Première mondiale ! Une momie égyptienne de 2 000 ans était enceinte

Première mondiale ! Une momie égyptienne de 2 000 ans était enceinte

Lorsque les archéologues ont effectué des radiographies du corps momifié d'une femme, ils ont fait une découverte remarquable. Les restes de la femme décédée il y a 2 000 ans contenaient un secret surprenant : faire d'elle une momie unique en son genre à ce jour.

Qu'ont révélé les scans ? La première maman enceinte connue au monde.

Qui était la maman enceinte ?

Une étude sur la découverte a été publiée dans le Journal des sciences archéologiques . Les chercheurs y écrivent que leurs radiographies et tomodensitométries du corps momifié montrent que la femme est décédée alors qu'elle avait entre 20 et 30 ans. Ils ont mesuré la tête du fœtus pour déterminer combien de semaines la femme était enceinte et ont découvert qu'elle était enceinte de 26 à 30 semaines lorsqu'elle est décédée.

La momie enceinte a été identifiée par radiographie et tomodensitométrie. La source: Journal des sciences archéologiques

Dans leur article, ils notent que "Cette découverte est le seul cas connu d'une personne enceinte embaumée". Comme l'auteur principal de l'étude, le Dr Wojciech Ejsmond, de l'Académie polonaise des sciences, a déclaré à The Sun ,

« C'est la première découverte de ce type. Il n'y a pas d'autre corps antique aussi bien conservé d'une femme enceinte […] On connaît des sépultures de femmes enceintes. Des momies de bébés ont été retrouvées dans la tombe de Toutankhamon. Mais il n'y a pas d'enterrement d'une femme enceinte avec des tissus mous préservés.

Cependant, le Dr Ejsmond a également noté que « On peut s'attendre à ce que les archéologues aient rencontré d'autres sépultures de ce type, mais elles étaient mal documentées ou mal conservées et n'offrent pas de possibilités de recherches supplémentaires comme notre découverte ».

  • Une nouvelle technologie donne vie à la momie d'une petite fille égyptienne vieille de 2 000 ans avec des détails époustouflants
  • Mort mystérieuse dans le désert : que faisait une femme enceinte sur un ancien site minier ?

Les chercheurs se demandent pourquoi le fœtus a été momifié dans le corps de la femme, non extrait et embaumé seul, comme cela a été le cas pour les enfants mort-nés. "On a peut-être pensé qu'il faisait encore partie intégrante du corps de sa mère, puisqu'il n'était pas encore né", ont-ils écrit dans leur article.

Les analyses ont révélé que la femme avait 26-30 semaines Enceinte. ( Journal des sciences archéologiques ) Les chercheurs écrivent que "Cette découverte est le seul cas connu d'une personne enceinte embaumée."

On pense que la momie enceinte vient des tombeaux royaux de l'ancienne ville de Thèbes et les chercheurs pensent qu'elle était un membre d'élite de la société. Son corps momifié était soigneusement enveloppé dans des tissus et orné d'"un riche ensemble d'amulettes", selon les chercheurs.

Le Soleil rapporte que les amulettes représentent les Quatre Fils d'Horus et ont été nichées à l'intérieur des emballages. Les « quatre fils d'Horus » font référence à quatre dieux dans la religion égyptienne antique - Imsety, Duamutef, Hapi et Qebehsenuef. Ils sont souvent décrits comme les personnifications des quatre jarres canopes qui accompagnaient les corps momifiés.

Des amulettes, censées représenter les quatre fils d'Horus, accompagnent le corps de la momie enceinte. ( Projet Momie de Varsovie )

La momie enceinte a été déterrée à Thèbes au début des années 1800 et des recherches antérieures l'ont datée du premier siècle avant JC – une époque où Thèbes était une ville florissante. Il est arrivé à Varsovie en 1826 et est actuellement exposé dans la Galerie d'art ancien du Musée national.

L'inscription du cercueil affirmait que le propriétaire était un prêtre de sexe masculin, ce qui rend les résultats de l'analyse encore plus surprenants. La co-auteure de l'étude, Marzena Ozarek-Szilke, anthropologue et archéologue, a déclaré :

« Notre première surprise a été qu'il n'a pas de pénis, mais à la place il a des seins et des cheveux longs, et puis nous avons découvert que c'était une femme enceinte. Quand nous avons vu le petit pied puis la petite main (du fœtus), nous avons été vraiment choqués.

La cause du décès et l'identité exacte de la maman enceinte restent un mystère.

Numérisation des momies

Cette momie n'est que l'un des corps momifiés qui ont été scannés par le biais du Warsaw Mummy Project. Selon le site Web du projet, l'objectif est « d'examiner en profondeur les momies humaines et animales de l'Égypte ancienne au Musée national de Varsovie ».

En utilisant des technologies de pointe, telles que la radiographie et la tomodensitométrie, les chercheurs affirment qu'ils sont en mesure de mieux comprendre à quoi ressemblait la vie dans l'Égypte ancienne, ainsi que l'âge, la cause du décès, les maladies, le niveau de vie et même les niveaux de stress pendant la vie des momies qu'ils examinent.

  • Méthodes bizarres de détection des bébés : une brève histoire du test de grossesse
  • Mystère enveloppé de lin : Démêler l'histoire de Hatason, une momie égyptienne de 3 200 ans

Nouvelles perspectives sur la grossesse dans l'Egypte ancienne

Le Dr Ejsmond a expliqué que la découverte de la momie enceinte n'est pas seulement étonnante en raison de sa nature unique, mais aussi pour les égyptologues « parce que nous en savons peu sur la santé périnatale et l'enfance dans l'Égypte ancienne ».

"Femme Fellah égyptienne avec son enfant", par Elisabeth Jerichau-Baumann, 1872.

Le Dr Ejsmond pense également que la découverte ouvre les portes à de nombreux autres points d'intérêt :

« Les médecins peuvent étudier, par exemple, le contenu intestinal du fœtus pour recueillir des informations sur le développement du système immunitaire dans les temps anciens. Ils peuvent également rechercher des traces d'interventions médicales anciennes qui auraient pu être entreprises pour sauver la femme et son enfant. Textes médicaux de l'Egypte ancienne détailler certaines procédures qui auraient pu être entreprises, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires.

Enfin, cette recherche démontre que d'autres momies enceintes ont peut-être été enterrées dans l'Égypte ancienne, elles n'ont tout simplement pas encore été identifiées. Scanner plus de momies pourrait aider les chercheurs à les retrouver en déballant numériquement les corps, sans altérer physiquement les anciens restes momifiés.


Des scientifiques travaillant dans le cadre du projet de momie de Varsovie de l'Académie polonaise des sciences, ont travaillé pour obtenir plus d'informations sur la femme, supposée avoir la vingtaine. Grâce à une combinaison de radiographies et de tomodensitogrammes, l'équipe a trouvé les restes d'un fœtus, âgé d'environ 26 à 30 semaines, à l'intérieur de la femme - la première fois qu'une maman enceinte a été trouvée.

Le corps de la femme, décédée il y a 2 000 ans, avait été soigneusement enveloppé dans du textile et laissé avec un ensemble coûteux d'amulettes pour la voir dans l'au-delà, comme l'ont déclaré les auteurs qui écrivent dans le Journal of Archaeological Science.

L'équipe ne peut pas dire avec précision pourquoi le fœtus n'a pas été retiré mais laissé à l'intérieur de la femme et non pas momifié séparément, mais propose que ce soit peut-être parce qu'il était encore trop jeune pour recevoir un nom, il avait donc besoin de voyager dans l'au-delà à l'intérieur de son mère. 


La première momie égyptienne ENCEINTE au monde identifiée par des scientifiques après des radiographies d'un cadavre vieux de 2 000 ans

La première momie égyptienne ENCEINTE au monde a été identifiée par des archéologues après avoir pris des radiographies d'un cadavre vieux de 2 000 ans.

La femme avait entre 20 et 30 ans et 28 semaines de grossesse lorsqu'elle est décédée, selon une étude sur les résultats.

On pense qu'elle faisait partie de l'élite de l'ancienne ville de Thèbes, où ses restes auraient été retrouvés dans des tombes royales.

Son corps a été soigneusement momifié, enveloppé dans des tissus et équipé d'un riche ensemble d'amulettes.

Les restes ont été scannés dans le cadre du Warsaw Mummy Project, qui vise à enquêter sur ce qui se cache sous les pansements des momies.

Lancé en 2015, le dispositif fait partie d'une campagne visant à identifier le sexe, l'âge et la cause de décès des momies hébergées dans les musées.

Après avoir effectué des radiographies et des tomodensitogrammes de la momie de Thèbes, les scientifiques ont été surpris de trouver les restes d'un fœtus dans son abdomen.

Les mesures de la tête de l'enfant suggèrent qu'il avait entre 26 et 30 semaines lorsque la femme est décédée.

C'est le premier cas connu de corps embaumé enceinte, ont écrit des chercheurs dans leur étude publiée mercredi dans le Journal of Archaeological Science.

"Il s'agit de la première découverte de ce type", a déclaré au Sun l'auteur principal de l'étude, le Dr Wojciech Ejsmond, de l'Académie polonaise des sciences.

"Il n'y a pas d'autre corps ancien aussi bien conservé d'une femme enceinte."

Des recherches antérieures sur la momie, qui a été déterrée au début des années 1800, l'ont datée du premier siècle avant JC.

Cela signifie que la femme vivait à l'époque de la célèbre reine Cléopâtre, lorsque l'Égypte ancienne et la ville de Thèbes étaient florissantes.

Les chercheurs pensent que la femme était une personne importante car son corps était étroitement enveloppé dans des tissus de qualité.

Elle a été enterrée avec des amulettes représentant les quatre fils d'Horus cachés dans son emballage.

La momie a été amenée à Varsovie en 1826, à l'époque des grandes découvertes dans la célèbre Vallée des Rois.

En 1917, elle fut transférée sous forme de prêt au Musée national de Varsovie, où elle est actuellement exposée à la Galerie d'art ancien.

La découverte qu'elle était enceinte à sa mort pourrait aider les égyptologues à faire la lumière sur d'anciennes procédures médicales.

"Pour les égyptologues, c'est une découverte fascinante car nous en savons peu sur la santé périnatale et l'enfance dans l'Egypte ancienne", a déclaré le Dr Ejsmond.

Une brève histoire de l'Egypte ancienne

Voici tout ce que vous devez savoir.

  • Les anciens Égyptiens étaient une civilisation avancée qui, à un moment donné, régnait sur une énorme partie du globe.
  • La civilisation a été fondée il y a environ 5 000 ans lorsque les peuples anciens ont établi des villages le long du Nil
  • Il a duré environ 3 000 ans et a vu la construction de villes complexes des siècles en avance sur leur temps - ainsi que les célèbres Grandes Pyramides
  • Les anciens Égyptiens étaient des experts en agriculture et en construction
  • Ils ont inventé un calendrier solaire et l'un des premiers systèmes d'écriture au monde : le hiéroglyphe
  • Les Égyptiens étaient gouvernés par des rois et des reines appelés pharaons
  • La religion et l'au-delà faisaient partie intégrante de la culture égyptienne antique. Ils avaient plus de 2000 dieux
  • Les pharaons ont construit d'énormes tombes élaborées pour y être enterrées, dont certaines étaient des pyramides - à l'époque parmi les plus grandes structures du monde
  • Les Égyptiens croyaient à la vie après la mort, et les cadavres de personnes importantes ont été momifiés pour préserver leur corps pour l'au-delà
  • L'empire égyptien antique est tombé en 30 avant JC en raison d'un mélange de facteurs, notamment des guerres avec d'autres empires et une période de 100 ans de sécheresse et de famine

"Les médecins peuvent étudier, par exemple, le contenu intestinal du fœtus pour recueillir des informations sur le développement du système immunitaire dans les temps anciens."

Il a ajouté: "Ils peuvent également rechercher des traces d'anciennes procédures médicales qui auraient pu être entreprises pour sauver la femme et son enfant."

"Les textes médicaux de l'Égypte ancienne détaillent certaines procédures qui auraient pu être entreprises, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires."

Il est possible que de nombreuses momies enceintes aient été enterrées par les anciens Égyptiens.

Cependant, jusqu'à présent, aucune n'avait été découverte, car une technologie capable de regarder sous leur emballage et dans leurs entrailles est encore relativement nouvelle.

Selon le Dr Ejsmond, des squelettes enceintes ont été trouvés auparavant, mais aucun avec des tissus mous encore intacts.

"Nous connaissons des enterrements de femmes enceintes", a-t-il déclaré au Sun. "Des momies de bébés ont été trouvées dans la tombe de Toutankhamon.

"Mais il n'y a pas d'enterrement d'une femme enceinte avec des tissus mous préservés.

"On peut s'attendre à ce que les archéologues aient rencontré d'autres sépultures de ce type, mais elles étaient mal documentées ou mal conservées et n'offrent pas de possibilités de recherches plus approfondies comme notre découverte."


La première momie égyptienne ENCEINTE au monde a été découverte

  • Cette momie, datant du 1er siècle avant JC, est le premier cas découvert d'un corps embaumé enceinte
  • La femme avait dans la vingtaine et était enceinte de 26 à 30 semaines lorsqu'elle est décédée, a déclaré l'équipe.
  • Elle a été trouvée dans les années 1800 dans les tombeaux royaux de Thèbes et est exposée au Musée national de Varsovie
  • La découverte ouvre des questions liées au statut du fœtus dans la religion et la société égyptiennes antiques
  • Particulièrement sur la raison pour laquelle il a été décidé de ne pas retirer le fœtus de la mère avant d'embaumer heree

Les premiers restes d'une femme enceinte momifiée égyptienne ont été découverts à Thèbes, datant de plus de 2 000 ans.

Le cadavre était à 28 semaines de grossesse lorsqu'elle est décédée, ont révélé des analyses du corps.

Des experts de l'Académie polonaise des sciences, travaillant dans le cadre du Warsaw Mummy Project visant à scanner toutes les momies dans les musées, ont travaillé pour en savoir plus sur la femme, qui aurait la vingtaine.

Grâce à une combinaison de tomodensitogrammes et de radiographies, l'équipe a découvert les restes d'un fœtus, âgé d'environ 26 à 30 semaines, à l'intérieur de la femme - la première fois qu'une maman enceinte a été découverte.

Le corps de la femme, décédée il y a 2 000 ans, avait été soigneusement enveloppé dans des tissus et laissé avec un riche ensemble d'amulettes pour la voir dans l'au-delà, selon les auteurs du Journal of Archaeological Science.

L'équipe ne peut pas dire exactement pourquoi le fœtus a été laissé à l'intérieur de la femme et non momifié séparément, mais suggère que c'est peut-être parce qu'il était trop jeune pour avoir un nom et qu'il avait donc besoin de voyager dans l'au-delà à l'intérieur de sa mère.

Zone abdominale de la momie montrée à travers une gamme d'analyses, avec le fœtus presque visible sous la forme d'une masse brillante

La tête et le scanner scannent la momie. Les premiers restes d'une femme enceinte momifiée égyptienne ont été découverts à Thèbes, datant de plus de 2 000 ans, le cadavre était à 28 semaines de grossesse lorsqu'elle est décédée.

QU'EST-CE QUE LA VALLÉE DES ROIS EN ÉGYPTE ?

La Vallée des Rois en Haute-Égypte est l'une des principales attractions touristiques du pays et est le célèbre lieu de sépulture de nombreux pharaons décédés.

Il est situé près de l'ancienne ville de Louxor, sur les rives du Nil, dans l'est de l'Égypte, à 500 km des pyramides de Gizeh, près du Caire.

La majorité des pharaons des XVIIIe à XXe dynasties, qui régnèrent de 1550 à 1069 avant JC, reposaient dans des tombes taillées dans la roche locale.

Les tombeaux royaux sont décorés de scènes de la mythologie égyptienne et donnent des indices sur les croyances et les rituels funéraires de l'époque.

Presque toutes les tombes ont été ouvertes et pillées il y a des siècles, mais les sites donnent encore une idée de l'opulence et du pouvoir des pharaons.

Le pharaon le plus célèbre du site est Toutankhamon, dont la tombe a été découverte en 1922.

Conservées à ce jour, dans la tombe se trouvent des décorations originales d'images sacrées provenant, entre autres, du Livre des Portes ou du Livre des Cavernes.

Ce sont parmi les textes funéraires les plus importants trouvés sur les murs des tombes égyptiennes antiques.

S'adressant au Sun, l'auteur principal de l'étude, le Dr Wojciech Ejsmond, a déclaré qu'il s'agissait de la "première découverte" d'un corps embaumé enceinte, ajoutant qu'il n'y a pas d'autre corps ancien aussi bien conservé d'une femme enceinte.

Le corps était enveloppé dans des tissus de haute qualité et reposait avec une gamme d'amulettes qui représentent les quatre fils d'Horus, ce qui, selon l'équipe, suggère qu'elle était une personne très importante à Thèbes.

La momie aurait été trouvée dans des tombes royales à Thèbes, en Haute-Égypte, provenant de l'élite de la communauté thébaine, selon les auteurs de l'étude.

Il a été découvert dans les années 1800 et remonte au premier siècle avant JC, une époque où Cléopâtre était reine et la ville de Thèbes était une ruche d'activité.

La femme a été emmenée à Varsovie en Pologne en 1826, à l'époque de certaines des découvertes les plus importantes de la Vallée des rois égyptienne et est actuellement exposée au Musée national de Varsovie.

Un examen plus approfondi en 2021, utilisant des techniques d'imagerie modernes, a révélé que la femme est décédée entre 20 et 30 ans avec le fœtus, jusqu'à la 30e semaine de grossesse.

"Cette momie offre de nouvelles possibilités pour les études de grossesse dans les temps anciens, qui peuvent être comparées et liées aux cas actuels", ont écrit les auteurs de l'étude.

"En outre, ce spécimen met en lumière un aspect non étudié des anciennes coutumes funéraires égyptiennes et des interprétations de la grossesse dans le contexte de la religion égyptienne ancienne."

"Pour les égyptologues, il s'agit d'une découverte fascinante car nous en savons peu sur la santé périnatale et l'enfance dans l'Égypte ancienne", a déclaré le Dr Ejsmond au Sun.

« Les médecins peuvent étudier, par exemple, le contenu intestinal du fœtus pour recueillir des informations sur le développement du système immunitaire dans les temps anciens. »

Le fœtus était situé dans la partie inférieure du petit bassin et en partie dans la partie inférieure du grand bassin et a été momifié avec sa mère. Cependant, il n'a pas été retiré de son emplacement d'origine.

Il est resté intact dans l'utérus. Son tour de tête était de 9,8 pouces, ce que l'équipe a utilisé pour déterminer qu'il se situait entre la 26e et la 30e semaine de vie.

"En raison du mauvais état de conservation du squelette de l'enfant, avec le rétrécissement des os causé par le dessèchement et les fractures, il était impossible de prendre des mesures d'autres os", a écrit l'équipe.

Les images CT du nourrisson étaient obscurcies par les tissus de l'utérus qui l'entouraient, ce qui signifiait qu'ils ne pouvaient pas obtenir une analyse plus détaillée au-delà de la mesure de la tête.

Il n'a pas été retiré de l'utérus, comme c'était le cas pour le cœur, les poumons, le foie et les intestins avec l'estomac.

7. Radiographie de la tête et des dents de la momie. Grâce à une combinaison de tomodensitogrammes et de radiographies, l'équipe a découvert les restes d'un fœtus, âgé d'environ 26 à 30 semaines, à l'intérieur de la femme - la première fois qu'une maman enceinte a été découverte

L'équipe a examiné la momie, le cercueil et le boîtier qui ont été donnés au Musée national de Varsovie pour être exposés et se trouvent en Pologne depuis le XVIIIe siècle.

Zone abdominale de la momie avec des amulettes représentant les quatre fils d'Horus au-dessus de la zone du nombril

Les auteurs de l'étude n'ont pas pu dire pourquoi le fœtus n'a pas été extrait et momifié de lui-même, comme cela a été montré dans d'autres cas d'enfants mort-nés.

"On a peut-être pensé qu'il faisait encore partie intégrante du corps de sa mère, puisqu'il n'était pas encore né", ont-ils déclaré.

Le fœtus n'avait pas reçu de nom et selon les anciennes croyances égyptiennes, un nom était une partie importante d'un être humain.

La mortalité maternelle est encore élevée aujourd'hui, selon l'Organisation mondiale de la santé, 295 000 femmes sont décédées pendant et après la grossesse et l'accouchement en 2017, elle était beaucoup plus élevée dans les temps anciens.

Un autre scan montrant la zone abdominale de la momie où le disque conique et les textiles dans la région du nombril sont visibles

Cependant, les approximations de la gravité du problème sont souvent des suppositions éclairées, selon les auteurs de l'étude, ajoutant que jusqu'à cette découverte, les sources d'information dans l'Égypte ancienne étaient des documents écrits.

Les enterrements de femmes enceintes sont rarement identifiés et jusqu'à la découverte actuelle, il n'y avait pas de matériel pour effectuer les examens de première main liés aux complications de la naissance et tester les corps pour l'utilisation des traitements médicaux anciens.

‘Cette momie ouvre une nouvelle possibilité pour étudier la grossesse dans les temps anciens, le développement des fœtus et les processus taphonomiques des fœtus ainsi que des utérus.

‘Le fait que seuls des examens non invasifs de cette momie aient été réalisés jusqu'à présent signifie qu'elle est intacte et peut faire l'objet de futures investigations multidisciplinaires.

Ce sont les premiers dessins du boîtier de la momie, datant des années 1800, lorsque la momie a été emmenée pour la première fois en Pologne

"Par exemple, une analyse du contenu intestinal du fœtus peut être comparée aux résultats de recherche actuels sur la colonisation bactérienne pour recueillir des informations sur le développement du système immunologique", a écrit l'équipe.

Cette découverte est également importante pour les études sur les interprétations anciennes de la grossesse dans le contexte des croyances funéraires. Établir le sens de laisser le fœtus dans le ventre de la mère et de les momifier ensemble est difficile, mais aussi très intéressant, ont-ils expliqué.

Davantage de travail est nécessaire pour mieux comprendre comment la femme a été momifiée avec le fœtus, selon l'équipe, qui dit ne pas pouvoir confirmer qui elle est ni même qu'elle a été trouvée dans les tombes royales.

Les résultats ont été publiés dans le Journal of Archaeological Science.

Un conseil à tomber par terre ! Les instructions d'embaumement de l'Égypte ancienne sur un papyrus médical vieux de 3 500 ans révèlent le processus consistant à envelopper le visage de la personne décédée avec des bandages imbibés de pommade pour réduire l'enflure

Les anciens Égyptiens sont connus pour l'art de la momification qui enveloppait les morts dans des bandages afin de préserver leur corps pour l'au-delà et une nouvelle découverte révèle plus de queues du rituel.

Un papyrus médical vieux de 3 500 ans a été traduit par l'Université de Copenhague, qui décrit des instructions sur la façon de couvrir correctement le visage de la personne décédée.

Le manuscrit, surnommé le Papyrus Louvre-Carlsberg, se lit comme un aide-mémoire, suggérant que le lecteur l'a utilisé pour lui rappeler les différentes étapes et processus lors de l'embaumement.

Il montre une liste d'ingrédients pour créer un remède composé de substances aromatiques à base de plantes et de liants qui sont cuits dans un liquide, avec lequel les embaumeurs enduisent un morceau de lin rouge.

L'égyptologue Sofie Schiødt a expliqué: Les draps agissent comme un cocon protecteur de matière parfumée et antibactérienne sur le visage et le processus est répété à des intervalles de quatre jours.

Bien que le papyrus ne partage que de petits détails, c'est la première fois que la procédure est identifiée dans l'histoire.


Des momies égyptiennes prennent la route pour la « Golden Parade » du Caire

L'Égypte est connue pour ses reliques anciennes élaborées et ses tombes momifiées, mais même des milliers d'années plus tard, les scientifiques s'émerveillent encore des nouvelles découvertes.

Des scientifiques "choqués" ont trouvé les restes antiques bien conservés d'une femme enceinte entre 20 et 30 ans datant du 1er siècle avant JC en examinant une momie découverte à Thèbes, une ville le long du Nil, en 1826.

L'Académie polonaise des sciences a examiné le corps en Pologne dans le cadre du projet de momie de Varsovie, pensant à l'origine que la momie était un prêtre de sexe masculin. Cependant, après avoir utilisé des tomodensitogrammes et des radiographies, l'équipe a trouvé les restes d'un fœtus âgé d'environ 26 à 30 semaines.

"Notre première surprise a été qu'il n'avait pas de pénis, mais qu'il avait des seins et des cheveux longs, puis nous avons découvert qu'il s'agissait d'une femme enceinte", a déclaré l'archéologue Marzena Ozarek-Szilke à l'Associated Press. «Quand nous avons vu le petit pied puis la petite main (du fœtus), nous avons été vraiment choqués.”

Les chercheurs, dont les résultats ont été publiés cette semaine dans le Journal of Archaeological Science, ont déclaré qu'il s'agissait du premier cas connu au monde de maman enceinte.


La première momie enceinte jamais découverte en Égypte attend depuis près de 2000 ans

Lorsqu'une équipe de scientifiques a utilisé des tomodensitogrammes pour dérouler virtuellement une momie dont le cercueil avait été inscrit au nom du prêtre masculin Hor-Djehuty, cela ne semblait pas être qui elle était censée être. Ce n'était pas la chose la plus choquante à propos de cette découverte, cependant.

L'archéologue et anthropologue Marzena Ożarek-Szilke de l'Université de Varsovie a dirigé une équipe de chercheurs qui étaient sur le point de terminer leur enquête sur la momie – dont le squelette était quelque peu délicat pour un homme – quand quelque chose a attiré leur attention. Ils étaient déjà certains d'après les scans qu'il s'agissait du corps d'une femme. Ce à quoi ils ne s'attendaient pas, c'était quelque chose qui ressemblait à un petit pied dans son abdomen.

Plus d'Égyptiens antiques

Le mari d'Ożarek-Szilke, un égyptologue, a été le premier à remarquer qu'il était le père de trois enfants. D'autres scanners et radiographies ont révélé que cette femme était décédée enceinte.

"Cette momie offre de nouvelles possibilités pour les études de grossesse dans les temps anciens, qui peuvent être comparées et liées aux cas actuels", ont déclaré les scientifiques dans une étude récemment publiée dans Journal des sciences archéologiques, ajoutant que "Ce spécimen met en lumière un aspect non étudié des anciennes coutumes funéraires égyptiennes et des interprétations de la grossesse dans le contexte de la religion égyptienne ancienne."

Une momie égyptienne en cours de numérisation. Crédit : Léon Neal/AFP/Getty Images

Ce qui semblait être un cas d'identité erronée s'est avéré être la première momie enceinte jamais trouvée en Égypte. Parce que la technologie actuelle est suffisamment avancée pour voir au-delà des emballages, la momie de cette femme, dont le nom reste inconnu, n'a jamais eu besoin d'être déballée. Elle était née dans la classe d'élite de Thèbes (c'est probablement pourquoi elle pouvait se permettre une momification décente et a été trouvée parmi les tombes royales), et la radiologie a révélé qu'elle avait été envoyée dans l'au-delà avec de nombreuses amulettes magiques. Elle avait entre 20 et 30 ans et environ 26 à 30 semaines de grossesse. Bien qu'elle ait été embaumée, le fœtus avait été laissé à l'intérieur d'elle intact, mais pourquoi ?

Les anciens Égyptiens considéraient la nomination comme l'essence même d'une personne. Les âmes des morts ne pouvaient entrer dans l'au-delà que si elles étaient nommées. Les âmes sans nom seraient à jamais perdues et liées à la terre, errant dans l'éther. Le seul moyen d'assurer le passage des anonymes était l'attachement à quelqu'un qui était nommé. C'est pourquoi on pense que le fœtus n'a été ni enlevé ni momifié car tant qu'il est resté dans la mère, même après la mort, il a été considéré comme une partie du corps de la mère. Il n'avait pas de nom parce qu'il n'avait encore rien vu en dehors de l'utérus. Les embaumeurs l'ont laissé dans la mère pour qu'il passe dans l'autre monde en tant que partie d'elle.

Cependant, si le fœtus était laissé à l'intérieur de la mère en raison de son manque de personnalité aux yeux des anciens Égyptiens, alors qu'est-ce qui peut expliquer les deux fœtus momifiés qui auraient été les filles du roi Toutankhamon s'ils étaient réellement nés ? La reine de Toutankhamon, Ankhesenamun, a fait au moins deux fausses couches (il est impossible de savoir si elle a fait plus de fausses couches plus tôt dans la grossesse). Certains égyptologues accusent la consanguinité. Bien que les fœtus avortés n'aient pas survécu, ils avaient quand même quitté le corps de la mère. Ils ne faisaient plus partie de son corps. Cela explique peut-être la raison pour laquelle ils ont été momifiés. Bien que les fœtus n'aient pas été nommés individuellement, des bandes d'or sur les deux cercueils portaient l'inscription « L'Osiris ».

Que ce soit vraiment la raison pour laquelle le fœtus de cette momie a été laissé en elle et que les fœtus avortés de Toutankhamon et d'Ankhesenamun ne l'ont pas été est encore hypothétique. Bien que la cause du décès soit également inconnue, ce n'était un secret pour personne que le taux de mortalité était élevé pour les femmes enceintes dans l'Égypte ancienne, qui priaient Tawaret, déesse de la fertilité et de l'accouchement. Beaucoup sont également mortes en accouchant. Parce qu'elle a été embaumée avec tant de soin, des traces de sang ont été conservées dans certains de ses tissus mous, et l'examen de ceux-ci pourrait au moins prouver ou exclure des agents pathogènes ou d'autres toxines.

« [La maman enceinte] ouvre de nouvelles possibilités de recherche sur la grossesse dans les temps anciens et les pratiques liées à la maternité », ont déclaré les scientifiques. "Une approche critique de l'interprétation des momies égyptiennes est [aussi] nécessaire, car beaucoup d'entre elles ne correspondent pas à leurs cercueils."


Première momie égyptienne enceinte

Le corps momifié de la femme enceinte a été découvert en Égypte et amené à Varsovie en 1826, a rapporté le NY Post. Des chercheurs polonais de l'Académie polonaise des sciences ont examiné le corps en Pologne, pensant à l'origine qu'il s'agissait d'un prêtre mâle momifié.

Mais les tomodensitogrammes et les radiographies ont révélé les restes d'un fœtus âgé d'environ 26 à 28 semaines à l'intérieur du corps de la momie. L'archéologue Marzena Ozarek-Szilke a déclaré à AP que leur première surprise dans les scans était qu'il n'avait pas de pénis mais qu'il avait plutôt une poitrine et des cheveux longs, puis ils ont trouvé un petit pied et une main du fœtus qui les ont choqués.

Les chercheurs ont écrit dans leur étude intitulée "Une momie égyptienne antique enceinte du 1er siècle avant JC" publiée dans le Journal des sciences archéologiques, que la momie était enveloppée dans des tissus et ensevelie avec des amulettes qui représentent les quatre fils du dieu égyptien de la royauté et du ciel, nommé Horus.


Une momie égyptienne ancienne enceinte a été découverte dans une première mondiale choquante

Au début, les archéologues pensaient qu'ils scannaient la momie d'un ancien prêtre égyptien nommé Hor-Djehuty. Puis, dans l'abdomen du corps, des images ont révélé ce qui semblait être les os d'un petit pied.

Des scans complets l'ont confirmé : le pied appartenait à un tout petit fœtus, encore dans le ventre de sa mère décédée et momifiée.

Non seulement c'est la première fois qu'une femme enceinte volontairement momifiée est retrouvée, mais cela présente un mystère fascinant. Qui était la femme ? Et pourquoi a-t-elle été momifiée avec son fœtus ? La découverte est si particulière que les scientifiques l'ont surnommée la Dame mystérieuse du Musée national de Varsovie.

"Pour des raisons inconnues, le fœtus n'avait pas été retiré de l'abdomen lors de la momification", a déclaré à Science in Poland, l'archéologue Wojciech Ejsmond de l'Académie polonaise des sciences.

"Pour cette raison, la momie est vraiment unique. Notre momie est la seule identifiée à ce jour dans le monde avec un fœtus dans l'utérus."

La momie et son sarcophage ont été donnés à l'Université de Varsovie en 1826 et conservés au Musée national de Varsovie, en Pologne, depuis 1917. L'artefact a en fait une histoire intéressante. La momie était initialement considérée comme une femme, probablement à cause du sarcophage élaboré.

Le cercueil, la caisse de cartonnage et la momie. (Musée national de Varsovie, Projet Momie de Varsovie)

Ce n'est que vers 1920, lorsque le nom sur le cercueil et le cartonnage a été traduit, que la perception a changé. L'écriture a révélé que l'inhumé s'appelait Hor-Djehuty et était haut placé.

"Scribe, prêtre d'Horus-Thot adoré comme une divinité en visite sur le mont de Djeme, gouverneur royal de la ville de Petmiten, Hor-Djehouty, justifié de voix, fils de Padiamonemipet et dame d'une maison Tanetmin", lit-on dans la traduction.

En 2016, cependant, la tomographie par ordinateur a révélé que la momie dans le sarcophage n'était peut-être pas Hor-Djehuty. Les os étaient trop fragiles, les organes reproducteurs masculins manquaient et une reconstruction en trois dimensions a révélé des seins.

Étant donné que les artefacts n'étaient pas exactement manipulés avec le plus grand soin au 19e siècle, et étant donné que le cercueil et le cartonnage étaient en effet faits pour une momie masculine, il semble qu'une momie entièrement différente ait été placée dans le sarcophage à un moment donné - peut-être pour être présenté comme un artefact plus précieux.

Cela est corroboré par les dommages causés à certains des bandages de la momie – probablement causés par des pillards du XIXe siècle à la recherche d'amulettes, ont déclaré les chercheurs.

Ainsi, il est impossible de savoir qui était exactement la femme, ou même si elle venait de Thèbes où le cercueil a été retrouvé cependant, quelques faits peuvent être évalués à partir de ses restes.

Premièrement, elle a été momifiée avec grand soin, et avec un riche ensemble d'amulettes, suggérant en soi qu'elle était quelqu'un d'important - la momification était un luxe dans l'Egypte ancienne, inaccessible à la plupart.

Radiographie et tomodensitométrie de l'abdomen de la momie, révélant le fœtus. (Ejsmond et al., J. Archaeol. Sci., 2021)

Elle est décédée il y a un peu plus de 2 000 ans, environ au premier siècle avant notre ère, entre 20 et 30 ans, et le développement du fœtus suggère qu'elle était enceinte de 26 à 30 semaines.

En tant que toute première découverte d'une momie embaumée enceinte, la Dame mystérieuse pose des questions fascinantes sur les anciennes croyances spirituelles égyptiennes, ont déclaré les chercheurs. Les anciens Égyptiens croyaient-ils que les fœtus à naître pouvaient aller dans l'au-delà, ou cette momie était-elle une étrange anomalie ?

On ne sait pas comment elle est morte, mais l'équipe pense que l'analyse des tissus mous préservés de la momie pourrait fournir des indices.

"La mortalité élevée pendant la grossesse et l'accouchement à cette époque n'est pas un secret", a déclaré Ejsmond. "Par conséquent, nous pensons que la grossesse pourrait en quelque sorte contribuer à la mort de la jeune femme."

Les recherches de l'équipe ont été publiées dans le Journal des sciences archéologiques.


Des chercheurs découvrent la première momie égyptienne au monde qui était enceinte au moment de sa mort : « Un trésor »

History was made recently after researchers discovered that an Egyptian mummy, who, for decades, was believed to be a male, was actually a pregnant female.

The findings, which were published in a report last month in The Journal of Archaeological Science, mark the "only known case of an embalmed pregnant individual" in the history of the world.

Through their examinations, scientists were able to determine that the woman was between 20 and 30 years old when she died and the fetus was approximately 26 to 30 weeks old, according to the report.

"It&aposs like finding a treasure trove while you are picking up mushrooms in a forest," Dr. Wojciech Ejsmond, an archaeologist and a director of the Warsaw Mummy Project, which led the research, told the New York Times. "We are overwhelmed with this discovery."

Since 2015, Ejsmond and a team of researchers had been conducting a study of more than 40 mummies at the National Museum in Warsaw, Poland, according to the Fois.

This particular mummy had been found in the royal tombs of Thebes, Upper Egypt, the report stated. At the time, it was "carefully mummified, wrapped in fabrics, and equipped with a rich set of amulets," per the report.

In 1826, the mummy was donated to the University of Warsaw and later housed at the National Museum in Warsaw, according to the Fois.

Centuries later, radiological exams were conducted, leading researchers to believe the mummy was male, the Fois signalé. Hieroglyphs on the coffin were also translated around that time to reveal the name of an Egyptian priest, Hor-Djehuty, according to the outlet.

Ejsmond told the Fois that in recent months his team had been examining the mummy&aposs body again when they discovered it was not a male, as initially believed.

"It was absolutely unexpected," Ejsmond explained to the outlet. "Our anthropologist was double-checking the pelvis area of the mummy to establish the sex of the mummy and check everything, and she observed something weird in the pelvis area, some kind of anomaly."

That strange sighting in the pelvic area turned out to be a tiny leg of a fetus, according to the Fois. Scientists then went on to conduct additional computer scans and x-rays to determine the mummy and fetus&apos approximate age at their time of death, per the outlet.

According to their report, scientists believe the body dates back to the 1st century BCE.

At this time, it is unclear why the female mummy was allegedly in a male&aposs coffin.

Ejsmond noted to the Fois that there have been previous occasions where the mummy did not match the coffin it was placed in, so they were more general about those findings in this report.

"One can only speculate that the mummy was placed in a wrong coffin by accident in ancient times, or was put into a random coffin by antiquity dealers in the 19th century," the report states, according to the Fois.

With the historic discovery, researchers stated in the report that they are now hoping this will open "new possibilities" about researching pregnancy and maternity practices in ancient times, as not much is currently known.

"This mummy provides new possibilities for pregnancy studies in ancient times, which can be compared with and related to current cases," the report stated. "Furthermore, this specimen sheds a light on an unresearched aspect of ancient Egyptian burial customs and interpretations of pregnancy in the context of ancient Egyptian religion."


Voir la vidéo: Comment définir le sexe dune momie?