La Renaissance : la « renaissance » qui a changé le monde

La Renaissance : la « renaissance » qui a changé le monde


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La Renaissance fait référence à la période de l'histoire européenne entre le 14 e et 17 e des siècles. En tant qu'ère historique, la Renaissance a été précédée par le Moyen Âge, et a succédé au début de la période moderne. Alternativement, la Renaissance est considérée davantage comme un mouvement intellectuel et culturel que comme une période historique. En effet, aujourd'hui, la Renaissance est communément considérée comme une époque où l'Europe a fait de grands progrès dans les sciences et les arts, par opposition au Moyen Âge. Bien que la Renaissance soit plus particulièrement liée aux cités-États italiennes, car c'est là que ce mouvement est né, au fil du temps, la Renaissance s'étendra également à d'autres parties de l'Europe.

Des ténèbres à la lumière : les origines de la Renaissance

Le mot « renaissance » vient de la langue française et signifie simplement « renaissance ». Ce terme a été popularisé par le 19 e siècle l'historien français Jules Michelet, et est devenu courant dans la langue anglaise pendant ce temps. Ce concept a été développé par Jacob Burckhardt, un historien suisse qui a vécu à peu près à la même époque que Michelet. Nous devons en grande partie notre perception moderne de la Renaissance à ces deux historiens. La soi-disant « renaissance » de l'Europe peut être considérée sous deux angles différents. D'une part, il peut être interprété spécifiquement comme signifiant la « redécouverte » des textes et de l'apprentissage classiques, et leur application dans les sciences et les arts. D'autre part, il peut se référer plus généralement à la « revitalisation » de l'Europe à la suite de telles activités.

Le mot « renaissance », cependant, était déjà utilisé bien avant Michelet et Burckhardt. En 1550, le mot « renascita », qui signifie « renouveau » ou « renaissance » en italien, a été utilisé par Giorgio Vasari dans son livre, Le vite de' più eccellenti pittori, scultori, e architettori , ce qui se traduit par La vie des plus excellents peintres, sculpteurs et architectes . Vasari, communément considéré comme le premier historien de l'art d'Europe, a écrit sur le développement artistique qui se produisait en Italie de son vivant, ainsi que pendant les siècles qui ont précédé son époque.

Vasari a divisé son travail en trois périodes, en commençant par le « premier âge ». Cette période comprenait le 13 e / 14 e siècle, le peintre Giotto, qui fut l'un des premiers peintres italiens à être passé d'une représentation stylisée de l'homme, du paysage et de l'architecture à une représentation plus naturaliste. Ainsi, Vasari attribue à Giotto l'établissement d'un nouveau mouvement dans la peinture, bien que les historiens modernes le considèrent normalement comme faisant partie d'une «proto-Renaissance». Le « deuxième âge » concerne les 15 e siècle, et comprend des artistes tels que Masaccio, Donatello et Brunelleschi. Le « troisième âge » traite de la propre vie de Vasari, c'est-à-dire la première moitié du 16 e siècle, et comprend des artistes tels que Léonard, Raphaël et Michel-Ange. Ces artistes auraient travaillé dans ' la maniere moderne ' (qui signifie 'la manière moderne').

La Joconde de Léonard de Vinci au musée du Louvre à Paris. Connue comme l'une des plus grandes œuvres d'art de la Renaissance à être achevée. (Léonard de Vinci / )

Mort avant la renaissance

Puisque le mot « renaissance » signifie « renaissance », il doit naturellement s'ensuivre que l'ère qui la précède était une période de « mort ». Non seulement ce contraste renforce le sens du terme « Renaissance », mais il sert également à accroître la signification de ce moment de l'histoire. L'un des effets négatifs d'une telle comparaison est la réduction du Moyen Âge précédent à une période de « ténèbres ». Ainsi, le Moyen Âge est généralement considéré aujourd'hui comme une époque où l'Europe a fait peu de développement intellectuel et culturel, et où le continent a été en proie à la guerre, la famine et la maladie. Cependant, cette image prétendument sombre de l'Europe médiévale n'est pas tout à fait vraie, car l'érudition s'est poursuivie pendant cette période et des œuvres d'art impressionnantes ont été réalisées. Néanmoins, de telles réalisations sont souvent éclipsées, voire oubliées, du fait de la comparaison entre le Moyen Âge et la Renaissance.

On ne peut nier, cependant, que les penseurs et les artistes des deux périodes regardaient le monde qui les entourait à l'aide de deux jeux de lentilles très différents. Au Moyen Âge, l'Europe était dominée par le christianisme. Ses penseurs considéraient leur travail principalement comme un moyen de glorifier Dieu, et les arts étaient dominés par des thèmes religieux. Pendant la Renaissance, en revanche, un concept connu sous le nom d'«humanisme» a commencé à se développer en Italie et a progressivement gagné en popularité. L'un des principes importants promus par les partisans de l'humanisme était la centralité de l'être humain. Contrairement aux érudits et artistes médiévaux, qui considéraient Dieu comme le centre de l'univers, leurs homologues de la Renaissance ont placé les humains au centre de l'univers. En d'autres termes, les humanistes ont concentré leur attention sur les humains, leur nature, leurs activités et leurs réalisations.

Les mosaïques monumentales de l'église byzantine sont l'une des grandes réalisations de l'art médiéval. Ceux-ci sont de Monreale en Sicile de la fin du 12ème siècle. (Berthold Werner / CC BY-SA 3.0 )

Néanmoins, cela ne signifie pas que les humanistes ont complètement rejeté le christianisme. Les humanistes croyaient également en une doctrine appelée syncrétisme, qui suggère qu'il existe une unité et une compatibilité de la vérité dans toutes les écoles philosophiques et tous les systèmes religieux. Une autre caractéristique importante de l'humanisme est sa croyance en une renaissance d'un esprit et d'une sagesse humains perdus, et les efforts déployés par ces humanistes pour les récupérer. C'est l'une des raisons de la renaissance de l'art, de la littérature et de l'apprentissage classiques grecs et romains, et de son énorme influence pendant la Renaissance.

  • L'artiste emblématique de la Renaissance, Raphael, est-il mort de trop de sexe ?
  • Michel-Ange : un mélange de vrais talents réunissant chance et persévérance
  • La basilique Saint-Pierre : une magnifique icône de la Renaissance

artworkuvre d'art de la Renaissance biblique - « Création d'Adam » par Michel-Ange, Chapelle Sixtine, Rome. ( credo / Stock Adobe)

Où et quand ça a commencé

Il a été avancé qu'il n'y a pas de point de départ unique, à la fois dans le lieu et dans le temps, pour la Renaissance, car ce mouvement s'est produit dans différentes parties de l'Europe à différents moments. Néanmoins, la Renaissance italienne, qui est considérée comme « la » Renaissance par la plupart des gens, est considérée presque universellement comme ayant commencé en Italie centrale, la ville de Florence en particulier, au cours du 14 e siècle.

L'une des figures clés de la Renaissance au cours de cette étape est Francesco Petrarca (communément appelé en anglais Pétrarque), né à Arezzo, en Toscane, en 1304. En plus d'être un poète, Pétrarque était aussi un érudit et un diplomate. De plus, Pétrarque était profondément intéressé par la sagesse classique et considérait l'Empire romain comme le summum de la réussite humaine. Incidemment, c'est Pétrarque qui a inventé le terme « âge des ténèbres », car il considérait la période suivant l'effondrement de l'Empire romain comme une période de déclin social en Europe. Pétrarque a également soutenu que s'il y avait une présence divine guidant le cours de l'histoire, alors les êtres humains sont placés au centre. En d'autres termes, l'histoire n'est pas perçue comme une séquence d'événements religieux, mais comme l'une des réalisations humaines, qui est l'un des principes centraux de l'humanisme.

Nobles des cités-états italiennes

En même temps que l'humanisme prenait forme en tant que mouvement intellectuel, l'Italie centrale et septentrionale vit l'essor des cités-États. La situation politique dans ces régions italiennes jouera un rôle tout aussi important dans la croissance de la Renaissance. Les cités-États italiennes étaient souvent farouchement indépendantes et un fort sentiment de rivalité s'est développé entre elles. De plus, ces cités-États étaient normalement dirigées par de nouvelles familles nobles, c'est-à-dire celles qui avaient accédé au pouvoir il n'y a pas si longtemps.

L'une des plus notables de ces nouvelles noblesses est la famille Médicis, qui a régné sur Florence pendant une grande partie de la période entre le 15 e et 18 e des siècles. Les Médicis étaient à l'origine des paysans de Toscane, et ils trouvent leurs racines dans le village de Cafaggiolo dans le Mugello, la vallée de la Sieve, au nord de Florence. Certains de ces villageois ont émigré à Florence, grâce aux opportunités offertes par le commerce, et se sont enrichis.

Oeuvre de la Renaissance de la Vierge à l'Enfant avec sainte Anne et les membres de la famille Médicis comme saints. (Giovanni Maria Butteri / )

Les Médicis obtenaient aussi leur richesse par ces moyens, bien qu'ils ne fussent pas parmi les principales familles. Après 1340, cependant, beaucoup de ces puissantes familles ont été contraintes à la faillite, à la suite d'une dépression économique en Europe. De plus, à peu près à la même époque, l'Europe a été frappée par la peste noire, qui a atteint son apogée entre les années 1340 et 1350. La famille Médicis a réussi à survivre à ces catastrophes, et a même saisi l'opportunité d'avancer sa position dans la société florentine. Parmi les membres les plus célèbres de la famille Médicis figuraient Cosme de Médicis, Laurent de Médicis et Catherine de Médicis.

Les Médicis, ainsi que d'autres familles nobles des cités-États italiennes, avaient besoin de légitimer leur nouveau statut social et politique, et tenaient à afficher leur richesse. Comme ces nobles étaient également fortement influencés par l'humanisme, ils ont décidé de le faire à travers les arts et la culture. Ainsi, ces familles puissantes sont devenues d'importants mécènes des arts, et c'est leur grande richesse qui a financé la Renaissance. Humanistes, les nobles italiens n'hésitent pas à s'inspirer à la fois du monde classique païen et du christianisme. Tandis que les premiers permettaient à ces nobles de se rattacher aux gloires perdues de la Grèce et de la Rome antiques, les seconds montraient leur piété. Ainsi, les œuvres d'art de la Renaissance avaient à la fois pour objet le paganisme et le christianisme. Par exemple, au même moment Raphaël peignait L'école d'Athènes , Michel-Ange peignait le plafond de la chapelle Sixtine , les deux sont considérés comme certaines des meilleures œuvres d'art de la Renaissance à avoir été réalisées par deux des artistes les plus influents.

L'école d'Athènes de Raphaël (« Stanze di Raffaello ») dans le palais apostolique du Vatican. (Raphaël / )

Le généreux mécénat de ces familles nobles italiennes a donné naissance à de nombreux artistes distingués, dont les œuvres sont encore admirées aujourd'hui. Certains des plus éminents de ces artistes de la Renaissance étaient Léonard de Vinci, Michel-Ange et Raphaël, qui ont tous été parrainés par les Médicis à un moment donné de leur carrière. Dans le cas de Raphaël, il n'a pas travaillé sous les Médicis à Florence, car ils étaient en exil pendant une grande partie de la vie de Raphaël. Au lieu de cela, il a reçu le patronage à Rome du pape Léon X, qui était lui-même membre de la famille Médicis.

Bien que la Renaissance ait commencé à Florence, elle s'est également étendue à d'autres cités-États italiennes, notamment Venise, Gênes, Milan et Bologne. La Renaissance est même arrivée à Rome même au début du 15 e siècle, grâce à une série de papes connus collectivement sous le nom de « Papauté de la Renaissance ». Bien que la plupart des papes de cette période aient été moralement en faillite, ils ont beaucoup investi dans les arts et l'architecture de Rome, car ils y voyaient un moyen d'accroître le prestige de la Ville éternelle. La reconstruction de la basilique Saint-Pierre, par exemple, a commencé en 1506, sous le règne du pape Jules II (qui, d'ailleurs, a choisi son nom papal en l'honneur de Jules César, et est surnommé le « pape guerrier »), tandis que la chapelle Sixtine a été peint pendant les papautés de Sixte IV, Jules II, Clément VII et Paul III.

La peinture de Michel-Ange du plafond de la chapelle Sixtine au Vatican. ( Sergii Figurnyi / Stock Adobe)

S'étendre plus loin

De plus, la Renaissance s'est propagée à partir de l'Italie et a ensuite atteint différentes parties de l'Europe. Comme ces pays se trouvent au nord de la péninsule italienne, il est devenu connu sous le nom de « Renaissance du Nord ». Néanmoins, au fur et à mesure de l'arrivée de la Renaissance dans ces pays, les trajectoires qu'elle emprunte varient considérablement d'un pays à l'autre. En France, par exemple, la Renaissance est arrivée à la suite de l'implication de François Ier dans les guerres d'Italie au XVIe e siècle. Le monarque français s'est inspiré de la Renaissance en Italie et a importé de nombreuses œuvres d'art italiennes, ainsi que des artistes, dont Léonard de Vinci. La Renaissance en France a reçu un élan en 1533, lorsque Catherine de Médicis, âgée de 14 ans, a épousé Henri II, fils de François et futur roi de France. Catherine a apporté avec elle les derniers arts, musique et science de sa Florence natale à la cour de France.

Sculptures funéraires d'Henri II et de Catherine de Médicis à la Basilique de Saint-Denis, France. (Germain Pilon / CC BY-SA 3.0 )

La Renaissance en Allemagne, en revanche, était assez différente de celle de l'Italie et de la France. La Renaissance s'étend à cette région de l'Europe vers la seconde moitié du 15 e siècle, et s'est par la suite mêlé à la Réforme protestante du début du 16 e siècle. Outre son implication dans la Réforme protestante, la Renaissance allemande est surtout connue pour l'imprimerie, qui a été inventée par Johannes Gutenberg vers le milieu du 15 e siècle. Gutenberg, avec Albrecht Dürer, réputé pour ses gravures sur bois, sont deux des plus grands noms de la Renaissance allemande.

La Renaissance a également fait son chemin en Angleterre, arrivant vers le milieu du 16 e siècle, et a coïncidé avec l'ère élisabéthaine. La Renaissance en Angleterre est surtout connue pour ses réalisations littéraires, et le dramaturge William Shakespeare est sans aucun doute ses étoiles les plus brillantes. Parmi les autres figures de la Renaissance anglaise figurent les autres dramaturges de Shakespeare, Christopher Marlowe et Ben Johnson, le compositeur Thomas Tallis et le poète courtisan Edmund Spenser.

Naturellement, la Renaissance ne pouvait pas durer éternellement et a finalement pris fin. Certains chercheurs considèrent que le 16 e siècle comme étant la fin de la Renaissance, tandis que d'autres soutiennent qu'elle s'est terminée un siècle plus tard. Dans le cas de l'Italie, plusieurs facteurs ont été identifiés comme contribuant à la disparition de la Renaissance. Il s'agit notamment du déclin économique, de l'instabilité politique résultant des nombreuses guerres menées par d'autres puissances européennes sur le sol italien et de la Contre-Réforme. Néanmoins, on peut soutenir qu'en tant que mouvement, la Renaissance n'a pas pris fin. Au lieu de cela, ses idées ont été transformées et ont continué à être développées, bien que dans une direction différente.


La Renaissance – pourquoi elle a changé le monde

Tout juste sorti de la presse : Gutenberg a présenté l'imprimerie au monde en 1440 Crédit : North Wind Picture Archives / Alamy

L a Renaissance – cette explosion culturelle, politique, scientifique et intellectuelle en Europe entre le XIVe et le XVIIe siècle – représente peut-être la période la plus importante du développement humain depuis la chute de la Rome antique.

Depuis ses origines dans la Florence du XIVe siècle, la Renaissance s'est propagée à travers l'Europe - la fluidité de ses idées changeant et évoluant pour correspondre à la pensée et aux conditions culturelles locales, tout en restant toujours fidèle à ses idéaux.

Cela a coïncidé avec un boom de l'exploration, du commerce, des mariages et des excursions diplomatiques. et même la guerre. Comme pour les Grecs et les Romains de l'Antiquité (dont la Renaissance s'est tant inspirée), une armée conquérante pouvait apporter non seulement un changement de régime mais aussi une refonte culturelle.

La Renaissance a changé le monde à peu près de toutes les manières imaginables. Cela a eu une sorte d'effet boule de neige : chaque nouvelle avancée intellectuelle a ouvert la voie à de nouvelles avancées.

L'Italie au 14ème siècle était un terrain fertile pour une révolution culturelle. La peste noire avait anéanti des millions de personnes en Europe – selon certaines estimations, tuant jusqu'à un sur trois entre 1346 et 1353.

Selon les lois les plus simples de l'économie, cela signifiait que ceux qui survivaient se retrouvaient avec une richesse proportionnellement plus grande : soit parce que moins de personnes héritaient davantage, soit simplement en raison de l'offre et de la demande - avec moins de travailleurs disponibles, les salaires augmentaient naturellement.

Au sommet de la société italienne se trouvait une nouvelle race de dirigeants, désireux de démontrer leur richesse d'une manière qui les distingue. Des familles telles que les Médicis de Florence se sont inspirées des civilisations romaine et grecque antiques, tout comme les artistes qui comptaient sur leur mécénat.

L'Italie était inondée de classiques « perdus » du monde antique, et des artistes tels que Léonard de Vinci, Botticelli, Michel-Ange, Raphaël et Donatello ont pris leurs contes, héros et dieux comme point de départ pour créer un art extraordinaire.

Cependant, l'art de la Renaissance ne s'est pas limité à simplement être joli. Derrière, il y avait une nouvelle discipline intellectuelle : la perspective a été développée, la lumière et l'ombre ont été étudiées, et l'anatomie humaine a été étudiée – le tout à la recherche d'un nouveau réalisme et d'un désir de capturer la beauté du monde tel qu'il était réellement.

Si la Renaissance consistait à redécouvrir l'ambition intellectuelle des civilisations classiques, il s'agissait aussi de repousser les limites de ce que nous savons – et de ce que nous pouvions réaliser.

Alors même que les artistes créaient un nouveau réalisme audacieux, les scientifiques étaient engagés dans leur propre révolution. Copernic et Galilée avaient développé une compréhension sans précédent de la place de notre planète dans le cosmos, prouvant que la Terre tournait autour du Soleil.

Les progrès de la chimie ont conduit à l'essor de la poudre à canon, tandis qu'un nouveau modèle mathématique a stimulé de nouveaux systèmes de négociation financière et a rendu plus facile que jamais la navigation à travers le monde.

Et naviguer les hommes de la Renaissance l'ont fait. Colomb a découvert l'Amérique, Ferdinand Magellan a mené une expédition pour faire le tour du monde.

Même si notre monde diminuait en taille et en importance lorsqu'il était placé dans le contexte de notre nouvelle compréhension de l'univers, il grandissait en termes physiques, à mesure que de nouveaux continents étaient découverts, de nouvelles terres colonisées, de nouvelles cultures découvertes dont les propres croyances et compréhensions étaient ajoutées à la grande tempête intellectuelle qui fait rage à travers l'Europe.

Des penseurs radicaux tels que le protestant Luther et l'humaniste Erasmus ont exposé une nouvelle façon de voir le monde qui devait moins à la soumission aveugle à l'Église catholique et plus aux possibilités inhérentes à l'esprit humain.

Jamais auparavant (ou depuis) ​​il n'y avait eu une telle rencontre entre l'art, la science et la philosophie. Et jamais auparavant il n'y avait eu une telle opportunité pour qu'il soit si largement diffusé.

Les mêmes avancées scientifiques que la Renaissance développait ont également contribué à l'un de ses grands héritages : l'imprimerie.

En 1440, Gutenberg a présenté l'imprimerie au monde, ce qui signifie que pour la première fois, les livres pouvaient être produits en série.Une seule presse pouvait produire 3 600 pages par jour, entraînant une explosion de littérature et d'idées sans précédent dans l'histoire.

En 1500, les presses à imprimer en Europe occidentale avaient produit plus de 20 millions de volumes. Et en 1600, ce chiffre était passé à 200 millions.

Luther et Érasme sont devenus des best-sellers – tout comme plus tard les poètes, les dramaturges et les romanciers. Les nouvelles idées des libres penseurs, des mathématiciens et des scientifiques sont toutes devenues accessibles aux masses, et l'art et la science sont devenus, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, véritablement démocratiques.

Les graines du monde moderne ont été semées et cultivées à la Renaissance. Du tour du monde à la découverte du système solaire, de la beauté de Michel-Ange David à la perfection de Léonard Mona Lisa, du génie de Shakespeare à l'audace de Luther et d'Erasme, en passant par les avancées vertigineuses des sciences et des mathématiques, l'homme a atteint de nouveaux sommets dans cette période tumultueuse.

La Renaissance a changé le monde. Vous pourriez même dire qu'il a créé tout ce que nous appelons aujourd'hui la vie moderne.

En savoir plus

Visitez priceless.com/London et inscrivez-vous aux e-mails de Priceless London

Pour plus d'idées et pour être le premier à connaître les attractions de Londres avec des expériences et des offres exclusives pour les titulaires de la carte MasterCard. Priceless Cities est un programme offrant des expériences uniques et passionnantes exclusivement aux titulaires de carte MasterCard dans plus de 43 villes.


Influences culturelles, politiques et intellectuelles

En tant que mouvement culturel, la Renaissance a englobé la floraison innovante des littératures latines et vernaculaires, à commencer par la résurgence au XIVe siècle de l'apprentissage basé sur des sources classiques, que les contemporains ont attribué à Pétrarque le développement de la perspective linéaire et d'autres techniques pour rendre une réalité plus naturelle. en peinture et une réforme éducative progressive mais généralisée.

En politique, la Renaissance a contribué au développement des conventions de la diplomatie, et en science un recours accru à l'observation. Bien que la Renaissance ait connu des révolutions dans de nombreuses activités intellectuelles, ainsi que des bouleversements sociaux et politiques, elle est peut-être mieux connue pour ses développements artistiques et les contributions de polymathes tels que Léonard de Vinci et Michel-Ange, qui ont inspiré le terme « homme de la Renaissance ». #8221

L'homme de Vitruve de Léonard de Vinci
Léonard de Vinci’s Homme de Vitruve montre clairement l'effet des écrivains de l'Antiquité sur les penseurs de la Renaissance. Basé sur les spécifications de Vitruvius’ De l'architecture (1er siècle avant notre ère), Léonard a essayé de dessiner l'homme parfaitement proportionné.


Impact de la Renaissance sur la société

La Renaissance était une période de changement. Les progrès scientifiques, la littérature et l'art se sont épanouis parmi tous les peuples. Avant la renaissance, au Moyen Âge, la plupart des gens étaient analphabètes et l'Église catholique romaine détenait tout le pouvoir. La plupart de la population se composait de paysans appelés serfs. Les temps ont commencé à changer lorsque de plus en plus de paysans sont devenus autonomes et ont gagné leur liberté. L'humanisme s'est développé et les temps s'amélioraient pour tout le monde. Le but de cet article est de


La Renaissance (Europe, XIVe siècle - XVIe siècle)

SUJETS CLÉS
La Renaissance est généralement considérée comme ayant commencé au 14ème siècle en Italie et au 16ème siècle en Europe du Nord. [1] THÈMES CLÉS THÈMES CLÉS THÈMES CLÉS THÈMES CLÉS THÈMES CLÉS L'« âge d'or », comme beaucoup l'appellent, est considéré comme le moment où l'Europe a finalement commencé à entrer dans « l'âge moderne ». La Renaissance du Sud (en Italie) a commencé au 14ème siècle tandis que la Renaissance du Nord aurait commencé au 16ème siècle. [1] La Renaissance était un mouvement culturel qui a commencé en Italie au 14ème siècle et s'est étendu au reste de l'Europe au cours des 15ème et 16ème siècles. [1]

La Renaissance fait référence à l'époque en Europe du XIVe au XVIe siècle au cours de laquelle un nouveau style de peinture, de sculpture et d'architecture s'est développé après le gothique. [1]

THÈMES CLÉS THÈMES CLÉS La Renaissance est une période de l'histoire européenne allant de la fin du 14e siècle environ au 16e siècle de notre ère, caractérisée par une nouvelle richesse, l'éducation, la guerre, la ferveur religieuse et une incroyable production d'art. [1] Le style de peinture, de sculpture et d'arts décoratifs identifié à la Renaissance a émergé en Italie à la fin du XIVe siècle, il a atteint son apogée à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, dans l'œuvre de maîtres italiens tels que Léonard de Vinci, Michel-Ange et Raphaël. [1] Le mouvement culturel, intellectuel et artistique de la Renaissance, qui a vu une résurgence de l'apprentissage basé sur des sources classiques, a commencé en Italie vers le 14ème siècle et s'est progressivement répandu dans la majeure partie de l'Europe au cours des deux siècles suivants. [1] Cette fondation culturelle gréco-romaine a eu une immense influence sur la langue, la politique, les systèmes éducatifs, la philosophie, la science, l'art et l'architecture du monde moderne : à partir des fragments survivants de l'antiquité classique, un mouvement de renouveau s'est progressivement formé à partir de à partir du XIVe siècle, connue plus tard en Europe sous le nom de Renaissance, et renaissant à nouveau au cours de divers renouveaux néo-classiques aux XVIIIe et XIXe siècles. [1]

La Renaissance a été une période de production artistique et culturelle exceptionnelle qui est née en Italie à la fin du XIVe siècle et qui a balayé l'Europe au cours des 300 années suivantes. [1]

Le Moyen Âge, ou Moyen Age, de l'Europe a commencé à peu près avec Charlemagne et s'est terminé à la Renaissance au 16ème siècle. [1] La pensée de la Renaissance s'est répandue dans le reste de l'Europe à partir du début du XVIe siècle et a été influente pendant les cent années suivantes. [1] Les idéaux de la Renaissance se sont répandus dans le reste de l'Europe au XVIe siècle et ont contribué à la Réforme protestante, au cours de laquelle les congrégations chrétiennes se sont retirées de l'Église catholique romaine. [1]

La thèse principale du livre est que pour la première fois depuis des siècles, la société italienne, entre le XIVe et le XVIe siècle, a encouragé l'individualisme et cela a directement conduit à la Renaissance. [1] Le mot Renaissance est dérivé d'un mot français qui signifie renaissance, et se réfère le plus souvent à la phase de l'histoire européenne entre le 14ème et le 16ème siècle qui signifiait une nouvelle ère et la renaissance de l'art classique et de l'intellect de la Grèce antique et de Rome . [1]

La Renaissance du Sud a commencé au 14ème siècle tandis que la Renaissance du Nord aurait commencé au 16ème siècle. [1]

Cet ensemble contient 17 feuilles de travail Renaissance prêtes à l'emploi qui sont parfaites pour que les étudiants découvrent la période du 14e au 17e siècle, considérée comme le pont entre le Moyen Âge et l'histoire moderne qui a lancé un mouvement culturel en Italie à la fin du Moyen Âge période et s'est ensuite étendu au reste de l'Europe. [1] La Renaissance (du français Renaissance, signifiant « renaissance » en italien : Rinascimento, de re- « encore » et nascere « être né ») était un mouvement culturel qui a duré environ le 14e au 17e siècle, commençant à Florence dans le Fin du Moyen Âge et plus tard s'étendant au reste de l'Europe. [1]

Moyen Âge, la période de l'histoire européenne allant de l'effondrement de la civilisation romaine au 5ème siècle à la période de la Renaissance (interprété diversement comme commençant au 13ème, 14ème ou 15ème siècle, selon la région de l'Europe et d'autres facteurs ). [1] Renaissance : Un mouvement culturel du 14e au 17e siècle, commençant en Italie et s'étendant plus tard au reste de l'Europe. [1] La Renaissance était une période allant du 14e au 17e siècle en Europe. [1] Oxford Dictionary of the Renaissance Fournit des détails sur tous les aspects de la Renaissance dans l'Europe du 14e au 17e siècle. [1]

La Renaissance a été une période de croissance artistique et culturelle en Europe du 14e au 16e siècle. [1] La Renaissance s'est propagée à travers l'Europe entre les XIVe et XVIe siècles : elle a vu fleurir l'art, la philosophie, la musique et les sciences, sous le patronage conjoint de la royauté, de la noblesse, de l'Église catholique romaine et d'une classe marchande émergente . [1] L'humanisme de la Renaissance est l'étude de l'antiquité classique, d'abord en Italie, puis s'étendant à travers l'Europe occidentale aux XIVe, XVe et XVIe siècles. [1]

Le style Renaissance est venu directement d'Italie pendant le Quattrocento à la Hongrie d'abord dans la région d'Europe centrale, grâce au développement des premières relations hongro-italiennes - non seulement dans les relations dynastiques, mais aussi dans les relations culturelles, humanistes et commerciales - se renforçant à partir de le 14ème siècle. [2] Bien que les musicologues regroupent généralement la musique du Trecento (musique du XIVe siècle) avec la période médiévale tardive, elle incluait des caractéristiques qui s'alignent sur le début de la Renaissance sur des points importants : une insistance croissante sur les sources, les styles et les formes profanes de la culture loin des institutions ecclésiastiques à la noblesse, et même aux gens du commun et un développement rapide de techniques entièrement nouvelles. [1] Le terme « Renaissance » a été utilisé pour la première fois à la fin du 14ème siècle par des érudits italiens qui se considéraient comme l'avant-garde d'une période d'amélioration des conditions. [1] Italie - Origine de la Renaissance, à la fin du XIVe siècle Angleterre - La période élisabéthaine (1558-1603), qui fait partie de l'ère Tudor (1485-1603) marque l'apogée de la Renaissance anglaise. [1]

En revanche, les grandes guerres d'Italie du début du XVIe siècle ont permis aux idées de la Renaissance de se répandre en France alors que ses armées envahissaient l'Italie à plusieurs reprises sur une période de 50 ans. [1] L'art européen du 16ème siècle a été marqué par la diffusion de la culture et des idées de la Renaissance d'Italie à travers le reste du continent, ayant pour résultat un certain nombre de nouveaux styles. [1] Bien que de nombreuses années se soient écoulées depuis le début du mouvement de la Renaissance, à la fin du XVIe siècle, des artistes comme El Grecco et Caravaggio peignaient dans le style connu sous le nom de maniérisme. [1] D'autres encore plaident pour l'inclusion des périodes anciennes du Moyen Âge, de la Renaissance et de la Réforme dans une seule période commençant à la fin de l'Antiquité et se terminant dans la seconde moitié du XVIe siècle. [1]

Examine la redécouverte et l'influence croissante de l'apprentissage du grec classique en Italie du XIVe siècle au début du XVIe siècle. [1] Le Khanat de la Horde d'Or et ses successeurs khanats de la fin du XIVe siècle jusqu'à leur conquête par la Russie et l'Empire ottoman à la fin du XVIe siècle. [1] La dynastie Majapahit a commencé à décliner à la fin du 14ème siècle, cependant, et elle est très probablement tombée au début du 16ème siècle, lorsque le dernier vestige de la domination indo-javanaise a été détruit par les adeptes de l'Islam. [1] Quant à vos exemples asiatiques, la période Nanboku-chō du Japon a commencé au 14ème siècle, et son Sakoku Edit a été publié au 16ème siècle. [1] La tarte du 14ème siècle est très différente de la tarte du 16ème siècle, entièrement due aux autres ingrédients. [1] Au 14ème siècle jusqu'au début du 16ème siècle, Majapahit a réussi à contrôler et unifier la nation. [1] Le catholicisme est entré au XIVe siècle, tandis que le protestantisme est entré au XVIe siècle. [1] Suit les débats sur l'imitation de Dante, Pétrarque et Giovanni Boccace au XIVe siècle à Pietro Bembo au début du XVIe siècle. [1]

L'Europe du Nord, éloignée de l'influence de la Renaissance italienne et souvent méfiante de ses associations catholiques, a adopté un langage architectural distinctement nordique développé au cours du XVIe siècle, non influencé par les formes classiques basées sur les précédents grecs et romains antiques. [1] L'Europe de la Renaissance avait une unité culturelle et intellectuelle considérable, plus grande qu'elle n'en avait dans les siècles du Moyen Âge ou qu'elle ne le serait encore jusqu'à l'Union économique européenne de la fin du XXe siècle. [1] THÈMES CLÉS Un deuxième groupe considère la Renaissance comme les deux ou trois premiers siècles d'une ère plus vaste de l'histoire européenne, généralement appelée Europe moderne, qui a commencé à la fin du XVe siècle et s'est terminée à la veille de la Révolution française (1789) ou à la fin de l'ère napoléonienne (1815). [1] Parmi les sujets abordés figurent la culture et la société italiennes aux XIVe-XVe siècles le concept de la Renaissance les thèmes intellectuels et religieux de la Réforme l'émergence des formes fondamentales de l'État moderne les développements de la guerre et des relations internationales les aspects politiques et idéologiques polarisation de l'Europe après Luther la « crise générale » du milieu du XVIIe siècle.[1] Les lecteurs qui ont prêté une attention particulière aux différentes chronologies du développement de chaque époque à travers l'Europe se sont déjà rendu compte que la Renaissance était particulièrement lente à se répandre comme la plupart des les pays atteignaient tout juste l'apogée de leurs styles gothiques lorsque la Renaissance s'était déjà emparée de l'Italie depuis près d'un siècle.[1] À partir du XIe siècle environ (des siècles avant la Renaissance), les tribunaux judiciaires d'Europe continentale se sont inspirés des codes de droit de la Rome antique comme modèles pour le développement de systèmes juridiques complexes.[1] Au XVe siècle, alors que la Renaissance venait de tirer l'Eur Depuis le Moyen Âge, les îles de Java et de Sumatra possédaient déjà un héritage millénaire de civilisation avancée, couvrant deux empires majeurs. [1] Parmi les nombreuses personnes qui se sont trouvées remises en cause par cette vision du monde, Francesco Petrarca, un érudit et poète, apparaîtrait comme « la plus grande influence sur la poésie amoureuse de l'Europe de la Renaissance jusqu'au XVIIe siècle », comme l'a dit Michael Spiller. . [1]

Il existe un consensus sur le fait que la Renaissance a commencé à Florence, en Italie, au 14ème siècle, probablement en raison de la structure politique et de la nature civile et sociale de la ville. [1] Il existe un consensus général, mais non incontesté, selon lequel la Renaissance a commencé à Florence, en Toscane, au 14ème siècle. [3] La Renaissance (fin du 14e siècle au milieu du 17e siècle) a contribué aux découvertes médicales parce que les gens ont commencé à s'éloigner des pratiques traditionnelles et ont commencé à mener leurs propres expériences. [1] Le XIVe siècle est une période de transition de l'art médiéval à la Renaissance. [1] Lorsque l'on pense à l'art européen, il est facile de négliger l'art du 14ème siècle (les années 1300) car il est généralement éclipsé par le mouvement artistique le plus célèbre de l'histoire européenne, la Renaissance. [1]

Alors que le nord commençait à peine sa renaissance au 16ème siècle, les Italiens passaient à d'autres styles d'art. [1] Les idéaux d'harmonie et de proportion de la Renaissance ont culminé dans les œuvres des artistes italiens Raphaël, Léonard de Vinci et Michel-Ange au XVIe siècle. [1] Je pense que le travail de Baxandall était fantastique pour vraiment prendre en compte ce moment de la Haute Renaissance - en particulier l'art du XVe au début du XVIe siècle, principalement italien - et demander aux lecteurs de commencer par réfléchir à l'importance des peintures dans cette culture. [1]

La Haute Renaissance (environ les deux premières décennies du XVIe siècle) et le maniérisme sont les mouvements le plus souvent associés à cette période. [1] Les deux premières décennies du XVIe siècle ont vu l'équilibre harmonieux et la conception élevée du style de la Haute Renaissance, perfectionné à Florence et à Rome par Léonard, Raphaël et Michel-Ange. [1] La Renaissance polonaise a duré de la fin du XVe à la fin du XVIe siècle et était l'âge d'or de la culture polonaise. [2] Vénus d'Urbino Titien (Venise, Italie du Nord) 1538 16e siècle (Haute Renaissance) Huile sur toile Motif du nu féminin ressuscité. [1] Dans l'Italie de la Renaissance du début du XVIe siècle, l'Université de Bologne en particulier était célèbre pour ses intenses compétitions publiques de mathématiques. [1] Il faut noter qu'après cette initiation quelque peu falsifiée du XVIe siècle au style Renaissance émergerait une figure très en vue qui définirait un style anglais classique des plus harmonieux -- Inigo Jones (1573-1652). [1] L'approche espagnole du style Renaissance, appelé plateresque, était principalement dominée par l'incorporation de certains motifs dans son style gothique riche et décoré, une pratique qui persistera pendant la majeure partie du XVIe siècle, en particulier en ce qui concerne les bâtiments ecclésiastiques. [1] Erasmus (1466-1536) et More (1478-1535) sont généralement considérés comme des écrivains de la fin de la Renaissance, mais je les ai mis dans ma conférence sur les réformateurs du XVIe siècle - à laquelle ils appartiennent également. [1] Dans les dernières années du XVe siècle et prenant un essor important au XVIe siècle, les droits des femmes allaient être presque anéantis pendant près de 400 ans par le zèle religieux et le dogme de la « Renaissance », le « » Lumières", et la révolution industrielle. [1] Au nord des Alpes, les idéaux de la Renaissance ont culminé dans l'œuvre d'Albrecht Dürer au début du XVIe siècle et l'Allemagne est devenue un centre artistique dominant. [1] Ils ont créé une académie qui a mis l'accent sur le dessin d'après nature et s'est inspiré du Titien et d'autres maîtres de la Renaissance, restaurant le naturalisme et l'équilibre classique du début du XVIe siècle. [1] L'humanisme de la Renaissance a prospéré au début du XVIe siècle, avec des écrivains influents tels que le philosophe Juan Luis Vives, le grammairien Antonio de Nebrija ou l'historien de la nature Pedro de Mex'a. [1] Il tire son nom au milieu du XVIe siècle d'un poème d'un érudit de la Renaissance : son héros éponyme Syphilus, un berger, enrage le Dieu Soleil et est infecté en guise de punition. [1] Mona Lisa Leonardo Da Vinci 1503-1505 16e siècle (Haute Renaissance) Huile sur bois Utilisation de Sfumato. [1] David Michelangelo 1501-1504 Sculpture en marbre du XVIe siècle (Haute Renaissance) Utilisation du naturalisme et du classicisme. [1] École d'Athènes Raphaël 1509-1511 Fresque du XVIe siècle (Haute Renaissance) Utilisation du classicisme. [1] Mariage de la Vierge Raphaël 1504 XVIe siècle (Haute Renaissance) Huile sur bois. [1] Gabrielle d'Estrées, maîtresse du roi de France Henri IV. XVIe siècle, Renaissance. [1]

Cela n'explique pas entièrement pourquoi la Renaissance s'est produite spécifiquement en Italie au 14ème siècle. [2] L'autre clé, un type d'époque Renaissance, datant vraisemblablement des 15e-16e. siècle, bien que l'offre ressemble plus au 14e. siècle. [1] Gravée à flanc de colline dans le sud de la Toscane, la magnifique ville de Cortona était, à la fin du XIVe siècle, la maison et le lieu de travail du peintre du début de la Renaissance Fra'Angelico. [1] La Renaissance a commencé au 14ème siècle ou au milieu des années 1300. [1] Les récits de la littérature de la Renaissance commencent généralement par les trois grands poètes du XIVe siècle : Dante Alighieri (Divine Comédie), Pétrarque (Canzoniere) et Boccace (Decaméron). [1]

Ceux qui ont vécu avant 1500 après JC n'ont manifestement pas utilisé le terme « Moyen Âge » pour leur propre temps. Empire romain d'avoir été perdu avec la chute de Rome au 5ème siècle, et relancé aux 14ème au 17ème siècles le mot renaissance (italien : rinascimento) signifie "renaissance".[1] Siècle : 16e Scientifique/artiste : Ulisse Aldrovandi Apparu à l'origine dans : collection Aldrovandi Apparaît maintenant dans : Eye for Detail de Florike Egmond Le naturaliste de la Renaissance Ulisse Aldrovandi a accordé une attention extraordinaire aux monstres, même selon les normes de son propre monstre- temps obsédé. [1] Bien que l'esprit de la Renaissance en Italie ait été écrasé au milieu du XVIe siècle, les idées et les idéaux des penseurs de la Renaissance ont maintenu leur dynamisme, voyageant à travers les Alpes jusqu'en Europe du Nord où, suivant l'exemple de l'Italie, l'apprentissage, l'écriture et le les arts ont connu un grand renouveau en termes de soutien et d'importance. [1] La Renaissance est une période de l'histoire européenne qui a commencé dans l'Italie du XIVe siècle et s'est étendue au reste de l'Europe aux XVIe et XVIIe siècles. [1] L'humanisme de la Renaissance était un mouvement intellectuel et culturel européen qui a commencé à Florence, en Italie, dans les dernières décennies du XIVe siècle, a pris de l'importance au XVe siècle et s'est répandu dans le reste de l'Europe au XVIe siècle. [1] Le phénomène culturel appelé Renaissance a commencé en Italie au cours du XIVe siècle et s'est répandu dans une grande partie de l'Europe à la fin du XVIe siècle. [1]

Au XVe siècle, la Renaissance se répandit à grande vitesse depuis sa ville natale à Florence, d'abord dans le reste de l'Italie, et bientôt dans le reste de l'Europe. [1] La Renaissance est née à Florence et s'est répandue dans toute l'Europe du milieu du XIVe au XVIe siècle dans le but de récupérer l'antiquité classique comme modèle de l'homme naturel et de ses valeurs terrestres. [1]

La Renaissance italienne a marqué une période de grand changement culturel en Europe qui a eu lieu entre le XIVe et le XVIe siècle. [1] La Renaissance, qui a eu lieu entre le XIVe et le XVIIe siècle, a été une période d'épanouissement culturel et artistique à travers l'Europe. [1]

À l'origine, le terme caractérisait la majeure partie du Moyen Âge, soit à peu près du VIe au XIIIe siècle, comme une période d'obscurité intellectuelle entre l'extinction de la "lumière de Rome" après la fin de l'Antiquité tardive et l'essor de la Renaissance italienne au XIVe. siècle. [1] Bien que diverses formes de contraception de type préservatif aient été utilisées avant la Renaissance italienne (les érudits ont souligné l'utilisation de préservatifs fabriqués à partir d'organes animaux à la fois dans la Rome antique et à la fin du 14e siècle en Chine), la plupart concèdent qu'il s'agissait d'un médecin et d'un anatomiste. Gabriele Fallopio qui a proposé le design d'un préservatif plus moderne. [1]

La Renaissance ( UK : / r ˈ n eɪ s n s /, US : / r ɛ n ə ˈ s ɑː ns / ) fut une période de l'histoire européenne, du 14e au 17e siècle, considérée comme le pont culturel entre le Moyen Âge et l'histoire moderne. [1] La période entre l'an 1000 et 1300 est connue sous le nom de Haut Moyen Âge, au cours de laquelle la population de l'Europe a connu une croissance importante, culminant à la Renaissance du XIIe siècle. [1]

Commençant en Italie et s'étendant au reste de l'Europe au XVIe siècle, son influence s'est fait sentir dans la littérature, la philosophie, l'art, la musique, la politique, la science, la religion et d'autres aspects de la recherche intellectuelle. [2] À la fin du XVIe siècle, l'Italie était le centre musical de l'Europe. [1] D'autres compositeurs italiens de la fin du XVIe siècle se sont concentrés sur la composition de la principale forme profane de l'époque, le madrigal : et pendant presque cent ans, ces chansons profanes pour plusieurs chanteurs ont été diffusées dans toute l'Europe. [1] Au XVIe siècle, Anvers a progressivement dépassé Bruges en tant que premier centre d'art et ville la plus riche d'Europe, attirant des peintres talentueux tels que Quentin Massys et Jan Gossaert. [1] L'humanisme devient alors le mouvement intellectuel dominant en Europe au XVIe siècle. [1] À la fin du XVIe siècle, la bataille de la Réforme et de la Contre-Réforme avait commandé une grande partie de l'énergie et de l'attention de l'Europe, tandis que la vie intellectuelle était au bord des Lumières. [1] L'émigration d'Europe a commencé avec les colons espagnols et portugais au XVIe siècle, et les colons français et anglais au XVIIe siècle. [1] Comme le 16. siècle touchait à sa fin, l'Europe de l'Est était dominée par deux superpuissances - la Pologne au nord et l'empire ottoman au sud. [1] Avant le 16ème siècle, la peste s'était propagée dans toute l'Europe et dévastait de nombreuses populations. [1]

Au 14ème siècle, l'arme à feu et le canon pouvaient également être trouvés en Europe, en Inde et au Moyen-Orient islamique, au début de la guerre à la poudre. [1] Au milieu du 14ème siècle, la peste noire a balayé l'Europe, tuant peut-être un tiers de la population. [1] Au 14ème siècle, une série de désastres a secoué la civilisation européenne occidentale à ses fondements, forçant finalement des changements majeurs en Europe. [1] En raison de la paix et de la prospérité générale du XIIIe siècle, l'Europe a été surpeuplée pendant la première partie du XIVe siècle. [1] L'Europe a en effet subi des catastrophes de guerre, de famine et de peste au 14ème siècle, mais de nombreuses structures sociales, intellectuelles et politiques sous-jacentes sont restées intactes. [1] Populaire était cette histoire dans l'Europe médiévale que nous arrivons à l'ironie de la figure de Josaphat, ce nom une corruption de « bodhisattva », étant canonisé, par le 14ème siècle, et adoré comme un saint dans l'église catholique. [ 1] On pense que la peste du 14ème siècle connue sous le nom de peste noire a tué jusqu'à 60 pour cent de la population dans certaines parties de l'Europe.[1] Milieu du 14ème siècle, la catastrophe naturelle la plus dévastatrice de l'histoire européenne, ravageant la population européenne de 20 à 50 [1] Alors que le sucre était disponible en Europe au 14ème siècle, il était extrêmement rare en Angleterre et le coût était extrêmement prohibitif, et même le roi Henri III avait du mal à se procurer du sucre.[1] La Grande Famine du début du 14ème siècle était particulièrement mauvais : le changement climatique a conduit à des températures beaucoup plus froides que la moyenne en Europe à partir de 1300 environ - le "Petit âge glaciaire". [1] Le déclin du féodalisme se produisait dans toute l'Europe au 14ème siècle. [1] Au XIVe siècle, le cubeb est importé en Europe de la Côte des Grains, sous le nom de poivre, par les marchands de Rouen et de Lippe. [1] Deux grandes catastrophes naturelles ont frappé l'Europe au XIVe siècle. [1]

POSSIBLEMENT UTILE La soie, autre textile important utilisé à l'époque médiévale, n'a été fabriquée en quantité significative en Europe que bien plus tard (XVIe siècle). [1] Au début du XVIe siècle, le féodalisme avait déjà pris fin dans la plupart des régions d'Europe. [1] Les inégalités en Europe ont considérablement augmenté au cours du XVIe siècle et sont restées élevées jusqu'au XXe siècle - les riches se sont enrichis grâce à la flambée des loyers fonciers tandis que les pauvres ont payé des prix plus élevés pour la nourriture, le logement et la terre. [1]

L'empire Srivijaya de Sumatra (du VIIe au XIVe siècle), l'empire Majapahit de Java oriental (du XIVe au XVIe siècle), puis les États musulmans (après le XVIe siècle) contrôlaient Kalimantan à différents moments. [1] Par conséquent, pour une liste plus complète des noms en usage au XVIe siècle, vous devez également contacter les premières occurrences de noms des listes des XIVe et XVe siècles. [1] On ne sait pas grand-chose sur les développements politiques au Cambodge du 14e au 16e siècle. [1] L'introduction progressive du papier aux 14e, 15e et 16e siècles (17e en Angleterre) a également rendu l'écriture beaucoup moins chère (le parchemin était fait de cuir fin et était très cher). [1] Tapis existants des XVe et XVIIe siècles, ainsi que des représentations de tapis dans les œuvres d'art des XIVe, XVe et XVIe siècles. [1] Dans l'opulente Galleria dell'Accademia, la galerie historique de Venise, vous trouverez des chefs-d'œuvre vénitiens datant du XIVe au XVIe siècle, tels que Bellini, Titien et d'autres. [1]

Encyclopédie Grove de l'art et de l'architecture médiévaux L'Encyclopédie Grove de l'art et de l'architecture médiévaux offre une couverture inégalée de tous les aspects de l'art et de l'architecture de l'Europe occidentale médiévale, du VIe siècle au début du XVIe siècle. [1] La laine a été importée d'Europe du Nord (et au 16ème siècle d'Espagne) et avec des teintures de l'Est ont été utilisées pour fabriquer des textiles de haute qualité. [1]

Le troisième ouvrage majeur que nous devons mentionner est Le Decameron (Il Decameron), une collection de 100 contes intégrés dans une histoire-cadre écrite par l'ami de Petrarca Giovanni Boccaccio, écrit en réponse à l'épidémie de peste noire qui a frappé l'Europe au 14ème siècle, qui nous l'avons mentionné dans notre article sur l'architecture gothique et le changement politique en Europe du Nord. [1] Le concept de cosmétiques en tant que « peinture pour le visage » n'a vraiment commencé à refaire surface en Europe du Nord qu'au XIVe siècle. [1] Au 13ème siècle, le Japon et l'Europe occidentale ont repoussé l'invasion par l'empire mongol, mais la Chine a été conquise par eux jusqu'à l'établissement de la dynastie Ming au 14ème siècle. [1] Les historiens estiment qu'entre un quart et la moitié de la population européenne sont morts au 14ème siècle. [1]

« re-naissance », italien : Rinascimento, de rinascere « renaissance ») était un mouvement culturel qui s'est étendu sur la période approximativement du 14e au 17e siècle, commençant en Italie à la fin du Moyen Âge et s'étendant plus tard au reste de L'Europe . [1]

Du XIVe au XVIe siècle, l'Italie a connu un âge d'or, connu sous le nom de Renaissance, avec de merveilleux exploits artistiques et scientifiques, ainsi que des intrigues et des conflits. [1] La Renaissance a été une période de richesse, d'éducation, de guerre, de religion et surtout d'art, du 14e au 16e siècle de notre ère. Les matériaux et les techniques de l'art de la Renaissance lui ont donné un style et une signification distincts. [1] Une fois où nous l'avons vu, c'est à la Renaissance, la période de croissance intellectuelle et artistique du XIVe au XVIe siècle. [1] La portée est les 14e, 15e et 16e siècles, au cours desquels les événements pivots de la Renaissance et de la Réforme se sont produits, changeant irrévocablement le cours de l'avenir. ainsi que des sujets d'intérêt général tels que le rôle des femmes, le dessin, les familles, l'alimentation et la cuisine, l'alphabétisation, les bibliothèques et les voyages. [1]

La Renaissance a conduit par inadvertance au sectarisme violent des guerres de religion qui ont périodiquement déchiré l'Europe aux XVIe et XVIIe siècles. [1] Aux XVe et XVIe siècles, l'Europe a connu une renaissance intellectuelle et économique, conventionnellement appelée Renaissance, qui a jeté les bases de l'expansion ultérieure de la culture européenne à travers le monde. [1] Les XVe et XVIe siècles en Europe sont connus comme la « renaissance » ou la « Renaissance » de la créativité humaine. [1] Au cours des XVe et XVIe siècles, l'esprit de la Renaissance s'est répandu dans toute l'Italie et en France, en Europe du Nord et en Espagne. [1]

Bien que la disponibilité du papier et l'invention des caractères mobiles en métal aient accéléré la diffusion des idées à partir de la fin du XVe siècle, les changements de la Renaissance n'ont pas été uniformément ressentis à travers l'Europe. [1] Selon Peter Barrett, "Il est largement admis que la 'science moderne' est apparue dans l'Europe du 17ème siècle (vers la fin de la Renaissance), introduisant une nouvelle compréhension du monde naturel." [1] L'Europe de la Renaissance a hérité du calendrier julien de la Rome antique, qui avait dix jours de retard au XVIe siècle. [1]

Costumes de la Renaissance italienne XVIe siècle XVIe et XVIIe siècle. [1] D'autres récits font remonter la fin de la Renaissance italienne aux invasions françaises du début du XVIe siècle et au conflit ultérieur entre la France et les dirigeants espagnols pour le contrôle du territoire italien. [1]

Les principales listes de noms dans cet article ont été recueillies auprès de Guido Ruggiero, Violence in Early Renaissance Venice, qui tire ses données principalement des archives vénitiennes du 14e et du début du 15e siècle. [1]

Elizabeth d'Angleterre et Philippe 2 d'Espagne étaient 2 des monarques les plus célèbres d'Europe dans la seconde moitié du XVIe siècle. [1] L'apparente prospérité du XVIe siècle a fait place au milieu et à la fin du XVIIe siècle à une « crise générale » dans de nombreuses régions européennes. [1] En raison de l'effondrement du gouvernement de Kamakura, cette période jusqu'au contact avec les Européens au 16ème siècle au Japon était une ère de guerres civiles. [1] Au XVIe siècle, l'histoire de Bali commence à être marquée par l'influence occidentale avec l'arrivée des Européens, pour devenir, après une longue et difficile période coloniale sous les Hollandais, un exemple de préservation des cultures traditionnelles et un destination touristique. [1] Le Moyen Âge était une période d'environ mille ans d'histoire généralement acceptée comme allant de la chute de l'Empire romain (vers la fin du Ve siècle) à la réforme protestante au XVIe siècle. [1]

Au cours d'une grande partie de ses 700 ans d'histoire documentée, l'île a fait partie d'une entité plus vaste, notamment : le royaume de Srivijaya (aujourd'hui Sumatra, du VIIe au XIIIe siècle), le royaume de Sukothai (la Thaïlande d'aujourd'hui, fin du XIVe siècle ), le Sultanat de Melaka (1400 à 1510) et le Sultanat de Johor (1511 à 1819), l'Empire britannique (1867 à 1963) et la Malaisie indépendante (1963 à 1965). [1] Les géographes arabes ont appelé l'île Lamri du Xe au XIIIe siècle, à la fin du XIVe siècle, le nom de Sumatra est devenu populaire en référence au royaume de Samudra Pasai, qui était une puissance montante jusqu'à ce qu'il soit remplacé par le Sultanat d'Aceh . [1] Le Champa a disparu au 14ème siècle de l'Histoire après de nombreux siècles de lutte avec le royaume d'Annam qui était le poste avancé de la culture Chiense. [1] Si l'on accepte l'établissement de l'hindouisme depuis le royaume de Taruma au IVe siècle, et a été supplanté pacifiquement par l'islam au XIVe siècle, l'hindouisme a eu une influence indélébile sur la culture des Indonésiens pendant 10 siècles avant l'instauration de l'islam. [1] La guerre des Vêpres siciliennes avait divisé au début du 14ème siècle l'Italie du sud en un royaume d'Aragon de Sicile et un royaume d'Anjou de Naples. [1] La période est principalement associée à l'Italie d'où elle est originaire au 14ème siècle. [1] Vallée de Katmandou : « jusqu'au 14ème siècle et l'arrivée des Mallas, qui est une période importante pour l'épanouissement de l'art et de l'architecture népalaises. [1] Influencée par le confucianisme, la dynastie Ming en Chine entame une longue période d'isolationnisme en au XIVe siècle, ce qui a nui à sa capacité à inclure des idées extérieures dans le progrès culturel et technologique.[1]

Excellent livre sur toutes les grandes tendances et événements politiques, sociaux, culturels et religieux européens marquant le XVIe siècle comme l'une des périodes les plus révolutionnaires, séminales, perturbatrices et hautement fascinantes de l'histoire européenne. [1] Au tournant du XVIe siècle, en particulier dans le nord de l'Italie, les artistes ont également commencé à utiliser de nouvelles techniques dans la manipulation de la lumière et de l'obscurité, telles que le contraste des tons évident dans de nombreux portraits de Titien et le développement du sfumato et du clair-obscur par Léonard de Vinci et Giorgione. [1] À la fin du XVIe siècle, l'Italie redevint un centre d'innovation musicale, avec le développement du style polychoral de l'école vénitienne, qui se répandit vers le nord en Allemagne vers 1600. [2] De loin le plus célèbre compositeur d'églises La musique dans l'Italie du XVIe siècle était Palestrina, le membre le plus éminent de l'école romaine, dont le style de polyphonie douce et émotionnellement cool allait devenir le son déterminant de la fin du XVIe siècle, au moins pour des générations de musicologues des XIXe et XXe siècles. [1] Du début du XVe siècle au milieu du XVIe siècle, le centre de l'innovation en musique sacrée se trouvait aux Pays-Bas, et un flot de compositeurs talentueux est arrivé en Italie en provenance de cette région. [1] C'est plus tard, à la fin du XVe siècle, que les villes du nord de la plaine du Chao Phraya, dont Sukhothai, entamèrent un processus progressif de fusion, qui dura peut-être des décennies, avec l'importante ville portuaire ouvrant la voie. pour la glorieuse capitale d'Ayutthaya du royaume de Siam, au 16ème siècle. [1] De l'arrivée des premiers navires néerlandais à la fin du XVIe siècle à la déclaration d'indépendance en 1945, bien que Java ait été dominée par les Hollandais, de nombreuses régions sont restées indépendantes pendant une grande partie de cette période, notamment Aceh, Bali, Lombok et Bornéo. [1] Au IIe siècle jusqu'au XVIe siècle ont été établis des royaumes hindou-bouddhistes, d'abord à Java, puis à Sumatra et Kalimantan. [1] Au début du XVIe siècle, avec le sultanat de Malaccan dans la péninsule malaise et certaines parties de Sumatra, le sultanat de Demak à Java et d'autres royaumes autour de l'archipel malais se convertissant de plus en plus à l'islam, il était devenu la religion dominante parmi les Malais. , et atteint jusqu'aux Philippines modernes, laissant Bali comme un avant-poste isolé de l'hindouisme aujourd'hui. [1] À partir du milieu du XVIe siècle, le royaume subit les attaques répétées de la dynastie Taungoo de Birmanie (une partie restante de l'empire khmer. [1] Depuis le milieu du XVIe siècle, les Européens étaient désireux de gagner un s'implanter en Asie du Sud-Est pour contrôler le commerce des épices et répandre le christianisme.[1] De la France, l'esprit de l'époque s'est propagé aux Pays-Bas et en Allemagne, et enfin en Angleterre et en Scandinavie à la fin du XVIe siècle.[1] Porcelaine chinoise atteint l'Amérique espagnole à la fin du XVIe siècle via les premiers galions de Manille.[1] Au cours du XVIe siècle, les Portugais ont établi la première colonie européenne en Asie du Sud-Est en battant le sultanat de Malacca.[1] Les récits d'explorateurs européens du XVIe siècle font mention d'un ville appelée Kalapa, qui a apparemment servi de port principal d'un royaume hindou de la Sonde.[1] Historiquement, la région a été identifiée comme Mataram, c'était le centre du royaume de Medang et Bhumi Mataram du 8e au 10e siècles, un d plus tard le Sultanat de Mataram au 16ème siècle. [1] Nyai Roro Kidul - Origine et histoire. principalement lié au sultanat javanais de Mataram du XVIe siècle, le manuscrit le plus ancien faisait remonter son origine légendaire à l'époque du royaume sundanais de Pajajaran. la reine des mers du Sud en tant que protectrice et épouse spirituelle des rois du Sultanat de Mataram. [1]

Le développement du christianisme protestant en Indonésie a commencé pendant la période coloniale néerlandaise (VOC), vers le XVIe siècle. [1] Au début du 20ème siècle, l'Indonésie a commencé un mouvement pour l'indépendance qui s'est particulièrement développé entre les guerres mondiales I et II et le Japon a occupé l'Indonésie pendant la Seconde Guerre mondiale. À partir du XVIe siècle, des vagues successives d'Européens - les Portugais, les Espagnols, les Hollandais et les Britanniques - ont cherché à dominer le commerce des épices à ses sources en Inde et dans les « îles aux épices » d'Indonésie. [1] À la suite des guerres d'Italie du XVIe siècle, les États italiens ont perdu leur domination culturelle et économique, et certains d'entre eux ont été conquis par des empires étrangers, tels que l'Espagne et la France, les Ottomans prenant le contrôle de certaines de leurs possessions en Méditerranée orientale. .[1] Quelque temps après le déclin de Majapahit, probablement au début du XVIe siècle, Bali est passée sous la domination d'une famille royale basée dans la ville de Gelgel, qui a créé un empire englobant non seulement Bali mais des parties de Lombok, Sumbawa et le péninsule orientale de Java. [1] Avec la montée de l'islam dans l'archipel indonésien, l'empire Majapahit de Java est tombé et Bali est devenue indépendante au tournant du XVIe siècle. [1] Bien que les musulmans aient été présents à la cour de Majapahit, Demak était le premier grand État musulman de Java, et ses campagnes militaires dans l'est de Java au cours de la première moitié du XVIe siècle visaient non seulement à affirmer son hégémonie, mais aussi à étendre allégeance à l'Islam. [1] L'islam s'est d'abord établi en Indonésie au cours du XIIe siècle et, par assimilation, a supplanté l'hindouisme à la fin du XVIe siècle à Java et à Sumatra. [1] L'islam est cependant arrivé en Indonésie au XIIe siècle et à la fin du XVIe siècle, il a remplacé l'hindouisme comme religion dominante à Java et à Sumatra. [1] Les premières preuves de populations islamisées en Indonésie remontent au XIIIe siècle dans le nord de Sumatra, d'autres régions indonésiennes ont progressivement adopté l'islam qui est devenu la religion dominante à Java et à Sumatra à la fin du XVIe siècle. [1] Au XVIe siècle, c'était la foi dominante à Sumatra et à Java, se mélangeant aux croyances culturelles et religieuses existantes, créant une foi musulmane particulière à l'Indonésie. [1] Du IVe siècle au VIIe siècle, dans la région de Java occidental, il y a le royaume bouddhiste hindou de Tarumanagara qui a continué avec le royaume de la Sonde jusqu'au XVIe siècle. [1] Au 4ème siècle jusqu'au 7ème siècle à Java occidental, il y a le royaume hindou-bouddhiste qui est modelé le royaume de Tarumanagara, suivi du royaume de Sundanais jusqu'au 16ème siècle. [1]

Parfois, ils ont atteint une forme d'unité en tant que Provinces Unies des dix-sept au 16ème siècle, et plus tard le Royaume-Uni des Pays-Bas au 19ème siècle. [1] La gloire du royaume prit fin au début du XVIe siècle, lorsque le roi Louis II de Hongrie fut tué lors de la bataille de Mohács en 1526 contre l'empire ottoman. [1]

Au 14ème siècle, alors que l'empire Srivijaya s'estompait, l'île fut d'abord prise par l'empire Majapahit d'Indonésie, puis le royaume d'Ayutthaya de Thaïlande. [1] Bien que l'historicité des récits tels qu'ils sont donnés dans les Annales malaises fasse l'objet de débats académiques, il est néanmoins connu de divers documents que Singapour au XIVe siècle, alors connu sous le nom de Temasek, était un port de commerce sous l'influence des deux l'Empire Majapahit et les royaumes siamois à l'intérieur de l'Indosphère de la Grande Inde. [1] Au 14ème siècle, un ministre principal de l'empire Majapahit Adityawarman a fondé le royaume de Malayapura centré près de Tanjungemas et a présidé la région centrale de Sumatera, le plus susceptible de contrôler le commerce de l'or local. [1] Avant la fondation de l'empire Majapahit du 14ème siècle, les royaumes javanais étaient principalement basés sur l'agriculture. [1] Le royaume de Hongrie a connu un âge d'or au XIVe siècle. [1] Du 7ème au 14ème siècle, Srivijaya, un royaume bouddhiste s'est développé sur Sumatra et à son apogée il s'est étendu de Java occidental à la péninsule malaise. [1] Similitudes avec la langue Java uniquement dues à l'influence du vocabulaire de la langue Java depuis la conquête de Bali par le Royaume de Java, notamment au XIVe siècle par Gajah Mada. [1] Jakarta était une petite ville portuaire lorsque le dernier royaume hindou de Java, le royaume de Pajajaran, régnait au 14ème siècle. [1] Au 14ème siècle, Java oriental a vu la montée du royaume hindou Majapahit et son ministre en chef de 1331 à 1364, Gadjah Mada, a pu prendre le contrôle d'une grande partie de ce qui est aujourd'hui l'Indonésie. [1] Le 14ème siècle a également été témoin de la montée d'un royaume hindou de Majapahit à Java oriental. [1] Quand l'Islam est devenu ascendant sur Java au 14ème siècle par le commerce avec les Arabes, les royaumes ont été sporadiquement établis autour du pays avec le roi étant appelé un sultan. [1] Au milieu du 14ème siècle, Majapahit contrôlait la plupart de Java, Sumatra et la péninsule malaise, une partie de Bornéo, le sud de Célèbes et les Moluques. [1] Au milieu du XIVe siècle, cependant, l'empire javanais de Majapahit revendiquait la suzeraineté sur l'ensemble de Sumatra et sur la péninsule jusqu'à Langkasuka. [1] Fondé à la fin du 14ème siècle par Parameswara, un prince de l'empire en déclin Srivijaya à Sumatra, il est devenu l'un des plus grands entrepôts d'Asie du Sud-Est au début du 15ème siècle. [1] L'Empire Hoysala depuis les invasions du Sultanat de Delhi vers 1318 jusqu'à sa dissolution vers 1346, puis l'Empire Vijayanagara comme son successeur jusqu'à la consolidation de son pouvoir dans le sud de l'Inde à la fin du XIVe siècle. [1] Un assemblage comprenait 127 objets du IXe au XIIIe siècle, dont le céladon de Yue du IXe ou du Xe siècle, 135 objets du XIIIe au début du XIVe siècle et 1 627 tessons de la fin des XIIIe et XIVe siècles, dont le bleu de Jingdezhen et marchandises blanches et Cizhou. [1] Plus tard, les plaines de la Thaïlande centrale ont été dominées par Sukhothai au 13ème siècle et plus tard par le royaume d'Ayutthaya au 14ème siècle. [1] Le royaume de Srivijaya, du IIIe au XIVe siècle, avait l'une des économies les plus fortes du monde à l'époque, en raison de son contrôle et de son immense pouvoir sur les routes commerciales de l'Asie du Sud-Est. [1] Bien que l'on pense que le nom Singapura a remplacé Temasek au cours du 14ème siècle, il n'y a fondamentalement qu'un seul document qui donne des détails sur les royaumes de Singapura - les annales malaises écrites à l'apogée de Melaka et recompilées en 1612 par le tribunal de Johor. [1] Pannai, Panai ou Pane est un royaume bouddhiste du 11ème au 14ème siècle situé sur la côte est du nord de Sumatra. [1] Les Khmers et les Sukhothai, qui étaient bouddhistes Hinayana, ont gouverné plus tard le royaume de Srivijaya et au 14ème siècle après JC, le royaume a été annexé dans le cadre de Krung Sri Ayutthaya. [1] Au 14ème siècle, la plus grande partie du pouvoir du royaume de Sri Vijaya diminua et Sumatra passa sous le contrôle direct des dirigeants javanais. [1] Au cours du 7ème siècle jusqu'au 14ème siècle, le royaume bouddhiste de Sriwijaya à Sumatra se développe rapidement. [1] Le terme Bangaladesa est utilisé pour décrire la région dans les archives de l'Inde du Sud du 11ème siècle, le terme moderne Bangla est important à partir du 14ème siècle, qui a vu la création du Sultanat du Bengale, dont le premier souverain Shamsuddin Ilyas Shah était connu comme le Shah de Bangala. [1] Depuis le début du premier millénaire de notre ère, des empires hindous et bouddhistes comme Gangga Negara (IIe au XIe siècle), Langkasuka (IIe au XIVe siècle) et Srivijaya (IIIe au XIVe siècle) ont régné sur la région. [1] À travers les empires Srivijaya et Majapahit, l'influence hindoue a été visible dans l'histoire des Philippines du 10e au 14e siècle. [1] Si l'historicité des récits tels qu'ils sont donnés dans les Annales malaises fait l'objet de débats académiques, il est néanmoins connu de divers documents que Singapour au XIVe siècle, alors connu sous le nom de Temasek, était un port de commerce sous l'influence des deux l'Empire Majapahit et les Siamois. [1] Ceci résume la position du continent sud-est asiatique jusqu'au 12ème siècle environ. Pendant ce temps, à partir du 6ème siècle environ, et jusqu'au 14ème siècle, il y avait une série de grands empires maritimes basés sur les îles indonésiennes de Sumatra et Java . [1] Au 14ème siècle, l'empire de Srivijaya avait déjà décliné et Singapour était pris dans la lutte entre le Siam (maintenant la Thaïlande) et l'empire Majapahit basé à Java pour le contrôle de la péninsule malaise. [1]

Le 14ème siècle. jusqu'au XVIe siècle. était une période de flux économique en Europe, les changements les plus importants ont eu lieu en Italie. [1] La richesse a été apportée à l'Italie aux 14e, 15e et 16e siècles en développant le commerce en Asie et en Europe. [2] Deux mille ans de l'ère moderne en Europe de l'Est Partie 3 : 14e au 16e siècles - Avancées turques. [1]


&# x2018Rebirth&# x2019) Période de l'histoire européenne d'une durée d'environ du milieu du 15e siècle à la fin du 16e siècle. [1] En architecture, les énormes profits du commerce des épices ont financé un somptueux style composite dans les premières décennies du XVIe siècle, le manuélin, incorporant des éléments maritimes. [2] Le style gothique et la philosophie scolastique médiévale sont restés exclusivement jusqu'au tournant du XVIe siècle. [2] La signification historique du terme hindou a évolué avec le temps, au 16ème siècle, le terme a commencé à se référer aux résidents de l'Inde qui n'étaient ni turcs ni musulmans. [1] L'architecture indo-javanaise, produite du IIIe au XVIe siècle, comprend des monuments tels que le gigantesque stupa de Borobudur (vers 800 désigné site du patrimoine mondial en 1991) et le temple de Mendut le temple bouddhiste Sewu (IXe siècle ) le magnifique temple Shiva Prambanan (IXe siècle) les lieux de baignade sacrés de Jalatunda (fin Xe siècle) et Belahan (milieu du XIe siècle) et le temple hindou rond de Jabung (c. Xe siècle). [1] L'archipel s'appelait les Indes orientales à partir de la fin du XVIe siècle et il est encore parfois appelé ainsi, mais des usages plus larges du terme Indes orientales incluaient l'Indochine et le sous-continent indien. [1] Un certain nombre de ports javanais de Java oriental se sont ainsi complètement détachés de l'empire moribond de Majapahit au début du XVIe siècle. [1] Le sultanat islamique semikin a ensuite diffusé ses enseignements au peuple et par assimilation, remplaçant l'hindou comme une confiance majeure à la fin du XVIe siècle à Java et à Sumatra. [1] Le principal État de la côte est était Kutai, un royaume malais du bassin de la rivière Mahakam qui s'est converti à l'islam au XVIe siècle. [1] Selon les contes populaires locaux et le manuscrit de Carita Pahrayangan écrit au XVIe siècle, le royaume était gouverné par la reine Shima en 674 de notre ère. Elle était célèbre pour avoir légalisé une loi contre le vol et sa passion pour la vérité et la justice. [1] Les tensions entre la foi chrétienne et l'humanisme classique ont conduit au maniérisme dans la dernière partie du 16ème siècle. [4] Josquin des Prez, dessin de Joris van der Straeten, XVIe siècle. [4]

Ce n'est qu'après la chute de Srivijaya (un État indonésien officiellement bouddhiste) au 14ème siècle que l'islam s'est largement répandu dans toute la région, et au 15ème siècle de puissantes dynasties musulmanes telles que le sultanat de Malacca avaient été établies. [1] Des minangkabau mais on suppose qu'ils sont nés des confins sud du srivijaya, un royaume bouddhiste de sumatra, vers le 14ème siècle par. [1] Majapahit est le dernier grand royaume hindou en Indonésie au 14ème siècle. [1] Après sa chute éventuelle au 14ème siècle après JC, certains royaumes ont été établis dans le sud de Sumatra. [1] Le royaume de France, dirigé par la dynastie capétienne de 987 jusqu'au début du XIVe siècle, en est un exemple marquant. [1] L'influence indienne entre le 8e et le 14e siècle a produit un certain nombre de petits royaumes shivaïtes-bouddhiques. [1] La construction a commencé vers 1120 CE et achevée en 1150 CE. Au début du 14ème siècle, Halebidu a été mis à sac et pillé par des envahisseurs musulmans du nord de l'Inde et le temple est tombé dans un état de ruine et de négligence. [1]

SOURCES SÉLECTIONNÉES CLASSÉES(31 documents sources classés par fréquence d'occurrence dans le rapport ci-dessus)


Période de la Renaissance : chronologie, arts et faits

L'ère de la Renaissance, qui a duré du 14e au 17e siècle, a été l'une des périodes les plus progressives de l'histoire de l'humanité. Ayant le sens de « renaissance », la Renaissance a radicalement changé le monde de plusieurs manières différentes. Avant l'ère du changement mondial, environ cinquante pour cent de la population européenne a été tuée par la peste. Après le Moyen Âge et la peste noire, l'ère de la Renaissance a prospéré en Europe avec l'art, la science, les mathématiques, l'architecture et l'expression sexuelle. C'était une époque de croissance intellectuelle et de changement d'idées dans le monde. De nombreux inventeurs, artistes et penseurs créatifs ont eu une influence considérable sur le monde d'aujourd'hui. La Renaissance ressemble à l'effet domino. En raison des nouvelles avancées créées ou découvertes, la Renaissance a ouvert la voie à d'autres avancées possibles pour l'avenir.

L'une des plus grandes contributions sur lesquelles la Renaissance s'est concentrée est le réalisme dans l'art. Grâce à la popularité excessive de l'art à la Renaissance, des progrès ont été réalisés pour améliorer la catégorie. La profondeur, le réalisme, la perspective ainsi que d'autres techniques ont été grandement améliorés et sont toujours utilisés aujourd'hui. L'un des changements les plus importants apportés aux arts a été l'utilisation d'outils. « L'utilisation de la toile pour la peinture, par exemple, s'est développée à la Renaissance auparavant, la peinture était généralement réalisée sur bois » (Allen). Cette avancée particulière a eu un impact énorme sur le monde d'aujourd'hui. Presque chaque morceau de peinture est maintenant fait sur une toile. "Alors que cette renaissance s'est produite dans de nombreux domaines créatifs - la poésie de Dante Alighieri, l'architecture de Filippo Brunelleschi, les expériences scientifiques de Galileo Galilei - certaines œuvres d'art visuel sont les représentations les plus emblématiques de la Renaissance et de ses principes (The Most Iconic Artistes). La plupart des artistes emblématiques qui sont actuellement aimés aujourd'hui sont nés à l'époque de la Renaissance. Cela inclut des artistes tels que Donatello, Leonardo Da Vinci, Michelangelo, Raphael et Agnolo Bronzino. Chaque artiste a créé un style d'art distinct qui les rend mémorables aujourd'hui. Par exemple, Michel-Ange est surtout connu pour ses sculptures même s'il a également quelques pièces peintes.

Les détails de Michel-Ange dans ses sculptures de nus sont ce qui a rendu son art aussi populaire qu'il l'est aujourd'hui. Sa sculpture en marbre de 14 pieds de haut, le héros biblique David, serait « l'un des plus grands chefs-d'œuvre jamais créés par l'humanité » (le David de Michel-Ange). Bien que le David de Michel-Ange soit une grande partie de la communauté artistique, l'une de ses fresques est certainement sa pièce artistique la plus populaire. Sa création d'Adam montre la création biblique de la vie dans laquelle Dieu donne vie au premier homme, Adam. Les mains presque mais jamais touchantes d'Adam et de Dieu ont pris une si grande partie de la culture pop aujourd'hui. C'est devenu l'une des images les plus emblématiques de l'humanité. L'image a été reproduite à l'infini dans des vêtements, des meubles, des étuis pour téléphones, etc. Rien que sur Amazon, l'une des plus grandes sociétés de vente au détail en ligne, plus d'un millier de résultats de recherche sont affichés pour les articles éligibles à l'achat avec une image identique à l'original. Création d'Adam.

Tout comme la création d'Adam de Michel-Ange a une énorme influence sur la culture pop aujourd'hui, la Joconde de Léonard de Vinci a également les mêmes effets. Bien que peinte en 1503, la Joconde est sans doute encore l'une des peintures les plus célèbres. L'image représente une jeune femme positionnée à la taille. Le détail le plus notable de la peinture est son sourire. Le New York Times écrit : « D'abord, elle sourit. Puis le sourire s'estompe. Un instant plus tard, le sourire revient pour disparaître à nouveau. Le secret derrière le sourire de la Joconde est une technique de peinture qui a été créée par nul autre que Da Vinci appelé sfumato. « Pendant la Renaissance, la peinture à l'huile a subi des changements radicaux alors que les artistes ont appris à manipuler les nouvelles théories de la perspective linéaire pour créer une profondeur d'espace toujours plus grande et des images réalistes. Da Vinci lui-même a décrit la technique du sfumato comme «sans lignes ni bordures, à la manière de la fumée ou au-delà du plan de l'image (Hulsey et Trusty). Cette technique est utilisée lorsque l'artiste brouille des lignes nettes et nettes en utilisant d'autres couleurs pour fournir une image plus lisse. Cette technique a depuis lors été utilisée dans de nombreuses peintures, dont Boy With a Arrow de Giorgione et Flora de Francesco Melzi. Une autre technique populaire créée par DaVinci s'appelle le clair-obscur. Le clair-obscur signifie "lumière et ombre" de la traduction italienne. Da Vinci a utilisé cette méthode pour transformer son œuvre d'art de la 2D à la 3D en créant des illusions en utilisant la lumière et les ombres dans son œuvre. L'un des artistes les plus remarquables qui a utilisé la technique du clair-obscur était Michelangelo Merisi da Caravaggio.

Cette méthode est encore très populaire aujourd'hui auprès de nombreux artistes utilisant sa technique pour donner un effet dimensionnel à leurs œuvres.

Outre l'immense effet que la Renaissance a eu sur les arts, elle a également fait d'énormes progrès dans la science. La Renaissance a marqué le début d'une nouvelle ère de la science. La renaissance a amené les gens à avoir une vision plus scientifique du monde. De nombreux scientifiques tels que Galileo Galilei, Johannes Gutenberg et Isaac Newton ont fait des découvertes importantes qui ont finalement fait évoluer le monde. « Nous avons commencé à diviser la science en disciplines, et la médecine, l'astronomie, les sciences naturelles, la physique et de nombreux autres domaines ont pris des formes reconnaissables aujourd'hui » (Shuttleworth). De multiples découvertes et inventions ont été fondées et elles sont devenues la base de tout progrès ultérieur. Des inventions telles que la presse à imprimer et le thermomètre qui ont été développées à l'époque de la Renaissance sont toujours utilisées dans le monde moderne.

Dans les années 1500, la presse à imprimer était utilisée dans toute l'Europe. Bien que créé à l'origine en Chine, Johannes Gutenberg a perfectionné la machine et étendu son utilisation. « L'imprimerie est un appareil qui permet la production en série d'imprimés uniformes, principalement du texte sous forme de livres, de brochures et de journaux » (Histoire). Avant l'imprimerie, chaque document connu qui devait être reproduit était écrit à la main. Parce que tout était écrit à la main, les livres étaient extrêmement chers et les classes inférieures ne pouvaient pas les acheter. L'imprimerie a permis la production de masse de livres qui en ont fait baisser les coûts. « L'imprimerie de Gutenberg signifiait plus d'accès à l'information, plus de dissidence, une discussion plus éclairée et une critique plus généralisée des autorités » (Kennedy). La diffusion des idées était plus facile à diffuser par l'utilisation de la copie et en 1605, le premier journal est apparu et a été distribué dans tout Strasbourg. « Des journaux sont apparus dans toute l'Europe, officialisant la contribution de l'imprimerie à la croissance de l'alphabétisation, de l'éducation et de la disponibilité à grande échelle d'informations uniformes pour les gens ordinaires » (Histoire). En raison de l'évolution de l'imprimerie, de plus en plus de personnes ont accès à des informations qu'elles n'avaient jamais eues et ont également contribué à la création de journaux qui existent encore aujourd'hui.

Bien que l'imprimerie ait été une étape importante pour l'humanité, l'une des contributions les plus importantes à la science a été découverte par Nicolaus Copernicus dans le domaine de l'astronomie. Connue sous le nom de « Révolution copernicienne », Copernic a théorisé et créé un système dans lequel le soleil était au centre de l'univers, plutôt que la Terre. « Alors qu'il avait encore les planètes se déplaçant dans des motifs de cercles plutôt que d'ellipses, il a postulé que ces cercles n'avaient pas de centre.Il a dit que le centre de la Terre n'est pas le centre de l'univers, mais est le centre de gravité et la sphère lunaire » (La Renaissance et la révolution scientifique). Grâce à la découverte de Copernic, nous connaissons maintenant les véritables emplacements de la Terre, ce qui permet aux scientifiques d'aujourd'hui de découvrir et d'en apprendre davantage sur l'univers dans lequel nous vivons. La découverte de Copernic a déclenché une révolution scientifique qui a conduit d'autres scientifiques à ajouter davantage à ces informations. D'une certaine manière, le système d'héliocentrisme de Copernic est le fondement de l'astronomie moderne.


Chapitre onze : Famine, Peste, Guerre et Renaissance (1300-1500)

1250-1517 : Sultanat mamelouk 1309 : Début de la papauté d'Avignon 1315-1322 : Grande famine en Europe 1331 : Éclosion de peste bubonique en Chine Yuan 1335 : La peste bubonique atteint l'Ilkhanat 1337 : Début de la guerre de Cent Ans c. 1350 : Début de la Renaissance italienne et de l'humanisme 1347-1351 : La peste noire arrive en Europe près d'un tiers de la population européenne meurt 1358 : Révolte des paysans français 1368 : Chute de la dynastie Yuan 1368-1644 : Dynastie Ming

1370-1507 : La dynastie timuride

1453 : Conquête ottomane de Constantinople, chute définitive de l'Empire byzantin 1453 : Fin de la guerre de Cent Ans et tentatives anglaises de conquérir la France

1492 : le roi Ferdinand et la reine Isabelle achèvent la Reconquista avec la conquête de Grenade, Christophe Colomb, naviguant pour la couronne espagnole, touche terre dans l'hémisphère occidental

Introduction

Questions pour guider votre lecture

  1. Quels facteurs ont conduit au déclin de la dynastie Yuan ?
  2. Où la peste noire a-t-elle commencé ? Quels facteurs ont permis sa propagation à travers l'Afro-Eurasie ?
  3. Quels ont été les effets sociaux, politiques et économiques de la peste noire sur l'Europe ?
  4. Comment les États européens et les institutions religieuses ont-ils changé à la fin du Moyen Âge ? Qu'est-ce qui a causé ces changements ?
  5. Quelles sont les sources de la Renaissance italienne ? Comment cela a-t-il modifié la culture européenne ?
  6. Pourquoi Timur a-t-il tenté « d'externaliser la violence de la steppe ?

Mots clés

  • Concile de Constance
  • Captivité babylonienne de l'Église
  • Humanisme
  • Guerre de Cent Ans
  • Renaissance italienne
  • Limites malthusiennes
  • Sultanat mamelouk
  • Empire ottoman
  • Reconquista
  • Timur

Introduction : la fin de la dynastie Yuan et le début des Ming.

En 1331, une épidémie de peste bubonique a été enregistrée dans la Chine de la dynastie Yuan. En quelques années, les décès dus à la peste atteindraient près de 5 millions de personnes. Parallèlement à la crise de la peste bubonique, les inondations, la famine et les troubles généralisés ont conduit à la chute de la dynastie mongole Yuan en 1368 et à la montée de la nouvelle dynastie Ming, qui durera jusqu'en 1644. La dynastie Ming reconstruira l'infrastructure de la Chine après la dévastation de la peste et d'autres catastrophes naturelles. Pour ce faire, il a ressuscité et renforcé les systèmes bureaucratiques qui étaient en place depuis longtemps en Chine. La dynastie Ming a également, au cours des années 1400, autorisé un certain nombre de voyages océaniques à longue distance sous le commandement de Zheng He, un eunuque de la cour. Les voyages de Zheng He ont emmené les flottes chinoises au Moyen-Orient ainsi que sur la côte orientale de l'Afrique. Après la mort de Zheng He, les dirigeants Ming mettraient fin aux voyages coûteux. Brûlant la flotte, la Chine se replie sur elle-même pendant la dynastie Ming.

La peste qui a commencé en Chine en 1331 aurait des répercussions mondiales. La maladie s'est propagée sur les routes commerciales d'Asie centrale, atteignant l'Europe en 1347. Ce n'était qu'une des catastrophes qui ont frappé le monde afro-eurasien entre 1300 et 1500.

La famine et la peste noire en Europe

Alors que le XIIIe siècle touchait à sa fin, l'Europe commençait à se heurter à ses Limites malthusiennes, c'est-à-dire combien de personnes les ressources d'une terre peuvent nourrir avant que la nourriture ne commence à manquer. Dans le même temps, le climat auparavant chaud a commencé à se refroidir, rendant les conditions moins propices à l'agriculture. La famine est revenue en Europe.

Entre 1315 et 1322, une série d'étés extrêmement pluvieux et humides - les récits écrits à l'époque parlent de murs de château emportés par les eaux de crue - ont causé des pertes de récoltes, entraînant des famines et des famines massives. Dans le même temps, le bétail de toute l'Europe occidentale est mort en masse à cause d'épidémies de peste bovine, d'anthrax et d'autres maladies.

Licence : © Ian Mladjov. Utilisé avec autorisation.

De nombreux paysans meurent de faim. Beaucoup d'autres souffraient de malnutrition. Les récits contemporains font référence à des paysans affamés recourant au cannibalisme. Comme toutes les autres cultures, les cultures de rente ont également échoué, de sorte que ceux qui ont survécu étaient plus pauvres.

À peine une génération s'était-elle écoulée après la Grande Famine que l'Europe a été frappée par une pandémie mondiale : la Peste Noire. La peste noire était presque certainement une épidémie de peste bubonique, causée par la bactérie Yersina pestis. Cette maladie a un taux de mortalité extrêmement élevé - certaines variétés peuvent avoir un taux de mortalité de plus de quatre-vingt-dix-neuf pour cent, et même les variétés les plus résistantes tuent généralement la majorité des personnes infectées. La peste agit de trois manières : la variété appelée peste bubonique entraîne des bosses douloureuses et enflées autour des aisselles, de l'entrejambe et du cou (emplacements associés aux ganglions lymphatiques) lorsqu'elles éclatent, un pus nauséabond apparaît. La variété septicémique fait noircir la peau et meurt sur tout le corps, et la variété pneumonique - presque toujours mortelle - ne présente aucun symptôme visible, mais affecte les poumons et peut faire passer une victime de saine à morte en l'espace de vingt ans. -quatre heures.

Comme indiqué précédemment, la pandémie a commencé dans l'empire Yuan. Malheureusement pour le reste du monde, les routes commerciales ouvertes par les Mongols signifiaient que non seulement les idées et la technologie pouvaient voyager, mais que la maladie le pouvait aussi. La peste a commencé en Asie orientale et centrale, mais elle s'est rapidement propagée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, à la côte swahili et finalement à l'Europe occidentale.

Son impact a été catastrophique. Un peu plus de la moitié de la population européenne est décédée. Après la première épidémie de peste, entre 1347 et 1351, des épidémies moins virulentes ont continué à frapper l'Europe presque chaque année jusqu'en 1782. La population européenne a entamé un long déclin et n'a commencé à se rétablir qu'au XVe siècle. Il n'est revenu à ses niveaux d'avant la peste qu'au XVIIe (et dans certaines régions, au XVIIIe) siècle. Les taux de pertes parmi le clergé atteignaient 60 %, certaines maisons monastiques ayant des taux de pertes atteignant 99 %, car les moines vivant dans des environnements communautaires étaient plus susceptibles de propager des maladies.

Victimes de la peste noire | Notez que ci-dessus, nous pouvons voir Saint-Sébastien au ciel prier Dieu au nom des victimes de la peste. Il était connu pour avoir été exécuté par des flèches sous le règne de Dioclétien, et l'art chrétien le représentait donc généralement comme étant couvert de flèches.

Source : Le musée d'art Walters

Au lendemain de la peste, cependant, les conditions de vie des paysans qui ont survécu se sont améliorées à bien des égards. Parce qu'il y avait moins de gens, ceux qui ont survécu ont eu accès à plus de terres et de ressources. De plus, la nécessité de trouver des paysans pour travailler les terres de la noblesse signifiait que les nobles offraient souvent de meilleurs salaires et conditions de vie à ceux qui s'installeraient sur leurs terres. En conséquence, les salaires des paysans ont augmenté et le servage en Europe occidentale a progressivement disparu. Bien que dans certains royaumes, les monarques et leurs assemblées aient tenté de créer une législation pour renforcer le statut social de la paysannerie, ces e orts ont souvent échoué. Cet échec à maintenir les distinctions de statut préexistantes contrastait avec l'Égypte mamelouke, où, au lendemain de la peste, la classe dirigeante égyptienne composée en grande partie de mamelouks turcs a réussi à maintenir la paysannerie dans un rôle fermement subordonné et à empêcher l'augmentation des salaires des paysans.

Guerres européennes à la fin du Moyen Âge

La famine et la maladie n'ont pas été les seules catastrophes à frapper l'Europe de la fin du Moyen Âge. Le XIVe siècle a également vu une augmentation des guerres civiles et des guerres entre États. Le Saint Empire romain a vu près d'une décennie de guerre civile (1314 - 1326) entre des empereurs rivaux et, en raison des relations étroites de leurs rois, la Suède, le Danemark et la Norvège ont connu de fréquentes combinaisons de guerre civile et interétatique jusqu'à l'Union de Kalmar en 1397. réuni les trois sous une seule couronne.

La plus longue de ces guerres était entre l'Angleterre et la France, la soi-disant Guerre de Cent Ans (1337 – 1453). En 1328, le roi de France Charles IV mourut sans héritier direct. Le roi d'Angleterre, Edouard III (r. 1327 – 1377), apparenté à la famille royale française, prétendait être l'héritier légitime de la couronne de France. La guerre qui en résultera durera plus d'un siècle, bien qu'elle soit interrompue par de longues et fréquentes trêves. Bien que la France comptait beaucoup plus d'habitants que l'Angleterre, le royaume d'Angleterre était souvent capable de la vaincre. La raison principale était que les rois anglais utilisaient de plus en plus des armées d'infanterie entraînées et disciplinées. Les chevaux sont efficaces au combat contre les raiders ou autres cavaliers. Un cheval, cependant, est moins efficace lorsqu'une formation d'infanterie est capable de présenter un front solide contre les chevaux et d'utiliser des armes de missiles sur ces chevaux avant qu'ils ne puissent se rapprocher de leur ennemi. En utilisant une combinaison d'archers et d'infanterie, les Anglais ont pu infliger de sévères défaites aux Français à Crécy (26 août 1346) et à Poitiers (19 septembre 1356).

Le roi d'Angleterre Edouard III arpentant les morts après la bataille de Crécy | Notez qu'au XIVe siècle, l'armure d'un chevalier était une combinaison de cotte de mailles et de plaques de métal.

Auteur : Virgil Master (enlumineur)

La guerre a été particulièrement dure pour les civils de la campagne française : la méthode de guerre d'une armée pré-moderne impliquait souvent d'envahir le territoire ennemi et de brûler les récoltes, de piller les villages et de tuer des civils. Les paysans français, qui avaient d'abord souffert de la peste puis de la guerre, se sont rebellés en 1358, mais cette rébellion a été impitoyablement écrasée, les paysans massacrés et les dirigeants brutalement exécutés.

La guerre de Cent Ans déborderait sur l'Espagne, qui souffrait elle-même d'une guerre vicieuse entre la Castille et l'Aragon qui a finalement provoqué une guerre civile castillane, avec l'intervention de Français et d'Anglais.

Les guerres du XIVe et surtout du XVe siècle ont vu non seulement une utilisation croissante d'armées entraînées et professionnelles, mais aussi l'emploi d'armes à poudre, inventées en Chine Song et vues pour la première fois en Europe au début des années 1300. Au début, les armes à feu se limitaient à des pièces d'artillerie lourdes et encombrantes qui étaient déployées à partir de points fixes. Leur utilisation sur le champ de bataille et dans les sièges était limitée, bien qu'au XVe siècle, les canons pouvaient ouvrir les portes de la plupart des fortifications existantes. Au milieu des années 1400, l'arquebuse, un réarmement transportable par l'homme, est apparu sur le champ de bataille en Espagne, apportant de la poudre à chaque fantassin.

L'Europe du Sud-Est à la fin du Moyen Âge

Pendant ce temps, en Europe de l'Est, l'Empire byzantin restauré était incapable de se rétablir pleinement, même en tant que puissance régionale dans la mer Égée. Les cités-États italiennes en guerre de Gênes et de Venise contrôlaient bon nombre des meilleurs ports de la mer Égée et de la mer Noire, et une nouvelle puissance turque, celle des Ottomans, se levait en Anatolie centrale à la suite de la destruction mongole du sultanat de Saljuq. . L'empereur Andronikos II (r. 1282 - 1328) a embauché une compagnie de mercenaires de la région d'Espagne appelée Catalogne, mais cette compagnie catalane, bien qu'elle ait remporté quelques victoires contre les Turcs, s'est finalement retournée contre son employeur et a établi un État à Athènes qui durer soixante-dix ans. Avec l'échec de la Compagnie catalane à consolider les défenses byzantines en Anatolie, en 1331, presque tout le territoire byzantin en Asie Mineure était tombé sous la domination turque peu de temps après, l'Empire ottoman naissant a commencé à s'étendre dans le sud-est de l'Europe.

La désintégration de l'État byzantin a permis l'épanouissement au XIVe siècle des empires serbe et bulgare, dont les cultures ont émergé comme un mélange d'éléments grecs et slaves pour créer une synthèse unique de cultures et d'institutions. En fin de compte, cependant, ces empires finiront par être submergés par les Turcs, les Ottomans conquérant la Serbie entre 1389 et 1459 et la Bulgarie en 1396. Mais alors même que l'État byzantin s'effondrait, l'activité intellectuelle s'est épanouie dans l'Église orthodoxe. Les intellectuels grecs du XIVe siècle ont cherché à s'engager dans la pensée d'Aquin et à expérimenter de nouvelles formes de prière et de méditation.

Monastère serbe de la fin du Moyen Âge

Finalement, la puissance ottomane balaya toute résistance, bulgare, serbe et byzantine, et en 1453, l'armée turque conquit Constantinople. Après deux mille ans, le dernier vestige de l'Empire romain avait disparu. Entre-temps, cependant, la chute de l'Empire byzantin serait également un facteur contribuant finalement à la Renaissance de l'Europe.

La papauté médiévale tardive

En 1250, la papauté semblait à son apogée. Après près de deux siècles de lutte, les papes avaient définitivement brisé le pouvoir du Saint Empire romain germanique. En moins d'un siècle, cependant, le pouvoir et le prestige de la papauté seraient fortement endommagés.

Le premier coup dur est venu lorsque le pape Boniface VIII (r. 1294 - 1303) s'est affronté avec le roi Philippe IV (r. 1285 - 1314) de France. Lorsque le roi Philippe a tenté de taxer le clergé français, le pape Boniface a fortement résisté, affirmant non seulement qu'un roi n'avait le droit de taxer aucun clergé, mais aussi que toute autorité terrestre était subordonnée à l'autorité des papes, qui étaient les seigneurs légitimes de la terre. . Ce conflit a pris fin lorsque le roi Philippe a demandé à un gang de mercenaires d'enlever et d'abuser du pape. Même si Boniface lui-même s'est échappé, il est mort du choc peu de temps après.

Afin d'éviter de contrarier davantage la couronne française, le Collège des cardinaux (ces hommes d'église à Rome qui élisent le pape) a élu Clément V (r. 1305 - 1314), un Français, pour lui succéder. Clément, cependant, n'a jamais élu domicile à Rome. En 1309, il installa la cour papale à Avignon, une ville appartenant à la papauté qui siégeait juste de l'autre côté de la frontière du royaume de France.

L'enlèvement du pape Boniface VIII

Pour de nombreux observateurs de l'époque, il semblait que la papauté avait été transférée en France sous la coupe de la monarchie française.

Le poète italien Pétrarque a qualifié la période où la papauté résidait à Avignon de Captivité babylonienne de l'Église. Il se référait métaphoriquement au récit de l'Ancien Testament (également appelé Bible hébraïque) dans lequel le peuple de Judée avait été retenu captif dans la ville de Babylone. Pétrarque insinuait que la communauté de Dieu était maintenant retenue captive dans une terre étrangère plutôt que d'occuper Rome, la ville de Saint-Pierre et les treize siècles suivants de papes.

La crise ne ferait qu'empirer. En 1377, le pape Grégoire XI (r. 1370 – 1378) a ramené la cour papale à Rome. À sa mort, les cardinaux, poussés par une foule romaine en colère, ont élu Urbain VI, un Italien. Urban, cependant, s'est vite avéré être erratique et abusif, tant de cardinaux ont conduit Rome à Avignon, où ils ont élu un autre pape. Le résultat fut que le monde chrétien catholique avait maintenant deux papes, chacun prétendant être le représentant légitime de Jésus-Christ sur terre. Cette période, d'une durée de 1378 à 1417, est connue sous le nom de Grand Schisme il en est résulté une église divisée, avec différents évêques suivant différents papes.

Le Palais des Papes à Avignon

Licence : © Jean-Marc Rosier. Utilisé avec autorisation.

Un concile de 1409 convoqué pour déposer les deux papes et nommer un seul pape a donné lieu à trois papes, car ni Rome ni la papauté d'Avignon n'ont reconnu ce nouveau pape. En fin de compte, bien que le con it ait été résolu avec le Concile de Constance (1415 – 1417) déposant les trois papes et en choisissant un nouveau, le prestige de la papauté avait été terni. Les papes passèrent une grande partie de la fin du XVe siècle à tenter de reconstruire l'autorité et le prestige de l'Église, bien qu'il restait à voir s'ils réussiraient pleinement.

La renaissance européenne

Aucun mouvement intellectuel ne peut être attribué à une cause unique. Une idée a beaucoup de parents et encore plus d'enfants. Mais si nous regardons le monde méditerranéen du XIVe siècle, nous pouvons trouver au moins quelques causes d'un mouvement intellectuel et culturel que les historiens appellent généralement le Renaissance italienne. Renaissance vient du mot français pour renaissance. C'était un mouvement intellectuel dont les idéaux étaient de revenir à l'art, la littérature et la culture de la Grèce et de la Rome antiques.

L'Italie du Nord était bien adaptée pour permettre l'émergence de la Renaissance. Grâce au commerce méditerranéen, c'était l'une des régions les plus riches et les plus urbanisées d'Europe occidentale. Il était aussi politiquement fragmenté de sorte que les princes de ses nombreuses cours offraient tous des parrainages aux artistes et aux intellectuels. De plus, le système éducatif italien s'était davantage concentré sur la littérature de la Rome antique que le reste de l'Europe, dont le programme scolaire était souvent axé sur la logique et la philosophie.

Dans cet environnement, les écrits du poète italien Francesco Pétrarque (1307 – 1374) ont suscité un plus grand intérêt pour la littérature de la Rome antique. Cette concentration sur l'étude de la littérature plutôt que sur la philosophie et la théologie est souvent connue sous le nom de humanisme, puisque la poésie et la littérature étaient appelées études humanistes dans les écoles médiévales. Un autre élément clé du mouvement humaniste était que ses partisans croyaient à l'étude des textes anciens eux-mêmes plutôt que des siècles de commentaires qui s'étaient développés autour de ces textes. Ces valeurs de retour aux textes originaux dépouillés de leurs commentaires ont également conduit à une augmentation de l'étude de la façon dont les écrivains de la Rome antique avaient utilisé la langue latine et même de la façon dont le style latin avait changé au cours des différentes périodes de l'histoire de l'Empire romain.

À l'origine, les érudits humanistes s'étaient concentrés sur l'étude du latin. Mais d'autres circonstances ont bientôt amené une plus grande insistance sur l'étude du grec. Alors que l'Empire byzantin s'effondrait devant les Turcs ottomans, de nombreux réfugiés de langue grecque fuyant la région égéenne se sont installés en Italie, en particulier dans la cité-État de Florence. Ces réfugiés ont apporté des livres grecs avec eux et ont fondé des écoles pour l'étude du grec. En Europe occidentale après la chute de l'Empire romain d'Occident au Ve siècle, l'étude du grec avait décliné.

En conséquence, la plupart des lecteurs connaissaient la littérature de la Grèce antique, mais ils ne l'avaient généralement connue que dans des résumés latins. Au douzième siècle, les Européens de l'Ouest avaient lu la philosophie d'Aristote et la science de Ptolémée, mais ils ne connaissaient généralement ces philosophes que par des traductions - qui avaient souvent été traduites du grec à l'arabe en latin. Ainsi, un retour à l'étude du grec signifiait que les érudits lisaient désormais la littérature grecque dans sa langue d'origine. Manuel Chrysoloras (c. 1350 - 1415) a créé une école pour l'étude du grec à Florence. Les Européens de l'Ouest avaient désormais un accès direct à la plupart des écrits de Platon et d'Homère pour la première fois depuis des siècles.Cet intérêt pour la culture du monde antique a également conduit à un intérêt pour l'art et l'architecture de la Grèce et de Rome. Des églises, telles que Santa Maria del Fiore à Florence (construite entre 1420 et 1436), ont surgi à l'imitation des temples (et églises) en forme de dôme de la Rome antique, tandis que des sculpteurs tels que Donatello (1386 - 1466) ont produit des sculptures naturalistes comme qui n'avait pas été vu depuis plus de mille ans.

Ce mouvement intellectuel n'était pas simplement un air de savants et d'artistes. En effet, ses impacts seraient considérables dans toute l'Europe occidentale. Les enfants de princes et de riches marchands en vinrent peu à peu à être éduqués selon des principes humanistes, et la mode d'une éducation humaniste finira par se propager de l'Italie aux élites de toute l'Europe occidentale.

Les impacts politiques de l'humanisme seraient également très variés. Depuis le VIIIe siècle, les papes s'étaient appuyés sur le texte de la Donation de Constantin dans leurs luttes avec le Saint Empire romain germanique et pour démontrer leur droit de régner en tant que princes terrestres ainsi que de diriger spirituellement l'Église. En 1440, le savant humaniste Lorenzo Valla (1407 – 1457) analysa la Donation de Constantin et montra définitivement qu'il s'agissait d'un faux. Son style d'écriture latine était très certainement ne pas le latin de la Rome du IVe siècle. Valla avait montré que l'un des documents fondateurs par lesquels la papauté revendiquait la légitimité en tant que puissance terrestre était une fraude.

Même les idéaux sur la façon dont un dirigeant devrait gouverner ont subi l'influence de l'humanisme de la Renaissance. Dans son analyse des écrits historiques de la Rome antique, l'humaniste Niccolò Machiavelli (1469 - 1527) a fait valoir que les circonstances de l'histoire montrent qu'un prince ne devrait pas nécessairement essayer de gouverner vertueusement, mais devrait plutôt mettre de côté l'éthique et la moralité afin de réaliser les objectifs de l'État. Il convient de noter qu'à bien des égards, les dirigeants se comportaient déjà de cette façon, mais Machiavel a donné une justification intellectuelle pour le faire.

Et, bien sûr, une étude intense de la langue des textes anciens conduirait à une étude intense du texte ancien qui était le plus important pour l'Europe occidentale de la fin du Moyen Âge : la Bible. Des humanistes tels que l'érudit néerlandais Desiderius Erasmus (1469 - 1536) ont utilisé les outils de l'enquête linguistique pour analyser le texte grec du Nouveau Testament. D'autres érudits ont également commencé à regarder la Bible non pas avec les outils intellectuels de la logique et de la philosophie, mais avec une analyse linguistique. Ils ont commencé à regarder un tel texte tel qu'il avait été écrit, et non aux quatorze siècles de commentaire qui s'étaient écoulés.

États européens à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance

Alors que l'Europe entrait dans le XVe siècle, deux des États les plus organisés d'Europe restaient enfermés dans une guerre destructrice. Le roi d'Angleterre Henri V (r. 1413 - 1422) a failli conquérir toute la France, aidé en grande partie par le fait que la France elle-même était déchirée par une guerre civile entre deux puissantes maisons de nobles, les Armagnacs et les Bourguignons. Finalement, cependant, lorsque les maisons rivales de la France ont mis fin à leurs différends, la nation unifiée a pu expulser les troupes anglaises, en utilisant une infanterie entraînée et disciplinée financée par un appareil fiscal centralisé. La guerre de Cent Ans se termina ainsi en 1453. La perte de l'Angleterre en France fut suivie d'une guerre civile (généralement connue sous le nom de Guerres des Roses car les factions rivales utilisaient respectivement une rose rouge et une rose blanche comme emblèmes) qui dura de 1455 à 1485.

Dans le nord de l'Italie, en même temps que les brillantes réalisations artistiques de la Renaissance italienne, les cités-États d'Italie étaient enfermées dans une guerre quasi-continue jusqu'à ce que le traité de Lodi de 1454 apporte près d'un demi-siècle de paix dans la péninsule italienne. Cette paix prendrait cependant fin en 1494, lorsque le roi Charles VIII de France (r. 1483 – 1498) transforma le pouvoir de l'État français nouvellement consolidé en une invasion de l'Italie. Dans les guerres qui ont suivi, les canons utilisés par l'armée française ont pu abattre sans effort les murs médiévaux des villes et des châteaux italiens. Une nouvelle ère de guerre commençait.

Iberia et l'Atlantique : de nouveaux mondes

Au sud-ouest de l'Europe, les événements ibériques finiront par entraîner plusieurs changements qui marqueront la fin du Moyen Âge européen et les débuts des temps modernes.

Le Portugal, la Castille et l'Aragon étaient ancrés dans les traditions de la Reconquista, d'étendre la domination du monde chrétien par la force des armes. Les Reconquista avaient pris l'habitude dans les royaumes ibériques de conquérir les terres des musulmans et de réduire leurs habitants musulmans et juifs à un statut subalterne (ou dans certains cas à l'esclavage pur et simple). Au XVe siècle, ces royaumes avaient presque achevé la Reconquista. Comme indiqué précédemment, seule Grenade est restée sous domination musulmane.

Pendant ce temps, au cours du XIVe siècle, Venise et l'Empire ottoman avaient forcé la cité-État italienne de Gênes à quitter la Méditerranée orientale, de sorte que ses marins et ses armateurs se sont concentrés sur la moitié ouest de la mer Méditerranée. Constamment à la recherche de nouveaux marchés, les marchands génois savaient déjà par le commerce avec le Maghreb islamique que l'Afrique de l'Ouest était une source d'or. En 1324, Mansa Musa hajj à La Mecque (voir chapitre dix) avait mis tellement d'or en circulation que le prix de l'or a chuté de vingt-cinq pour cent sur le marché méditerranéen. Si les dirigeants musulmans du Maroc contrôlaient les routes terrestres par lesquelles l'or voyageait du Mali à la Méditerranée, alors peut-être que certains marins pourraient contourner la route terrestre en naviguant dans l'Atlantique et autour du Sahara et arriver à la source de l'or africain.

Licence : © Ian Mladjov. Utilisé avec autorisation.

Vers 1300, la combinaison de la boussole, une carte appelée le portulan (une carte qui pourrait représenter avec précision les côtes), et les navires qui, en opérant à la voile plutôt qu'à la rame, nécessitaient moins de personnes, signifiaient que les navigateurs européens pouvaient commencer à s'aventurer dans les eaux libres de l'Atlantique que les Arabes et les anciens Romains avaient largement évitées.

Une carte portulan de l'Europe et de l'Afrique à partir de 1375 CE | Notez la représentation de Mansa Musa tenant une pépite d'or en bas de la carte et les Açores et les Canaries en bas à gauche

Les marchands génois ont commencé à naviguer timidement dans l'Atlantique. Au début des années 1300, ils visitaient régulièrement les îles Canaries. Ces marchands (et d'autres d'Europe occidentale) servaient de plus en plus les rois ibériques. En 1404, le roi Henri III de Castille (r. 1390 - 1406) a commencé les efforts espagnols pour conquérir les Canaries et convertir leurs peuples autochtones au christianisme. Au cours du siècle suivant, les Espagnols conquièrent et colonisent les îles, poussés par les Reconquista idéal de la diffusion militaire de la foi chrétienne. Au milieu du XVe siècle, le royaume du Portugal entame la conquête et la colonisation des Açores, à près de 700 milles au sud-ouest de la péninsule ibérique dans l'Atlantique.

Le sultanat mamelouk

Nous étions en 1249 et la septième croisade de Louis IX venait de commencer lorsque as-Salih, le dernier souverain ayyoubide, se rendit sur son lit de mort. Sous la menace éminente d'une invasion croisée, la femme d'as-Salih, Shajar al Durr, une concubine turque, a accepté de prendre les rênes du gouvernement jusqu'à ce que son fils, Turanshah, puisse s'affirmer. Mais il n'avait jamais vraiment gagné la confiance de son père, et une cabale de mamelouks fidèle à as-Salih a assassiné Turanshah. Ils ont ensuite élevé Shajar al-Durr sur le trône. Son règne a donné lieu à de nombreuses controverses et a souffert de nombreux problèmes internes. Selon la tradition, elle a demandé la reconnaissance en tant que sultane de la figure de proue ‘Calife abbasside, mais il a refusé de lui rendre hommage. Les mamelouks répondu en installant au pouvoir l'un des leurs, un certain Aybak. Il a épousé Shajar al-Durr, et elle a abdiqué le trône. Le plus puissant mamelouk en Égypte, Aybak a apaisé une partie de l'opposition au règne de Shajar al-Durr et a également traité de la croisade de Louis IX en Égypte. Tandis que mamelouks ne possédait pas de tribu 'asabiyah au sens traditionnel, ils constituaient une fière caste de guerriers d'élite qui avaient un sens exagéré de la solidarité de groupe. En tant que groupe social, leur ancien statut d'esclaves leur a fourni une cohésion de groupe suffisante pour renverser les Ayyoubides.

Shajar al-Durr est cependant restée insatisfaite de son nouveau rôle. En fait, elle se considérait comme une autre Cléopâtre et voulait régner de son propre chef. Elle craignait également les conséquences de l'alliance potentielle d'Aybak avec la fille de l'émir ayyoubide de Mossoul. En 1257, Shajar al-Durr fit étrangler Aybak et prétendit qu'il était mort de mort naturelle. Cependant, Qutuz, un chef de file mamelouk, ne croyait pas à son histoire. Sous la contrainte, ses serviteurs ont avoué le meurtre. Qutuz a arrêté Shajar al-Durr et l'a emprisonnée dans la Tour Rouge. Peu de temps après, le fils de quatorze ans d'Aybak, al-Mansur 'Ali, a fait déshabiller et battre à mort Shajar al-Durr. Il a régné en tant que sultan pendant deux ans jusqu'à ce que Qutuz le destitue, car il pensait que le sultanat avait besoin d'un dirigeant fort et capable pour faire face à la menace mongole imminente.

Carte du Sultanat mamelouk, 1317 CE

Le Sultanat mamelouk semblait être sur une trajectoire de collision avec l'Ilkhanat de Hulagu, l'un des quatre khanats de l'Empire mongol, dont les forces avançaient à travers le Levant tenu par les Mamelouks. Puis, à l'été 1260, le Grand Khan Möngke mourut et Hulagu rentra chez lui avec le gros de ses forces pour participer au khuriltai, ou assemblée mongole requise, s'attendant peut-être à être élu le prochain Grand Khan. Hulagu a laissé son général Kitbuqa derrière avec une armée plus petite pour combattre les Mamelouks. En juillet de la même année, un affrontement a eu lieu à Ayn Jalut, près du lac de Tibériade. Au cours de la bataille qui a suivi, le général mamelouk Baybars a attiré les Mongols avec une retraite feinte. Caché derrière une colline, Aybak mamelouk des cavaliers lourds ont tendu une embuscade aux Mongols sans méfiance et les ont vaincus au corps à corps, assurant une rare victoire sur les Mongols. Les Mamelouks capturèrent et exécutèrent Kitbuqa et forcèrent les restes des forces mongoles à battre en retraite.

Quelques jours seulement après leur éclatante victoire sur les Mongols, Baybars (1260-1277) a assassiné Qutuz, poursuivant un modèle de gouvernement dans lequel seuls les dirigeants mamelouks les plus puissants pouvaient survivre. Trop intelligent pour être déposé, Baybars développa une forte oligarchie militaire qui reposait sur le système iqta‘, un système centralisé de tenure foncière basé sur l'argent qui, au XIIIe siècle, avait été perfectionné en Égypte. Dans le cadre du système iqta‘, les individus mamelouks reçu un pourcentage des bénéfices de la vente des récoltes pour leur entretien. Baybars possédait toutes les terres, donc mamelouks n'a reçu que le droit de percevoir des impôts sur la terre, un droit apparenté à l'usufruit dans l'Europe féodale.

Baybars a déplacé le calife abbasside de Bagdad au Caire afin de présenter un vernis de légitimité à mamelouk régner. Depuis les Ptolémées, l'Egypte était dirigée par des étrangers. En fait, le seul impact des Égyptiens nés dans le pays était la religion. Le sultanat mamelouk pratiquait l'islam sunnite et mettait l'accent sur le soufisme. Les soufis croyaient que l'islam traditionnel et orthodoxe manquait de compassion, et leur soufisme a aidé les efforts de conversion en raison de l'accent mis sur l'amour et l'établissement d'un lien plus étroit avec Dieu, par opposition à une stricte adhésion aux préceptes du Coran. Les soufis désiraient quelque chose de plus de la religion et insistaient sur l'intégration de la réalité de Dieu dans l'homme. Les soufis pensaient qu'ils pouvaient réaliser une union avec Dieu basée sur l'amour, une notion qui contrastait fortement avec la perception générale de l'islam orthodoxe qui refusait aux croyants une expérience directe avec Dieu parce que Mahomet représentait le sceau des prophètes et que toute compréhension de Dieu passait par le prophète. Ils mirent en place de nouvelles écoles religieuses pour transmettre ce soufisme. Ces madrasa consistait en un complexe, avec une mosquée, une école, un hôpital et un approvisionnement en eau pour chaque communauté.

Les XIVe et XVe siècles ont vu le déclin de l'empire mamelouk. Plusieurs facteurs internes et externes contribuent à expliquer leur déclin. Sur le plan intérieur, la peste noire a ravagé l'Égypte pendant des années. En fait, il a duré plus longtemps en Afrique du Nord qu'en Europe. Ce fléau a causé des perturbations économiques dans le sultanat. Avec moins de personnes disponibles, le travail, ou le capital humain, est devenu beaucoup plus cher. En outre, l'inflation liée à la peste a déstabilisé l'économie, la valeur des biens et services ayant également augmenté. Les mamelouks ont répondu aux pressions inflationnistes en augmentant les impôts, mais leurs recettes provenant de ces impôts ont en fait diminué. Cette diminution a rendu difficile la mamelouks pour entretenir leurs réseaux d'irrigation et, sans irrigation, la productivité agricole a diminué.

Extérieurement, la peste n'était pas la seule cause de l'inflation. La découverte du Nouveau Monde par Christophe Colomb a déclenché un processus au cours duquel l'or a commencé à filtrer à travers l'Europe et l'Afrique du Nord. La faiblesse de l'économie égyptienne n'a pas pu absorber cet énorme ux d'argent, provoquant ainsi plus d'inflation. De nouvelles routes commerciales offraient aux Européens des routes maritimes directes vers l'Asie. L'Égypte n'était plus l'intermédiaire pour le commerce à longue distance entre l'Europe et l'Asie, perdant ainsi de précieuses recettes tarifaires. Les bénéfices du commerce transférés aux États ascendants du Portugal et de l'Espagne. Le déclin des Mamelouks a ouvert la voie à la montée des Ottomans.

Timur et l'Asie centrale

C'était sous Timur (1370 – 1405) que l'Asie centrale est passée au premier plan des événements mondiaux. Il a tenté d'apaiser les différences persistantes qui existaient entre les sociétés steppiques et sédentaires et a en fait développé un arrangement politique qui pourrait exploiter les meilleurs attributs de chaque société, sans l'effet secondaire dangereux de la violence communautaire associée à la combinaison des deux civilisations. Il a également construit une nouvelle machine politique et militaire profondément enracinée dans le contexte politique du khanat de Chagatai, même s'il a reconnu qu'Inju ne satisfaisait ni les nomades ni la société sédentaire et a éliminé la pratique. Reconnaissant astucieusement qu'un grave conflit existait entre ces deux cultures incongrues sous son contrôle, Timur a fourni un cadre permettant aux deux sociétés de vivre en harmonie.

Né en 1336 près de Kesh dans l'Ouzbékistan moderne, Timur est venu d'Asie centrale et est le produit de la fusion turco-mongole. Il descend d'un clan mongol aristocratique, mais il a été élevé comme musulman et parlait une langue turque. Bien que Timur lui-même soit originaire de Transoxiane, il ne pouvait pas affirmer la légitimité de Gengis-Khanid. Incapable de retracer son ascendance à Gengis Khan, il ne pouvait pas prendre le titre de khan de son propre chef. Timur a compris que parce qu'il n'avait pas le bon pedigree, il devrait le gagner. Sa solution était de prendre le titre d'émir, ce qui signifie commandant, et de régner à travers un khan marionnette Chagatayid agissant comme une figure de proue. L'émir s'est également marié avec la famille de Gengis Khan. Alors que la loi sur la descendance n'était pas destinée à fonctionner de cette façon, Timur l'a modifiée pour accueillir ses enfants, qui pourraient revendiquer la légitimité de Gengis-Khanid.

Pour renforcer la sécurité de sa position d'émir, il a construit un système de soutien qui a ordonné ses relations politiques dans une série d'anneaux concentriques. Dans son premier cercle résidaient sa famille et ses proches alliés.

Carte de l'Empire timuride, 1400 CE

Auteur : Utilisateur « Gabagool » Source : Wikimedia Commons Licence : CC BY-SA 3.0

Le deuxième anneau était composé de tribus fidèles et du propre clan Barlas de Timur, à partir duquel il a retracé sa lignée. Le troisième cercle était composé de ces peuples que Timur avait vaincus sur le champ de bataille, les deuxième et troisième anneaux s'équilibraient. Les bandes les plus éloignées comprenaient les administrateurs et bureaucrates professionnels héréditaires de Timur, des soldats des plaines servant dans ses unités de cavalerie, et enfin les populations urbaines et agricoles perses, parmi lesquelles il recrutait ses unités d'infanterie et de siège.

Comme de nombreuses figures de transition dans l'histoire, telles que Soliman le Magnifique de l'Empire ottoman, Timur a jeté un pont entre les mondes médiéval et moderne. Il a tenté d'imiter le succès de Gengis Khan sur le terrain et a conçu une nouvelle machine militaire bien adaptée à l'environnement dans lequel il vivait. Son armée était le produit d'une fusion turco-mongole, employant des techniques de siège turques et la cavalerie mongole. Contrairement à Gengis Khan, cependant, Timur combinait de plus en plus ses unités de cavalerie, de siège et d'infanterie, plaçant sa cavalerie lourde au centre des formations. Son armée a également utilisé une première forme d'artillerie. Il s'est aventuré à monopoliser le marché de la technologie de la poudre à canon afin que les autres puissances ne puissent pas en profiter.

Reconstruction du visage de Timur | Reconstruction faciale médico-légale par M. Gerasimov, 1941

Timur était déterminé à garder son armée volatile occupée, afin qu'elle ne soit pas un fardeau pour la population sédentaire de son royaume. C'est dans ce contexte qu'il développa une formule de réussite qui favorisait la paix à l'intérieur et la guerre à l'étranger, une politique qui servait au mieux les intérêts des commerçants et des citadins. Il a externalisé la violence de la steppe et détruit toutes les autres routes commerciales qui contournaient son territoire. Timur a tenté de réactiver et de dominer la route de la soie et a détourné le commerce vers ses terres afin d'aider à reconstruire les villes qui avaient été endommagées par des années de domination mongole et nomade. Il ne visait pas une occupation permanente ou la création de nouveaux États qu'il voulait juste dévaster, allant même jusqu'à faire campagne contre la Horde d'Or, le Sultanat de Delhi et l'Empire ottoman, le tout dans le but de réorienter le commerce dans sa direction.

Timur a commencé ses campagnes militaires en tentant de sécuriser la porte arrière de la steppe. Au cours de cette période, qui a duré de 1370 à 1385, il a conquis et soumis le Mogholistan au nord-est, dans le but de sécuriser la route terrestre centrale de la route de la soie. (Le khanat de Chagatai avait déjà été divisé en deux parties dans les années 1340, la Transoxanie à l'ouest et le Mogholistan à l'est.) Puis il engagea la Horde d'or entre 1385 et 1395. La Horde d'or avait été le maître de la route commerciale du nord qui a contourné le territoire de Timur. Afin d'éliminer cette option, il leur fit la guerre afin de détourner le commerce vers ses terres. Timur a montré son génie stratégique dans ces expéditions. Il a vaincu une puissance de steppe sur la steppe. Il assembla les morceaux de son armée de manière à pouvoir affronter ses ennemis dans leur arène et à leurs conditions. De cette manière, Timur a écrasé Tokhtamych, chef de la Horde d'Or, en 1395. Au cours de cette campagne, Timur détruisit leurs principales villes commerciales d'Astrakhan et de Saraï. Un sous-produit intéressant de la campagne de Timur contre la Horde d'Or était qu'il a précipité la montée de la Grand-Duché de Moscou. Il avait tellement affaibli la Horde d'Or qu'elle a permis à Moscou de secouer le joug mongol.

Timur a fait un raid en Inde de 1398 à 1399 et a porté un coup à la route maritime du sud qui reliait l'Occident à l'Orient.Cette expédition était principalement destinée au pillage, puisqu'il n'avait jamais eu l'intention de conquérir et d'annexer le territoire de Nasir-ud-Din Mahmud Shah Tughluq, le dernier membre de la dynastie Tughluq du Sultanat de Delhi. Au cours de cette campagne, l'éclat tactique de Timur était pleinement visible, il avait une capacité étrange à s'adapter à n'importe quel environnement martial auquel il était confronté. Par exemple, lorsqu'il est menacé par une cavalerie d'éléphants de guerre, Timur a répondu en lâchant une meute de chameaux chargés de matériel incendiaire pour charger les lignes ennemies. Des dromadaires hurlants, le dos en feu, ont provoqué un véritable chaos parmi la cavalerie d'éléphants de Nasir-ud-Din, qui a saccagé les propres lignes du sultan. Timur a facilement mis en déroute les forces du sultan. Face à la révolte des habitants de Delhi contre leurs agresseurs, Timur a brutalement saccagé la capitale du sultanat et justifié la violence en termes religieux. C'était une victoire musulmane sur les incroyants hindous de l'Inde.

Dans la dernière période de conquête de Timur, qui a duré de 1400 à 1404, il a fait campagne contre l'extrême ouest islamique, dirigeant son armée contre les Ottomans. En fait, Timur avait initialement tenté d'éviter le conflit avec les Ottomans, dont les forces avaient acquis une réputation impressionnante sur le champ de bataille. En fait, Timur avait même tenté de négocier avec Bayezid I, le sultan ottoman, en lui offrant une partie du territoire de la Horde d'Or à l'ouest du fleuve Dniepr. Mais ces deux royaumes expansionnistes sont inévitablement entrés en conflit dans l'est de l'Anatolie. Le conflit entre les deux empires a commencé lorsque les Ottomans se sont étendus vers l'est et ont pris le contrôle de certaines tribus turkmènes en Anatolie orientale déjà sous la protection de Timur. L'émir a répondu en prenant quelques autres tribus turkmènes sous la suzeraineté ottomane. Des missives offensantes remplies d'incriminations insultantes s'ensuivirent. Timur attendit son heure, attendant le moment idéal pour attaquer les Ottomans. En 1402, il lança une attaque dévastatrice au cœur de l'Anatolie, alors que les Ottomans étaient préoccupés par la campagne contre les Hongrois. Au cours de la bataille d'Ankara en 1402, Timur a réussi à convaincre de nombreuses forces ottomanes de faire défection à ses côtés. Il capture le sultan ottoman, qui meurt en captivité trois mois plus tard. Timur n'avait pas tenté de conquérir les Ottomans, il voulait juste les punir pour leur refus de coopérer. Son expédition levantine semble également avoir été conçue pour affaiblir le terminus occidental de la route de la soie à Alep, en Syrie.

Timur est mort en 1405 lors d'une campagne contre la dynastie Ming. Il avait construit un empire qui s'étendait sur toute l'Asie centrale. Contrairement à Gengis Khan, dont l'empire a continué de s'étendre après sa mort, les fils de Timur et leurs partisans se sont disputés pour la succession, entraînant une série de batailles intestines. Les membres de la dynastie timuride rivalisaient entre eux, les commandants changeant de loyauté. L'empire s'est alors fragmenté. Les successeurs de Timur n'ont pas su gérer les difficultés de gouverner un empire, et celui-ci s'est rapidement flétri. La situation politique ressemblait à celle à laquelle les Chagatayids ont dû faire face, l'armée des steppes qui avait été redirigée, mais avec la mort de Timur, ils sont revenus. Un certain nombre de dirigeants timourides ont suivi un État faible issu de tous ces conflits.

Timur a certainement commis ce que nous décririons aujourd'hui comme des crimes de guerre, il y avait certainement un élément de terrorisme dans ses campagnes. En fait, en tant qu'admirateur de l'architecture, il est connu pour avoir construit des pyramides de crânes humains. Les récits existants le décrivent en train de massacrer 100 000 prisonniers indiens à la suite du soulèvement de Delhi. Mais toutes les destructions n'étaient pas identiques et il y avait une nette différence entre celle de Gengis Khan et celle de Timur. L'anéantissement de la région par l'émir n'était pas tant destiné à servir un objectif utilitaire qu'à infliger des souffrances. Gengis Khan a utilisé la terreur comme méthode pour protéger ses troupes, tandis que Timur s'est livré à la terreur et à la destruction pour le plaisir.

Produit de la fusion turco-mongole, Timur avait été le premier à réunir les parties orientale et occidentale du Chagatai ulus. Son empire représente la construction des frontières politiques transmises à la postérité, le maintien de cet espace définirait les frontières de l'Asie centrale moderne jusqu'au XXe siècle. Sous Timur, nous voyons des distinctions politiques et culturelles croissantes entre l'Iran, l'Asie centrale proprement dite et l'Inde commencer à se cimenter. Dans ce contexte, on voit s'opérer une scission sur la steppe qui va conduire à une différenciation des Ouzbeks et des Kazaks. À la fin du XIVe siècle, les tribus de la steppe au nord deviendront connues des écrivains musulmans sous le nom de Kazaks, tandis que les tribus du sud seront de plus en plus appelées Ouzbeks, une différenciation qui a continué à persister et a contribué à délimiter les frontières modernes. .

Ouvrages consultés et lectures complémentaires

Fernández-Armesto, Felipe. Avant Colomb : exploration et colonisation de la Méditerranée à l'Atlantique, 1229 – 1492. Philadelphie : University of Pennsylvania Press, 1987.

Jensen, De Lamar. L'Europe de la Renaissance : l'ère du rétablissement et de la réconciliation. 2 e éd. Lexington : D.C. Heath and Company, 1992.]

Le sultanat mamelouk

Irwin, Robert. Le Moyen-Orient au Moyen Âge : le premier sultanat mamelouk, 1250-1382. Carbondale, Illinois : Southern Illinois University Press, 1986.

L'empire Ottoman Finkel, Caroline. Le rêve d'Osman : l'histoire de l'empire ottoman, 1300-1923 . New York : Livres de base, 2005 Asie centrale Marozzi, Justin, Tamerlan : Épée de l'Islam, Conquérant du Monde , Londres : HarperCollins, 2004.

Liens vers des sources primaires

De Berger, Eugene Israel, George Miller, Charlotte Parkinson, Brian Reeves, Andrew et Williams, Nadejda, “World History: Cultures, States, and Societies to 1500″ (2016). Histoire Manuels ouverts. Livre 2. http://oer.galileo.usg.edu/history-textbooks/2

Ce travail est sous licence Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International License.


Essai sur l'âge de la renaissance de la Renaissance

La Renaissance, qui a commencé en Italie au XIVe siècle, a été une période de grands changements dans l'art, la culture et la science. Le mot “Renaissance” signifie “Rebirth”, c'est un mot parfait pour décrire la période. Beaucoup des plus grands artistes de l'histoire, tels que Michel-Ange et Léonard de Vinci, ont vécu à cette époque. Les scientifiques de la Renaissance ont fait de nombreuses grandes découvertes et ont joué un grand rôle dans une bonne partie de nos connaissances actuelles sur le monde naturel. De plus, les penseurs de la Renaissance ont changé la façon dont les gens se voient eux-mêmes et le monde qui les entoure.

La société de la Renaissance était très différente de la société féodale du moyen âge. Le monde médiéval s'est construit autour du manoir le plus proche et la plupart des activités quotidiennes avaient à voir avec un manoir ou un château. À l'époque de la Renaissance, les villes du sud de l'Europe avaient considérablement augmenté en taille. Les gens riches qui vivaient dans la société de la Renaissance avaient plus de temps libre et d'argent qu'au Moyen Âge. Cela signifiait qu'ils pouvaient passer plus de temps à étudier de nouvelles idées et disposaient de plus d'argent pour véritablement protéger les arts.

Nous écrirons un essai personnalisé sur L'âge de la Renaissance et de la Renaissance spécialement pour vous
pour seulement $16.38 13,9%/page

La vision médiévale du monde était un regard sur le mauvais côté des choses : les gens pensaient que la vie était courte et pleine de souffrance. Il y avait très peu d'art médiéval qui n'avait pas de thème religieux, et la plupart des œuvres d'art étaient réalisées par des artistes embauchés pour une église, pour enseigner aux gens leur foi et les encourager à mener une vie meilleure afin qu'ils puissent aller au paradis. Le moyen âge, bien sûr, ne s'est pas terminé brusquement. Certaines personnes s'accrochaient encore à la vision médiévale du monde, mais lentement, cette vision s'est terminée presque complètement.

Au cours de la période de la Renaissance, les gens se sont lassés de la vision du monde au Moyen Âge. Pour eux, la période féodale avait été une période d'inactivité et de croissance lente. Au lieu de cela, les gens de la Renaissance admiraient l'âge classique et les grands artistes et penseurs de la Grèce antique et de Rome. Beaucoup d'art ancien, en particulier la sculpture, avait été fait pour célébrer la beauté de la forme humaine. Les artistes grecs et romains de l'Antiquité avaient essayé de communiquer un sens de la beauté dans leur art.

Les penseurs grecs avaient développé des systèmes de philosophie qui montraient aux gens comment s'améliorer et améliorer leur société grâce à leurs propres efforts. Bref, la société classique était optimiste, et bien meilleure que les vues du Moyen Âge. Les artistes et les penseurs de la Renaissance ont travaillé dur pour redonner vie à la culture classique et pour créer une nouvelle ère meilleure. Un grand développement de cette période était la monnaie, leur argent était une monnaie de bas niveau mais fonctionnait bien à cet effet.

À leur époque, les banques n'étaient que des tables avec des banquiers derrière elles. C'est pourquoi le mot banque vient du mot latin qui signifie “bench” et “table”. La table, ou dans certains cas des tables, ressemblait davantage à un petit étal que l'on trouvait parfois sur la place du marché des grandes villes. Lorsqu'un banquier était prêt à faire des affaires, il disposait ses cahiers, une pile de pièces et, bien sûr, une balance dans laquelle peser les pièces. La plupart des banques appartenaient à des familles riches et puissantes et parfois seulement appartenaient au gouvernement local.

Au début, emprunter de l'argent aux banques et payer des intérêts était considéré comme moralement répréhensible. C'est parce que vous devez rembourser plus que vous n'avez emprunté. Malgré cela, la banque est finalement devenue populaire et de plus en plus de villes ont commencé à en avoir. Alors que les villes et les cités prospéraient dans le nord de l'Europe, de nouvelles idées se répandirent là aussi, souvent avec l'aide de la presse à imprimer nouvellement inventée. La Renaissance dans le nord était très différente à bien des égards de celle de l'Italie, mais à la base des deux se trouvait la même croyance profonde dans le travail et l'effort des humains.

Qu'est-ce qui renaît à la Renaissance ? La Renaissance est connue comme une renaissance des idées classiques et en toute réalité, une célébration ou une renaissance de l'humanisme. Le moyen âge avait duré plus de mille ans. C'est à cette époque que le christianisme s'est répandu. Le christianisme, ainsi que la culture germanique des tribus qui ont envahi l'empire romain, ont changé l'Europe à jamais. L'Église chrétienne avait une influence majeure dans les activités quotidiennes de chacun à cette époque. Vers 1500, les gens ont commencé à se préoccuper de l'église. Au lieu de cela, ils se sont davantage concentrés sur les idées classiques qui ont précédé le.

Renaissance de l'Art : Renaissance Le Moyen Âge est ainsi appelé parce qu'il se situe entre deux sommets de gloire artistique : la période classique et la Renaissance. Alors que l'art est à peine mort au Moyen Âge, ce qui renaît à la Renaissance - et s'étend à la période baroque - est un art vivant. Un changement d'intérêt du surnaturel vers le naturel a provoqué ce changement. La redécouverte de la tradition gréco-romaine a aidé les artistes à reproduire fidèlement les images visuelles. Aidés par l'expansion des connaissances scientifiques, telles que la compréhension de l'anatomie et de la perspective, les peintres du XVe au XVIe siècle sont allés au-delà de la Grèce.

Du Moyen Âge à la Renaissance, l'Europe a subi de nombreux changements, y compris les attitudes envers l'apprentissage, la science et la technologie, l'art et la littérature, et la façon dont l'humanité se sentait envers elle-même et envers sa société. Le Moyen Âge était la période entre les temps anciens et modernes en Europe occidentale. Avant le Moyen Âge, l'Europe occidentale faisait partie de l'Empire romain. Après le Moyen Âge, l'Europe occidentale comprenait le Saint Empire romain germanique, les royaumes d'Angleterre et de France et un certain nombre d'États plus petits. L'histoire du Moyen Âge s'étend de la fin de l'Empire romain, environ.

Pourquoi le Moyen Âge est-il appelé Moyen Âge ? Ils se situent entre deux sommets de gloire artistique : la période classique et la Renaissance L'art réaliste a été créé à la Renaissance en raison d'un changement d'intérêt du ___ au ___ surnaturel au naturel La redécouverte de quelle tradition a aidé les artistes à reproduire des images visuelles avec précision ? Gréco-romaine Comment les peintres des XVe et XVIe siècles ont-ils dépassé la Grèce et Rome dans la maîtrise technique ? l'expansion des connaissances scientifiques, telles que la compréhension de l'anatomie et de la perspective Quelle époque est définie comme le début de la peinture moderne ? La Renaissance Quoi.

Pourquoi les grands architectes de la Renaissance italienne sont-ils plus célèbres que leurs grands prédécesseurs gothiques ? Discutez de l'évolution du rôle et de l'image de l'architecte au cours de la Renaissance italienne. La Renaissance italienne a été la première manifestation de la Renaissance européenne générale, une période de grands changements culturels et de réalisations qui a commencé en Italie vers la fin du XIIIe siècle et a duré jusqu'au XVIe siècle, marquant la transition entre l'Europe médiévale et l'Europe moderne. Le terme Renaissance est essentiellement un terme moderne qui est entré en vigueur au XIXe siècle, dans les travaux d'Astoria comme Jacob Bureaucrat. Même si.

L'ère de la Renaissance de la littérature L'ère de la Renaissance embrasse la période entre le 14e et le 16e siècle. Le terme Renaissance lui-même signifie la renaissance ce qui, à certains égards, se réfère à la renaissance de l'obscurité du moyen âge et provient d'un mot français. Cette période a influencé toutes les branches de la vie humaine, y compris la religion, la philosophie, la politique, la musique, la science et la littérature. Compte tenu de la littérature de la Renaissance, il convient de mentionner qu'il y a généralement trois périodes de son développement. Il s'agit de la Première Renaissance (XIVe siècle), de la Haute Renaissance (XVe au XVIe siècle) et de la Renaissance tardive (XVIe siècle).

Comment l'art de la Renaissance était-il le reflet des nouveaux enseignements humanistes de l'époque ? C'est une question très compliquée, mais avec un moyen assez simple de déterminer une réponse raisonnable. Afin de déterminer la réponse à cette question, vous devez d'abord définir le sens de l'humanisme, et deuxièmement citer divers artistes et arts qui prouveront votre argument. L'argument étant que l'art de la Renaissance était le reflet de l'apprentissage humaniste de l'époque, car une grande partie de l'art provenait de nobles éduqués et appris dans l'humanisme, l'art était véhiculé avec plus de réalisme dans l'intérêt humaniste, inspiré du passé classique.

Comme le montre cette déclaration, la religion était la principale condition sociale influente de l'époque. Ceci est extrêmement présent quand on regarde la plupart des artistes de l'époque étaient des moines. Ces artistes signaient rarement leur nom sur les œuvres d'art parce que l'art était fait pour honorer Dieu ou les rois. L'artiste qui a fait l'art avait peu d'importance (Limited, 2001). C'est un aspect du Moyen Âge qui était extrêmement différent de la Renaissance. La période suivante, la Renaissance, est probablement la période artistique la plus célèbre de l'histoire. La Renaissance s'est produite juste après le milieu.

L'art de la Renaissance par Maria Large Saviez-vous que le tableau le plus célèbre au monde, la Joconde, a probablement été peint à l'époque de la Renaissance ? La peinture à l'huile de la femme (ou de l'homme au visage impassible), peinte par le célèbre Léonard de Vinci, aurait été peinte entre 1503 et 1506. Personne ne sait qui est la personne sur la peinture. Personne ne sait même s'il s'agit ou non de De Vinci lui-même, un parent ou même un homme ou une femme ! Le nom anglais "Mona Lisa", est venu d'une description par Renaissance.

L'art du moyen âge (qui a duré du 5ème au 13ème siècle) était très religieux dans son ton et son contenu, surtout en Europe. L'art était financé en grande partie par l'église, car l'église catholique était la force dominante dans la politique européenne et avait une plus grande influence que l'État politique. Les portraits de la Madone étaient très fréquents. Les peintures étaient très souvent réalisées par des membres d'ordres religieux tels que des monastères. Il est intéressant de noter que la plupart de l'art produit était sous forme de peintures souvent réalisées dans des manuscrits illustrés. Les figures dans les peintures réduites en cela.


Comment pensez-vous que la Renaissance a influencé ou changé le monde ?

Les Renaissance impacté notre monde parce qu'il a commencé de nouvelles techniques pour créer des peintures, l'art commençait à se répandre en Europe du Nord, une nouvelle église a été créée et la réforme de l'église catholique.

De plus, pourquoi la Renaissance est-elle importante pour nous aujourd'hui ? Les Renaissance était extrêmement important car il a jeté les bases de l'ère de l'exploration et de la domination mondiale européenne éventuelle. La renaissance de l'intérêt européen pour l'art, l'exploration et la technologie est arrivée au meilleur moment de l'histoire. Alors que l'Europe se revitalisait, une grande partie du monde stagnait.

Dans cette perspective, comment la Renaissance a-t-elle contribué au changement ?

Les Renaissance &ndash pourquoi cela a changé le monde. Les Renaissance changé le monde à peu près de toutes les manières possibles. Il y avait une sorte de boule de neige effet: chaque nouvelle avancée intellectuelle a ouvert la voie à de nouvelles avancées. L'Italie au 14ème siècle était un terrain fertile pour une révolution culturelle.

Pourquoi s'appelait-il Âge des Ténèbres ?

Présentation de la Temps sombres Le terme 'Temps sombres' a été inventé par un érudit italien nommé Francesco Pétrarque. Le terme a ainsi évolué comme une désignation pour le manque supposé de culture et d'avancement en Europe au cours de la période médiévale. Le terme a généralement une connotation négative.


La Renaissance : la « renaissance » qui a changé le monde - Histoire

Introduction au Théâtre - THEA 131 Dr. C. Frederic

HISTOIRE DU THÉÂTRE - Des débuts à la Renaissance

Il existe de nombreuses théories sur les origines du drame/théâtre. Ce drame issu des rituels de l'homme ancien est le plus largement accepté. Ces rituels contenaient des éléments dramatiques : a. musique, b. danse, ch. masques, costumes, d. division performance/audience, e. domaine de performance spécifique.

  1. INITIATION - enseigner les coutumes de la tribu aux jeunes garçons atteignant l'âge adulte.
  2. GUERRE - pour éveiller la bravoure chez les guerriers.
  3. HISTOIRE - pour imiter des événements de chasse ou de bataille et pour préserver l'histoire.
  4. RELIGIEUX - pour apaiser de nombreux esprits invisibles, l'homme primitif sentait qu'il contrôlait son monde.

Les Égyptiens ont été les premiers à établir un drame défini (à notre connaissance). Il a pris forme dès 4000 av. Les drames les plus anciens sont les 55 textes des Pyramides (3000 av. Ils montrent l'ascension de l'âme devenant une étoile = résurrection du corps. De 3000 à 2000 avant JC - d'autres pièces se sont développées :

  1. Festival du couronnement - Joué au couronnement de chaque pharaon.
  2. Heb Sed (pièce du jubilé du couronnement) - Cette pièce célébrait les 30 ans du trône du pharaon et a été écrite spécifiquement pour le pharaon honoré.
  3. Abydos Passion Play - Cette pièce avait un thème sur la résurrection et faisait partie d'une fête religieuse. Il a été mis en scène presque continuellement de 2500 à 550 avant JC dans le cadre d'une fête religieuse qui a duré plusieurs jours. C'était très élaboré. Il comprenait une simulation de bataille d'eau sur le Nil et un cortège funèbre auquel l'ensemble du public a participé. L'histoire du jeu - Set, dieu du mal, jaloux de son frère, Osiris. Mettez les tours O. dans un cercueil, le cloue et le jette dans le Nil.Isis, la femme d'O, trouve le cercueil et enterre O. Set le déterre, démembre le corps et le jette sur la terre. Isis ramasse les morceaux et les enterre à nouveau. O. est ressuscité et devient le Roi des Morts, régnant sur les mortels qui montent au ciel.

Le théâtre était présenté lors des festivals de Dionysos, le dieu du vin et de la fertilité, qui était vénéré pour assurer le retour du printemps/de la fertilité. Il n'y a que 45 pièces de cette période de 5 dramaturges. Trois étaient des tragédiens.

  1. Premier - père du drame tragique
  2. Tragédien
  3. Concerné par la relation de l'homme au principe moral des dieux.

SOPHOCLE (auteur d' Odipe Rex )

  1. Le plus grand - l'artisan le plus irréprochable - le plus populaire auprès du public athénien.
  2. Tragédien
  3. Dépeint l'homme tel qu'il devrait être - recherché la vraie nature de l'homme
  1. Rebelle/radical
  2. Tragédien
  3. Dépeint l'homme tel qu'il les voyait - ses personnages étaient plus humains et remettaient en question les conditions existantes

THÉÂTRE DE DIONYSOS - Le théâtre a été présenté lors du festival de Dionysie, dieu de la fertilité. À l'origine, le public était assis par terre tandis que le chœur dansait dans une zone circulaire. Progressivement, de meilleurs sièges pour le public ont évolué ainsi que des scènes permanentes, la séparation des acteurs du chœur sur une scène surélevée.

Transition : Après la chute de la Grèce, Rome a copié le drame grec, avec des changements mineurs. Il n'y a que des pièces de 3 dramaturges romains, deux comédiens - Terence et Plaute - et un tragédien - Sénèque. (Ces dramaturges sont importants pour nous car pendant la Renaissance italienne, ils étaient les pièces les plus accessibles aux dramaturges italiens désireux de créer un nouveau drame "classique". Les pièces de Terence et Plaute ont servi de modèle pour les comédies, et les pièces de Sénèque servi de modèle pour les tragédies.)

[Le drame a continué après la chute de Rome, mais on en sait peu depuis que l'Église s'y est opposée. De nombreux rites païens ont continué malgré l'opposition de l'Église. Certains croient que l'Église a introduit ses propres activités dramatiques pour combattre l'attrait des rites païens.]

Les intermèdes dramatiques ont été utilisés pour la première fois dans les services religieux au IXe ou Xe siècle, probablement pour rendre certaines parties de la messe plus claires pour la congrégation qui ne comprenait pas le service en latin. Pâques a été le premier événement à être dramatisé. Ces tropes (du latin, tropus, signifiant mélodie ajoutée) ont probablement été chantés à l'origine et auxquels ont répondu 2 parties de choeur. Exécuté le matin de Pâques dans la partie introductive de la messe. Ils ont utilisé des décors appelés "manoirs", de petites maisons (peut-être 3'x3' et pas beaucoup plus hautes que 4') qui représentaient un endroit donné : une ville, la maison de quelqu'un, le paradis, l'enfer , etc.

Les pièces de théâtre ont commencé à être jouées en plein air vers 1200. Mise en scène au printemps, en été. À partir de ce moment-là, l'église s'est peu impliquée directement dans le théâtre. Les pièces étaient mises en scène par des corporations de métiers sur des plates-formes installées à divers endroits de la ville. Les wagons de reconstitution historique se sont enroulés sur chaque plate-forme par intervalles et ont joué un jeu (exemple d'intervalles - les jeux duraient environ 15 minutes et commençaient à 4h30 et à 19h30). Effets spéciaux - appelés secrets. Au fil du temps, la plupart des villes se sont mises à jouer les pièces du cycle dans une ronde de Cornouailles. Au lieu d'installer les plates-formes à divers endroits de la ville, elles seraient installées en cercle dans un champ. Le public se tiendrait au centre des plates-formes et les wagons de reconstitution historique s'aligneraient derrière les plates-formes. Dès qu'une pièce mystère était terminée, la suivante commençait. Le groupe qui avait terminé éloignerait son concours de sa plate-forme et le wagon de concours suivant se mettrait en place. De cette façon, chaque pièce de mystère ne devait être jouée qu'une seule fois, et l'action était continue. Finalement, les pièces du cycle sont devenues très élaborées avec un acteur/metteur en scène professionnel mettant en scène toute la production et jusqu'à 400 interprètes impliqués dans la production. Les paysages et les secrets, de même, sont devenus beaucoup plus élaborés.

Les conseils municipaux étaient généralement les organisateurs des pièces de cycle, mais les corporations de métiers ont organisé des PIÈCES DE MYSTÈRE qui étaient collectivement appelées CYCLES. A MYSTERY PLAY est essentiellement une pièce d'histoire biblique. Toutes les pièces du Mystère en un cycle sont combinées pour raconter l'histoire de la Bible de la Création à la Seconde Venue. Chaque pièce était complète mais connectée dans le cadre de l'histoire religieuse plus large. La plupart des pièces de mystère encore existantes sont issues de 4 cycles :

  1. YORK - 48 écoutes
  2. CHESTER - 24
  3. TOWNLEY MSS. joue ou WAKEFIELD - 32
  4. CYCLE DE COVENTRY - 42

Autres formes dramatiques religieuses

JEUX DE MORALITÉ - a prospéré entre 1400-1550. Dramatisez les épreuves spirituelles de l'homme moyen. C'est un pont entre le drame religieux et le drame profane. Ex. : Everyman (vers 1500). Ce sont des allégories sur les tentations morales auxquelles l'homme moyen est confronté. Au XVIe s. ceux-ci ont été progressivement sécularisés et exécutés par de petites troupes professionnelles.

L'ANGLETERRE ÉLISABETHANE ET SHAKESPEARE

Structure du théâtre élisabéthain

À la fin du XVIe siècle, 2 sortes de théâtres - PUBLIC (en plein air) et PRIVÉ (salles intérieures). Tout le monde pouvait assister aux deux, mais les théâtres privés facturaient une entrée plus élevée.

THÉÂTRES PUBLICS - En raison du commerçant/gouvernement local. (principalement des puritains, qui considéraient le théâtre comme l'œuvre du diable) méfiance et objections, les théâtres ont été construits en dehors de Londres. Le 1er théâtre était le THÉÂTRE (1576). Cela a été suivi par d'autres, notamment, le GLOBE (1599 brûlé et reconstruit - 1614). Tous étaient situés dans la banlieue nord ou sur la rive sud de la Tamise. Leur taille variait, mais nous pensons que les caractéristiques suivantes étaient communes :

  1. Grand espace sans toit - Fosse, Cour
  2. Clôturé par 3 niveaux de galeries couvertes (formées à l'extérieur du bâtiment)
  3. Boîtes (Chambre du Seigneur) dans 1 galerie [Nous ne sommes pas sûrs de l'emplacement exact de la Chambre du Seigneur. C'était peut-être même sur scène, peut-être le deuxième niveau de la scène.]
  4. Scène surélevée (plate-forme) prolongée dans la cour
  5. Mur à plusieurs niveaux à l'arrière de la scène
  6. Au moins 2 grandes portes au niveau de la scène, probablement de chaque côté de la scène, près du fond de la scène.
  7. Espace Découverte - à l'arrière du boisage - pour révéler/cacher les acteurs/objets L'un des grands mystères du théâtre élisabéthain est l'emplacement et la structure de l'Espace Découverte. Il peut avoir été encastré dans le mur du fond de la scène ou il peut s'agir d'un pavillon surélevé qui s'avançait sur la scène, avec des rideaux sur 3 côtés. S'il s'agissait d'un pavillon, il aurait pu être permanent ou temporaire
  8. Façade du 2ème niveau - espace d'action (balcons, fenêtres des étages supérieurs, à bord du navire) emplacement possible de la salle des seigneurs
  9. Un 3ème niveau possible - Galerie des musiciens
  10. Salle des Machines - Au-dessus de la galerie du musicien. Cette salle contenait des dispositifs pour élever et abaisser des acteurs jouant des anges, des dieux, etc. Elle contenait également un canon utilisé lors des scènes de bataille.

Lorsqu'un théâtre avait une représentation ce jour-là, ils levaient un drapeau (différentes couleurs indiquaient différents types de pièces) pour informer les gens. Temps de représentation - en milieu d'après-midi (après la journée de travail, cependant). Pour entrer, le public a payé un centime à un cueilleur qui a été admis dans la fosse. Si je voulais m'asseoir dans la galerie, je payais un autre centime à un autre cueilleur. S'il voulait s'asseoir dans la chambre du Seigneur, il payait une autre redevance à un autre ramasseur. L'action des pièces était continue sans pauses acte/scène et peu de décors, qui peuvent avoir été mis en place à la vue du public. Théâtres fermés en temps de peste. La saison des théâtres publics était de mai à octobre. Puis tourné, ou plus tard, joué dans des théâtres privés.

Éclairage - Théâtres publics - lumière du soleil. Pour les scènes de nuit, apportez des bougies, des torches ou des lanternes pour indiquer qu'il faisait nuit.

Costumes - peu de sens de l'histoire - robe essentiellement contemporaine. Conventionnalisé - c'est-à-dire, les Romains, ont ajouté des draperies. La société a fourni des costumes (c'était une dépense importante).

Entreprise composée de 10 ACTIONNAIRES (associés) et jusqu'à 10 autres HOMMES ENGAGÉS (embauchés pour 2 ans à un salaire fixe). Comme les femmes n'étaient pas autorisées à se produire sur scène, les compagnies avaient également des apprentis qui jouaient les rôles féminins. Les apprentis pouvaient évoluer vers des rôles plus anciens (masculins) lorsqu'ils vieillissaient s'ils le souhaitaient (peu d'entre eux le voulaient). Les actionnaires ont divisé les bénéfices de la société après que les dépenses aient été payées. Les MENAGES (copropriétaires du bâtiment du théâtre lui-même) ont reçu la moitié des recettes de la galerie à titre de loyer (l'autre moitié des recettes de la galerie et les autres recettes sont allées à la troupe d'acteurs). Les troupes jouaient un répertoire de pièces qui changeait quotidiennement.

WILLIAM SHAKESPEARE (4/23/1564-4/23/1616) [Cette information est incluse dans vos notes sur Hamlet ]

Né à Stratford-upon-Avon, à 90 miles au nord-ouest de Londres. John Shakespeare, son père - gantier prospère, est devenu échevin en chef en 1571. S. est allé à la bonne école de grammaire bien lu (a appris le latin). La fortune du père déclina. L'objectif de S. de restaurer la fortune familiale, ce qu'il a fait. Quelque temps après 1585 (avait épousé Anne Hathaway le 11/1582 - avait 3 enfants - Susanna - jumelles 5/83 Judith, Hamnet - 1585) a déménagé à Londres. Assez bon acteur pour prospérer et devenir actionnaire d'une entreprise leader. Spécialité - vieillards. A écrit 37 pièces (nous pensons). 1ère pièce - pièces d'Henri VI (1592 ?). En 1597, acheta une belle maison à Stratford et obtint des armoiries - un gentleman restaura la fortune familiale. A fait des allers-retours à Londres jusqu'en 1610, date à laquelle il a pris sa retraite. Mort en 1616. Peut-être a écrit 2 pièces après 1610 - Henry VIII (en collaboration avec Fletch et Beaumont) et Two Noble Kinsmen , mais pas très bon.

Pièces de théâtre - histoires, comédies, tragédies, pièces à problèmes (Mesure pour mesure, Tout est bien qui finit bien, Troilus et Cressida, et éventuellement Hamlet).

Renaissance signifie littéralement renaissance. Au XVIe s. nous voyons une renaissance et une croissance dans tous les domaines des arts. Alors que le théoricien élaborait un ensemble de directives à suivre pour les dramaturges, les artistes et les architectes conçoivent de nouveaux théâtres, de la disposition des sièges à la conception de la scène en passant par la mécanique du changement de scène. [REMARQUE : Les femmes ont joué sur scène pendant toute la période . En conséquence, la pratique consistant à permettre aux femmes de se produire s'est répandue dans toute l'Europe. ]

La Renaissance a commencé dans les années 1300 et a coexisté avec le Moyen Âge/la pensée médiévale. La Renaissance ne domine qu'au XVIe s. Un certain nombre de choses ont provoqué la Renaissance : 1. Le déclin de la féodalité, 2. la croissance accrue des villes, 3. le pouvoir accru des princes/dirigeants, 4. la diminution de l'influence de l'église sur l'apprentissage et la vie, 5. l'invention de la presse à imprimer à caractères mobiles.

Formes de théâtre de la Renaissance - Au début de la Renaissance, il y avait 3 formes de théâtre :

  1. TRAGÉDIE : 1ère tragédie écrite en italien - Sofonisba (1515) par Giangiorgio TRISSINO. Il a suivi la formule grecque. Suivi/éclipsé par CINTHIO. Orbecche (1541) 1ère tragédie italienne jouée, selon la formule sénécanienne.
  2. COMÉDIE : à l'origine copié Romains/Grecs (sujet/cadres ainsi que structure). Évolué vers des sujets/cadres italiens - bien établis en 1540.
  3. PASTORALE : Une histoire d'amour, mettant en scène des personnages romancés tels que des bergers et des bergères, des nymphes et des satyres, dans un cadre rural idéalisé.

OPÉRA - Vers la fin du XVIe siècle, la CAMERATA ACADEMY de Florence (académie - groupe d'érudits organisé pour étudier un sujet - c'est-à-dire le théâtre classique, la théorie littéraire) a tenté de recréer la tragédie grecque - chœur, musique , danse, intrigues de la mythologie. D'autres avaient déjà essayé cela auparavant, mais la Camerata croyait que les tragédies grecques étaient chantées / scandées. Le public de la Renaissance a adoré les résultats qui sont devenus ce que nous appelons OPERA. Le 1er opéra était Dafne (1594) [texte Rinuccini, Caccini musique Jacopo Peri]. Le 1er grand compositeur d'opéra était MONTEVERDE qui a mis l'accent sur l'aspect musical - Orfeo (1607). En 1650, la popularité de l'opéra s'était répandue dans toute l'Italie et l'Europe.

Développement de la scène italienne

Au XVIe siècle, chaque duc qui dirigeait un État italien avait un théâtre (pas une structure permanente - généralement construit dans une grande salle de dessin ou de bal, puis démoli). Ces ducs étaient très compétitifs. L'intérêt général pour la période classique s'étend à l'architecture. La découverte au XVe siècle d'un livre d'un Ier siècle av. l'architecte a suscité cet intérêt. Le livre contenait un chapitre sur les théâtres (pas d'images, conduit à des interprétations).

Le 1er résultat de cette découverte était la SCÈNE TERENCE - (fin XVe/début XVIe s.) une façade continue (mur) divisée en une série d'ouvertures à rideaux, chacune représentant la maison d'un caractère différent (semblable au concept aux manoirs médiévaux) . La façade était à l'arrière d'une plate-forme - espace de jeu. Bientôt ajouté la peinture en perspective (le premier exemple connu de peinture en perspective dans le paysage était Le cercueil d'Arioste en 1508).

PEINTURE EN PERSPECTIVE - Développée au XVe s. dans le monde de l'art (peintre Masaccio, architecte Brunelleschi). Il créait l'illusion de l'espace et de la distance, un spectacle magique que les Italiens adoraient. PERSPECTIVE - dans le décor, il y a l'illusion d'une taille décroissante et d'une plus grande distance au fond de la scène. Des décors conventionnels ont été employés : pour la comédie - des maisons régulières pour la tragédie - des palais pastoraux - des bois.

D'autres développements incluent plusieurs méthodes de changement de décor (système de rainures, char et poteau) ainsi que la configuration des sièges qui existe encore aujourd'hui - boîte, fosse et galerie. [ASSUREZ-VOUS DE ME DEMANDER EN CLASSE DE VOUS EXPLIQUER CES SYSTÈMES.]

Au milieu du XVIIe siècle, l'architecture et les pratiques de mise en scène italiennes ont été établies et sont restées la norme jusqu'à la fin du XIXe siècle.


Voir la vidéo: Sorciers et Prophètes - La France des mystères - Documentaire complet - HD - MG


Commentaires:

  1. Parkin

    Bravo, quelle est la bonne phrase... super idée

  2. Garr

    Vous faites une erreur. Je propose d'en discuter. Envoyez-moi un courriel à PM.

  3. Anhaga

    Ne parlez pas à ce sujet.



Écrire un message