Booker T. Washington - Biographie, W.E.B. Dubois et les faits

Booker T. Washington - Biographie, W.E.B. Dubois et les faits



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Booker T. Washington (1856-1915) est né dans l'esclavage et est devenu un intellectuel afro-américain de premier plan du 19 siècle, fondant le Tuskegee Normal and Industrial Institute (maintenant l'Université de Tuskegee) en 1881 et la National Negro Business League deux décennies plus tard. Washington a conseillé les présidents Theodore Roosevelt et William Howard Taft. Ses conflits tristement célèbres avec des dirigeants noirs comme W. E. B. Du Bois à propos de la ségrégation ont fait sensation, mais aujourd'hui, on se souvient de lui comme du conférencier afro-américain le plus influent de son temps.

Les parents et la jeunesse de Booker T. Washington

Booker Taliaferro Washington est né le 5 avril 1856 dans une hutte du comté de Franklin, en Virginie. Sa mère était cuisinière pour le propriétaire de la plantation. Son père, un homme blanc, était inconnu à Washington. À la fin de la guerre civile, tous les esclaves appartenant à James et Elizabeth Burroughs, y compris Booker, 9 ans, ses frères et sœurs et sa mère, ont été libérés. Jane a déménagé sa famille à Malden, en Virginie-Occidentale. Peu de temps après, elle épousa Washington Ferguson, un Noir libre.

L'éducation de Booker T. Washington

À Malden, Washington n'était autorisé à aller à l'école qu'après avoir travaillé de 4 h à 9 h chaque matin dans une saline locale avant les cours. C'est à un deuxième emploi dans une mine de charbon locale qu'il a entendu pour la première fois deux collègues parler du Hampton Institute, une école pour les anciens esclaves du sud-est de la Virginie fondée en 1868 par le brigadier général Samuel Chapman. Chapman avait été un chef de troupes noires pour l'Union pendant la guerre civile et se consacrait à l'amélioration des opportunités éducatives pour les Afro-Américains.

En 1872, Washington a parcouru les 500 miles jusqu'à Hampton, où il était un excellent élève et a obtenu de bonnes notes. Il a ensuite étudié au Wayland Seminary à Washington, DC, mais avait tellement impressionné Chapman qu'il a été invité à retourner à Hampton en tant qu'enseignant en 1879. C'est Chapman qui a recommandé Washington pour un rôle de directeur d'une nouvelle école pour Américains à Tuskegee, Alabama : The Tuskegee Normal and Industrial Institute, l'actuelle Université de Tuskegee. Washington a assumé le rôle en 1881 à l'âge de 25 ans et travaillerait à l'Institut Tuskegee jusqu'à sa mort en 1915.

C'est Washington qui a embauché George Washington Carver pour enseigner l'agriculture à Tuskegee en 1896. Carver allait devenir une figure célèbre de l'histoire des Noirs à part entière, faisant d'énormes progrès en botanique et en technologie agricole.

LIRE LA SUITE : Histoire des Noirs : faits et personnes

Les croyances et la rivalité de Booker T. Washington avec W.E.B. Du Bois

La vie dans le Sud de l'ère post-Reconstruction était difficile pour les Noirs. La discrimination était monnaie courante à l'époque des lois Jim Crow. L'exercice du droit de vote en vertu de l'amendement 15 était dangereux et l'accès à l'emploi et à l'éducation était sévèrement limité. À l'aube du Ku Klux Klan, la menace de représailles violentes pour avoir défendu les droits civiques était réelle. Dans son discours peut-être le plus célèbre, prononcé le 18 septembre 1895, Washington a déclaré à un public majoritairement blanc à Atlanta que la voie à suivre pour les Afro-Américains était l'amélioration de soi par une tentative de « dignifier et glorifier le travail commun ». Il a estimé qu'il valait mieux rester séparé des Blancs que de tenter la déségrégation tant que les Blancs accordaient à leurs compatriotes noirs l'accès au progrès économique, à l'éducation et à la justice devant les tribunaux américains :

"Les plus sages de ma race comprennent que l'agitation des questions d'égalité sociale est la folie la plus extrême et que le progrès dans la jouissance de tous les privilèges qui nous viendront doit être le résultat d'une lutte acharnée et constante plutôt que d'un forçage artificiel. L'occasion gagner un dollar dans une usine en ce moment vaut infiniment plus que de dépenser un dollar dans un opéra."

Son discours a été vivement critiqué par W.E.B. Du Bois, qui a répudié ce qu'il a appelé "The Atlanta Compromise" dans un chapitre de son célèbre livre de 1903, "The Souls of Black Folk". L'opposition aux vues de Washington sur la race a inspiré le mouvement Niagara (1905-1909). Du Bois allait fonder la NAACP en 1909.

En raison de la stature démesurée de Washington dans la communauté noire, les opinions dissidentes ont été fortement écrasées. Du Bois et d'autres ont critiqué le traitement sévère infligé par Washington aux journaux noirs rivaux et aux penseurs noirs qui ont osé contester ses opinions et son autorité.

Livres de Booker T. Washington

Washington, un célèbre orateur connu pour son sens de l'humour, était également l'auteur de cinq livres :

· "L'histoire de ma vie et de mon travail" (1900)

· « Lors de l'esclavage » (1901)

· « L'histoire du nègre : la montée de la race issue de l'esclavage » (1909)

· "Ma plus grande éducation" (1911)

· "L'homme le plus en bas" (1912)

Booker T. Washington : premier Afro-Américain à la Maison Blanche

Booker T. Washington est devenu le premier Afro-Américain à être invité à la Maison Blanche en 1901, lorsque le président Theodore Roosevelt l'a invité à dîner avec lui. Cela a provoqué un énorme tollé parmi les Américains blancs – en particulier dans le Jim Crow South – et dans la presse, et est venu juste après la publication de son autobiographie, « Up From Slavery ». Mais Roosevelt considérait Washington comme un brillant conseiller sur les questions raciales, une pratique que son successeur, le président William Howard Taft, a poursuivie.

La mort et l'héritage de Booker T. Washington

L'héritage de Booker T. Washington est complexe. Alors qu'il a vécu un changement radical dans la vie des Afro-Américains, ses opinions publiques en faveur de la ségrégation semblent dépassées aujourd'hui. Son insistance sur l'autodétermination économique plutôt que sur les droits politiques et civils est tombée en disgrâce alors que les opinions de son plus grand critique, W.E.B. Du Bois, a pris racine et a inspiré le mouvement des droits civiques. Nous savons maintenant que Washington a secrètement financé des affaires judiciaires qui ont contesté la ségrégation et écrit des lettres codées pour se défendre contre les lyncheurs. Son travail dans le domaine de l'éducation a permis de donner accès à un nouvel espoir à des milliers d'Afro-Américains.

En 1913, à l'aube de l'administration de Woodrow Wilson, Washington était largement tombé en disgrâce. Il est resté à l'Institut Tuskegee jusqu'à ce qu'une insuffisance cardiaque congestive mette fin à ses jours le 14 novembre 1915. Il avait 59 ans.

Washington a laissé derrière lui un Tuskegee Institute considérablement amélioré avec plus de 1 500 étudiants, une faculté de 200 et une dotation de près de 2 millions de dollars pour continuer à poursuivre ses travaux.

LIRE LA SUITE: 8 choses que vous ne savez peut-être pas sur Booker T. Washington

Sources

Booker T. Washington. Biographie.com
Le débat entre W.E.B. Du Bois et Booker T. Frontline.
Histoires de Jim Crow : Booker T. Thirteen.org.
Booker T. Britannica.


LA TOILE. Du Bois

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

LA TOILE. Du Bois, en entier William Edward Burghardt Du Bois, (né le 23 février 1868 à Great Barrington, Massachusetts, États-Unis - décédé le 27 août 1963 à Accra, Ghana), sociologue, historien, auteur, éditeur et militant américain qui fut le plus important leader de la protestation noire aux États-Unis pendant la première moitié du 20e siècle. Il a participé à la création de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) en 1909 et a édité La crise, sa revue, de 1910 à 1934. Son recueil d'essais Les âmes du folk noir (1903) est une référence de la littérature afro-américaine.

Qui était W.E.B. Du Bois ?

LA TOILE. Du Bois était un sociologue, historien, auteur, éditeur et activiste américain qui était le leader de la protestation noir le plus important aux États-Unis au cours de la première moitié du 20e siècle. Il a participé à la création de l'Association nationale pour l'avancement des personnes de couleur (NAACP).

Qu'est-ce que W.E.B. Du Bois écrire ?

LA TOILE. Les œuvres notables de Du Bois inclus Le nègre de Philadelphie : une étude sociale (1899), la première étude de cas d'une communauté noire aux États-Unis un recueil d'essais, Les âmes du folk noir (1903), un monument de la littérature afro-américaine Reconstitution noire (1935) et l'autobiographie Crépuscule de l'aube (1940).

Où était W.E.B. Du Bois instruit ?

LA TOILE. Du Bois est diplômé de l'Université Fisk, une institution historiquement noire à Nashville, Tennessee, en 1888. Il a obtenu un doctorat. en histoire de l'Université Harvard en 1895.

Comment était W.E.B. Du Bois influent ?

Dans son travail en tant que leader de la protestation noire, W.E.B. Du Bois croyait que le changement social ne pouvait être accompli que par l'agitation et la protestation, et il a promu ce point de vue dans ses écrits et dans son travail d'organisation. Il était un défenseur pionnier du nationalisme noir et du panafricanisme, et il a exhorté ses lecteurs à voir "La beauté en noir".


Booker T. Washington

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Booker T. Washington, en entier Booker Taliaferro Washington, (né le 5 avril 1856, comté de Franklin, Virginie, États-Unis - décédé le 14 novembre 1915, Tuskegee, Alabama), éducateur et réformateur, premier président et développeur principal du Tuskegee Normal and Industrial Institute (aujourd'hui Tuskegee University), et le plus porte-parole influent des Noirs américains entre 1895 et 1915.

Qui était Booker T. Washington ?

Booker T. Washington était un éducateur et un réformateur, le premier président et développeur principal du Tuskegee Normal and Industrial Institute, aujourd'hui Tuskegee University, et le porte-parole le plus influent des Noirs américains entre 1895 et 1915.

Quel collège Booker T. Washington a-t-il fréquenté?

Booker T. Washington s'est inscrit au Hampton Normal and Agricultural Institute (aujourd'hui Hampton University) en Virginie (1872), travaillant comme concierge pour aider à payer les dépenses. Il obtient son diplôme en 1875 et retourne à Malden, en Virginie-Occidentale, où pendant deux ans, il enseigne aux enfants dans une école de jour et aux adultes le soir.

Pourquoi Booker T. Washington a-t-il créé le Tuskegee Institute ?

Booker T. Washington a fondé l'école en 1881 et en a été le directeur jusqu'à sa mort en 1915. Cet institut a inculqué les principes de Washington consistant à fournir une formation pratique aux Afro-Américains et à les aider à développer leur autonomie économique grâce à la maîtrise des métiers manuels et des compétences agricoles.

De quoi parlait le discours du compromis d'Atlanta ?

Le compromis d'Atlanta était une déclaration sur les relations raciales de Booker T. Washington. Dans son discours d'époque (18 septembre 1895) devant un auditoire racialement mixte à l'exposition d'Atlanta, Washington a déclaré que : « Dans toutes les choses qui sont purement sociales, nous pouvons être séparés comme les doigts, mais un comme la main dans toutes les choses essentielles à progrès mutuel." Cette philosophie « accommodante » a perturbé les intellectuels noirs, qui craignaient que l'accent mis par Washington sur les compétences professionnelles ne se fasse au détriment du développement académique et des droits civils.

Il est né dans une hutte d'esclaves mais, après son émancipation, a déménagé avec sa famille à Malden, en Virginie-Occidentale. La pauvreté extrême a exclu une scolarité régulière à l'âge de neuf ans, il a commencé à travailler, d'abord dans un four à sel et plus tard dans une mine de charbon. Déterminé à faire des études, il s'inscrit au Hampton Normal and Agricultural Institute (aujourd'hui Hampton University) en Virginie (1872), travaillant comme concierge pour aider à payer les dépenses. Il obtient son diplôme en 1875 et retourne à Malden, où pendant deux ans il enseigne aux enfants dans une école de jour et aux adultes le soir. Après des études au Wayland Seminary, Washington, D.C. (1878-1879), il rejoint le personnel de Hampton.

En 1881, Washington a été choisi pour diriger une école normale nouvellement créée pour les Afro-Américains à Tuskegee, une institution avec deux petits bâtiments convertis, aucun équipement et très peu d'argent. Tuskegee Normal and Industrial Institute est devenu un monument à l'œuvre de sa vie. À sa mort, 34 ans plus tard, il comptait plus de 100 bâtiments bien équipés, quelque 1 500 étudiants, une faculté de près de 200 enseignant 38 métiers et professions et une dotation d'environ 2 millions de dollars.

Washington croyait que les meilleurs intérêts des Noirs dans l'ère post-Reconstruction pourraient être réalisés grâce à l'éducation dans l'artisanat et les compétences industrielles et la culture des vertus de la patience, de l'entreprise et de l'économie. Il a exhorté ses compatriotes noirs, dont la plupart étaient des ouvriers agricoles appauvris et illettrés, à abandonner temporairement leurs efforts pour conquérir les pleins droits civils et le pouvoir politique et à cultiver plutôt leurs compétences industrielles et agricoles afin d'atteindre la sécurité économique. Les Noirs accepteraient ainsi la ségrégation et la discrimination, mais leur éventuelle acquisition de richesse et de culture leur gagnerait progressivement le respect et l'acceptation de la communauté blanche. Cela briserait les divisions entre les deux races et conduirait à une citoyenneté égale pour les Noirs à la fin. Dans son discours d'époque (18 septembre 1895) devant un public mixte à l'exposition d'Atlanta, Washington a résumé son approche pragmatique dans la célèbre phrase :

Dans toutes les choses qui sont purement sociales, nous pouvons être séparés comme les doigts, mais un comme la main dans toutes les choses essentielles au progrès mutuel.

Ces sentiments ont été appelés le compromis d'Atlanta par des critiques tels que l'intellectuel noir W.E.B. Du Bois, qui a déploré l'accent mis par Washington sur les compétences professionnelles au détriment du développement académique et des droits civils. Et en effet, il est vrai que, pendant la période de l'ascendant de Washington en tant que porte-parole national des Afro-Américains, sa race a été systématiquement exclue à la fois du droit de vote et de toute participation effective à la vie politique nationale, et des schémas rigides de ségrégation et de discrimination se sont institutionnalisés dans le Les États du Sud. Même la visite de Washington à la Maison Blanche en 1901 a été accueillie par une tempête de protestations comme une « violation de l'étiquette raciale ».

Cependant, la plupart des Noirs se sentaient à l'aise avec l'approche de Washington, et son influence parmi les Blancs était telle qu'il est devenu un arbitre officieux déterminant quels individus et institutions noirs étaient jugés dignes de bénéficier du patronage du gouvernement et du soutien philanthropique blanc. Il a ensuite reçu des diplômes honorifiques de l'Université Harvard (1896) et du Dartmouth College (1901). Parmi ses douzaines de livres se trouve son autobiographie, De l'esclavage (1901), traduit en plusieurs langues.


Carrière d'enseignement universitaire

Du Bois a suivi son premier poste d'enseignant à l'Université Wilberforce avec une bourse à l'Université de Pennsylvanie pour mener un projet de recherche dans le septième quartier de Philadelphie. Faisant des recherches sur le racisme en tant que système social, il était déterminé à en apprendre le plus possible pour tenter de trouver le «remède» aux préjugés et à la discrimination. Son enquête, ses mesures statistiques et son interprétation sociologique de cette entreprise ont été publiés sous le titre "The Philadelphia Negro". C'était la première fois qu'une telle approche scientifique pour étudier les phénomènes sociaux était entreprise, c'est pourquoi Du Bois est souvent appelé le père des sciences sociales.

Du Bois a ensuite enseigné à l'Université d'Atlanta, où il est resté pendant 13 ans. Pendant son séjour là-bas, il a étudié et écrit sur la moralité, l'urbanisation, les affaires et l'éducation, l'église et le crime en ce qui concerne la société noire. Son objectif principal était d'encourager et d'aider la réforme sociale.


Les contributions de Booker T. Washington et W. E. B. DuBois dans le développement de l'enseignement professionnel

Nevin R. Frantz, Jr. Institut polytechnique de Virginie et Université d'État

Le développement de l'enseignement professionnel dans ce pays peut être attribué à de nombreuses personnes. Ces individus incluent des leaders du passé tels que David Sneden et Charles Prosser à des individus plus contemporains tels que Carl Perkins. Beaucoup de ces dirigeants partageaient des points de vue communs cependant, d'autres, comme Rickover, étaient des critiques virulents de toute forme d'enseignement pratique dans les écoles publiques d'Amérique.

Dans le débat sur ce qui devrait être le meilleur système d'éducation pour nos enfants, deux dirigeants éminents ont été largement exclus de l'histoire documentant le développement de l'enseignement professionnel aux États-Unis. Ces deux personnes étaient des porte-parole exceptionnels de la communauté afro-américaine aux États-Unis. Ils s'appelaient Booker T. Washington et W. E. B. DuBois. Cet article tente de raconter l'histoire de leur débat et de leurs divergences sur le rôle de l'enseignement professionnel dans les écoles du pays au tournant du siècle.

Antécédents individuels des deux dirigeants

L'histoire commence avec Booker T. Washington. Washington est né en 1856 dans une famille d'esclaves du comté de Franklin en Virginie. Après l'émancipation, la famille a déménagé à Malden, en Virginie-Occidentale, où Washington a reçu des cours de lecture et d'écriture par la femme d'un propriétaire de mine pour lequel son père travaillait. À la fin de l'adolescence, Washington a marché jusqu'à Hampton, en Virginie, où il a été admis au tout nouveau Hampton Institute. Pendant son séjour là-bas, il est venu sous la tutelle de Samuel Armstrong, le président de l'institution. Armstrong avait créé l'Institut Hampton après la guerre de Sécession pour éduquer les esclaves affranchis dans le but déclaré de « l'instruction de la jeunesse dans les diverses branches de l'école commune, universitaire et collégiale, les meilleures méthodes pour les enseigner et le meilleur mode d'industrie pratique dans son application à l'agriculture et aux arts mécaniques" ( Struck, 1930 ). Washington a étudié des matières académiques ainsi que les métiers industriels tels que la forge, la menuiserie, la maçonnerie et l'agriculture. Après l'obtention de son diplôme, Washington a été invité par Armstrong à devenir membre de la faculté où il a servi pendant deux ans. En 1881, il fut invité à fonder une nouvelle école en Alabama, le célèbre Tuskegee Institute. Le programme que Washington a développé à Tuskegee était structuré selon la philosophie pragmatique qu'il a reçue au Hampton Institute ( Anderson, 1988 ). Les cours académiques étaient étroitement coordonnés avec la formation professionnelle. Washington croyait que toute formation tirait son sens et son objectif de problèmes réels et pouvait être utilisée pour élever les conditions des étudiants individuels ainsi que de l'ensemble de la communauté une fois diplômés de Tuskegee. Des cours d'éducation industrielle ont été offerts, y compris des métiers tels que la fonderie, l'imprimerie, la cordonnerie et le sciage.

W. E. B. DuBois est né en 1868 à Great Barrington, Massachusetts, fils de parents aisés. Great Barrington était une ville de classe moyenne. Là, DuBois a fréquenté l'école primaire et secondaire et a reçu une éducation très formelle mais bonne. Selon DuBois, il a grandi dans une ville où « le contraste entre les nantis n'était pas grand » ( DuBois, 1968, p. 79 ). À l'âge de 17 ans, il s'est inscrit à l'Université Fisk à Nashville, Tennessee. Là, il a étudié des matières telles que le latin, le grec, l'anglais, la chimie et la physique. À l'automne 1888, il entre à l'Université Harvard où il obtient un doctorat. en 1890. Il étudie ensuite à l'Université de Berlin pendant deux ans. DuBois a ensuite été invité à devenir membre de la faculté pour enseigner le latin, le grec, l'allemand, l'anglais et la sociologie à l'Université Wilberforce dans l'Ohio. En 1896, il entre à l'Université de Pennsylvanie en tant qu'assistant instructeur en sociologie. Sa mission principale était d'enquêter sur les conditions sociales des "personnes de couleur" dans la septième salle de Philadelphie. De là, jusqu'au printemps 1916, il enseigne à l'université d'Atlanta en tant que professeur d'économie et d'histoire. Le programme de l'Université d'Atlanta a été conçu pour ouvrir un champ d'utilité pour les citadins afro-américains, comparable à ce que Hampton et Tuskegee avaient fait pour les districts ruraux dans l'agriculture et l'industrie.

Après avoir occupé leurs postes respectifs aux universités d'Atlanta et de Tuskegee, DuBois et Washington ont commencé à jouer un rôle de premier plan dans la réussite éducative et économique des Afro-Américains du Sud. Au cours du processus, ils ont développé des positions qui ont été utilisées pour façonner l'orientation pour l'avenir immédiat, mais restent comme des influences pour les éducateurs et les réformateurs sociaux jusqu'à nos jours. Leurs parcours, bien que très différents, ont profondément influencé leur réflexion. Les antécédents aisés et l'éducation classique que DuBois a reçus ont conduit à un chemin bien différent de celui de la vie de Washington, un esclave affranchi et bénéficiaire d'une éducation très pratique.

Dans le cas de DuBois, il en est venu à croire que le seul salut pour les "Nègres" (comme étaient alors caractérisés les Afro-Américains) était d'obtenir l'égalité sociale et économique grâce à l'éducation d'une élite peu nombreuse qui pourrait tenir sa place dans le domaine social et politique. manœuvres de la journée. Il s'opposait au modèle Hampton/Tuskegee et souhaitait que les jeunes afro-américains « attachent leurs chariots à une étoile » plutôt qu'à « une mule » ( Lewis, 1993, p. 353). DuBois croyait que les Afro-Américains du Sud « devaient avoir un leadership formé et éduqué si le civilisé voulait survivre. L'objet de l'éducation n'était pas de faire des hommes des charpentiers mais de faire des charpentiers des hommes » (Aptheker, 1973, p. 64). DuBois croyait qu'une « éducation supérieure du dixième talentueux qui, grâce à sa connaissance de la culture moderne, guiderait le Noir américain vers une civilisation supérieure » ( DuBois, 1968 ).

Contributions de Booker T. Washington

La contribution la plus visible de Booker T. Washington a été la création et le développement de l'Institut Tuskegee pour l'éducation des Afro-Américains. Il a servi d'école laboratoire pour la philosophie de l'éducation de Washington. Ses contributions, cependant, se sont étendues bien au-delà de son travail avec les établissements d'enseignement formels. Lorsque Washington s'est rendu à Tuskegee, il a facilement reconnu la détérioration de l'état de l'agriculture dans la région. Tout en essayant de résoudre le problème, il s'est rendu compte que les agriculteurs auraient besoin de formes spécifiques d'assistance. Pour répondre à ce besoin, il a développé deux formes d'éducation qui existent et prospèrent aujourd'hui. Ces deux concepts sont l'éducation des adultes et l'éducation complémentaire. En servant les adultes de la région, Washington a développé des programmes qui répondaient aux besoins de l'agriculteur local, augmentant la production de nourriture et de fibres. Il s'est procuré un chariot, l'a équipé d'outils et d'informations et a fourni des informations aux agriculteurs sur leur lieu de résidence. Grâce à ce système d'extension des programmes sur le campus aux adultes, il a étendu l'idée de Tuskegee et a contribué à faire des agriculteurs des contributeurs autosuffisants et productifs à la société. Les efforts de Washington pour répondre aux besoins des Afro-Américains dans la structure du pouvoir et la société blanches ont été sévèrement critiqués par d'autres dirigeants noirs tels que DuBois. La notion de Washington d'accueillir et de développer les compétences pratiques des hommes et femmes afro-américains est son héritage et sa contribution les plus durables à la croissance et au développement de l'enseignement professionnel et technique dans le pays.

Contributions de W. E. B. Dubois

Les contributions de DuBois, bien que moins directes, ont néanmoins été importantes dans le développement de l'enseignement et de l'enseignement professionnel et technique en particulier. Il a cherché à trouver un équilibre entre l'éducation libérale et pratique pour les Afro-Américains. Sa pensée et ses efforts ont contribué à donner aux établissements d'enseignement supérieur du Sud une approche plus équilibrée de l'éducation des esclaves affranchis et de leurs enfants. Bien que son éducation du talentueux dixième soit maintenant considérée par certains comme une approche élitiste, il a néanmoins préconisé la préparation des jeunes au travail comme un résultat valable pour les masses. Le leadership qu'il a fourni dans la formation de la NAACP a été, au cours des dernières années, un facteur majeur contribuant à la décision de la Cour suprême contre la ségrégation des écoles. Cette décision a permis aux éducateurs professionnels d'intégrer les programmes et les organisations de jeunesse. Cela a placé le domaine dans une position solide pour accélérer la préparation d'une main-d'œuvre diversifiée possédant les compétences professionnelles et sociales nécessaires pour réussir sur le lieu de travail.

Résumé et conclusions

La vie de ces deux grands leaders afro-américains est importante et inspirante. Bien que leurs origines soient assez différentes, ils partageaient le rêve commun de délivrer les Afro-Américains d'une vie de servitude économique et de retard social. Ils partageaient une vision commune et nombre de leurs idées ont contribué de manière significative au progrès de leur peuple. Les approches contrastées des deux dirigeants ont alimenté le débat entre les deux pendant des années.

Essentiellement, le même débat a été mené dans la communauté blanche entre John Dewey et Charles Prosser. Le débat se poursuit et se reflète dans la législation adoptée par le Congrès, à l'origine sous la forme de la loi Smith-Hughes, et se reflète aujourd'hui dans les dispositions de la loi Carl D. Perkins pour la formation professionnelle et appliquée en technologie de 1990. Washington et Dubois a contribué à façonner le débat qui se poursuivra et enrichira la discussion sur le type d'éducation le plus précieux pour les générations à venir.

Auteur

Jusqu'à son décès, Nevin R. Frantz, Jr. était professeur au Département de l'enseignement professionnel dans l'industrie et les professions de la santé, Virginia Polytechnic and State University, Blacksburg, Virginie.

Références sélectionnées

Anderson, J.D. (1988). L'éducation des Noirs du Sud. Chapel Hill, Caroline du Nord : University of North Carolina Press.

Aptheker, H. (1973). L'éducation des Noirs : Dix critiques 1906-1960 . Amherst, MA : Presse de l'Université du Massachusetts.

Denton, V.L. (1993). Booker T. Washington et le mouvement d'éducation des adultes. Gainesville, Floride : The University of Florida Press.

DuBois, W.E.B. (1968). L'autobiographie de W. E. B. DuBois . New York, NY : International Publishers, Inc.

Lewis, D.L. (1993). W. E. B. DuBois : Biographie d'une race . New York, NY : Henry Holt and Company.

Frappé, F.T. (1930). Fondation de l'enseignement industriel. New York, NY : John Wiley et fils.

Thornborough, E. L. (éd.). (1969). Booker T. Washington. Englewood Cliffs, NJ : Prentice-Hall, Inc.


W. E. B. Du Bois et la NAACP

W. E. B. Du Bois a été le premier Noir récipiendaire d'un doctorat. de l'Université Harvard. Dans Les âmes des Noirs, publié en 1903, il plaidait pour une « agitation virile » et « incessante et une demande insistante pour l'égalité ». Il a exigé un programme de libération pour les Noirs, pas de subordination, c'est ainsi qu'il a décrit l'approche Hampton/Tuskegee – connue sous le nom d'« accommodement » – adoptée par Booker T. Washington. Du Bois a rejeté l'accommodement comme la meilleure réponse à la ségrégation raciale brutale qui enveloppait l'Amérique. Jim Crow avait été concrétisé par Plessy v. Ferguson, la décision de la Cour suprême des États-Unis de 1896 qui sanctionnait le principe d'installations « séparées mais égales » pour les Afro-Américains et les Blancs.

LA TOILE. DuBois (VMHC E185.5 D81)

Du Bois est devenu directeur de la publicité et de la recherche pour la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP), fondée en 1909. Le bras juridique de la NAACP a mené la campagne pour mettre fin à la ségrégation, mais il a d'abord ciblé les inégalités dans l'éducation. Cela a permis d'obtenir l'admission d'un étudiant noir à la faculté de droit de l'Université du Maryland, car cet État ne disposait pas d'une telle institution pour les étudiants noirs. La Virginie et d'autres États du sud ont immédiatement adopté une politique consistant à accorder des bourses aux étudiants noirs pour qu'ils fréquentent des écoles professionnelles et supérieures en dehors de l'État. Cette pratique a finalement été rejetée par la Cour suprême des États-Unis, en décembre 1938, et le rédacteur en chef de Richmond, Virginius Dabney, a déclaré que la décision « avait sérieusement secoué » le système éducatif du Sud.

En octobre 1938, la NAACP a intenté une action contre le fait que les enseignants noirs de Norfolk étaient moins payés que leurs homologues blancs. Dans Alston v. Commission scolaire de la ville de Norfolk, un tribunal fédéral a statué que cette discrimination était fondée uniquement sur la race et violait ainsi la clause de « protection égale » du quatorzième amendement de la Constitution des États-Unis. La décision a été accueillie avec des retards, des évasions, l'adoption de critères subjectifs pour évaluer les enseignants et d'autres méthodes de résistance, de sorte que les enseignants noirs sont passés de la moitié des salaires blancs aux deux tiers, mais pas à la pleine égalité avant 1952.


La connaissance devient une opportunité

Washington est né Booker Taliaferro, réduit en esclavage, dans le comté rural de Franklin en Virginie en 1856. Sa mère, Jane, était cuisinière et son père était un homme blanc de la région dont l'identité restait un mystère. De sa lignée paternelle, Washington avait peu de connaissances, sauf qu'il était un homme blanc qui vivait dans l'une des plantations voisines. Sous l'esclavage, Washington a grandi dans l'environnement le plus misérable, isolé et décourageant. .” Il avait deux frères et sœurs, un frère aîné nommé John et une sœur nommée Amanda. Selon Washington, leur mère a pris quelques instants pour nos soins tôt le matin avant le début de son travail et le soir après la fin du travail. Washington avait cinq ans lorsque la guerre civile a commencé et environ neuf ans. -vieux quand il a reçu sa liberté. Comme de nombreux individus nouvellement libérés, la famille a quitté le site de leur esclavage à la recherche d'opportunités. Ils ont migré 200 miles en chariot et à pied jusqu'à Malden, en Virginie-Occidentale, où Washington et son frère ont travaillé avec leur beau-père dans les mines de sel et de charbon et où Washington a également gagné de l'argent en travaillant comme concierge.

Booker T. Washington s'adressant à une foule à la Nouvelle-Orléans, 1915

Photo : Arthur P. Bedou/Robert Abbott Sengstacke/Getty Images

À l'âge de 16 ans, Washington a parcouru 500 milles pour fréquenter le Hampton Normal and Agricultural Institute à Hampton, en Virginie. Au collège, il a appris comment le développement économique pouvait être le nationalisme économique et l'importance de la religion, de l'hygiène personnelle et de la prise de parole en public. Après avoir obtenu son diplôme, il a étudié le droit et la théologie et, en 1881, il est devenu le fondateur et le premier directeur du Tuskegee Normal and Industrial Institute en Alabama, aujourd'hui connu sous le nom de Tuskegee University. Washington a réussi à étendre les terres, le personnel et les inscriptions de Tuskegee. L'école offrait une formation en agriculture, fabrication de briques, forge et menuiserie, ainsi que des compétences professionnelles telles que la cuisine, la mise en conserve et le nettoyage. Alors qu'il dirigeait l'école, Washington a subi plusieurs pertes personnelles, notamment la mort de ses deux premières femmes (Fanny M. Smith et Olivia Davidson) et d'un fils (Ernest Davidson). Sa troisième épouse, Margaret Murray, était avec lui jusqu'à sa mort.


Booker T Washington Biographie

Il était l'une des personnes les plus importantes de l'histoire afro-américaine aux États-Unis de 1890 à 1915. Norrell m'a donné de nouvelles informations sur Washington.

Olivia America Davidson Washington était co-fondatrice de l'Institut Tuskegee et la deuxième épouse de Booker T Washington Sh Tuskegee Booker T Black Educators

Washington - Mini biographie 331 En 1881 Booker T.

biographie de booker t washington. Qui était Booker T. Washington a fondé le Tuskegee Institute en Alabama qui s'est considérablement développé et s'est concentré sur la formation des Afro-Américains en agriculture. Washington a enseigné que le travail acharné et la patience étaient les meilleurs moyens pour eux d'améliorer leur vie.

Washington, le 5 avril 1856, le 14 novembre 1915 était un éminent écrivain et leader noir de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Naissance de Washington et racines de l'esclavage. Né le 5 avril 1856 dans le comté de Franklin en Virginie, Booker Taliaferro était le fils d'un homme blanc inconnu et de Jane, une cuisinière esclave de James Burroughs, un petit planteur.

Il est né dans l'esclavage mais a finalement été libéré. L'éducateur et leader afro-américain de Washington a fondé le Tuskegee Institute pour les étudiants noirs. Sa mère Jane et son beau-père Washington travaillaient dans une plantation en Virginie.

Booker gave himself the surname Washington when he first enrolled in school. Washington was an educator who spoke for many African Americans during the late 1800s and early 1900s. Washington was the first teacher and principal of the Tuskegee Institute in Tuskegee Alabama.

This book reveals detailed information into Washington putting together Tuskegee Institute. Washington was an African-American who was notable for being a presidential advisor an educator an author and a founding father of the Tuskegee University. One of the foremost leaders of the African-American community Booker T.

Washington Biography Name at birth. He had a brother and a sister. Booker Taliaferro Washington April 5 1856 November 14 1915 was an American political leader teacher and author.

Booker Taliaferro Washington grew up the child of an enslaved woman in the South during the Civil War. Washington was one of the foremost African-American leaders of the late 19th and early 20th centuries founding the Tuskegee Normal and Industrial Institute now known as Tuskegee University. Washington was born into slavery sometime in 1856.

Washington was a great educator and orator who founded the Tuskegee Normal and Industrial Institute in Alabama now known as the Tuskegee University. Booker Taliaferro Washington was born into slavery in Franklin County Virginia on April 5 1856. Washington 1856 November 14 1915 was a leading African-American leader and intellectual of the late nineteenth and early twentieth century.

On September 18 1895 Washington gave a powerful speech which became the basis for the Atlanta Compromise an agreement that Southern blacks would work and submit to white political rule while Southern whites would guarantee that blacks would receive basic education and due process in law. Booker Taliaferro Washington Booker T. Booker Taliaferro Washington April 5 1856 November 14 1915 was an American educator author orator and adviser to multiple presidents of the United StatesBetween 1890 and 1915 Washington was the dominant leader in the African American community and of the contemporary black elite.

Washington was one of the foremost African American leaders of the late 19th and early 20th centuries founding the Tuskegee Normal and Industrial Institute. This biography on Booker T Washington was very factual and insightful. I have been studying the life and work of Booker T Washington for a few years.

Washington Biography Booker T. He also worked as a spokesperson for the African community in the US. They all lived in a small wooden one-room shack where the children slept on the dirt floor.

Washington in full Booker Taliaferro Washington born April 5 1856 Franklin county Virginia USdied November 14 1915 Tuskegee Alabama educator and reformer first president and principal developer of Tuskegee Normal and Industrial Institute now Tuskegee University and the most influential spokesman for Black Americans between 1895 and 1915. Washington was from the last generation of black American leaders born into slavery and became the. Booker T Washington in 1905 5 His Atlanta Compromise speech was viewed as a revolutionary moment.

Booker Taliaferro Washington April 5 1856 -- November 14 1915 was an African-American educator author orator and advisor to presidents of the United S. Following emancipation he moved with his mother and stepfather to West Virginia where he worked in salt furnaces and a coal mine but also learned to read. His Atlanta Compromise speech made him Americas major black leader for twenty years.

He founded an educational establishment in Alabama and promoted a philosophy of economic self-reliance and self-improvement for the black population. Washington 1856- 1915 Booker T. Washington was born a slave and deprived of any early education yet he grew up to become Americas leading black educator at the start of the 20th century.

Washington Biography Educator Civil Rights Activist 18561915 Educator Booker T. Jane named her son Booker Taliaferro but later dropped the second name. Enslaved from birth Washington rose to a position of power and influence founding the Tuskegee Institute in Alabama in 1881 and overseeing its growth into a well-respected Black university.

Biography Bottle Booker T Washington Booker T Bottle Buddy School Activities

Biography Of Booker T Washington Early Black Leader And Educator Booker T Black Leaders Black Educators

Image Result For Web Dubois Biography Dubois Booker T Web Dubois

Biography Of Booker T Washington Early Black Leader And Educator Booker T African American Studies African American History

Booker T Washington Mini Biography Booker T Today In History Atlanta Compromise

Booker T Washington W E B Dubois Marcus Garvey Bios D Web Dubois Booker T Marcus Garvey

Biography Booker T Washington For Kids Booker T Celebrate Black History African American History

Up From Slavery Book Review Podcast Episode Book Review Slavery Books

Extraordinary Man Black History Books Booker T African American Books

Booker T Washington Biography Facts Accomplishments Booker T African American Leaders African American History

Booker T Washington Biography Pack Distance Learning Black History Month Facts Booker T History Facts Interesting

Booker T Washington Biography Books Facts Accomplishments Britannica In 2020 Booker T Portrait Black Legends

Booker T Washington Born In 1856 Died In 1915 I Just Read Some Of His Work In My American Realism Class He Booker T African American History American History

Up From Slavery Ebook By Booker T Washington Rakuten Kobo African American Books Inspirational Books Books To Read

Booker T Washington Biography Writing Prompt Helps Kids To Learn About The Contributions Of Booker T Washingt Social Studies Worksheets Social Studies Booker T

Booker T Washington Biography Facts Accomplishments Booker T African American Leaders Tuskegee

Up From Slavery An Autobiography Paperback Overstock Com Shopping The Best Deals On Biography Historical Political Booker T Autobiography Slavery


Descriptions

Booker T. Washington

Booker T. Washington was born to a slave family in Virginia a few years before the Civil War. When he was nine years old, he and his family were freed by the Emancipation Proclamation. As a young man, he enrolled as a working student at the Hampton Institute. His rise to prominence began when he became the first leader of the Tuskegee Institute in Alabama, a teachers’ institute.

In 1895, Washington gave the Atlanta Exposition Speech, where he suggested a compromise between southern white leaders and the African-American community. He urged black Americans to join the workforce, saying that the American south needed their skills and work ethic. He called for southern whites to provide industrial and vocational education and legal protection for southern blacks. In return, southern blacks would tolerate discrimination, segregation and racist behavior and would not demand the right to vote.

Washington was a skilled political operator with black and white supporters. He was also an educator who trained African-Americans in useful occupations. They could then use these to be accepted as productive members of American society.

LA TOILE. DuBois

LA TOILE. DuBois was born in 1868 to a free black family in Massachusetts. He rarely experienced racial discrimination. He attended Fisk University and Harvard University, earning a bachelor’s degree in history at the latter. After college, he attended the University of Berlin and returned to Harvard for his PhD, thus becoming the first African-American to get a doctorate from Harvard.

As an academic, DuBois performed research on black communities in Philadelphia. As a result, he concluded that racial segregation was the 20th century’s largest problem. In 1905, DuBois and other prominent civil rights leaders formed the Niagara Movement, advocating equal rights for African-Americans.

For much of his life, DuBois worked at Atlanta University, where he did historical research and wrote articles and editorials for a number of publications. His efforts culminated in the Civil Rights Act of 1964, passed after his death.


Know Your History: BLM Debate Was Settled Years Ago Between Du Bois and Washington

The Black Lives Matter movement has revealed an ideological rift within the black community.

While many support the revolutionary Marxism of the movement, there is also increasing support for conservatism, traditional values and even President Donald Trump.

The black community has leaders on both sides of the debate, with left-leaning spokespeople such as Al Sharpton and Jesse Jackson facing off against Larry Elder and young up-and-coming conservatives like Candace Owens.

In fact, it goes back over 100 years to the lives of African-American leaders Booker T. Washington (1856-1915) and W. E. B. Du Bois (1868-1963).

Booker T. Washington vs. W.E.B. Du Bois

Washington was a former slave who worked his way through school with high grades before founding the Tuskegee Normal and Industrial Institute, (now called Tuskegee University) according to his Biography.com profile.

Similarly, William Edward Burghardt Du Bois developed a passion for academics, becoming the first African-American to earn a PhD from Harvard before co-founding the National Association for the Advancement of Colored People, his own Biography profile says.

The two accomplished academics were known for their debate over which method would help the black community the most — gaining economic skills through hard work or combating the racism of America with protests, activism and a Marxist restructuring of society.

While Washington’s philosophy of self-help and hard work resembles the rhetoric of the conservative black leaders of today, Du Bois’ approach mirrors that of the BLM movement.

Du Bois Wanted To Tear Down the System

Much like the leaders of the Black Lives Matter movement, Du Bois was a self-described Marxist.

By the end of his life, according to a 1961 article in The New York Times, Du Bois went as far as to join the Communist Party USA.

“Until the Russian Revolution, Karl Marx was little known in America. He was treated condescendingly in the universities, and regarded even by the intelligent public as a radical agitator whose curious and inconvenient theories it was easy to refute,” Du Bois wrote in a 1933 article titled “Marxism and the Negro Problem.”

“Today, at last, we all know better, and we see in Karl Marx a colossal genius of infinite sacrifice and monumental industry, and with a mind of extraordinary logical keenness and grasp.”

Additionally, Du Bois’ far-left ideology was reflected in his support of black nationalism, which eventually lead to a split between him and the NAACP.

“In 1934, Du Bois resigned from the NAACP board and from The Crisis because of his new advocacy of an African American nationalist strategy that ran in opposition to the NAACP’s commitment to integration,” Du Bois’ bio on the NAACP website says.

Washington Believed in Hard Work And Education

Directly opposed to Du Bois’ beliefs, Washington believed that integration and the end of racism could be achieved through the hard work of African-Americans themselves, rather than through activism and a redistribution of wealth.

Washington understood that it wasn’t a lack of wealth that primarily afflicted impoverished African Americans, but instead a lack of market skills.

“No race that has anything to contribute to the markets of the world is long in any degree ostracized. It is important and right that all privileges of the law be ours, but it is vastly more important that we be prepared for the exercise of these privileges,” Washington said during his famous Atlanta Exposition Address in 1895.

“The opportunity to earn a dollar in a factory just now is worth infinitely more than the opportunity to spend a dollar in an opera house.”

PragerU, a nonprofit organization that creates educational videos about Judeo-Christian principles, produced a video narrated by Project 21’s Derryck Green that explores the life of Washington.



“[Washington] was first, last and always a pragmatist. He believed gradual improvements, improvements that blacks would earn through education, entrepreneurship and personal responsibility, were the keys to black empowerment and ending racism,” Green said in the video, which was released last month. “It wasn’t fair, but it was reality.”

“Today, in an America that is open to and accepting of all races, Washington’s prescription for black success is more relevant than ever. That made him a great leader and a prophet.”

History Proved Washington Was Right and Du Bois Was Wrong

In the America of today, Washington’s philosophies have been proven to be correct, whereas Du Bois’ have had a crippling effect on the black communities where they’ve been implemented.

Racial bias is not nearly as much of an impediment to those in poverty as bad decisions are.

Two think tanks on different sides of the political spectrum, the left-wing Brookings Institution and the right-wing Heritage Foundation, agree on the most successful formula for escaping poverty: finish high school, marry before having children and get a job.

That last step, getting a job, is made difficult by the welfare state — policies which redistribute wealth to the impoverished in much the same way that the Marxist systems lauded by Du Bois would.

Respected economist Thomas Sowell explained the devastating effects of welfare in a 2015 column.

“Non-judgmental subsidies of counterproductive lifestyles are treating people as if they were livestock, to be fed and tended by others in a welfare state — and yet expecting them to develop as human beings have developed when facing the challenges of life themselves,” Sowell wrote.

“Behavior matters and facts matter, more than the prevailing social visions or political empires built on those visions.”

If Americans take the time to thoroughly examine the lessons of history, we would all know that the remedy for impoverished Americans of all colors isn’t offering free handouts or defunding the police.

The solution certainly isn’t fighting the unproven, invisible ghost that is “systemic racism.”

Instead, it is hard work, family values and improved educational opportunities.

Truth and Accuracy

We are committed to truth and accuracy in all of our journalism. Read our editorial standards.


Niagara Movement

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Niagara Movement, (1905–10), organization of black intellectuals that was led by W.E.B. Du Bois and called for full political, civil, and social rights for African Americans. This stance stood in notable contrast to the accommodation philosophy proposed by Booker T. Washington in the Atlanta Compromise of 1895. The Niagara Movement was the forerunner of the National Association for the Advancement of Colored People (NAACP). In the summer of 1905, 29 prominent African Americans, including Du Bois, met secretly in Fort Erie, Ontario, near Niagara Falls, and drew up a manifesto calling for full civil liberties, abolition of racial discrimination, and recognition of human brotherhood. Subsequent annual meetings were held in such symbolic locations as Harpers Ferry, West Virginia, and Boston’s Faneuil Hall.

Despite the establishment of 30 branches and the achievement of a few scattered civil rights victories at the local level, the group suffered from organizational weakness and lack of funds as well as a permanent headquarters or staff, and it never was able to attract mass support. After the Springfield (Illinois) Race Riot of 1908, however, white liberals joined with the nucleus of Niagara “militants” and founded the NAACP the following year. The Niagara Movement disbanded in 1910, with the leadership of Du Bois forming the main continuity between the two organizations.

This article was most recently revised and updated by Jeff Wallenfeldt, Manager, Geography and History.


Voir la vidéo: Booker T. Washington or Dr.. DuBois - Which One Was Right?