Y avait-il des règles concernant le nombre de serviteurs pour l'empire achéménide ?

Y avait-il des règles concernant le nombre de serviteurs pour l'empire achéménide ?



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

A Rome, les magistrats (et plus tard les empereurs aussi) avaient chacun un nombre fixe de licteurs, selon le rang de la fonction qu'ils occupaient. Une réglementation similaire du nombre de serviteurs selon le rang est-elle connue pour l'Empire achéménide ? Ou d'autres anciens états de l'Est ?


En général, ce genre de chose n'est pas bien documenté pour l'histoire des Archéménides. De plus, dans l'administration persane, il y avait beaucoup d'autonomie et de variation entre les satrapies, donc ce qui serait vrai pour l'une, pourrait être différent dans l'autre. En parlant des juges royaux, qui étaient similaires aux magistrats romains, par exemple :

Les juges royaux sont attestés ici pour la Babylonie séleucide, dans le contexte particulier en tant que destinataires des avantages des sacrifices du roi au festival du Nouvel An à Babylone. Les juges royaux étaient une institution babylonienne, attestée dès l'époque néo-babylonienne et achéménide, avec une autorité judiciaire pour trancher les affaires importantes. Même si rien de spécifique n'est connu de leur sélection, composition ou fonction dans la période séleucide, la connaissance de leur existence ajoute une autre institution babylonienne, poursuivie sous les Séleucides, à l'ensemble général de documents à partir desquels l'impact de la domination séleucide en Babylonie peut éventuellement être évalué.

Fragments de la chronique babylonienne comme source pour l'histoire séleucide. S. M. Sherwin-White, Journal of Near Eastern Studies. Vol. 42, n° 4 (oct. 1983), pp. 265-270.

Vous pouvez lire le reste du document pour plus d'informations, mais le résultat est qu'il serait difficile de faire des déclarations concluantes sur les politiques numériques pour de telles choses.