre 1914 Formé à Pontypridd.
Nov 1915 Déménagé à Bedford et absorbé par le 2/6th of the Cheshire.

2/6e (Glamorgan) Bataillon Force Territoriale
Décembre 1914 Formé à Swansea.
Nov 1915 Déménagé à Bedford et absorbé par le 2/5th of the Royal Welsh Fusiliers.

2/7ème (Cycliste) Bataillon de la Force Territoriale
1914 Formé à Cardiff.
Juillet 1916 Déménagement à Holt, Norfolk.
1917 Déménagement à Fakeham attaché à la 223e brigade, puis retour à Holt.
1918 Déménagé à Hunstanton, puis à Melton Constable.

3/4e 3/5e & 3/6e Bataillon Force Territoriale
Mars 1915 Formé à Carmarthen, Pontypridd et Swansea, puis s'installe à Milford Haven.
08.04.1916 Devient les 4e 5e et 6e bataillons de réserve.
01.09.1916 Le 4e absorbe les 5e et 6e.

3/7e Bataillon (Cycliste) Force Territoriale
1915 Formé à Cardiff puis transféré à Milford Haven.
Mars 1916 Démantelée.

8e (service) bataillon (pionniers)
Au 1914 Formé à Cardiff dans le cadre de la First New Army (K1), puis déplacé à Parkhouse, Salisbury Plain pour rejoindre la 40e brigade de la 13e division, puis déplacé à Chiseldon puis à Bournemouth.
Jan 1915 Devient un bataillon de pionniers de la 13e division, puis s'installe à Aldershot.
15.06.1915 Embarquement pour Gallipoli depuis Avonmouth via Mudros.
05.08.1915 Débarqué à Anzac, Gallipoli et engagé dans diverses actions contre l'armée turque, y compris
La bataille de Sari Bair, la bataille de Russell's Top, la bataille de la cote 60.
Décembre 1915 Évacué de Gallipoli vers l'Égypte en raison de graves pertes au combat, de maladies et de conditions météorologiques difficiles. La division s'est ensuite déplacée pour défendre une section du canal de Suez.
Février 1916 Déployé en Mésopotamie.
1917
La bataille de Kut al Amara, La prise du saillant de Hai, La prise de Dahra Bend, Le passage de la Diyala, La poursuite de l'ennemi vers Bagdad, La prise de Bagdad.
31.10.1918 Fin de la guerre dans la région de Delli Abbas N.E. de Bagdad, Mésopotamie.

9e bataillon (de service)
Sept 1914 Formé à Cardiff dans le cadre de la deuxième nouvelle armée, puis déplacé dans la plaine de Salisbury pour rejoindre la 58e brigade de la 19e division, puis déplacé à Basingstoke.
Janvier 1915 Déménagé à Weston-super-Mare puis à Perham Down.
Juillet 1915 Mobilisé pour la guerre et débarqué au Havre et engagé dans diverses actions sur le front occidental dont
1915
L'Action de Pietre action de diversion pendant la bataille de Loos
1916
La bataille d'Albert, les attaques contre High Wood, la bataille de la crête de Pozières, la bataille des hauteurs de l'Ancre, la bataille de l'Ancre.
1917
La bataille de Messines, la bataille de la crête de Menin Road, la bataille de Polygon Wood, la bataille de Broodseinde, la bataille de Poelcapelle, la première bataille de Passchendaele, la deuxième bataille de Passchendaele.
1918
La Bataille de St Quentin, La Bataille de Bapaume, La Bataille de Messines, La Bataille de Bailleul, La Première Bataille de la Crête de Kemmel, La Bataille de l'Aisne, La Bataille de la Selle, La Bataille de la Sambre et le passage de la Grande Honelle.
11.11.1918 Fin de la guerre à Wargnies au nord du Quesnoy, France.

10e (service) bataillon (1er Rhondda)
Sept 1914 Formé par D. Watts Morgan MP à Rhondda Valley, puis déplacé à Codford St. Mary dans le cadre de la 76e brigade de la 25e division.
30.09.1914 Transféré à la 129e brigade de la 43e division à Rhyl.
29.04.1915 La formation est devenue la 114e brigade de la 38e division.
Août 1915 Déménagement à Winchester.
Déc 1915 Mobilisé pour la guerre et débarqué au Havre et engagé dans diverses actions sur le front occidental dont
1916
La bataille d'Albert. (La division a subi de graves pertes et a pris le reste de l'année pour se reconstruire).
1917
La bataille de Pilkem, la bataille de Langemark.
06.02.1918 Démantelé en France.

11e bataillon (de service)
Sept 1914 formé à Cardiff dans le cadre de la troisième nouvelle armée, puis déplacé à South Downs pour rejoindre la 67e brigade de la 22e division, puis déplacé à Hastings.
Avril 1915 Déménagé à Seaforth puis à Aldershot.
06.09.1915 Mobilisé pour la guerre et débarqué à Boulogne.
30.10.1915 Embarque pour Salonique depuis Marseille et s'engage dans diverses actions contre l'armée bulgare dont
1916
La bataille de Horseshoe Hill, la bataille de Machukovo.
1917
Les batailles de Doiran.
1918
La bataille de Doiran.
30.09.1918 Fin de la guerre N.W. du lac Doiran, Macédoine.

12e bataillon (de réserve)
23.10.1914 Formé à Cardiff en tant que bataillon de service de la quatrième nouvelle armée (K4) dans le cadre de la 104e brigade de la 35e division.
10.04.1915 Devient un 2e bataillon de réserve à Kinmel dans le cadre de la 13e brigade de réserve.
01.09.1916 Devient le 58e bataillon de réserve d'entraînement.

13e (service) bataillon (1er Rhondda)
23.10.1914 Formé à Cardiff dans le cadre de la 129e brigade de la 43e division, puis déplacé à Rhyl.
29.04.1915 La formation est devenue la 114e brigade de la 38e division.
Août 1915 Déménagement à Winchester.
Déc 1915 Mobilisé pour l'été et débarqué au Havre et engagé dans diverses actions sur le front occidental dont
1916
La bataille d'Albert. (La division a subi de graves pertes et a pris le reste de l'année pour se reconstruire).
1917
La bataille de Pilkem, la bataille de Langemark.
1918
La bataille d'Albert, la bataille de la Bapaume, la bataille d'Havrincourt, la bataille d'Epehy, la bataille de Beaurevoir, la bataille de Cambrai, la bataille de la Selle, la bataille de la Sambre.
11.11.1918 Fin de la guerre à Ecuelin à l'est d'Aulnoye, France.

14e (service) bataillon (Swansea)
1914 Formé par le maire avec une société du club de football et de cricket de Swansea à Swansea dans le cadre de la 129e brigade de la 43e division, puis a déménagé à Rhyl.
29.04.1915 La formation est devenue la 114e brigade de la 38e division.
Août 1915 Déménagement à Winchester.
Déc 1915 Mobilisé pour l'été et débarqué au Havre et engagé dans diverses actions sur le front occidental dont
1916
La bataille d'Albert. (La division a subi de graves pertes et a pris le reste de l'année pour se reconstruire).
1917
La bataille de Pilkem, la bataille de Langemark.
1918
La bataille d'Albert, la bataille de la Bapaume, la bataille d'Havrincourt, la bataille d'Epehy, la bataille de Beaurevoir, la bataille de Cambrai, la bataille de la Selle, la bataille de la Sambre.
11.11.1918 Fin de la guerre à Ecuelin à l'est d'Aulnoye, France.

15e bataillon (de service) (Carmarthenshire)
Oct 1914 Formé par le comité du comté de Carmarthenshire dans le cadre de la 129e brigade de la 43e division, puis déplacé à Rhyl.
29.04.1915 La formation est devenue la 114e brigade de la 38e division.
Août 1915 Déménagement à Winchester.
Déc 1915 Mobilisé pour l'été et débarqué au Havre et engagé dans diverses actions sur le front occidental dont
1916
La bataille d'Albert. (La division a subi de graves pertes et a pris le reste de l'année pour se reconstruire).
1917
La bataille de Pilkem, la bataille de Langemark.
1918
La bataille d'Albert, la bataille de la Bapaume, la bataille d'Havrincourt, la bataille d'Epehy, la bataille de Beaurevoir, la bataille de Cambrai, la bataille de la Selle, la bataille de la Sambre.
11.11.1918 Fin de la guerre à Ecuelin à l'est d'Aulnoye, France.

16e bataillon (de service) (Cardiff City)
Novembre 1914 Formé par le Lord Mayor and Corporation à Cardiff.
Décembre 1914 Déménagé à Colwyn pour rejoindre la 130e brigade de la 43e division.
29.04.1915 La formation est devenue la 115e brigade de la 38e division.
Août 1915 Déménagement à Winchester.
Déc 1915 Mobilisé pour la guerre et débarqué au Havre et engagé dans diverses actions sur le front occidental dont
1916
La bataille d'Albert. (La division a subi de graves pertes et a pris le reste de l'année pour se reconstruire).
1917
La bataille de Pilkem, la bataille de Langemark.
07.02.1918 Démantelé en France.

17e (service) bataillon (1er Glamorgan)
Décembre 1914 Formé comme bataillon bantam puis déplacé à Rhyl attaché à la 43e Division.
Février 1915 Déménagé à Rhos puis à Prees Heath pour rejoindre la 119e brigade de la 40e division.
Septembre 1915 Déménagement à Aldershot.
Juin 1916 Mobilisé pour la guerre et débarqué en France et engagé dans diverses actions sur le front occidental dont
1916
La bataille de l'Ancre.
1917
La retraite allemande vers la ligne Hindenburg (mars), La prise de Quinze Ravine, Villers Plouich, Beaucamp et La Vacquerie, Les opérations de Cambrai.
09.02.1918 Démantelée en France.

18e (service) bataillon (2e Glamorgan)
Jan 1915 Formé comme bataillon bantam puis déplacé à Porthcawl attaché à la 43e division.
Juillet 1915 Déménagé à Prees Heath pour rejoindre la 119e brigade de la 40e division.
Septembre 1915 Déménagement à Aldershot.
Juin 1916 Mobilisé pour la guerre et débarqué en France et engagé dans diverses actions sur le front occidental dont
1916
La bataille de l'Ancre.
1917
La retraite allemande vers la ligne Hindenburg (mars), La prise de Quinze Ravine, Villers Plouich, Beaucamp et La Vacquerie, Les opérations de Cambrai.
1918
La bataille de St Quentin, la bataille de Bapaume, la bataille d'Estaires, la bataille d'Hazebrouck.
05.05.1918 Réduit au cadre de formation
18.06.1918 Retourne en Angleterre en tant que membre de la 47e brigade de la 16e division et s'installe à North Walsham.
20.06.1918 Absorbé le 25e Bataillon.
07.07.1918 Déménagé à Aldershot et rejoint la 47e brigade de la 16e division.
29.07.1918 Retour en France
La dernière avancée en Artois.
11.11.1918 Fin de la guerre au sud de Tournai, Belgique.

19e bataillon (de service) (pionniers du Glamorgan)
Février 1915 Formé à Colwyn Bay en tant que bataillon de pionniers de la 43e division.
29.04.1915 La formation est devenue la 38e division puis s'est déplacée à Winchester.
Déc 1915 Mobilisé pour la guerre et débarqué au Havre et engagé dans diverses actions sur le front occidental.
11.11.1918 Fin de la guerre près d'Aulnoye, France.

20e (Réserve) Bataillon (3e Rhondda)
Juillet 1915 Formé à St. Asaph à partir des compagnies de dépôt des 10e et 13e bataillons en tant que bataillon de réserve locale.
Sept 1915 Déménagé à Kinmel en tant que membre de la 13e brigade de réserve.
01.09.1916 Devient le 60e bataillon de réserve d'entraînement.

21e (Réserve) Bataillon
Juillet 1915 Formé à Colwyn Bay à partir des compagnies de dépôt des 14e, 15e et 16e bataillons en tant que bataillon de réserve locale.
Sept 1915 Déménagé à Kinmel en tant que membre de la 13e brigade de réserve.
01.09.1916 Devient le 61e bataillon de réserve d'entraînement.

22e (Réserve) Bataillon
Sept 1915 Formé à Prees Heath à partir des compagnies de dépôt des 17e et 18e bataillons en tant que bataillon de réserve locale.
Octobre 1915 Déménagement à Conway.
1916 Déménagement à Kinmel dans le cadre de la 14e brigade de réserve.
01.09.1916 Devient le 66e bataillon de réserve d'entraînement.

23e (Réserve) Bataillon (Pionniers gallois)
Sept 1915 Formé à Porthcawl.
Mars 1916 Déménagé à Aldershot et attaché à la 69th Division 13.05.1916 – 22.06.1916 à Thetford.
13.07.1916 Embarqué pour la Macédoine depuis Devonport, Plymouth est arrivé à Salonique et a rejoint la 28e division qui s'est engagée dans diverses actions contre l'armée bulgare, notamment
1916
L'occupation de Mazirko, La capture de Barakli Jum'a.
1917
La capture des tranchées Ferdie et Essex (près de Barakli Jum'a), La capture de Barakli et Kumli.
1918
La bataille de Doiran et la poursuite de la vallée de la Strumica.
30.09.1918 Fin de la guerre au nord du lac Doiran, Macédoine

25e bataillon
01.06.1918 Formé à North Walsham.
20.06.1918 Absorbé par le 18e Bataillon.

51e bataillon (diplômé)
27.10.1917 Formé à Halesworth à partir du 226e Bataillon de remise des diplômes (auparavant le 63e Bataillon de réserve d'entraînement) dans le cadre de la 203e Brigade de la 68e Division, puis déplacé à Yarmouth.
Mai 1918 Déménagé à Herringfleet où il est resté.

52e bataillon (diplômé)
27.10.1917 Formé à Herringfleet à partir du 234e bataillon de remise des diplômes (auparavant le 65e bataillon de réserve d'entraînement) dans le cadre de la 205e brigade de la 68e division, puis déplacé à Lowestoft.
Mai 1918 Déménagé à Saxmundham puis à Henham Park à l'est de Halesworth où il est resté.


Carmarthen Pals: Une histoire du 15e bataillon (de service) The Welsh Regiment, 1914-1919, Steven John - Histoire

Besoin d'un convertisseur de devises ? Consultez XE.com pour les tarifs en direct

Autres formats disponibles - Achetez le livre cartonné et obtenez l'eBook gratuitement ! Prix
Carmarthen Pals Relié ajouter au panier &livre18.75
Carmarthen Pals ePub (180,0 Mo) ajouter au panier £4.99

Le Carmarthenshire Battalion était l'une des premières unités levées en 1914 à la suite de l'expansion de l'armée régulière par Lord Kitchener de 500 000 hommes pendant la durée de la Grande Guerre. Lloyd George, alors chancelier de l'Échiquier, avait une vision d'un groupe d'armées gallois et des efforts massifs ont été déployés pour recruter et former des unités de combat galloises.

Les 200 premières recrues des Carmarthen Pals venaient de Bolton, assez étrangement, mais plus tard, elles provenaient principalement du comté et du Pays de Galles au sens large. La formation initiale était chez Rhyl.

En avril 1915, le bataillon est devenu une partie de la 114e brigade, 38e division (galloise) et après avoir terminé sa formation et son équipement, il a traversé la France en décembre 1915.

Du début de 1916 jusqu'à l'armistice, les Carmathen Pals se sont battus avec distinction. Initialement à Givency, il s'est déplacé dans la Somme en mai 1916 et a attaqué le bois de Mametz au début de la plus terrible offensive de juillet. Par la suite, le bataillon s'est déplacé vers le saillant d'Ypres et, en juillet 1917, a attaqué la crête de Pilckem. Déplacement vers le sud jusqu'au quartier d'Armentières, puis le Secteur Albert a suivi.

Au cours des derniers mois de la guerre, les Pals ont subi 40 officiers et 900 autres soldats tués et blessés alors qu'ils repoussaient les Allemands en capturant Ancre et en traversant le Canal du Nord et la Selle.

"C'est une lecture impressionnante qui donne à réfléchir, qui se dresse comme un mémorial aux hommes du 15e gallois et aux sacrifices qu'ils ont consentis pendant la Grande Guerre."

Site Web History of War, octobre 2009

Comment le soldat de cette image obsédante a été identifié comme un héros de guerre

Le lieutenant Frank Roberts, MC a reçu la Croix militaire « pour sa bravoure remarquable et son excellent leadership lors d'une attaque ».

Le visage d'un jeune soldat gallois, dont l'image a été utilisée dans un clip sur la Grande Guerre, était resté anonyme dans un musée jusqu'à ce que son propriétaire tombe sur un livre la semaine dernière.

L'image puissante du lieutenant Frank Roberts, grièvement blessé à Mametz Wood lors de la première bataille de la Somme, avait été sélectionnée pour la vidéo « Tell My Father », choisie simplement en raison de la grande tristesse reflétée dans ses yeux.

Mais bien qu'il ait son portrait depuis plusieurs années, parmi une collection donnée au Tinshed Museum de Laugharne, le propriétaire Seimon Pugh-Jones n'avait pas pu l'identifier, malgré ses recherches.

Lire la suite
Articles Liés

Héros au combat

C'était jusqu'à une visite fortuite dans une librairie à Carmarthen la semaine dernière, lorsque Seimon a trouvé plusieurs visages qu'il a reconnus.

Maintenant, alors que cette semaine marque le centenaire du début de l'une des batailles les plus sanglantes de la Première Guerre mondiale, la bataille de la Somme, il a été révélé que le "soldat aux yeux tristes" était un héros au combat.

« Il y a trois ans, nous avons reçu une petite collection de cartes postales et de portraits achetés lors d'un vide-grenier », a déclaré Seimon, co-fondateur de TinShed. "Il n'y avait aucune information sur aucune des photographies, à part les détails des photographes en relief dans le coin des portraits, 'Frank J Anthony Photographer, Llanelly.'"

Lire la suite
Articles Liés

&aposImage puissante &apos

Simon a déclaré que les photos se trouvaient dans une vieille boîte OXO et ont été affichées pendant un certain temps en 2014.

Mais lorsque le chanteur baryton Mark Llewellyn Evans a enregistré une nouvelle version solo du morceau "Tell My Father" (à l'origine une collaboration et un hit n°1 avec les Welsh Guards), il a demandé au TinShed de tourner un clip pour lui, en s'inspirant de Simon's expérience en tant que caméraman et en utilisant les artefacts de guerre du musée.

Lire la suite
Articles Liés

« Nous avons décidé d'utiliser les garçons Llanelli comme soldats. Mais nous sentions que nous avions besoin d'un début puissant pour la vidéo », a déclaré Seimon.

« Je me suis souvenu que nous avions une photo, un portrait en particulier m'a frappé. C'était celui d'un jeune officier aux yeux incroyablement tristes. C'était un beau type mais avec un tel regret, comme s'il savait qu'il ne reviendrait pas.

Lire la suite
Articles Liés

Rencontre fortuite

C'est ce portrait qui a été utilisé au début du clip et le désir de Seimon de découvrir qui il était s'est renforcé.

« Nous ne savions pas comment. Nous avons interrogé plusieurs historiens, mais n'avons rien trouvé.

Mais une visite fortuite dans une librairie de Carmarthen la semaine dernière a vu Seimon tomber sur des visages familiers.

« Je viens de repérer un livre intitulé ‘Carmarthen in the Great War’, écrit par l’auteur de Laugharne Steven John.

«Je l'ai ramassé et il s'est ouvert à la page 61. Un visage familier me fixait, identifié comme étant le lieutenant Tom Roberts, Swansea Road. On disait qu'il avait été tué au combat le 24 mai 1915. J'étais sidéré. C'était l'une des images que nous avions conservées dans la boîte.

J'ai contacté Steven John et lui ai dit ce qui s'était passé. J'ai aussi expliqué l'autre portrait "Le soldat aux yeux tristes".

Lire la suite
Articles Liés

Frères d'armes

Steven pensait que ça pouvait être son frère, Frank.

Après quelques courriels, il a été confirmé qu'il s'agissait bien de son frère Frank, qui a été grièvement blessé à Mametz Wood et a reçu la Croix militaire pour sa bravoure.

"C'est une coïncidence tellement magique qu'à l'anniversaire de la 'Bataille de la Somme' et du 'Mammetz Wood', nous savons maintenant qui était le 'soldat aux yeux tristes'."

L'auteur et historien militaire, M. John, a écrit sur les frères Roberts dans son livre Carmarthen Pals: A History of the 15th (Service) Battalion, the Welsh Regiment, 1914-1919.

Il a déclaré que le lieutenant Frank Roberts, MC a reçu la Croix militaire "pour sa bravoure remarquable et son excellent leadership lors d'une attaque".

Lire la suite
Articles Liés

"Sa citation, publiée dans la Gazette du 11 janvier 1919, disait" Pour bravoure remarquable et bon leadership lors d'une attaque. Avec seulement seize hommes et aucun officier restant, il consolida la position acquise, et par l'utilisation judicieuse de ses canons Lewis, il trompa l'ennemi sur son nombre et tint sa position pendant 24 heures sans appui sur son flanc, sous un feu nourri d'obus, infligeant des pertes considérables à l'ennemi à la fois avec ses propres canons et avec des mitrailleuses capturées la veille. Il a fait un travail magnifique ».


Kobo Rakuten

Por el momento no hay artículos en tu carrito de compra.

*Aucun engagement, annulez à tout moment

Disponible el :
Disponible el :

1 livre audio par mois

+ Essai GRATUIT de 30 jours

Obtenez 1 crédit chaque mois à échanger contre un livre audio de votre choix

*Aucun engagement, annulez à tout moment

*Aucun engagement, annulez à tout moment

Disponible el :
Disponible el :

1 livre audio par mois

+ Essai GRATUIT de 30 jours

Obtenez 1 crédit chaque mois à échanger contre un livre audio de votre choix

*Aucun engagement, annulez à tout moment


Le long, long sentier

Dépôt régimentaire

Bataillons de l'armée régulière

1er bataillon
Août 1914 : à Chakrata, Inde, membre de la brigade Dehra Dun de la division Meerut.
Retourné en Angleterre, débarquant à Plymouth le 22 décembre 1914. Déménagé à Hursley Park.
Puis est venu sous les ordres de et est resté avec la 84e brigade dans la 28e division.
Débarqué au Havre le 18 janvier 1915. Embarque à Marseille pour l'Egypte et finalement Salonique, le 24 novembre 1915.

2e bataillon
Août 1914 : à Bordon. Fait partie de la 3e brigade de la 1re division.
Débarqué au Havre le 13 août 1914.

3e bataillon (de réserve)
Août 1914 : à Cardiff. Dépôt/unité de formation, il est resté au Royaume-Uni pendant toute la guerre. Déménagé à Barry en août 1914, de là à Kinmel Park (juin 1916) et en mai 1917 à Redcar où il est resté dans le cadre de Tees Garrison.

Bataillons de la Force Territoriale

1/4e bataillon
Août 1914 : à Carmarthen. Une partie de la brigade du sud du Pays de Galles, qui n'était pas affectée à une division.
Déménagé à Tunbridge Wells en novembre 1914 et en février 1915 aux défenses Forth et Tay en Écosse.
17 avril 1915 : passe sous les ordres de la 159e brigade de la 53e division (galloise). Déménagé à Bedford.
A quitté Devonport le 19 juillet 1915. Débarqué à Suvla Bay le 9 août 1915.
8 octobre 1915 : fusion avec le 1/5th Bn, formant le 4th Welsh Composite Bn. Identité d'origine reprise le 10 février 1916/
11 décembre 1915 : évacué de Gallipoli et transféré en Egypte.
Le 3 juillet 1918, les deux bataillons fusionnent pour former le 4/5e Bataillon.

1/5e bataillon
Août 1914 : à Pontypridd. Enregistrement identique au 1/4e Bn.


Mémorial du 5e Bataillon à Coed-Pen-Maen Common à Rhondda. Image reproduite avec l'aimable autorisation de l'excellent site Web de Geograph, avec nos remerciements. Notez que le mémorial utilisait l'orthographe “Welch” que le régiment a réadoptée en 1920.

1/6e bataillon (Glamorgan)
Août 1914 : à Swansea. Une partie de la brigade du sud du Pays de Galles, qui n'était pas affectée à une division.
29 octobre 1914 : débarque au Havre et part travailler sur les Lignes de Communication.
5 juillet 1915 : passe sous les ordres de la 84e brigade de la 28e division.
23 octobre 1915 : transféré à la 3e brigade de la 1re division.
15 mai 1916 : devient Pioneer Battalion à 1st Division avec laquelle il reste ensuite.

1/7e bataillon (cycliste)
Août 1914 : à Cardiff, non affecté à une brigade ou une division.
Déménagé à Berwick-on-Tweed, Ayton et Eyemouth en Écosse à la fin de la mobilisation.
Mars 1915 : déménage à Saltburn (1915). Plus tard à Seaton Carew (début 1917) et à Middlesbrough à partir du milieu de 1917 où il faisait partie de la garnison de Tees.

2/4e Bataillon
Formé à Carmarthen en octobre 1914 en tant qu'unité de deuxième ligne.
Absorbed by the 2/4th King’s Shropshire Light Infantry at Bedford in November 1915.

2/5th Battalion
Formed at Pontypridd in November 1914 as a second line unit.
Absorbed by the 2/6th Cheshire Regiment at Bedford in November 1915.

2/6th (Glamorgan) Battalion
Formed at Swansea in December 1914 as a second line unit.
Absorbed by the 2/5th Royal Welsh Fusiliers at Bedford in November 1915.

2/7th (Cyclist) Battalion
Formed at Cardiff in 1914 as a second line unit.
Remained in UK throughout the war. Was at Holt by July 1916, then moved to Fakenham (early 1917). By mid 1918 was at Melton Constable.

3/4th, 3/5th and 3/6th Battalions
Formed at home bases in March 1915 as training units.
Moved to Milford Haven. 3/4th Bn located at Hearston Camp.
8 April 1916 : became 4th, 5th and 6th Reserve Bns.
1 September 1816: 5th and 6th were absorbed into 4th Reserve Bn.

3/7th (Cyclist) Battalion
Formed at Cardiff in 1914 as a second line unit.
Moved to Milford Haven. Disbanded in March 1916.

4/5th Battalion
Formed from the merger of 1/4th and 1/5th Battalions on 30 July 1918. Remained under 159th Infantry Brigade of 53rd (Welsh) Division.

24th (Pembroke and Glamorgan Yeomanry) Battalion
Formed in Egypt on 2 February 1917 from two dismounted Yeomanry units.
2 March 1917 : came under orders of 231st Brigade in 74th (Yeomanry) Division with which it then remained.
Landed at Marseilles on 7 May 1918.

Battalions of the New Armies

8th (Service) Battalion (Pioneers)
Formed at Cardiff in August 1914 as part of K1 and came under orders of 40th Brigade in 13th (Western) Division. Moved to Salisbury Plain and was at Chisledon in October 1914. Went into billets in Bournemouth in December.
January 1915 : converted into Pioneer Battalion to same Division. Moved to Aldershot in February 1915.
Embarked at Avonmouth on 15 June 1915 and landed at ANZAC cove on 5 August 1915.
December 1915 : evacuated from Gallipoli and went to Egypt via Mudros.
February 1916 : moved to Mesopotamia.

Soldiers of the 8th (Service) Battalion, Welsh Regiment firing on a rifle range in Winton, 17 January 1915. Imperial War Museum image Q53544

9th (Service) Battalion
Formed at Cardiff on 9 September 1914 as part of K2 and moved to Salisbury Plain, came under orders of 58th Brigade in 19th (Western) Division. billets in Basingstoke in November 1914. Moved to Weston super mare in January 1915 and on to Perham Down in May 1915.
Landed at Boulogne mid July 1915.

10th (Service) Battalion (1st Rhondda)
Formed in the Rhondda Valley in late September 1914 by D. Watts Morgan, JP and Rhondda miners’ agent.
Newspapers reported its name as 10th Rhondda Battalion.
Moved to Codford St Mary, where came under orders of 76th Brigade in 25th Division.
30 September 1914 : transferred to 129th Brigade in 43rd Division at Rhyl.
On 29 April 1915, this formation was renamed as 114th Brigade in 38th (Welsh) Division.
Moved to Winchester in August 1915.
Landed at Le Havre in December 1915.
7 February 1918 : 8 officers and 150 men of “A” Company posted to 13th (Service) Battalion.
8 February 1918 : 8 officers and 150 men of “B” Company posted to 14th (Service) Battalion.
26 February 1918: 550 men form 1 Entrenching Battalion and are later redeployed to other units. This completes the disbanding of 10th (Service) Battalion.

11th (Service) Battalion
Formed at Cardiff in September 1914 as part of K3. Moved to South Downs and came under orders of 67th Brigade in 22nd Division. Moved to Hastings in December 1914 and on to Seaford in April 1915. Went to Aldershot in May.
Landed at Boulogne on 6 September 1915.
Sailed from Marseilles on 30 October 1915, eventually to Salonika.

12th (Reserve) Battalion
Formed in Cardiff on 23 October 1914 as a Service battalion, part of K4. Came under orders of 104th Brigade in original 35th Division.
10 April 1915 : became a Reserve Battalion at Kinmel Park.
1 September 1916 : converted into 58th Training Reserve Battalion of 13th Reserve Brigade and lost its connection to the regiment.

13th (Service) Battalion (2nd Rhondda)
Formed at Cardiff on 23 October 1914. Moved to Rhyl and came under orders of 129th Brigade in 43rd Division.
28 April 1915 : formation became the 114th Brigade in 38th (Welsh) Division. Moved to Winchester in August 1915.
Landed at Le Havre in December 1915.

14th (Service) Battalion (Swansea)
Formed at Swansea in October 1914 by the Mayor and Corporation and the Swansea Football and Cricket Club.
Record same as 13th Bn.

15th (Service) Battalion (Carmarthenshire)
Formed by the Carmarthenshire County Committee in October 1914.
Record same as 13th Bn.

16th (Service) Battalion (Cardiff City)
Formed at Cardiff in November 1914 by the Lord Mayor and Corporation.
November 1914 : came under orders of 130th Brigade in 43rd Division. Was at Colwyn Bay in December.
28 April 1915 : formation became the 115th Brigade in 38th (Welsh) Division. Moved to Winchester in August 1915.
Landed at Le Havre in December 1915.
7 February 1918 : disbanded in France.

17th (Service) Battalion (1st Glamorgan)
Formed at Cardiff in December 1914 as a Bantam Battalion.
December 1914 : moved to Rhyl and attached to 43rd Division. Moved to Rhos in February 1915 and in July went on to Prees Heath.
July 1915 : transferred to 119th Brigade in 40th Division. Moved to Aldershot in September.
Landed in France in June 1916.
9 February 1918 : disbanded in France.

18th (Service) Battalion (2nd Glamorgan)
Formed at Cardiff in January 1915 as a Bantam Battalion.
Moved to Porthcawl and attached to 43rd Division. In July went on to Prees Heath.
July 1915 : transferred to 119th Brigade in 40th Division. Moved to Aldershot in September.
Landed in France in June 1916.
5 May 1918 : reduced to cadre strength after suffering heavy casualties.
18 June 1918 : transferred to 47th Brigade in 16th (Irish) Division in England. Went to North Walsham.
20 June 1918 : fully reconstituted by absorbing 25th Bn. Moved to Aldershot.
Landed in France again 29 July 1918.

19th (Service) Battalion (Glamorgan Pioneers)
Formed at Colwyn Bay in February 1915 as a Pioneer Battalion
February 1915 : attached to 43rd Division.
28 April 1915 : formation became the 38th (Welsh) Division.
Landed at Le Havre in December 1915.

20th (3rd Rhondda) (Reserve), 21st (Reserve) and 22nd (Reserve) Battalions
Formed in Wales in July and September 1915 as Reserve Bns. Moved to Kinmel Park.
1 September 1916 : 20th Bn became 60th Training Reserve Battalion and the 21st the 61st Training Reserve Battalion in the 13th Reserve Brigade. The 22nd formed the 66th Training Reserve Battalion in the 14th Reserve Brigade. All three lost their connection to the regiment at this time.

23rd (Service) Battalion (Welsh Pioneers)
Formed at Porthcawl in September 1915. Moved to Aldershot in March 1916.
Between May and June 1916, attached to 69th Division at Thetford.
Embarked at Devonport on 13 July 1916 and moved to Salonika.
24 August 1916 : attached as Pioneer Battalion to 28th Division.

Other Battalions

25th Battalion
Formed at North Walsham on 1 June 1918 but absorbed by 18th Bn on 20 June 1918.

51st (Graduated) Battalion
Up to 27 October 1917, this was known as 226th Graduated Battalion and had no regimental affiliation. Before that it had been 63rd Battalion of the Training Reserve and up to September 1916 had been the 18th and 20th (Reserve) Battalions of the Royal Welsh Fusiliers. A training unit based at Halesworth, it was part of 203rd Brigade in 68th Division. Moved to Yarmouth in winter 1917-18 and by May 1918 was at Herringfleet. Possibly at the North Dublin Union in Ireland in early 1920.

52nd (Graduated) Battalion
Up to 27 October 1917, this was known as 234th Graduated Battalion and had no regimental affiliation. Before that it had been 65th Battalion of the Training Reserve and up to September 1916 had been the 14th (Reserve) Battalion of the South Wales Borderers. A training unit based at herringfleet, it was part of 205th Brigade in 68th Division. Moved to Lowestoft in winter 1917-18 and by May 1918 was at Saxmundham.

53rd (Young Soldier) Battalion
Up to 27 October 1917, this was known as 64th Young Soldier Battalion and had no regimental affiliation. Before that it had been 21st (Reserve) Battalion of the Royal Welsh Fusiliers. A basic recruit training unit based at Kinmel Park, it was part of 14th Reserve Brigade.


The Long, Long Trail

With the recent move of the Long, Long Trail to a new domain, some of the book reviews of yesteryear have been a little stranded.

The post is made simply to ensure they do not get lost and can still be found by the main search engines.

The diary of an Artillery Officer: the 1st Canadian Divisional Artillery on the Western Front
by Major Arthur Hardie Bick DSO edited by Peter Hardie Bick
published by Amberley Publishing
ISBN 978 1 4456 0270 7
cover price – £16.99
softback, 205pp plus glossary, bibliography and index.
reviewed by Chris Baker.

The diary, which covers the period from December 1917 until February 1919, has been enhanced by the addition of a running commentary explaining the context written by Bick’s son Peter, and is of especial interest in the period from late July 1918 when the Canadian Corps went into action at Amiens and played a lead role in the “hundred days” offensive thereafter. This was a time when the learning, technique, tactical and armaments developments came together as a formidable weapon of war: the diary and commentary talk of creeping barrages, counter-battery, neutralising and counter-preparation bombardments and all the panoply of field artillery methods through which the Allied armies finally overcame the foe.

With a good selection of personal and Canadian official photographs and a small number of rough but adequate maps, this is a book worth considering by anyone interested in the way the war was won and in the role of the Canadian artillery in particular.

Only available in softback, it is very nicely produced and at a sensible cover price.

The Kensington Battalion: “never lost a yard of trench”
by G. I. S Inglis
published by Pen & Sword Military, 2010
ISBN 978-1-84884-247-2
cover price – £25
hardback, 264pp plus appendices including a roll of honour and index, illustrated
reviewed by Chris Baker

This battalion benefits from having an unusually extensive archive and a good deal of published work covering its activities. This provides an excellent background for compilation of a detailed history. But “Never lost a yard of trench ” goes further, not least due to the fact that the author met several battalion veterans, as the work on the book began many years ago and was interrupted for a long spell. The personal touch, as well as the author’s evident expertise and enthusiasm, makes this one of the best of the modern pals histories – and that is going some, as there have been many fine examples of the art. The narrative is rich, detailed and the story well told, profusely illustrated with photographs and some good sketch maps.

The Kensingtons came under command of 99th Infantry Brigade, originally of 33rd Division, but transferred after arrival in France to the regular 2nd Division. It saw much action during the war, notably on the Somme, at Oppy (Arras) and Cambrai, before falling victim of reorganisation in early 1918 when the battalion was disbanded. “Never lost a yard of trench ” is an excellent example of modern scholarship and writing, and a fine epitaph to an interesting unit.

Tyneside Irish : 24th, 25th, 26th & 27th (Service) Battalions of the Northumberland Fusiliers
by John Sheen
republished Pen & Sword Military, January 2010
ISBN – 1-848-84093-4
cover price – £25.00
Hardback, 207pp plus appendices (gallantry awards, nominal rolls) no index
reviewed by owner of The Long, Long Trail, Chris Baker.

Thousands of Irish people, forced into quitting their homeland in the shameful potato famine of the 1800’s, moved to the north of England and many found work in the shipyards, factories and coal mines of Northumberland and Durham. Their traditions and comradeship held firm and were major factors in the raising of no fewer than four volunteer battalions for the Northumberland Fusiliers in 1914. As Sheen notes, many of Irish descent also joined the Green Howards (Yorkshire Regiment) he wonders what they would have done had it been the Orange Howards! Forming up into the 103rd Brigade of 34th Division, they were destined for disaster. More than half of the text of the book is concerned with the establishment, training, early service in France and destruction of the Tyneside Irish on 1 July 1916. This is to be expected, as that terrible advance near La Boisselle is their prime moment in the war. Name after endless name fell dead or wounded to unsuppressed German machine guns. The impact on the Irish community in the North East was appalling. John does, of course, cover the rebuilding of the battalions and their subsequent actions at Arras and Ypres. Three of the battalions were disbanded in Fabruary 1918 the 25th Battalion fought on against the 1918 German offensives before being reduced to a training cadre. The book includes interesting work on the reserve units and on the pipe band, too.

Every gallantry award made to the Tyneside Irish is covered, and there are (extensive) nominal rolls of the original 1914 volunteers, together with their fates. An excellent narrative, an excellent work of reference, a splendid collection of photographs: if I had one gripe it would be the absence of an index.

The steel of the DLI : the 2nd Battalion of the Durham Light Infantry at war 1914-1918
by John Sheen
published Pen & Sword Military, 2009
ISBN 9781848841437
cover price – £25
hardback, 276pp plus honours and awards, nominal roll of officers and roll of 1914 Star, no index
reviewed by owner of The Long, Long Trail, Chris Baker

2nd DLI was a typical pre-war infantry battalion of the British Army, although it had not seen service in the South African War and had returned home from India as long ago as 1902. It was placed under orders of 18th Infantry Brigade of 6th Division and remained in that formation throughout the war.

Sheen’s history has all of the insight and detail we have come to expect of modern scholarship, drawing deeply on official, regimental and private records. With many excellent photographs, most of which will not have been seen before, and lacing the battalion’s history with the stories of individual officers and men, he takes us through the whole war from the battalion’s first searing experiences on the Aisne, right through to the honour of advancing into Germany as part of the army of occupation. In between, the 1915 nightmares of Hooge, the latter stages of the Somme, Hill 70, Cambrai and ceaseless engagement in 1918. The story also brings out how the nature of the battalion inevitably changed, from wholly regular through mostly volunteer to conscript, yet managed to maintain an ethos and professional air throughout. The battalion also coped with the rapid and manifold developments in armaments, tactical doctrines and training – a testament to the efforts of officers, NCOs and men alike.

No labour, no battle : military labour during the First World War
by John Starling and Ivor Lee
published Spellmount, September 2009
ISBN – 9780752449753
cover price – £30
Hardback, 372pp plus bibliography and index
reviewed by owner of The Long, Long Trail, Chris Baker.

My appreciation for John Starling and Ivor Lee’s achievement is underpinned by my own knowledge of Labour Corps official records, which are patchy in existence and often uninformative when they can be found. To compile this detailed analysis of how the labour units formed, where they went and what they did is clearly a work of considerable effort. The book’s title reminds us that no war – but WW1 in particular – can be fought without a tremendous amount of unglamorous ‘behind the scenes’ work. Endless digging, road mending, carrying, construction works and so on can be guessed at it is not so easy to recall the salvage work, battlefield clearance, burial of the dead and reconstruction work in which the Labour Corps was involved.

Carmarthen Pals: a history of the 15th (Service) Battalion, the Welsh Regiment, 1914-1919
by Steven John
published by Pen & Sword Military, September 2009
ISBN 184884077-2
cover price – £25
hardback, 272pp, illustrated, no index
reviewed by owner of The Long, Long Trail, Chris Baker

We have grown used to the high standard of research behind these books, and “Carmarthen Pals” is no exception. The book mentions many individuals by name and is full of photographs, having pulled on official and regimental sources as well as the local press and the memoirs of individuals. A selection of maps helps the reader understand the battalion’s role and location when it went into action, and the book concludes with a useful roll of honour, short bibliographies of battalion officers, and list of awards and decorations. The only black mark is the absence of an index.

Regiments of the British Army: a handbook with book lists
by Victor Sutcliffe
published Mulberry Coach House Books, Volume 1 (Infantry) 2007 and Volume 2 (Cavalry and Armour) 2008
ISBN – 9780955636400
cover price – not stated
Hardback, Vol 1 472pp Vol 2 254pp plus indexex
reviewed by owner of The Long, Long Trail, Chris Baker

An extraordinary, detailed and reliable work of reference, Regiments of the British Army delivers up to date information about the history and affiliations of regiments. With the regiments of the army now being barely recognisable from those described on the Long, Long Trail due to a series of mergers and developments since 1918, such an update is most valuable. The author provides for each regiment a summary of its history all the way from original formation, through the name and structural changes of the various army reforms, to the present day. Regimental badges (no pictures), nicknames, mottoes and other useful and fascinating information is also given. Perhaps most valuable of all is a wonderful bibliography, outlining published histories of each regiment. A really tremendous piece of work. The book is beautifully produced in two volumes. I could find no way to buy it online except through the publisher (see link right), which states that Volume 1 is £24.95 and Volume 2 £18.50. A third volume, covering artillery, engineers, signals and other services is slated for publication in 2010.Copies are available from the publishers here

Kitchener’s Men: the King’s Own Royal Lancasters on the Western Front 1915-1918
by John Hutton MP
published by Pen & Sword Military, 2008
ISBN 9781844157211
cover price – £19.99
hardback, 239pp plus index
reviewed by owner of The Long, Long Trail, Chris Baker.

The author, John Hutton, is the current Member of Parliament for the area where these units were raised (Barrow and Furness) and Secretary of State for Business, Enterprise and Regulatory Reform. Quite how he managed to find the time to craft a regimental history I do not know.

Of the battalions on which he has focused, three were raised for Kitchener’s new armies in 1914 and one pre-existed the war in the shape of the 4th, a Territorial battalion. John narrates the history of each unit in turn, drawing, it seems, principally on the war diaries, official history and local material. I say “seems” as no references or sources are given, which is a pity. The stories are told in enough detail for the book to be a useful reference without the reader getting mired in the minutiae, although inevitably that means there is much less colour and personality than in, say, Terry Carter’s “Birmingham Pals”.

I was a little disappointed to find little of the author’s own feelings expressed in the book, other than in the preface. There is no analysis, comment or reflection on their performance, morale, capabilities or development. This is a shame, for such insight from a man of Mr Hutton’s eminence would surely be of interest to many readers. Perhaps that is another book, once he retires!

Site latest

My mission is to make the Long, Long Trail the best and most helpful reference site about the British Army in the Great War

Become a supporter

The Long, Long Trail is provided free for all users. But it does cost money to run. Please consider supporting the site via Patreon. Click the image for details.

Or donate via Paypal if you prefer

Fourteeneighteen

My service for researching soldiers is currently suspended while I enjoy a sabbatical!

My recommended friends

Aperçu de la confidentialité

Les cookies nécessaires sont absolument essentiels au bon fonctionnement du site Web. Cette catégorie comprend uniquement les cookies qui assurent les fonctionnalités de base et les fonctions de sécurité du site Web. Ces cookies ne stockent aucune information personnelle.

Tous les cookies qui peuvent ne pas être particulièrement nécessaires au fonctionnement du site Web et sont utilisés spécifiquement pour collecter des données personnelles des utilisateurs via des analyses, des publicités et d'autres contenus intégrés sont appelés cookies non nécessaires. Il est obligatoire d'obtenir le consentement de l'utilisateur avant d'exécuter ces cookies sur votre site Web.


Introduction

As a son of the ancient Township of Laugharne, I undertook to research the Laugharne War Memorial several years ago. This interest blossomed, and resulted in my self-publishing a book on the memorial ‘A Township in Mourning’. This work has since expanded to cover the memorials of some of the neighbouring memorials of St. Clears, Llanddowror and Whitland, as well as memorial websites for the county of Carmarthenshire, and the neighbouring county of Pembrokeshire.

This small part of Wales has had the privilege of being the birth place of several great British Army units over the years, most notably during the Great War of 1914-1918, as supplying the Pembroke Yeomanry, which later transformed into the 24th Battalion of the Welsh Regiment the 4th Battalion of the Welsh Regiment, which was the local Territorial Army Battalion throughout both World Wars, and also for the 15th (Service) Battalion of the Welsh Regiment, known during the time of the Great War as the ‘Carmarthen Pals’.

Although gaining a proud reputation for itself during its three years on the Western Front during the Great War, the Carmarthen Pals have no written record of their achievements. This volume aims to correct this anomaly from the history books, and also aims to commemorate the deeds of the brave men of the battalion.

The mother regiment, the Welsh Regiment, was originally raised from the merging of two of the old regiments of foot the 41st and the 69th. The 41st Regiment of Foot was raised on 1 March 1719. This first regiment was raised by Colonel Edmund Fielding, and consisted of a core nucleus of Chelsea Pensioners, which later moved to Portsmouth as Garrison Troops. This led to the early regimental nickname of the ‘Invalids’, a somewhat unfortunate name which proved hard to shake off.

On 11 December 1787 the 41st Foot became a line regiment of the British Army. It saw active service for some years throughout the Americas, and also against the French at Quebec. In 1815 the regiment moved to France, seeing service in the campaign against Napoleon under the Duke of Wellington, and through the remainder of the nineteenth century fought in wars throughout the Empire at Burma, Afghanistan, India and the Crimean Wars. In 1857 the regiment moved to Jamaica on garrison duties, and after a three year spell there returned to Britain.

The regiment was renamed in 1881 after the Cardwell Reforms, and became the Welch Regiment. Two Battalions were formed the 1st Battalion from the 41st Foot and the 2nd Battalion from the 69th Foot.

This 69th Regiment of Foot had originally been raised on 20 September 1756 as a 2nd Battalion of the 24th Foot. It spent the formulative years of its life on maritime service with the Royal Navy, and during the next 123 years of their history served throughout the British Empire, until being turned into the 2nd Battalion of the Welch Regiment under the Cardwell Reforms.

Thus the 1st Battalion of the Welch Regiment began the next stage of its life in South Africa where it saw service against the Zulus, before moving to Egypt in 1886. After seeing action at Egypt, the regiment spent time on garrison duty back in Britain before embarking again for South Africa, where it fought throughout both of the Anglo-Boer Wars. In July 1904 it returned home to Britain, but was back on the borders of the Empire at the outbreak of the Great War, stationed at Chakrata, India.

The 2nd Battalion of the Welch Regiment in the meantime had spent most of its time on garrison duty in Britain. From 1892 to 1906 it was in India, before moving to South Africa and then to Pembroke Dock.

At the outbreak of the Great War the 2nd Welsh was sent to France as part of the 1st Division of the British Expeditionary Force, and remained on the Western Front for the remainder of the war, gaining for Wales its first Victoria Cross winner of the war, Lance Corporal William Fuller of Laugharne. William was fighting alongside Captain Mark Haggard at the Battle of Chivy-sur-Aisne, when Haggard fell, mortally wounded, due to heavy German machine-gun fire. William, at great danger to himself, rescued Haggard from the battlefield, and carried him to a barn where medics tried in vain to save him.

In the meantime the British Army was rapidly expanding, and gearing up for war. Territorial Battalions were called up, and the first of the Territorial Welsh Battalions, the 1/6th Welsh, arrived on the Western Front by October 1914.

The Welsh Regiment therefore grew throughout August 1914. The 2nd Battalion was in France, the 1st Welsh was on its way back from India, and the Territorial Battalions, the 1/4th (Carmarthenshire), the 1/5th (Glamorgan), the 1/6th (Glamorgan), the 1/7th (Cyclists) and the Pembroke and Glamorgan Yeomanry Battalions (which were later to become affiliated to the Welsh Regiment) were ready for war.

As well as these regular and territorial battalions, ‘Service’, or wartime only, battalions of the Welsh Regiment were raised throughout the recruiting grounds of south and west Wales during the coming months

These battalions were the 8th (Pioneers), 9th (Service), 10th (1st Rhondda), 11th (Cardiff City), 12th (Reserve), 13th (2nd Rhondda), 14th (Swansea City), 15th (Carmarthenshire), 16th (Cardiff City), 17th (Glamorgan), 18th (2nd Glamorgan), 19th (Glamorgan Pioneers), 20th (3rd Rhondda), 21st (Reserve), 22nd (Reserve), and 23rd (Reserve) Battalions.

The territorial battalions often had reserve battalions attached for example the front-line unit of the 4th Welsh was numbered the 1st/4th Welsh. The reserve battalion was the 2nd/4th Welsh. These battalions were designed to recruit, train and keep up the flow of reinforcements to the front line units. The reserve battalion for the newly formed service battalions was the 21st Battalion, which was based at Kinmel. On 1 September 1916 the battalion was re-designated as the 61st Training Reserve Battalion, and kept up a constant supply of reinforcements to the 14th, 15th, 16th and 19th battalions during the course of the war.

This book however is concerned with just one of these magnificent battalions of the Welsh Regiment the 15th (Service) Battalion, the Welsh Regiment: The Carmarthen Pals.

A Grea War era silk of the Welsh Regiment

The medieval Towy Bridge at Carmarthen.

A general view of Carmarthen.


TEIGNMOUTH & SHALDON

Born 1885 in Canterbury, New South Wales, Australia, he was the son of Hugh Claude Edward Lucas, a major in the Indian Staff Corps, and his wife Emilie Tehlencker. He was the grandson of General Sir Alfred William Lucas, JP (1822 - 1896) of Dunmore House, Shaldon.

The 1891 census shows Clifton aged 5 living at 8 Courtenay Place, Teignmouth.

His father is shown as born in India in 1850 and his mother Emilie as born in Australia in 1857. Clifton has an older brother, Malcolm, and two sisters, Violet and Beatrice. They have a servant, a nurse, living with them, presumably for Violet who is a year old.

The 1911 census hows Clifton's mother and father (and their general servant) as living at The Hermitage in Ringmore, Shaldon, his father is at this point a retired Colonel on a pension.

Clifton was a man with a thirst for travel. He was born in Sydney, New South Wales on 13 October 1885, the son of Colonel H C E Lucas, before moving to Teignmouth in Devon.

He then served with the Punjabi Rifles before emigrating to Canada, working as a Land Surveyor. At the outbreak of war he enlisted at Valcartier, Canada, into the 7th Canadian Infantry Battalion, and then embarked for Britain.

Clifton was then commissioned Second Lieutenant into 4th South Wales Borderers and saw service at Gallipoli. On 1 April 1916 Clifton became a full Lieutenant and was attached to the 15th Welsh in France.

He was killed in action soon after, during the fighting at Mametz Wood on 10 July 1916. Clifton is commemorated on the Thiepval Memorial.

His medals, the 1914/15 Star, British War and Victory Medals, were claimed by his father, Colonel H C E Lucas at 'Eastcliffe', Shaldon, Teignmouth.'

Carmarthen Pals: A History of the 15th (Service) Battalion, the Welsh Regiment, 1914-1919
(page 2) by Steven John

Remembered on Thiepval Memorial Shaldon War Memorial and in St Michael's Church, Teignmouth, where a marble tablet was dedicated to both Clifton and his brother, Malcolm Hugh Lucas DSO, who died in 1920 on active service in Persia.

Memorial plaque


Voir la vidéo: After The Great Advance 1916