Symbole sur poteau en photographie de 1906

Symbole sur poteau en photographie de 1906


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'ai remarqué ce symbole :

sur un poteau sur une photographie de 1906.

Quelle est la signification de ce symbole ?


S'agit-il d'un logo simplifié du logo de la Portland Railway Light and Power Company ? Selon ce site, ils ont repris les services électriques de certains clients à Salem en 1906 (voir ci-dessous)

1906 : Portland a son premier cinéma. PGE fusionne avec Portland Railway Company et Oregon Water Power & Railway Company pour devenir Portland Railway Light & Power Co (PRL&P) - le propriétaire et l'exploitant des services ferroviaires électriques urbains et interurbains ; PRL&P achète des compagnies d'électricité de remorquage et prend en charge le service électrique aux clients de Washington à Vancouver et aux clients de l'Oregon à Salem, Mt. Angel, Silverton et Woodburn. Usine de Cazadero/Faraday


Cela ressemble à un filigrane ou à quelque chose de similaire, soit appliqué sur la photographie elle-même, soit ajouté à un moment donné au cours du processus de conversion de la photographie au format numérique. Il ne conserve pas le même ombrage que sur l'arbre lui-même (en particulier, il y a une petite ombre qui le recouvrirait s'il faisait réellement partie de la photographie originale). Aussi, bien qu'il soit plus ou moins centré sur l'arbre, il n'est pas exactement centré et on s'attendrait à ce que la forme du triangle soit légèrement déformée par la courbure de l'arbre s'il était effectivement assis dessus (en fait, on dirait qu'il "flotte" devant lui, c'est pourquoi je pense que c'est un artefact extra-photographique). Tt est également situé le long de la marge de gauche, ce n'est pas un endroit inhabituel pour mettre une marque comme celle-ci, et me semble être une nuance de blanc plus brillant que tout le reste de l'image.


L'énergie hydroélectrique : comment ça marche

Alors, comment obtenons-nous de l'électricité à partir de l'eau ? En fait, les centrales hydroélectriques et à charbon produisent de l'électricité de la même manière. Dans les deux cas, une source d'énergie est utilisée pour faire tourner une pièce semblable à une hélice appelée turbine.

L'eau qui tombe produit de l'énergie hydroélectrique.

Crédit : Tennessee Valley Authority

Alors, comment obtenons-nous de l'électricité à partir de l'eau ? En fait, les centrales hydroélectriques et au charbon produisent de l'électricité de la même manière. Dans les deux cas, une source d'énergie est utilisée pour faire tourner une pièce semblable à une hélice appelée turbine, qui fait ensuite tourner un arbre métallique dans un générateur électrique, qui est le moteur qui produit de l'électricité. Une centrale électrique au charbon utilise de la vapeur pour faire tourner les aubes de turbine alors qu'un la centrale hydroélectrique utilise l'eau qui tombe faire tourner la turbine. Les résultats sont les mêmes.

Jetez un œil à ce schéma (avec l'aimable autorisation de la Tennessee Valley Authority) d'une centrale hydroélectrique pour voir les détails :

La théorie est de construire un barrage sur un grand fleuve qui a une forte baisse d'altitude (il n'y a pas beaucoup de centrales hydroélectriques au Kansas ou en Floride). Le barrage stocke beaucoup d'eau derrière lui dans le réservoir. Près du bas du mur du barrage se trouve la prise d'eau. La gravité le fait tomber à travers la conduite forcée à l'intérieur du barrage. À l'extrémité de la conduite forcée se trouve une hélice de turbine, qui est entraînée par l'eau en mouvement. L'arbre de la turbine monte dans le générateur, qui produit l'énergie. Les lignes électriques sont connectées au générateur qui transporte l'électricité vers votre maison et la mienne. L'eau continue après l'hélice à travers le canal de fuite dans la rivière après le barrage. Soit dit en passant, ce n'est pas une bonne idée de jouer dans l'eau juste en dessous d'un barrage lorsque l'eau est libérée !

Une turbine et un générateur produisent l'électricité

Schéma d'une turbine hydroélectrique et d'un générateur.

Crédit : Corps des ingénieurs de l'armée américaine

Quant au fonctionnement de ce générateur, le Corps of Engineers l'explique ainsi :
"Une turbine hydraulique convertit l'énergie de l'eau qui coule en énergie mécanique. Un générateur hydroélectrique convertit cette énergie mécanique en électricité. Le fonctionnement d'un générateur est basé sur les principes découverts par Faraday. Il a découvert que lorsqu'un aimant passe devant un conducteur, il fait circuler l'électricité. Dans un grand générateur, les électro-aimants sont fabriqués en faisant circuler un courant continu à travers des boucles de fil enroulé autour d'empilements de tôles magnétiques en acier. Ceux-ci sont appelés pôles de champ et sont montés sur le périmètre du rotor. Le rotor est attaché à l'arbre de la turbine, et tourne à une vitesse fixe. Lorsque le rotor tourne, il fait passer les pôles de champ (les électro-aimants) devant les conducteurs montés dans le stator. Ceci, à son tour, fait circuler l'électricité et une tension se développe aux bornes de sortie du générateur."

Stockage pompé : réutilisation de l'eau pour les pics de consommation d'électricité

La demande d'électricité n'est pas « plate » et constante. La demande augmente et diminue pendant la journée, et du jour au lendemain, il y a moins de besoins en électricité dans les maisons, les entreprises et autres installations. Par exemple, ici à Atlanta, en Géorgie, à 17h00 par une chaude journée de week-end d'août, vous pouvez parier qu'il y a une énorme demande d'électricité pour faire fonctionner des millions de climatiseurs ! Mais, 12 heures plus tard à 5h00 du matin. pas tellement. Les centrales hydroélectriques sont plus efficaces pour répondre aux pics de demande d'électricité pendant de courtes périodes que les centrales à combustibles fossiles et nucléaires, et une façon de le faire est d'utiliser le « stockage par pompage », qui réutilise la même eau plus d'une fois.

Le stockage par pompage est une méthode permettant de garder de l'eau en réserve pour les demandes d'électricité en période de pointe en pompant de l'eau qui a déjà traversé les turbines pour sauvegarder une piscine de stockage au-dessus de la centrale électrique à un moment où la demande d'énergie des clients est faible, comme au milieu de la nuit. L'eau est ensuite autorisée à refluer à travers les turbines-alternateurs à des moments où la demande est élevée et une lourde charge est placée sur le système.

Stockage pompé : réutilisation de l'eau pour les pics de consommation d'électricité

Le réservoir agit un peu comme une batterie, stockant de l'énergie sous forme d'eau lorsque les demandes sont faibles et produisant une puissance maximale pendant les périodes de pointe quotidiennes et saisonnières. Un avantage du stockage par pompage est que les unités de production hydroélectrique sont capables de démarrer rapidement et d'ajuster rapidement la production. Ils fonctionnent efficacement lorsqu'ils sont utilisés pendant une heure ou plusieurs heures. Étant donné que les réservoirs de stockage par pompage sont relativement petits, les coûts de construction sont généralement faibles par rapport aux installations hydroélectriques conventionnelles.


Note historique retourner en haut

Partageant son temps entre l'Utah et la Californie, A. Russell Mortensen a passé ses premières années professionnelles en tant qu'enseignant, administrateur et éditeur. Né à Salt Lake City d'Arlington Peter et de Fannie Burnham Mortensen le 30 janvier 1911, il a grandi dans le sud de la Californie. Mortensen est retourné en Utah au début des années 1930 pour fréquenter l'université Brigham Young. Là-bas, il a rencontré et épousé Bessie Burch, originaire de Spanish Fork, dans l'Utah. Après avoir obtenu un B.S. en histoire en 1937, Mortensen devint directeur de la Garfield County Cannonville School pendant un an.

Le Mortensen a passé deux ans en Californie alors qu'il travaillait sur une maîtrise, décernée en 1940 à l'Université de Californie à Los Angeles, avant de retourner dans l'Utah. Pendant les six années suivantes, Mortensen fut professeur d'histoire au lycée Provo. Son enseignement a été interrompu pendant la Seconde Guerre mondiale lorsqu'il a servi dans le théâtre du Pacifique en tant qu'officier des communications navales.

Après la guerre, le couple retourna à nouveau en Californie et Mortensen retourna à l'U.C.L.A. Campus. Au cours des quatre années suivantes, Mortensen a travaillé pour un doctorat en histoire en tant qu'assistant d'enseignement à l'U.C.L.A. et plus tard comme professeur d'histoire des États-Unis et de l'Amérique latine au San Bernardino Valley College. Pendant son séjour à San Bernardino, Mortensen a poursuivi son association avec la marine américaine en tant qu'officier de formation adjoint au centre de formation de la Réserve navale américaine.

A. Russell Mortensen a obtenu son doctorat. de l'Université de Californie à Los Angeles en 1950. La même année, sa femme, Bessie, décède à la suite de la naissance de leur sixième enfant. Avec ce coup, Mortensen a déplacé sa famille dans l'Utah où il a accepté le poste de directeur de la Utah Historical Society et de rédacteur en chef de son journal. Utah Historical Quarterly. Au cours de ses onze années en tant que réalisateur, il a écrit de nombreux articles pour le Utah Historical Quarterly, d'autres revues et des journaux locaux. En 1958, le livre Chez les mormons, co-écrit avec William Mulder, a été publié. C'est également durant ces années qu'il épouse Florence Page.

En 1961, Mortensen est devenu directeur de l'University of Utah Press et professeur d'histoire et de bibliothéconomie à l'université. La Western History Association et l'université parrainaient une nouvelle revue trimestrielle, la Ouest américain, pour lequel Mortensen a été rédacteur en chef entre 1962 et 1967. Alors qu'il était rédacteur en chef, sa deuxième femme est décédée et il a épousé Dorothy Zackrison Summerhays.

Suite à sa démission en tant que rédacteur en chef du Ouest américain en raison d'une controverse sur son éventuel conflit d'intérêts en tant qu'actionnaire de la nouvelle American West Publishing Company, Mortensen a continué à enseigner à l'Université de l'Utah. Il a également été professeur invité à l'Université de l'Alabama. Au cours de ses années à l'université, il a été impliqué dans d'autres projets historiques. En 1969, il a été membre du conseil d'administration du Utah Historic Survey Committee. Avec des croquis réalisés par Carlos Andreson, l'University of Utah Press a publié Mortensen's Les premiers croquis de l'Utah en 1970.

Entre 1970 et 1976, Mortensen a travaillé à Washington, D.C. avec le National Park Service en tant qu'assistant puis historien en chef. Il a également été directeur du programme de préservation des sites historiques du NPS et membre du conseil consultatif de la « Série nationale et nationale du bicentenaire ».

L'American Association for State and Local History, pour laquelle il a été membre du conseil, rédacteur en chef, secrétaire et président, lui a décerné un prix de distinction, pour son travail dans le domaine historique, en 1979. Celui-ci a rejoint ses prix pour le Ouest américain, le Joint Award of Merit avec la Utah Historical Society, et son prix en tant que co-auteur de Chez les mormons.

Tout au long de sa carrière, Mortensen a servi dans un certain nombre de groupes de l'Utah, notamment la Family Service Society, la State Parks Commission, la State Library Commission et la Utah Folklore Society. Il était également membre d'organisations professionnelles et d'intérêts particuliers, notamment la Western History Association, l'American Association for State and Local History, le Utah Westerners' Club et les Utah Sons of Pioneers.

Description du contenu retourner en haut

Les papiers A. Russell Mortensen (1830-1996) se composent des papiers personnels et professionnels de Mortensen (né en 1911), enseignant, administrateur et éditeur. La petite quantité de matériel personnel se compose de quelques lettres de braises familiales, de lettres sur son service dans la réserve navale et d'informations sur la disposition de la succession de Mary Burnham Jones. La première boîte contient ces documents personnels ainsi que la correspondance classée par ordre alphabétique d'amis et de connaissances. Ces lettres n'incluent pas de matériel lié à d'autres parties de la collection.

Mortensen a occupé plusieurs postes professionnels au cours de sa carrière. La correspondance et les informations sur ces emplois, classées par ordre alphabétique par titre organisationnel, sont classées ensemble dans l'encadré 2. Cette partie contient également des candidatures et de la correspondance concernant un certain nombre de postes pour lesquels Mortensen a postulé. Il existe un petit fichier chronologique de recommandations écrites par Mortensen entre 1968 et 1970.

Il y a quatre boîtes de documents classés par ordre alphabétique provenant d'organisations dont Mortensen était membre. Ces fichiers comprennent de la correspondance, des informations sur les membres, des informations générales sur l'organisation, les rapports et recommandations des comités et d'autres documents divers.

Une boîte de manuscrits, d'articles et d'informations sur la publication comprend une ébauche de Les premiers croquis de l'Utah, écrit par Mortensen et illustré de croquis de Carlos Andreson (University of Utah Press, 1970). Il existe des copies d'un certain nombre de brefs articles publiés dans les journaux de l'Utah par Mortensen alors qu'il était directeur de la Utah State Historical Society. La correspondance concernant le livre de C. Gregory Crampton est également incluse. Pays debout, et des copies de manuscrits sur l'Utah et l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours écrits par des personnes autres que Mortensen.

Chez les mormons, publié en 1958, a été écrit en collaboration avec William Mulder. Trois versions différentes du livre sont incluses : une version finale, un manuscrit complet avec des révisions par copier-coller et une version incomplète avec des révisions écrites des premières pages et des trois premières sections de cette anthologie. Il y a trois boîtes de matériaux dont les parties extraites du livre ont été prises. Comme tous ces documents précédemment publiés sont classés par ordre alphabétique d'auteur, ils n'apparaissent plus dans l'index.

L'essentiel de la collection est constitué des dossiers concernant les Ouest américain magazine. Six boîtes de matériel couvrent les relations commerciales de la publication. Sont inclus de la correspondance et d'autres documents d'information traitant des finances, des problèmes juridiques, de la production et de la promotion de magazines et de divers sujets connexes.

Sous le parrainage de la Western History Association et de l'Université de l'Utah, la publication et la promotion du magazine ont été entreprises par Lane Book Company. En 1965, une nouvelle société, American West Publishing Company, a été créée pour reprendre cette fonction. Les dossiers commerciaux contiennent de la correspondance au sujet de la controverse qui s'est développée parce que les membres du personnel occupant des postes rémunérés à l'Université et travaillant sur le Ouest américain profitait de la détention d'actions dans la nouvelle maison d'édition. C'est à ce moment que Mortensen a démissionné de son poste de rédacteur en chef, et les fichiers contiennent très peu de données postérieures à 1967.

Les vingt boîtes suivantes contiennent des manuscrits et de la correspondance envoyés à A. Russell Mortensen en tant que rédacteur en chef du Ouest américain. Dans dix-sept d'entre eux figurent des manuscrits publiés dans le magazine et de la correspondance. Les lettres incluent celles concernant les manuscrits, beaucoup demandant une éventuelle publication, celles du magazine aux maisons d'édition cherchant des livres à réviser et quelques-unes recherchant d'autres types d'informations ou des réimpressions d'articles parus dans le magazine. Les trois autres boîtes contiennent des manuscrits et la correspondance qui les accompagne, qui ont été soumises mais pour diverses raisons, n'ont jamais été publiées. Ces manuscrits non publiés sont disponibles à des fins de recherche, mais ne peuvent être copiés sans l'autorisation écrite de l'auteur. Tous les manuscrits et la correspondance sont classés par ordre alphabétique. En raison de cet arrangement, tous les noms ne réapparaissent pas dans l'index.

Certains des manuscrits, publiés et non publiés, étaient accompagnés de commentaires éditoriaux ou d'évaluations du personnel. Sur la base d'une lettre du procureur général adjoint de l'Université de l'Utah, ces évaluations et commentaires ont été déclarés confidentiels et retirés des dossiers fermés jusqu'en 2017.

La dernière partie de la collection comprend des articles présentés lors de la Conférence nord-américaine sur le commerce des fourrures de 1965. Certains de ces articles ont été publiés dans un volume intitulé Aspects du commerce de la fourrure : Documents choisis de la Conférence nord-américaine sur le commerce de la fourrure de 1965 (Minnesota Historical Society, St. Paul, 1967). Ceux-ci sont classés par ordre alphabétique. Les autres articles non publiés sont également classés par ordre alphabétique et peuvent être utilisés à des fins de recherche mais ne peuvent être copiés sans l'autorisation écrite de l'auteur.

Les addenda à la collection comprennent de la correspondance, des propositions de subventions, des écrits, des coupures de presse et des documents sur l'histoire occidentale.

Utilisation de la Collection retourner en haut

Restrictions d'utilisation

AUCUNE PHOTOCOPIE AUTORISÉE À PARTIR DE LA BOÎTE 41.

La bibliothèque ne prétend pas contrôler le droit d'auteur pour tous les documents de la collection. Un individu représenté dans une reproduction a des droits à la vie privée comme indiqué dans le titre 45 CFR, partie 46 (Protection des sujets humains). Pour plus d'informations, veuillez consulter les formulaires d'accord d'utilisation et de demande de reproduction de la bibliothèque J. Willard Marriott.

Citation préférée

Nom de collection, numéro de collection, numéro de boîte, numéro de dossier. Collections spéciales, Bibliothèque J. Willard Marriott, Université de l'Utah.

Informations administratives retourner en haut

Informations sur l'acquisition

Les boîtes 1-43 ont été données en 1972 (18 pieds linéaires).

Les boîtes 44-47 ont été données en 1982 (2 pieds linéaires).

Les boîtes 48-57 ont été données en 1993 et ​​1996 (5 pieds linéaires).

Note de traitement

Traité par Marlene Lewis et Kate Kimball en 1980-2002.

Matériaux séparés

Les photographies et le matériel audiovisuel ont été transférés à la Division multimédia des collections spéciales (P0201 et A0417).


Symbole sur poteau en photographie de 1906 - Histoire

Le cas de l'électron soulève plusieurs points intéressants sur le processus de découverte. De toute évidence, la caractérisation des rayons cathodiques était un processus commencé bien avant les travaux de Thomson, et plusieurs scientifiques ont apporté d'importantes contributions. En quel sens, alors, peut-on dire que Thomson a découvert l'électron ? Après tout, il n'a pas inventé le tube à vide ni découvert les rayons cathodiques. La découverte est souvent un processus cumulatif. Le découvreur crédité apporte certes des contributions cruciales, mais souvent après que des observations fondamentales aient été faites et que des outils aient été inventés par d'autres. Thomson n'était pas le seul physicien à mesurer le rapport charge-masse des rayons cathodiques en 1897, ni le premier à annoncer ses résultats. (Voir Pais 1986.) Mais Thomson a effectué cette mesure et (plus tard) la mesure de la charge des particules, et il a reconnu son importance en tant que constituant de la matière ordinaire.

Porteurs d'électricité négative

Introduction

Le premier endroit où les corpuscules ont été détectés était un tube très épuisé[3] à travers lequel passait une décharge électrique. Lorsqu'une décharge électrique est envoyée à travers un tube très épuisé, les côtés du tube brillent d'une phosphorescence verte vive. Que cela soit dû à quelque chose procédant en ligne droite à partir de la cathode - l'électrode où l'électricité négative pénètre dans le tube - peut être montré de la manière suivante (l'expérience en est une faite il y a de nombreuses années par Sir William Crookes[4]) : Une croix de Malte en mica mince est placée entre la cathode et les parois du tube.[5] Lorsque la décharge est passée, la phosphorescence verte ne s'étend plus sur tout le bout du tube, comme elle le faisait lorsque la croix était absente. Il y a maintenant une croix bien définie dans la phosphorescence à l'extrémité du tube la croix de mica a jeté une ombre et la forme de l'ombre prouve que la phosphorescence est due à quelque chose voyageant de la cathode en lignes droites, qui est arrêté par une fine plaque de mica. La phosphorescence verte est causée par les rayons cathodiques[6] et à une époque il y avait une vive controverse quant à la nature de ces rayons. Deux points de vue prévalaient : l'un, qui était principalement soutenu par les physiciens anglais, était que les rayons sont des corps électrifiés négativement tirés de la cathode avec une grande vitesse, l'autre point de vue, qui était soutenu par la grande majorité des physiciens allemands, était que les rayons sont une sorte de vibration ou d'ondes éthérées.[7]

Les arguments en faveur des rayons étant des particules chargées négativement sont principalement qu'ils sont déviés par un aimant de la même manière que des particules en mouvement et électrisées négativement. Nous savons que de telles particules, lorsqu'un aimant est placé près d'elles, sont sollicitées par une force dont la direction est perpendiculaire à la force magnétique, et également à angle droit par rapport à la direction dans laquelle les particules se déplacent.[8]

Ainsi, si les particules se déplacent horizontalement d'est en ouest et que la force magnétique est horizontale du nord au sud, la force agissant sur les particules électrifiées négativement sera verticale et vers le bas.[9]

Lorsque l'aimant est placé de manière à ce que la force magnétique soit dans la direction dans laquelle se déplace la particule, cette dernière ne sera pas affectée par l'aimant.

L'étape suivante dans la preuve que les rayons cathodiques sont des particules chargées négativement était de montrer que lorsqu'ils sont capturés dans un récipient métallique, ils lui cèdent une charge d'électricité négative. Cela a d'abord été fait par Perrin.[10] Cette expérience a été rendue concluante en plaçant le récipient de capture hors du chemin des rayons et en les pliant dedans au moyen d'un aimant, lorsque le récipient est devenu négativement chargé.[11]

Déviation électrique des rayons

En épuisant le tube à vide jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'une quantité excessivement faible d'air pour en faire un conducteur, j'ai pu éliminer cet effet et obtenir la déviation électrique des rayons cathodiques.[14] Cette déviation avait une direction qui indiquait une charge négative sur les rayons.

Ainsi, les rayons cathodiques sont déviés à la fois par des forces magnétiques et électriques, tout comme le seraient des particules électrifiées négativement.

Hertz montra cependant que les particules cathodiques possédaient une autre propriété qui semblait incompatible avec l'idée qu'elles soient des particules de matière, car il découvrit qu'elles étaient capables de pénétrer des feuilles de métal très minces, par ex. morceaux de feuilles d'or, et produisent une luminosité appréciable sur le verre derrière eux.[15] L'idée de particules aussi grosses que les molécules d'un gaz traversant une plaque solide était quelque peu surprenante,[16] et cela m'a conduit à étudier de plus près la nature des particules qui forment les rayons cathodiques.

Le principe de la méthode utilisée est le suivant : Lorsqu'une particule portant une charge e se déplace avec une vitesse v à travers les lignes de force dans un champ magnétique, placée de telle sorte que les lignes de force magnétique soient perpendiculaires au mouvement de la particule , alors, si H est la force magnétique, la particule en mouvement sera sollicitée par une force égale à Hev . Cette force agit dans la direction qui est perpendiculaire à la force magnétique et à la direction du mouvement de la particule. Si aussi nous avons un champ électrique de force X , le rayon cathodique sera sollicité par une force Xe . Si les champs électrique et magnétique sont disposés de manière à s'opposer, alors, lorsque la force Hev due au champ magnétique est ajustée pour équilibrer la force due au champ électrique Xe , la tache verte de phosphorescence due aux rayons cathodiques frappant l'extrémité du tube ne sera pas dérangée, et nous avons

Ainsi si l'on mesure, comme on peut le faire sans difficulté, les valeurs de X et H lorsque les rayons ne sont pas déviés, on peut déterminer la valeur de v , la vitesse des particules.[17] Dans un tube très épuisé, cela peut être 1/3 de la vitesse de la lumière, ou environ 60 000 miles par seconde dans des tubes pas si fortement épuisés qu'il ne peut pas dépasser 5 000 miles par seconde, mais dans tous les cas, lorsque les rayons cathodiques sont produits dans les tubes, leur vitesse est beaucoup plus grande que la vitesse de tout autre corps en mouvement que nous connaissons. C'est, par exemple, plusieurs milliers de fois la vitesse moyenne avec laquelle les molécules d'hydrogène se déplacent à des températures ordinaires, ou même à n'importe quelle température encore réalisée.[18]

Détermination de e/m

Ainsi le déplacement de la tache de phosphorescence où les rayons frappent le verre est égal à

Les résultats des déterminations des valeurs de e/m faites par cette méthode sont très intéressants, car on constate que, quelle que soit la manière dont les rayons cathodiques sont produits, on obtient toujours la même valeur de e/m pour toutes les particules dans les rayons . Nous pouvons, par exemple, en modifiant la forme du tube à décharge et la pression du gaz dans le tube, produire de grands changements dans la vitesse des particules, mais à moins que la vitesse des particules ne devienne si grande qu'elles se déplacent presque aussi rapide comme la lumière, lorsque d'autres considérations doivent être prises en compte, la valeur de e / m est presque constante.[20] La valeur de e/m n'est pas simplement indépendante de la vitesse. Ce qui est encore plus remarquable, c'est qu'il est indépendant du type d'électrodes que nous utilisons et également du type de gaz dans le tube. Les particules qui forment les rayons cathodiques doivent provenir soit du gaz dans le tube ou des électrodes, nous pouvons, cependant, utiliser n'importe quel type de substance soit s'il vous plaît pour les électrodes et remplir le tube de gaz de toute nature et pourtant la valeur de e / m restera inchangé.[21]

Cette valeur constante, lorsque l'on mesure e/m dans le c.g.s. système d'unités magnétiques, est égal à environ 1,7x10 7 . Si nous comparons cela avec la valeur du rapport de la masse à la charge d'électricité portée par n'importe quel système connu auparavant, nous trouvons qu'il est d'un tout autre ordre de grandeur. Avant l'étude des rayons cathodiques, l'atome chargé d'hydrogène rencontré dans l'électrolyse des liquides était le système qui avait la plus grande valeur connue de e / m , et dans ce cas la valeur n'est que de 10 4 , donc pour le corpuscule dans le rayons cathodiques la valeur de e / m est de 1700 fois la valeur de la quantité correspondante pour l'atome d'hydrogène chargé. Cet écart doit survenir de l'une ou l'autre des deux manières, soit la masse du corpuscule doit être très petite par rapport à celle de l'atome d'hydrogène, qui était jusqu'à tout récemment la plus petite masse reconnue en physique, soit la charge sur le corpuscule doit être très supérieure à celle de l'atome d'hydrogène. Maintenant, il a été montré par une méthode que je décrirai brièvement, que la charge électrique est pratiquement la même dans les deux cas, nous sommes donc conduits à la conclusion que la masse du corpuscule n'est que d'environ 1/1 700 de celle de l'hydrogène. atome. Ainsi l'atome n'est pas la limite ultime à la subdivision de la matière, nous pouvons aller plus loin et arriver au corpuscule, et à ce stade le corpuscule est le même de quelque source qu'il puisse être dérivé.

Corpuscules très largement distribués

Les corpuscules sont également émis par les métaux et d'autres corps, mais surtout par les métaux alcalins, lorsqu'ils sont exposés à la lumière.[23]

Ils sont continuellement émis en grande quantité et à très grande vitesse par des substances radioactives telles que l'uranium et le radium[24]. le soleil.

Le corpuscule est ainsi très largement distribué, mais partout où il se trouve, il conserve son individualité, e/m étant toujours égal à une certaine valeur constante.

Le corpuscule semble faire partie de toutes sortes de matière dans les conditions les plus diverses, il semble donc naturel de le considérer comme l'une des briques dont les atomes sont construits.[25]

Ampleur de la charge électrique portée par le corpuscule

Lorsque des particules chargées sont présentes dans le gaz, Wilson a montré qu'une quantité beaucoup plus faible de refroidissement est suffisante pour produire le brouillard, une sursaturation quadruple étant tout ce qui est nécessaire lorsque les particules chargées sont celles qui se produisent dans un gaz lorsqu'il est en un état dans lequel il conduit l'électricité. Chacune des particules chargées devient le centre autour duquel se forme une goutte d'eau, les gouttes forment un nuage, et ainsi les particules chargées, aussi petites soient-elles au départ, deviennent maintenant visibles et peuvent être observées.

L'effet des particules chargées sur la formation d'un nuage peut être montré très nettement par l'expérience suivante :

Un récipient qui est en contact avec de l'eau est saturé d'humidité à la température de la pièce. Ce récipient est en communication avec un cylindre dans lequel coulisse de haut en bas un gros piston. Le piston pour commencer est au sommet de sa course en évacuant soudainement l'air du dessous du piston, l'air dans le récipient se dilatera très rapidement. Cependant, lorsque l'air se dilate, il se refroidit, de sorte que l'air dans le récipient précédemment saturé est maintenant sursaturé. S'il n'y a pas de poussière, aucun dépôt d'humidité ne se produira, à moins que l'air ne soit refroidi à une température si basse que la quantité d'humidité requise pour le saturer ne représente qu'environ 1/8 de celle réellement présente.

Or la quantité de refroidissement, et donc de sursaturation, dépend de la course du piston, plus la course est grande, plus le refroidissement est important. Supposons que la course soit réglée de telle sorte que la sursaturation soit inférieure à huit fois et supérieure à quatre fois. Nous libérons maintenant l'air de la poussière en formant nuage après nuage dans l'air poussiéreux au fur et à mesure que les nuages ​​tombent, ils entraînent la poussière avec eux, tout comme dans la nature l'air est nettoyé par les averses. Nous constatons enfin que lorsque nous faisons l'expansion, aucun nuage n'est visible.[28]

Le gaz est maintenant rendu dans un état conducteur en amenant un peu de radium près du récipient, ce qui remplit le gaz de grandes quantités de particules électrisées positivement et négativement. En faisant l'expansion maintenant un nuage extrêmement dense est formé. Que cela soit dû à l'électrification du gaz peut être démontré par l'expérience suivante :

Le long des parois intérieures du navire, nous avons deux plaques isolées verticales qui peuvent être électrifiées. Si ces plaques sont chargées, elles entraîneront les particules électrifiées hors du gaz aussi vite qu'elles se sont formées, de sorte que nous pouvons ainsi éliminer, ou en tout cas réduire considérablement, le nombre de particules électrifiées dans le gaz. Si l'expansion se fait maintenant avec les plaques chargées avant de faire remonter le radium, il n'y a qu'un petit nuage formé.[29]

On peut utiliser les gouttes pour trouver la charge sur les particules, car quand on connaît la course du piston, on peut en déduire la quantité de sursaturation, et donc la quantité d'eau déposée lors de la formation du nuage. L'eau se dépose sous la forme d'un certain nombre de petites gouttes toutes de même taille donc le nombre de gouttes sera le volume d'eau déposée divisé par le volume d'une des gouttes. Par conséquent, si nous trouvons le volume d'une des gouttes, nous pouvons trouver le nombre de gouttes qui se forment autour des particules chargées. Si les particules ne sont pas trop nombreuses, chacune aura une goutte autour d'elle, et on pourra ainsi trouver le nombre de particules électrisées.[30]

À partir de la vitesse à laquelle les gouttes tombent lentement, nous pouvons déterminer leur taille. Par suite de la viscosité ou du frottement de l'air, les petits corps ne tombent pas avec une vitesse constamment accélérée, mais atteignent bientôt une vitesse qui reste uniforme pour le reste de la chute, plus le corps est petit, plus cette vitesse est lente. Sir George Stokes a montré que v , la vitesse à laquelle une goutte de pluie tombe, est donnée par la formule

Si nous substituons les valeurs de g et &mu, nous obtenons

On peut ainsi trouver le volume d'une goutte, et donc, comme expliqué plus haut, calculer le nombre de gouttes et donc le nombre de particules électrisées.

Il est simple de trouver par des méthodes électriques la quantité totale d'électricité sur ces particules et donc, comme nous connaissons le nombre de particules, nous pouvons déduire à la fois la charge sur chaque particule.

C'est la méthode par laquelle j'ai d'abord déterminé la charge sur la particule[31] HA Wilson a depuis utilisé une méthode plus simple fondée sur les principes suivants : CTR Wilson a montré que les gouttes d'eau se condensent plus facilement sur des particules électrifiées négativement que sur des particules positivement électrisées. les électrifiés. Ainsi, en ajustant l'expansion, il est possible d'obtenir des gouttes d'eau autour des particules négatives et non autour du positif avec cette expansion, par conséquent, toutes les gouttes sont électrisées négativement. La taille de ces gouttes et donc leur poids peuvent, comme précédemment, être déterminés en mesurant la vitesse à laquelle elles tombent sous l'effet de la gravité. Suppose now, that we hold above the drops a positively electrified body then, since the drops are negatively electrified, they will be attracted towards the positive electricity, and thus the downward force on the drops will be diminished and they will not fall so rapidly as they did when free from electrical attraction. If we adjust the electrical attraction so that the upward force on each drop is equal to the weight of the drop, the drops will not fall at all, but will, like Mahomet's coffin[32], remain suspended between heaven and earth. If then we adjust the electrical force until the drops are in equilibrium and neither fall nor rise, we know that the upward force on each drop is equal to the weight of the drop, which we have already determined by measuring the rate of fall when the drop was not exposed to any electrical force. If X is the electrical force, e the charge on the drop, and w its weight, we have, when there is equilibrium,

It might be objected that the charge measured in the preceding experiments is the charge on a molecule or collection of molecules of the gas, and not the charge on a corpuscle.[33]

This objection does not, however, apply to another form in which I tried the experiment, where the charges on the corpuscles were got, not by exposing the gas to the effects of radium, but by allowing ultraviolet light to fall on a metal plate in contact with the gas. In this case, as experiments made in a very high vacuum show, the electrification, which is entirely negative, escapes from the metal in the form of corpuscles. When a gas is present, the corpuscles strike against the molecules of the gas and stick to them.

Thus, though it is the molecules which are charged, the charge on a molecule is equal to the charge on a corpuscle, and when we determine the charge on the molecules by the methods I have just described, we determine the charge carried by the corpuscle.

The value of the charge when the electrification is produced by ultraviolet light is the same as when the electrification is produced by radium.[34]

We have just seen that e , the charge on the corpuscle, is in electromagnetic units equal to 10 -20 , and we have previously found that e/m , m being the mass of a corpuscle, is equal to 1.7x10 7 , hence m = 6x10 -28 grammes.

We can realize more easily what this means if we express the mass of the corpuscle in terms of the mass of the atom of hydrogen.

We have seen that for the corpuscle e/m = 1.7x10 7 . If E is the charge carried by an atom of hydrogen in the electrolysis of dilute solutions, and M is the mass of the hydrogen atom, E/M = 10 4 hence e/m = 1,700 E/M .

We have already stated that the value of e found by the preceding methods agrees well with the value of E which has long been approximately known. Townsend has used a method in which the value of e/E is directly measured, and has shown in this way also that e equal to E . Hence, since e/m = 1,700 E/M , we have M = 1,700 m , i.e., the mass of a corpuscle is only about 1/1,700 part of the mass of the hydrogen atom.[35]

In all known cases in which negative electricity occurs in gases at very low pressures, it occurs in the form of corpuscles, small bodies with an invariable charge and mass. The case is entirely different with positive electricity.[36]

Notes

[2]Both of these properties of electrons, their very low mass and their widespread occurrence, had profound effects on scientists' understanding of matter. The small mass indicated that pieces of matter existed which were smaller (lighter) than the smallest atom yet known by a factor of 1000. The formation of the same small particles from a wide variety of sources suggested that those particles were common constituents of atoms, and not an exotic form of matter. The two conclusions taken together imply that even the smallest atoms have component parts, that they are not structureless or indivisible. (The picture of structureless atoms as the basic building blocks of atoms was rather widely, but by no means universally held at the close of the 19 th century. Some scientists, including Thomson, believed that atoms had structure, whether or not they were divisible. And a minority still regarded atoms themselves as unproved or as useful fictions.)

[3] Exhausted is used here in the sense of evacuated , that is, a glass tube from which the gas had been pumped. Vacuum tube would be another appropriate term for such a device.

[4]William Crookes was a productive researcher and highly original and speculative thinker in many areas of physics and chemistry. (See chapter 14, note 29.) His work on electrical discharges in vacuum tubes in the late 1870s laid some foundational work on which Thomson built indeed, his "Crookes tubes" were widely used in cathode ray research.

[5]See photo of Crookes' Maltese cross tube (at the Science Museum, London). A Maltese cross has arms of equal length and is flared at the ends. The cross was used as a heraldic symbol of the medieval crusading Knights of Malta. The advantage of employing this shape in the present experiment is that it is simple enough to fashion, yet complex enough to throw quite distinctive shadows. Mica is an aluminum silicate mineral readily split into thin transparent sheets.

[6]Cathode rays were known for much of the 19 th century. Descriptions of electrical discharges in partially evacuated containers date to the late 18 th century. Productive study of the rays began in the 1850s, when Johann Geissler improved the vacuum pump and vacuum tubes and Julius Plücker made systematic observations using those tubes. Eugen Goldstein coined the term cathode rays in 1876. They were called cathode rays because they were emitted from the cathode of the vacuum tube. The term cathode ray is obsolete today the rays would be described as a beam of electrons. See Anderson 1964 or Pais 1986 for detailed chronologies of cathode ray research.

Even though one rarely hears of cathode rays anymore, cathode ray tubes (CRTs) were specialized and sophisticated versions of vacuum tubes widely used for video display in television sets, computer monitors, oscilloscopes, and other devices throughout the second half of the 20th century. CRTs shoot electrons at a screen coated with phosphors, which glow when they are struck by the electron beam. (Thomson's tube glowed green because of the kind of glass it was made of other materials glow other colors when struck by electrons.) CRTs use magnetic fields to make the electron beam rapidly scan the tube to produce an image. (In the mid-19 th century, Plücker noticed that magnetic fields distort the glow of cathode rays.) Big projection screen TVs and flat-screen monitors have largely displaced CRTs for video monitors in the 21st century.

[7]The two alternatives represent two main categories of physical reality. The key word in the first alternative, suggested in 1871 by Cromwell Varley, is bodies . That is, the English physicists thought cathode rays were a stream of fast-moving particles and therefore matter. The key word in the second alternative, proposed in 1880 by Goldstein, is waves . That is, the German physicists thought cathode rays were a wave phenomenon, perhaps something like light and other related electromagnetic energy. At the end of the 19 th century, physicists considered waves and particles two distinct alternatives something could not be both a wave and a particle. The sharp distinction between waves and particles blurred during the first quarter of the 20 th century now physicists routinely refer to wavelike properties of particles and particle-like properties of waves. In fact, the electron turned out to be a particle which is involved in several wave-like phenomena (but that's another story).

[8]Thomson's line of argument, essentially, is that one can tell cathode rays are charged particles because they behave the way charged particles behave. The behavior of charged particles in magnetic fields is just one of several consequences that can be inferred from the hypothesis that cathode rays consist of charged particles.

There is a deep connection between electricity and magnetism, despite their seeming at first to be distinct phenomena. The fact that magnetic fields can deflect moving electrical charges is one of the manifestations of this deep connection. A more practical aspect of the relationship between electricity and magnetism is that moving electric charges can give rise to magnetic fields, and changing magnetic fields can set electric charges into motion. This connection is the basis for the generation of electrical current at power plants and for the design of electrical motors. The English scientists Michael Faraday (1791-1867) and James Clerk Maxwell (1831-1879 see portrait in Early History of Radio Astronomy, Frank D. Ghigo, National Radio Astronomy Observatory) were instrumental in unraveling the connections between electricity and magnetism.

[9]The diagram below shows the directions involved: down is into the screen and up is out of the screen.

[10]Jean Baptiste Perrin (1870-1942 see photo and biographical information at the Nobel Foundation website) carried out this collection of cathode rays in 1895 [Perrin 1895]. Perrin was awarded the Nobel Prize in physics in 1926 for his work on the random motion of atoms (known as Brownian movement), which he began in 1908.

[11]Thomson has so far described two independent lines of evidence to support the hypothesis that cathode rays are particles that carry a negative electrical charge. First, cathode rays exposed to a magnetic field act just like negative electric charges in motion would act. Second, a metal bombarded by cathode rays acquires a negative electrical charge. Thomson himself made the collection experiment conclusive and particularly elegant, by combined both lines of evidence (using magnetic deflection to guide the particles onto the metal collector) [Thomson 1897a, 1897b].

[12]If cathode rays are electrically charged particles, they should behave like charged particles in all respects in particularly, they ought to be deflected when exposed to an electric field. In 1883, German physicist Heinrich Hertz looked for deflection of cathode rays by electric fields but found no deflection.

Hertz (1857-1894 see photo in Early History of Radio Astronomy, Frank D. Ghigo, National Radio Astronomy Observatory) is best known for his work demonstrating the existence of electromagnetic waves, in particular radio waves. The frequencies of radio waves are measured in units named after him one hertz is one cycle per second. Frequencies in the FM band are in the neighborhood of 100 megahertz (millions of hertz), and AM frequencies are in the neighborhood of 1000 kilohertz (thousands of hertz).

[13]Thomson said that the passage of cathode rays made the gas in the tube capable of conducting electricity. A modern scientist would say that the cathode rays (electrons) ionize the gas molecules, breaking off additional electrons from the atoms and leaving positively charged ions . (Ions are electrically charged atoms or molecules.) Indeed, Thomson presented this picture of ionization in 1899, not long after his characterization of cathode rays.

Electrostatic attraction would cause the ions to surround the electrons. Since each of the charged particles itself gives rise to an electric field, it was certainly plausible to think that an external electric field would hardly be felt by the surrounded cathode rays. If Thomson was right (and he was), his next task would be to reduce the screening effect of the ions or otherwise prove that their interference prevented electric deflection of the cathode rays. If not, the failure of electric deflection experiments could be interpreted as evidence against the idea that cathode rays were electrically charged particles.

[14]The demonstration that cathode rays were deflected by electric fields awaited a technological development, improvement in the techniques for achieving high vacua (extremely low pressures). As Thomson later recalled [Thomson 1936]:

[15]I find it somewhat curious that Thomson fails to mention the student of Hertz who was awarded the Nobel Prize in physics one year before Thomson for his own work on cathode rays. Philipp Lenard (1862-1947 1897b].

[16]At the time of Hertz' experiments, those who thought that cathode rays were charged particles had in mind charged gas molecules. Since gas molecules were known to be incapable of penetrating metal foils, no wonder this observation was "startling." The observation would be somewhat less startling if the rays were supposed to be particles much smaller than gas molecules.

[17]The design of this experiment illustrates an elegant indirect measurement and the use of mathematical formalism to derive inferences from observations. The measurement is indirect in that it determines the speed of the particle without measuring either distance or time. (Indeed, Thomson tried a more direct measurement of cathode ray velocity in 1894 [Thomson 1894], but it turned out to be unreliable.) The force a magnetic field exerts on a charged particle is proportional to the speed of the particle as well as its charge thus, if that force could be measured the speed could be inferred. Thomson couldn't even quite measure the force, but he could arrange to balance the force with an electric field. Since the cathode rays made the glass tube glow where they hit it, the rays provided a visible means to tell then the magnetic and electric forces were in balance. When they were in balance, the two forces were equal. Then a single step of elementary algebra turned a mathematical statement about two equal forces into a formula for the velocity of the ray. Since the electric and magnetic field strengths were known and controlled by the experimenter, the velocity could be computed.

The figure below (from Thomson 1897b) shows a diagram of the apparatus including the plates for applying an electric field and a scale at the right end to measure deflection of the beam.

[18]In emphasizing how fast the rays are compared to forms of matter then known, Thomson does not stress that the rays are slow compared to light. But this observation is another piece of evidence against the hypothesis that the rays are electromagnetic waves, for those waves travel at the speed of light.

[19]This measurement of the charge to mass ratio ( e / m ) of the electron is also indirect, and it illustrates even better than the measurement of velocity the utility of algebraic language to make inferences. To paraphrase, an electric field with strength X applied perpendicular to the line of direction of the cathode rays will make the rays fall a distance d over the course of a flight of length l (essentially the length of the tube). The distance the rays will fall is given by:

[20]It would not be surprising if e/m were found to be independent of speed, for neither the mass nor the charge of an ion depends on speed--at least for ordinary speeds. The fact that there were some variations in the mass of the electron near the speed of light, as documented by Walter Kaufmann's careful measurements published in 1901, was interesting and required explanation. That explanation (and the "other considerations" Thomson mentions here) came in 1905 with Albert Einstein's theory of special relativity. Kaufmann is worth mentioning in an account of the discovery of the electron because he used the very method described here by Thomson to measure e/m of cathode rays in 1897.

[21]Each kind of ion has its own characteristic charge to mass ratio, because each ion has a specific electrical charge and its own characteristic mass. For example, hydrogen ions (H + ) all carry a particular amount of charge and have a particular mass, resulting in a characteristic e / m ratio sodium ions (Na + ) carry the same charge as hydrogen ions, but have a greater weight, and therefore a smaller characteristic e / m ratio.

Thomson found that cathode rays always had the same e / m ratio, no matter what metals were used for the cathodes and no matter what gas was used in the tubes. Kaufmann concluded that the hypothesis that cathode rays were particles was inconsistent with this result. Thomson had already been convinced by the preceding evidence that the rays were particles as we will see, he took the constancy of e/m as evidence that the rays are fragments common to all the gases.

[22]Rubidium (Rb), sodium (Na), and potassium (K) are all in the same column in the periodic table, and belong to the family of alkali metals. So it is not surprising that they have similar properties. In fact, one of the characteristics of that column of the table is the relative ease with which those atoms lose a single electron.

[23]Thomson did not discover the thermoelectric and photoelectric phenomena he just mentioned ( i.e. , the phenomena in which particles are ejected from hot bodies or metals exposed to light). He did, however, show that the particles involved in these phenomena are the same as cathode rays [Thomson 1899].

[24]By the time of this address, the radioactive fragments which had been labeled &beta [Rutherford 1899] had already been identified as electrons.

[25]From his earliest characterization of cathode rays, Thomson argued that they were building blocks of atoms [Thomson 1897a], and he elaborated that idea considerably by the time of this address. As early as 1897, he suggested a link between the arrangement of electrons in atoms and the periodicity of atomic properties [Thomson 1897b] (albeit not the link generally recognized today). In 1899 he proposed that ions, charged atoms, acquire their charge by the detachment and attachment of electrons [Thomson 1899]. In 1904 he attempted to explain atomic spectra in terms of the oscillations of electrons in atoms [Thomson 1904]. And in 1906 he argued that the number of electrons in an atom was of the same order of magnitude as its atomic weight (not thousands of electrons per atom, as had been thought up to that point) [Thomson 1906a]. Helge Kragh argues convincingly that Thomson believed that atoms were made up of some sort of corpuscle long before 1897. [Kragh 1997] It is therefore not surprising that Thomson was so prepared to identify the newly characterized cathode particles as one of the constituents of atoms and to construct structural models based on them.

[26]Scottish physicist Charles Thomson Rees Wilson (1869-1959 see biographical sketch at Nobel Foundation) was awarded the Nobel Prize in physics in 1927 for his invention and further development of the cloud chamber (which Thomson describes in some detail here). Wilson was a student of Thomson. He developed the tool for measuring the charge on ions produced by X-rays.

In this brief address, Thomson has mentioned two instances of how the development of tools allowed his research to progress: the cloud chamber and vacuum technology. Technology frequently does assist the progress of science in this way, even if the opposite relationship, the role of science in advancing technology, is more widely known.

[27]Keep in mind that Thomson worked in England he was very familiar with the phenomena of fog and rain!

[28]The process of rapid expansion cools the moist air. If any dust is present, tiny droplets will form on the dust particles, and carry them to the bottom of the container. The expansion (cooling) is repeated until all the dust has settled at the bottom of the container, carried down by droplets.

[29]When radium, a radioactive element which can ionize (electrify) the air, is introduced, a dense "cloud" is observed to form in dust-free air. Thomson asserts that the cloud is due to the presence of charged particles. How does he know? He can remove the charged particles, and when he does, he greatly reduces the extent of cloud formation.

[30]Now the experiment passes from the qualitative to the quantitative. So far, Thomson has explained how the cloud chamber can be used to detect and visualize charged particles: the visible droplet which forms in dust-free air is like a tag on the invisible charged particle. But the technique can provide even more information: by carefully controlling the amount of supersaturation, one can figure out how much water is contained in the "cloud" droplets by measuring the speed at which the droplets fall, one can compute the size of the droplets this information allows computation of the number of droplets. The assumption, as yet unstated but addressed below, is that the number of droplets is the same as the number of charged particles.

[31]From the number of particles and the total charge (obtained from other electrical measurements), one can determine the charge per particle. Thomson made this determination in 1899 [Thomson 1899].

[32]According to a European legend foreign to Islamic tradition, the coffin of the prophet Mohammad (Mahomet) was suspended by magnets in the middle of his tomb. Apparently this story was well enough known in England that figures as different as Thomson just after the 19 th century and Mary Wollstonecraft just before it ( Vindication of the Rights of Woman , 1792) could refer to it in such a casual way.

[33]Once again Thomson raises possible objections to his experiments and answers them. Here the question is how he knew that the droplets were forming on single charged particles rather than clusters of them, and how he knew the charge was that of an electron rather than an ionized gas molecule.

[34]In fact, the charge of the electron is a fundamental unit of electrical charge. It turns out that the positive building block of atoms, the proton, has the same amount of charge but with the opposite sign. The charges of ions are whole-number multiples of this fundamental charge.

[35]Here Thomson concludes the proof of the argument he made above: the very large e/m of the electron is due to an ordinary charge and a very small mass, much smaller than that of the lightest atom.

[36]Thomson's specialty was the conduction of electricity through gases. The electricity was carried by particles of negative charge and also by particles of positive charge. In gases, the negative charges were all alike (electrons), but the positive charges varied in mass and charge depending on (among other things) what gas was present. These positive ions are what is left of an atom or molecule of the gas after one or more electrons are removed.


4 Reasons Online Dating Works for Expatriate Singles in Germany

No matter who you ask, you will get the same answer: dating nowadays is hard. For single expats in Germany, dating is even harder. Online Dating

10 Tips for Creating the Perfect Online Dating Profile for Expats

In a perfect world, you and your soulmate would bump into each other on the streets of Germany, lock eyes, and fall madly in love the next second. Dating Profile

Online Dating Tips for Men vs. Women

Is online dating easier for single female expats in Germany than for their male counterparts? Dating Tips


Symbol on utility pole in photograph from 1906 - History

- St. Zlata Bulgarian Orthodox Church, June 10, 2021, Xristians.com

Purchasing my domain name through HugeDomains.com was easy & seamless. Their purchase plan allowed me to secure the domain name and was a simple, no-fuss set-up. Very professional, with email confirmation of purchase instantaneously arriving into my inbox.

I feel safe and satisfied to purchase on HD, I added a friendly link on my demo website and will also add one on my release-version website.

- Astaturl Celestia, June 8, 2021, Filasse.com

Loved the payment plan options. Fast domain purchase as well. I was up in running within 2 hours. Made it a no brainer.

- Carlos Flores, June 7, 2021, ServicePop.com

Great process to purchase domain!

I really love being able to finance a premium domain. Super seamless process and huge impact in my business.

- G Satya Naresh Kumar, June 2, 2021, TelanganaTv.com

Awesome company. Great people. Fanatical service. Reasonable pricing. What else to say? Oui. if all else fails, ask for Patrick. He is my secret weapon at HugeDomains. Never fails!

- Aderemi Dosunmu, June 1, 2021, BlackPsychiatry.com

Extremely happy to have acquired LABuySell.com (aka LosAngelesBuySell.com). The process with quick and easy and I had access to the domain within a few hours and later the domain transferred into my name within a couple of days.. LA Buy & Sell is now active and making money.

The folks at HugeDomains are always a pleasure to work with. They go out of their way to make sure you're happy with your domain, and their step-by-step instructions as to how the process works could not be any easier. I'm always happy when a domain I'm interested in is available through HugeDomains.com, because I know it will be offered at fair price, and all the technical details will be done right the first time.

We were able to purchase a domain we'd been interested in for a while. The purchasing process was quick and easy.

Transparent actions that were required by me to complete the purchase is what made me pull the trigger on the purchase.

- DIMITRIS GOUSIS, May 22, 2021, DroneCrash.com

Such great service! Recommend HugeDomains.com to anyone!

- Peter LoVerso, May 22, 2021, Loverso.com

Thank you ! Huge Domains is a fantastic opportunity for everybody to begin a new business

- Antonella Bondi, May 22, 2021, PanPasta.com

I didn't expect a domain payment plan purchase to be so smooth. That has to be your hook within all campaigns.

We were very pleased with the service HugeDomains provided. We would use your service again.

- Lan Anh Tran Nguyen, May 18, 2021, GamaService.com

Excellent customer service from HugeDomains! The transaction with HugeDomains was fast and easy!

- Mamta Tondare, May 18, 2021, TonDare.com

There was a waiting period while purchasing my domain, but the staff was kind and let me know about it promptly. Although I personally had to reach out about the availability, the purchase process was simple and easy. Overall I would have to say it was a great experience.

Excellent service, great payment plans, third domain from their site.

It was one of the easiest and efficient domain purchases I made.

- Shorupan Pirakaspathy, May 10, 2021, BondsCoin.com

The fact I could by a high value domain with a no commitment payment plan and then redirect it until fully purchased is fantastic. I never could have justified paying for it all upfront.

This is my second purchase from HugeDomains and the process has been fast and easy. Instructions on what to do next are clear and support is excellent. Great service!

I tried purchasing on a different domain site and the transaction failed to go through. Horrible communications so I search ICANN and found a phone number to call. That lead me to Huge Domains. I called and the rep updated the system to let me purchase. I had it in under 10 minutes when the other company just gave up. Phenomenal service and happy customer!

- Joseph Weinzetl, May 3, 2021, Snoda.com

- Pecol Sistemas De Fixacao Sa, April 28, 2021, DitShop.com

Great Service, very fast and very responsive.

The purchase was easy, company handled it well, handed over domain details and logins instantly. Thank you

The best , fast service and easy to use and only one which provide a monthly pay

- Mustafa Yassir, April 26, 2021, MexicaliBeer.com

Very quick and easy. Great communication

- Keith Gordon, April 23, 2021, SlavicGirl.com

It's quick and it worked really well. They don't mess with you. Verify your email. I'm using the webmail and had a professional email within 20 minutes. Super cool. The domain was expensive, but it wasn't insane.

Easy Platform to use, Fantastic Support & Nothing but Great Results!

- Ghost Vapors, April 22, 2021, GhostVapors.com

Great service! I was amazed with the speed and quality of customer support. 100% my honest recommendation!

This was a super easy and fast process. I would use their service again.

- Blake Loveland, April 20, 2021, StonesKia.com

I am happy I was able to purchase the domain of my dreams through payments and was easy to navigate.

- Sylvia Narvaez, April 20, 2021, BlancoArt.com

Always great service from HugeDomains - have bought a few domains from them over the years, and it's always been a good experience!

Quick and clear transaction, no fuzz.

They delivered on the promise of selling me the domain I purchased. The follow on emails and transfer process were expedient and well written.

- Dru Sellers, April 15, 2021, Bonsaisearch.com

I couldn't be happier with our several domain purchases with Huge Domains over the past year. This company is the real deal when it comes to consistency in their selling process. The prices are fair and their payment plans definitely help ease the burden of a substantial investment. If you're looking to start an online business or rebrand an existing one with a better domain, I can definitely say Huge Domains is a place you need to search. Your best domain may very well be here.

- Michael Santiago, April 14, 2021, OnlineBusiness.com

Even that some people complain about these guys, they just do business like the rest of us. They took the time to update the domain membership terms and so I purchase it. The service from the support is quite good as well.

- Alvin Konda, April 14, 2021, FireTheme.com

Buying a premium domain was a seamless experience. The customer support team provided answers to my questions in advance of purchases and afterwards. Overall, HugeDomains.com will now be my go to company for domain registration.

Easy process, secure purchase.

- Joseph Richardson, April 12, 2021, JoesJobs.com

The process was surprisingly easy. I'm happy to have obtained this domain name and be able to afford it as well.

- Austin Coats, April 9, 2021, RadSec.com

The transaction was smooth and faster.

- Samshudin Dawoodani, April 7, 2021, SmokeDeal.com

Couldn't of been smoother - fast, easy process.

- Stephen Perry, April 5, 2021, DurTs.com

Easy to arrange. Payment plan is good and has made it affordable for us. Quick service.

No complaints..everything was cut and dry. So far a great business exchange.


Kosten für den internationalen Versand

Sie finden die geschätzten Versandkosten für jedes eBay-Angebot im Abschnitt Versand und Zahlungsmethoden. Dort sehen Sie auch, welchen Versandservice der Verkäufer verwendet, von wo der Artikel verschickt wird und in welche Länder der Verkäufer seine Artikel verschickt.

Die Angebote enthalten gegebenenfalls auch Informationen zu den Zollgebühren und Einfuhrabgaben. Die endgültigen Kosten für ein Angebot stehen erst dann fest, wenn Sie den Artikel bei der Kaufabwicklung bezahlen. Wenn Sie z. B. während der Kaufabwicklung Ihre Lieferadresse ändern oder die geltenden Einfuhrregeln vor Ablauf der Zahlung geändert werden, können sich auch die Gebühren ändern.

Wenn Sie die Versanddetails bei der Kaufabwicklung vor der Bezahlung bestätigen, sehen Sie die endgültigen Kosten.


令和2年度PTA総会は、新型コロナウイルスの感染拡大防止という観点から、書面審議にさせていただくことにいたします。 つきましては、議案書を生徒にお渡ししましたので、御覧いただき、「【甲府西高等学校PTA総会】書面審査フォーム」から御意見等を入力いただきますようお願い申し上げます。 上記の青字部分をクリックして、「書面審査フォーム」に進んでください。 &nb.

来年度の前期募集に関する情報をホームページに掲載しました。 詳しくは 前期募集について をご覧ください。

生徒並びに保護者の皆様へ 2020/5/26 8:30 更新 5月25日(月)より学校が再開となりましたが、学校の出欠席の取り扱いにつきましては、発熱や風邪の症状等がある場合の欠席は出席停止とするなど、新型コロナウィルス感染拡大防止のための柔軟な措置が求められております。 そこで、当面の間、本校では以下の事由による欠席につきまし.

生徒・保護者の皆様へ 2020/05/20 19:15 更新 緊急事態宣言が解除されたとはいえ、新型コロナウィルス感染拡大防止に向けては、依然として感染予防に努めた行動が求められております。県教育委員会は、予定どおり5月25日から学校を再開するとしておりますが、5月中は分散登校を、少なくとも6月の第1週は時差登校を、との方針を示しております.

生徒・保護者の皆様へ 2020/5/15 17:45 更新 5月11日・12日の課題提出や教材配付に関する登校につきまして、御理解と御協力をありがとうございました。オンラインによる指導にも努めておりますが、直接生徒の皆さんと会うことができ、気持ちも落ち着いたところです。今回の登校が一つのきっかけとなり、生徒の皆さんも少しでも前向きな気持ちにな.

5月24日まで休校が延長されました。 その間の学習の重点事項について再度紹介します。 今までと同様に該当の年次、教科を選択して指示に従ってください。 学校再開後の学習にもスムーズに授業が行えるよう、皆さん学習に励んでください。 本校の先生方による動画ですが、Teamsに移行します。 教科によってはYoutubeも併用するところも.

生徒並びに保護者の皆様へ 2020/5/8 18:45 更新 臨時休業期間が再び延長されまたことを受け、本校では、これまでの基本方針に基づく取組を引き続き進めながら、生徒の皆さんの学習や生活面の支援をしていきます。先の見通しがもてない状況にはありますが、生徒の皆さんが目標をもちながら、自分のできることに集中し、有意義な日々が過ごせていけますようサ.

保護者の皆様へ 2020/5/7 18:15 更新 臨時休業が長引いており、保護者の皆様には何かと御心労をおかけしておりますが、本校の対応につきまして、御理解と御協力をいただいておりますことに厚く感謝申しあげます。 さて、先日、今年度のPTA総会につきまして、御連絡をさせていただきましたが、学校再開が.

生徒及び保護者の皆様へ 2020/5/7 17:30 更新 学習や生活状況の確認、課題の提出や新たな教材の配付などを目的として、以下の日程での分散登校を実施します。短時間であること、一人一人の距離を保つこと、アルコール消毒の徹底など、感染予防には十分配慮いたしますので、趣旨を御理解のうえ、御協力をよろしくお願いいたします。 -登.


Symbol on utility pole in photograph from 1906 - History

CléopâtreCleopatra VII Philopator was the last active ruler of the Ptolemaic Kingdom of Egypt. As a member of the Ptolemaic dynasty, she was a descendant of its founder Ptolemy I Soter, a Macedonian Greek general and companion of Alexander the Great. After the death of Cleopatra, Egypt became a province of the Roman Empire, marking the end of the second to last Hellenistic state and the age that had lasted since the reign of Alexander. Her native language was Koine Greek, and she was the only Ptolemaic ruler to learn the Egyptian language.

BibleThe Bible is a collection of religious texts or scriptures sacred to Christians, Jews, Samaritans, Rastafari and others. It appears in the form of an anthology, a compilation of texts of a variety of forms that are all linked by the belief that they are collectively revelations of God. These texts include theologically-focused historical accounts, hymns, prayers, proverbs, parables, didactic letters, erotica, poetry, and prophecies. Believers also generally consider the Bible to be a product of divine inspiration.

BridgertonBridgerton is an American streaming television period drama series created by Chris Van Dusen and produced by Shonda Rhimes. It is based on Julia Quinn's novels set in the competitive world of Regency era London's Tonne during the season, when debutantes are presented at court. It premiered on Netflix on December 25, 2020.

Donald TrumpDonald John Trump is the 45th and current president of the United States. Before entering politics, he was a businessman and television personality.

Regé-Jean PageRegé-Jean Page is a Zimbabwean and English actor. He is known for playing Chicken George in the 2016 miniseries Roots and from 2018 to 2019 was a regular cast member on the ABC legal drama For the People. As of 2020, Page stars in the Netflix period drama, Bridgerton as Simon Basset, Duke of Hastings.

Ashley BidenAshley Blazer Biden is an American social worker, activist, philanthropist, and fashion designer. The daughter of U.S. President Joe Biden and First Lady Jill Biden, she served as the executive director of the Delaware Center for Justice from 2014 to 2019. Prior to her administrative role at the center, she worked in the Delaware Department of Services for Children, Youth, and Their Families. Biden founded the fashion company Livelihood, which partners with the online retailer Gilt Groupe to raise money for community programs focused on eliminating income inequality in the United States, launching it at New York Fashion Week in 2017.

Rachel LevineRachel L. Levine is an American pediatrician who has served as the Pennsylvania Secretary of Health since 2017. She is a Professor of Pediatrics and Psychiatry at the Penn State College of Medicine, and previously served as the Pennsylvania Physician General from 2015 to 2017. She is one of only a handful of openly transgender government officials in the United States. President Joe Biden has nominated Levine to be Assistant Secretary for Health. She would be the first openly transgender federal official to be confirmed by the Senate.


Symbole sur poteau en photographie de 1906 - Histoire

CléopâtreCléopâtre VII Philopator était le dernier souverain actif du royaume ptolémaïque d'Égypte. En tant que membre de la dynastie ptolémaïque, elle était une descendante de son fondateur Ptolémée Ier Soter, un général grec macédonien et compagnon d'Alexandre le Grand. Après la mort de Cléopâtre, l'Égypte est devenue une province de l'Empire romain, marquant la fin de l'avant-dernier État hellénistique et l'âge qui avait duré depuis le règne d'Alexandre. Sa langue maternelle était le grec koine et elle était la seule souveraine ptolémaïque à apprendre la langue égyptienne.

BibleLa Bible est une collection de textes religieux ou d'écritures sacrées pour les chrétiens, les juifs, les samaritains, les rastafari et autres. Il apparaît sous la forme d'une anthologie, une compilation de textes de formes variées qui sont tous liés par la croyance qu'ils sont collectivement des révélations de Dieu. Ces textes comprennent des récits historiques axés sur la théologie, des hymnes, des prières, des proverbes, des paraboles, des lettres didactiques, de l'érotisme, de la poésie et des prophéties. Les croyants considèrent aussi généralement la Bible comme un produit d'inspiration divine.

BridgertonBridgerton est une série dramatique télévisée américaine en streaming créée par Chris Van Dusen et produite par Shonda Rhimes. Il est basé sur les romans de Julia Quinn se déroulant dans le monde concurrentiel de l'ère Regency à Londres Tonne pendant la saison, lorsque les débutantes sont présentées à la cour. Il a été créé sur Netflix le 25 décembre 2020.

Donald TrumpDonald John Trump est le 45e et actuel président des États-Unis. Avant d'entrer en politique, il était homme d'affaires et personnalité de la télévision.

Régé-Jean PageRégé-Jean Page est un acteur zimbabwéen et anglais. Il est connu pour avoir joué Chicken George dans la mini-série de 2016 Racines et de 2018 à 2019 a été un acteur régulier du drame juridique ABC Pour les gens. À partir de 2020, Page joue dans le drame de la période Netflix, Bridgerton comme Simon Basset, duc d'Hastings.

Ashley BidenAshley Blazer Biden est une travailleuse sociale, activiste, philanthrope et créatrice de mode américaine. Fille du président américain Joe Biden et de la première dame Jill Biden, elle a été directrice exécutive du Delaware Center for Justice de 2014 à 2019. Avant son rôle administratif au centre, elle a travaillé au Delaware Department of Services for Children, Les jeunes et leurs familles. Biden a fondé la société de mode Livelihood, qui s'associe au détaillant en ligne Gilt Groupe pour collecter des fonds pour des programmes communautaires axés sur l'élimination des inégalités de revenus aux États-Unis, en la lançant à la Fashion Week de New York en 2017.

Rachel LevineRachel L. Levine est une pédiatre américaine qui occupe le poste de secrétaire à la santé de Pennsylvanie depuis 2017. Elle est professeure de pédiatrie et de psychiatrie au Penn State College of Medicine et a précédemment occupé le poste de médecin général de Pennsylvanie de 2015 à 2017. Elle est l'une des seules une poignée de responsables gouvernementaux ouvertement transgenres aux États-Unis. Le président Joe Biden a nommé Levine au poste de secrétaire adjoint à la Santé. Elle serait le premier fonctionnaire fédéral ouvertement transgenre à être confirmé par le Sénat.


Voir la vidéo: Photographier en Nuit Américaine - Exercice photo de septembre 2021


Commentaires:

  1. Iaokim

    Je voudrais vous encourager à visiter un site qui contient beaucoup d'informations sur le sujet qui vous intéresse.

  2. Rycroft

    À mon avis, vous avez tort. Discutons de cela. Envoyez-moi un courriel à PM.

  3. Terron

    Mauvais goût complet

  4. Voodoolkree

    Félicitations, c'est tout simplement une excellente idée

  5. Jonah

    Some kind of bad taste

  6. Octavian

    Eh bien, essayez de vous connecter sur cette méthode ...

  7. Shaktigor

    Et j'ai déjà effacé !!!!!



Écrire un message